AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
Dans un habitat de courées insalubres et de caves humides au sol en terre battue, la mortalité infantile est très élevée : en 1845, à Douai, 3 enfants sur 10 meurent avant leur cinquième année, à Lille, c'est 6 sur 10. Entre 1878 et 1914, à Lille, 1 décès sur 4 concerne un enfant de moins d'un an. […]

Tandis que les bâtisses et cheminées d'usines triomphantes rivalisent d'orgueil avec les hôtel de ville, maisons bourgeoises et Préfecture et sous-préfecture, dans les fabriques, les ouvriers triment, au détriment de leur santé.
Commenter  J’apprécie          20
MuJo   05 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
En l'occurrence, les populations des villes et campagnes flamandes avaient une riche activité non seulement sur le plan économique , mais aussi dans le domaine des distractions qu'on peut qualifier de culturelles. Ces festivités sont d'abord celles organisées localement. […] Le cortège et la musique sont prisés en toute occasion […] Les jeux d'adresse se pratiquent en de nombreuses circonstances : boules flamandes, quilles, flèche et fléchettes, tir à l'arc ou à la cible, au mât, au papegay. Des ces fetes, les chansons satiriques ne manquent pas et, parfois, les autorités prennent des mesures à leur encontre, telle que l'interdiction de "farcer les princes".

Les fêtes religieuses sont si fréquentes qu'on atteint facilement les cent jours chômés par an. Les "dédicaces" ou "ducasses", à un saint patron, les kermesses, les banquets et beuveries sont largement répandus et certaines festivités alimentaires durent plusieurs jours, dont le repos de noce. Les processions des confréries, forme religieuse des corporations, sont de grands spectacles ; à Lille en 1535 la procession de juin rassemble quarante-cinq corps de métiers défilant derrière la bannière de leur saint patron : les couleuvriniers et sainte Barbe, les saïetteurs et saint Jean-Baptiste, les charpentiers et saint Joseph, les filtiers et Saint Nicolas, les jardiniers et saint Paulin, les archers et saint Sébastien, les brasseurs et saint Arnoult...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   05 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
[…] ce furent principalement des cités relativement importantes, plutôt que des bourgs ruraux, qui virent s'épanouir la dentelle (Bruges, Malines, Bruxelles (Brussel)) et la tapisserie (Oudenaerde, Tournai, Bruxelles). Il va de soi que l'activité textile rurale n'était que complémentaire du travail principal, celui des champs, lui aussi le plus souvent prospère, au moins dans les périodes d'accalmie, entre les guerres. L'agriculture flamande est fort développée et en avance sur les pays environnants. Sous Charles Quint, le taux de rendement des semences, soit sept, est le plus élevé d'Europe, à égalité avec celui d'Angleterre. Le régime de l'alternance des semailles, le labour profond, le développement de l'élevage et de la culture de plantes à usage industriel (houblon, orge, tabac) concouraient à la prospérité générale.
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
La condition misérable des ouvriers flamands dans les grandes fabriques n'a pas peu contribué à accroître leur image d'infériorité par rapport aux francophones, traditionnellement présentés comme supérieurs sur le plan culturel et donc sur le terrain linguistique aussi. Dans ce contexte socio-culturel, la langue flamande, tout au plus un dialecte, se devait de céder la place en tous lieux et toutes époques à l'élégante langue française, apanage des classes supérieures de la société et de tous ceux qui aspiraient à gravir l'échelle sociale.
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
Victor Hugo s'est ému à juste titre des caves de Saint-Sauveur et le poète lillois Albert Samain a stigmatisé "la ville où sans fin, vomissant le charbon, l'usine en feu dévore un peuple moribond".
Commenter  J’apprécie          20
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
[…] mettons à l'honneur ce très émouvant poète lillois Albert Samain […] :

Puis je pris en dégoût le carton du décor,

Et maintenant, j'entends l'âme du Nord

Qui chante et chaque jour j'aime d'un coeur plus fort,

Ton air de sainte femme, ô ma terre de Flandre,

Ton peuple grave et droit, ennemi de l'esclandre,

Ta douceur de misère où le coeur se sent prendre,

Tes marais, tes près verts où rouissent les lins,

Tes bateaux, ton ciel gris où tournent les moulins,

Et cette veuve en noir avec ses orphelins…
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   05 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
[…] la densité de la population est élevée pour l'époque : 39 au km² contre 17 dans les pays méditerranéens, 34 en France. L'espérance de vie moyenne du paysan de base y dépasse la trentaine, contrairement au paysan de France. Le régime de la terre s'en ressent : dès le XVe siècle les baux consentis sont en moyenne de 21 ans et la seule charge imposée est celle d'un loyer déterminé par avance, ce qui pousse naturellement le paysan à faire des projets d'avenir et à investir.
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
(Nous sommes vers 1830) - Sur le plan social, les idées libérales ayant triomphé, le travail des ouvriers menacés par le progrès mécanique et isolés face au tout-puissant patron, fut de plus en plus précaire, femmes et enfants compris. En définitive, si globalement l'économie était prospère, les problèmes sociaux, ceux du prolétariat, étaient en germe : le temps de l'explotation ouvrière flamande, conduisant à la lutte des classes, se profilait à l'horizon.
Commenter  J’apprécie          10
MuJo   05 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
On a peut-être oublié que la Toison d'Or n'était pas d'origine espagnole […] mais flamande bourguignonne. Ce fut à Bruges à la cour des princes en 1430 que, le 10 janvier, le duc Philippe le Bon institua l'ordre de chevalerie de la Toison d'Or, en souvenir de son mariage avec Isabelle de Portugal, pour la plus grande gloire de la chevalerie et pour la défense de l'Église et de la foi. […]

En 1556, Philippe, roi de Castille et héritier des Habsbourg, confirma les privilèges accordés aux officiers et chevaliers de la Toison d'Or par Maximilien en 1478. Ce ne fut donc que par ce truchement que, comme dans le domaine artistique, l'architecture notamment, l'Espagne fut l'héritière et non l'instigatrice de l'expression flamande.
Commenter  J’apprécie          00
MuJo   06 octobre 2019
HISTOIRE DE FLANDRE de Eric Vanneufville
Dans le Mercure de France, en 1897, le poète Albert Mockel fit preuve d'une grande audace : "la Wallonie aux Wallons, la Flandre aux Flamands et Bruxelles aux Belges", c'était finement vu !
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Eric Vanneufville (4)Voir plus


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur