AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.13 /5 (sur 181 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Mannville, Canada , le 11/06/1922
Mort(e) à : Philadelphie, Pennsylvanie , le 19/11/1982
Biographie :

Erving Goffman est un sociologue et linguiste américain d'origine canadienne.

Fils de Juifs ukrainiens ayant immigré au Canada au début du XXe siècle, il entreprend des études de sociologie à l'université de Toronto (1944) où il est l'élève de Ray Birdwhistell, puis à l'université de Chicago (1945). En 1952, il part pour les îles Shetland, au nord de l'Écosse, observer la vie locale pendant douze mois afin d'étayer sa thèse de doctorat, qu'il soutient en 1953.
Déménageant en 1954 pour Washington, accompagné de son épouse Angelica Choate et de son fils Tom, Goffman décide d'aller vivre plusieurs mois parmi des malades mentaux, au sein de l'hôpital psychiatrique de Sainte-Elisabeth à Washington.
Enseignant à l'Université de Californie à Berkeley depuis 1958, il est nommé professeur en 1962. Entre temps, il a publié "Asiles" (Asylums, 1961), quatre essais sociologiques, sur la base des observations des comportements du personnel et des patients de l'hôpital psychiatrique de Sainte-Élisabeth, introduisant la notion d'"institution totale". Cet ouvrage influencera très fortement le courant de l'anti-psychiatrie naissante.

Son épouse Angelica souffre de dépression et se suicide en 1964. Après un séjour à l'Université Harvard, au Center for International Affairs durant lequel il s'intéresse, en compagnie de Thomas Schelling, à la "théorie des jeux", il occupe une chaire à l'Université de Pennsylvanie, où il retrouve Ray Birdwhistell de 1968 à 1982.
En 1981, il se remarie avec Gillian Sankoff, avec laquelle il a une fille. Il décède d'un cancer de l'estomac à l'âge de 60 ans. Il était le frère de l'actrice canadienne Frances Bay (1919-2011).

Le principal apport théorique d'Erving Goffman consiste en un approfondissement de la notion d'interaction, dont il fait l'axe central de son ouvrage "Mise en scène de la vie quotidienne" (The Presentation of Self in Everyday Life, 1956). Il y développe la métaphore théâtrale, considérant les personnes en interaction - et non en tant qu'individu - comme des acteurs qui mènent une représentation.
En 1974, il publie "Les Cadres de l'expérience" (Frame analysis: An essay on the organization of experience), consacré à l'étude de différents registres de la communication interpersonnelle, tant au niveau du langage que des attitudes corporelles.
+ Voir plus
Source : evene.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Conférence Comment se conduire dans les lieux publics de Erving Goffman par Daniel Cefai
En France ce que Wolfgang Lepenies appelle la troisième culture ces sciences sociales coincées entre le littéraire et le scientifique est paradoxalement assez peu reconnue la culture générale semble en effet trop souvent pouvoir s'en dispenser C'est un paradoxe dans la mesure où la France est avec Comte Tocqueville et Durkheim notamment l'un des berceaux de ce pan considérable de la pensée Sise entre les rues Emile Durkheim et Raymond Aron la Bibliothèque Nationale de France a décidé de lancer un cycle dédié aux grands livres qui dessinent une bibliothèque idéale des sciences sociales Il s'agit d'inviter à lire et relire quelques-uns de ces grands ouvrages en compagnie d'un chercheur contemporain manière de replacer ces livres dans l'histoire des idées mais aussi et surtout de souligner leur pertinence contemporaine les usages qui peuvent en être faits Cycle proposé par Sylvain Bourmeau Par Daniel Cefai sociologue directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
+ Lire la suite
Podcast (3) Voir tous


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Pavlik   02 décembre 2016
L'arrangement des sexes de Erving Goffman
L'un des moyens traditionnels d'encourager les femmes à se tenir en retrait et à ne pas accorder leurs faveurs sexuelles trop facilement, ce qui, si tel devenait le cas général, pourrait déprécier la monnaie, a été de définir la sexualité comme quelque chose de sale et de mauvais, comme corruptrice, comme ce que seuls les homme désirent, quelque chose, donc, qui accable les honnêtes femmes et suscite les femmes de mauvaise vie.
Commenter  J’apprécie          260
Mimimelie   02 juin 2013
La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : la présentation de soi de Erving Goffman
Ce n'est probablement pas par un pur hasard historique que le mot personne, dans son sens premier, signifie un masque. C'est plutôt la reconnaissance du fait que tout le monde, toujours et partout, joue un rôle, plus ou moins consciemment. (...) C'est dans ces rôles que nous nous connaissons les uns les autres, et que nous connaissons nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          240
Pavlik   07 décembre 2016
L'arrangement des sexes de Erving Goffman
Le genre est l'opium du peuple, et non la religion.
Commenter  J’apprécie          193
Pavlik   05 mars 2018
Stigmate de Erving Goffman
J'ai suggéré plus haut qu'il peut exister un écart entre les identités virtuelle et réelle d'un individu. Cet écart, s'il est connu ou visible, compromet l'identité sociale : il a pour effet de couper l'individu de la société et de lui-même, en sorte qu'il reste là, personne discréditée face à un monde qui la rejette.
Commenter  J’apprécie          170
candlemas   26 mars 2018
Les rites d'interaction de Erving Goffman
Parmi les adultes dans notre société, presque toutes les sortes de transactions, y compris la plus brève des conversations, s’ouvrent et se terminent par du rituel, réparateur ou confirmatif. (…) L’activité rituelle décrite permet aux participants de poursuivre leur chemin, sinon avec la satisfaction de voir l’incident clos, du moins avec le droit d’agir comme s’il était clos et l’équilibre rituel restauré
Commenter  J’apprécie          160
Pavlik   05 mars 2018
Stigmate de Erving Goffman
Il va de soi que, par définition, nous pensons qu'une personne ayant un stigmate n'est pas tout à fait humaine. Partant de ce postulat, nous pratiquons toutes sortes de discriminations, par lesquelles nous réduisons efficacement, même si c'est souvent inconsciemment, les chances de cette personne. Afin d'expliquer son infériorité et de justifier qu'elle représente un danger, nous bâtissons une théorie, une idéologie du stigmate, qui sert aussi parfois à rationaliser une animosité fondée sur d'autres différences, de classe, par exemple.
Commenter  J’apprécie          150
Pavlik   11 mars 2018
Stigmate de Erving Goffman
L'information la plus pertinente pour l'étude du stigmate possède certaines propriétés. C'est une information à propos d'un individu. Elle touche à ce qui la caractérise de façon plus ou moins durable, par opposition aux humeurs, aux sentiments ou aux intentions qu'il peut avoir à un moment donné. De même que le signe par lequel elle se transmet, elle est réflexive et incarnée, c'est-à-dire émise par la personne même qu'elle concerne et diffusée au moyen d'une expression corporelle que perçoivent directement les personnes présentes. L'information qui possède toutes ces propriétés, je la nomme "sociale". Parmi les signes qui la transmettent, certains sont fréquents et stables, toujours recherchés et habituellement reçus ; ont peut les appeler des "symboles".
Commenter  J’apprécie          120
Erving Goffman
Zora-la-Rousse   11 octobre 2013
Erving Goffman
La nature la plus profonde de l’individu est à fleur de peau : la peau des autres.

Commenter  J’apprécie          140
Pavlik   01 décembre 2016
L'arrangement des sexes de Erving Goffman
Dans toutes les sociétés, le classement initial selon le sexe est au commencement d'un processus durable de triage, par lequel les membres des deux classes sont soumis à une socialisation différentielle. Dès le début, les personnes classées dans le groupe mâle et celles qui le sont dans l'autre groupe se voient attribuer un traitement différent, acquièrent une expérience différente, vont bénéficier ou souffrir d'attentes différentes.
Commenter  J’apprécie          110
Mimimelie   02 juin 2013
La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : la présentation de soi de Erving Goffman
...nous ne gouvernons notre vie, nous ne prenons nos décisions, nous n'atteignons nos buts dans la vie quotidienne ni au moyen de calculs statistiques, ni par des méthodes scientifiques. Nous vivons sur des hypothèses. Je suis, par exemple, votre invité, vous ne savez pas, vous ne pouvez pas poser de façon scientifique que je n'ai pas l'intention de voler votre argent ou vos petites cuillers. Mais par hypothèse, je n'en ai pas l'intention et vous me traitez en invité.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..