AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 449 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 26/01/1804
Mort(e) à : Annecy , le 03/08/1857
Biographie :

Eugène Sue est un écrivain français.

Il est principalement connu pour deux de ses romans-feuilletons à caractère social : Les Mystères de Paris (1842-1843) et le Juif errant (1844-1845).

Son père, Jean-Joseph Sue fils, était chirurgien de la garde de Napoléon 1er, sa marraine n’était autre que Joséphine et son parrain Eugène de Beauharnais. Il étudia au lycée Condorcet. Chirurgien de la marine, en poste en mer, de 1926 à 1829, il accumulera des souvenirs bien utiles pour ses romans maritimes.

Dandy, voyageur, il hérite à 26 ans de la fortune paternelle, devient l’amant des plus belles femmes de Paris (il est surnommé le Beau Sue), adhère au très snob Jockey Club dès sa création en 1833. Il dilapide la fortune de son père en sept ans, et commence à écrire lorsqu’il est ruiné.

Eugène Sue est l’auteur, selon ce qu’en rapporte la bibliographie établie par Francis Lacassin, de sept romans exotiques et maritimes, onze romans de mœurs, dix romans historiques, quinze autres romans sociaux (dont une série intitulée Les Sept Péchés capitaux), deux recueils de nouvelles, huit ouvrages politiques, dix-neuf œuvres théâtrales (comédie, vaudeville, drame) et six ouvrages divers.

Sue a la plume facile, il se convertit au socialisme et écrit Les Mystères de Paris sur le modèle d'un ouvrage qui s'est fait en Angleterre, intitulé Les Mystères de Londres. Ce roman suscite un intérêt énorme dans toutes les couches de la société. Le succès est immense et dépasse les frontières. Cela influença sa vie personnelle — il est élu député de la Seine — et son orientation littéraire. Il inspire, au siècle suivant, la série Les Nouveaux Mystères de Paris à Léo Malet.

Il publie ensuite le Juif errant, également en feuilleton dans le Constitutionnel.

Il fut député républicain et socialiste de la Seine, il fut élu le 28 avril 1850. Lorsque Louis-Napoléon Bonaparte effectua son coup d’État, il dut s’enfuir en 1851 et s’exiler. Il finit par s’installer à Annecy-le-Vieux où il y vécut de 1851 jusqu’à sa mort. Décédé le 3 août 1857, il est enterré au cimetière Loverchy d'Annecy (74).



+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Eugène Sue   (140)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s'attachant à un thème ou un corpus de documents. Ce mois-ci, la séance porte sur les romans-feuilletons du XIXe siècle. Le XIXe siècle est un moment-clé dans l'histoire du roman. Ce genre, longtemps dédaigné, prend une importance grandissante au point de s'imposer comme une des formes littéraires majeures et c'est entre autres grâce à la presse. Car le XIXe siècle est également celui de l'avènement des médias et plus particulièrement des journaux : en 1836 la création de la Presse et le Siècle marque un tournant dans l'histoire de la presse. Ces titres populaires publient des romans, présentés par tranches dans la rubrique « feuilleton » du journal. Ces romans-feuilletons ont rapidement un grand succès ; ils deviennent une rubrique nécessaire dans les quotidiens et participent à la grande popularisation des titres de presse. Quant au roman, il fleurit. À l'aide de la Sélection Gallica consacrée aux feuilletons dans la presse, cette rencontre se penche sur l'histoire mêlée du roman et du journalisme, à travers quelques parcours dans l'histoire du roman-feuilleton et du roman tout court, en s'arrêtant sur des cas d'école : le succès du feuilletoniste Eugène Sue, les personnages récurrents de la littérature populaire ou encore les spécificités du suspens du feuilleton. Séance animée par Morgane Avellaneda, en contrat de recherche documentaire au département Économie et politique, et Monique Calinon, chargée de collection littérature française, BnF Retrouver les autres conférences des Rencontres de Gallica : https://www.bnf.fr/fr/agenda/les-rencontres-de-gallica

+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (146) Voir plus Ajouter une citation
Davalian   11 juin 2013
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
Tu es laid... sois terrible : on oubliera ta laideur. Tu es vieux... sois énergique : on oubliera ton âge. Tu es repoussant... sois menaçant. Puisque tu ne peux être le noble cheval qui hennit fièrement au milieu de ses cavales amoureuses... ne sois pas du moins le stupide chameau qui plie les genoux et tend le dos... sois tigre... un vieux tigre qui rugit au milieu du carnage a encore sa beauté... sa tigresse lui répond du fond du désert.
Commenter  J’apprécie          271
Dixie39   28 avril 2015
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
– Voyons, pas de bêtises… Je vous dis que le maître clerc m’a fait promettre de ne dire à personne…

– Oui, mais il ne t’a pas défendu de le dire à tout le monde ?
Commenter  J’apprécie          230
Davalian   21 mai 2013
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
Mais oublions ces utopies, folles, absurdes, stupides, impraticables, comme de véritables utopies qu'elles sont.

La société est si bien comme elle est !!! Interrogez plutôt tous ces repus qui, la jambe avinée, l’œil incertain, le rire bruyant, sortent d'un joyeux banquet !

Commenter  J’apprécie          190
Davalian   20 mai 2013
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
Cette charmante protection, accordée à la partie masculine de la société pour certaines friponnes espiègleries relevant du petit dieu d'amour, ne montre-t-elle pas que le Français sacrifie encore aux Grâces, et qu'il est toujours le peuple le plus galant de l'univers ?
Commenter  J’apprécie          190
book-en-stock   24 février 2018
Kernok le pirate de Eugène Sue
Tu comprends bien... nous coulerons, et attends toi à voir plutôt cela qu'un marsouin fumer une pipe.
Commenter  J’apprécie          180
Missbouquin   24 septembre 2012
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
« Qu'il soit démontré qu'un criminel lègue presque toujours à son fils le germe d'une perversité précoce …



Fera t-on pour le salut de cette jeune âme ce que le médecin fait pour le corps lorsqu'il s'agit de lutter contre un vice héréditaire ?



Non … Au lieu de guérir ce malheureux, on le laissera se gangrener jusqu'à la mort. »
Commenter  J’apprécie          160
Dixie39   27 avril 2015
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
La perversité contagieuse de vos geôles est tellement connue, est si justement redoutée, que celui qui en sort est partout un sujet de mépris, d’aversion et d’épouvante : serait-il vingt fois homme de bien, il ne trouvera presque nulle part de l’occupation.

De plus, votre surveillance flétrissante l’exile dans de petites localités où ses antécédents doivent être immédiatement connus, et où il n’aura aucun moyen d’exercer les industries exceptionnelles souvent imposées aux détenus par les fermiers de travail des maisons centrales.

(...)

La condition d’un libéré est donc beaucoup plus fâcheuse, plus pénible, plus difficile qu’elle ne l’était avant sa première faute : il marche entouré d’entraves, d’écueils ; il lui faut braver la répulsion, les dédains, souvent même la plus profonde misère…

Et s’il succombe à toutes ces chances, effrayantes de criminalité, et s’il commet un second crime, vous vous montrez mille fois plus sévères envers lui que pour sa première faute…

Cela est injuste… car c’est presque toujours la nécessité que vous lui faites qui le conduit à un second crime.

Oui, car il est démontré qu’au lieu de corriger, votre système pénitentiaire déprave.

Au lieu d’améliorer, il empire…

Au lieu de guérir de légères affections morales, il les rend incurables.

Votre aggravation de peine, impitoyablement appliquée à la récidive, est donc inique, barbare, puisque cette récidive est, pour ainsi dire, une conséquence forcée de vos institutions pénales.

Le terrible châtiment qui frappe les récidivistes serait juste et logique, si vos prisons moralisaient, épuraient les détenus, et si à l’expiration de leur peine une bonne conduite leur était, sinon facile, du moins généralement possible…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Eugène Sue
genou   01 août 2015
Eugène Sue
Risquer est un mot rayé du vocabulaire de l'avare."
Commenter  J’apprécie          170
Dixie39   01 mai 2015
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
Un dernier mot, monsieur.

Comme vous avez été de moitié dans mon œuvre par l’immense publicité que vous lui avez donnée, je crois pouvoir vous instruire d’un résultat dont vous vous féliciterez, je l’espère, avec moi. On m’écrit de Bordeaux et de Lyon que plusieurs personnes riches et compatissantes s’occupent de réaliser dans ces deux villes mon projet d’une banque de prêts gratuits pour les travailleurs sans ouvrage, et quelqu’un qui fait ici l’usage le plus généreux et le plus éclairé d’une immense fortune m’a donné, au sujet d’une fondation pareille pour Paris, les plus encourageantes espérances.

Souhaitons maintenant, monsieur, qu’un législateur véritablement ami du peuple prenne en main les questions relatives :

« À l’établissement d’avocats des pauvres ;

« À l’abaissement du taux exorbitant de l’intérêt prélevé par le mont-de-piété ;

« À la tutelle préservatrice exercée par l’État sur les enfants des suppliciés et des condamnés à perpétuité ;

« À la réforme du code pénal à l’endroit des abus de confiance. »

Et peut-être ce livre, attaqué récemment encore avec tant d’amertume et de violence, aura du moins produit quelques bons résultats.

Veuillez encore agréer, monsieur, l’expression de ma vive gratitude et l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

EUGÈNE SUE

Paris, ce 15 octobre 1843

Lettre à Monsieur le Rédacteur en Chef du Journal des débats
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Joualvert   11 décembre 2015
Les Mystères de Paris de Eugène Sue
Rodolphe sortit de sa retraite, profondément ému de cette scène de terreur mélangée de ridicule et de grossièreté, dénouement bizarre d'un drame mystérieux qui avait soulevé tant de passions diverses.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

C'est moche !! 👿 🤣

Laissez-moi vous présenter Zénophore. Nono pour les potes. Il est sympa, mais il jabote, il jabote !!! Indice, avocat.

c'est un vantard
c'est un bavard

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : portraits , laideur , beauté , argot , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur