AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.72 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 27/01/1814
Mort(e) à : Lausanne , le 17/09/1879
Biographie :

Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc est un architecte français, connu auprès du grand public pour ses restaurations de constructions médiévales. On lui doit aussi d'avoir posé les bases de l'architecture moderne, par ses écrits théoriques marqués par le rationalisme (Entretiens sur l'architecture, 1863), et d'avoir directement inspiré plusieurs acteurs majeurs du mouvement Art nouveau : Eugène Grasset, Hector Guimard, Victor Horta, Antoni Gaudí, Hendrik Petrus Berlage, etc.




Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Eugène Viollet-le-Duc   (53)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Exposition Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo à Eugène Viollet-Le-Duc, à découvrir à la Crypte archéologique de l'île de la Cité à partir du 9 septembre 2020. Ce film « Notre-Dame Éternelle » produit par Orange, partenaire de l'exposition, rend hommage à la beauté disparue de la cathédrale. À travers des images spectaculaires du lieu et des témoignages de tous horizons emplis d'émotions, le film invite à voir ou à revoir ce qui ne peut plus être vu : la flèche de Viollet-le-Duc, la nef, les statues, les vitraux, les cloches, sans oublier les façades gothiques qui font la majesté de Notre-Dame de Paris.

+ Lire la suite

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
gavarneur   18 février 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
De part et d'autre on travaillait, et vers la fin du jour les mineurs et contre-mineurs se rencontrèrent et s'attaquèrent dans cet étroit espace à coups de pinces et de pics. Les Bourguignons et le châtelain envoyaient des hommes, chacun de leur côté, pour s'emparer de la mine. Un barillet de feu grégeois fit lâcher pied aux gens du duc ; mais la maçonnerie de la muraille, dont les mortiers n'avaient pas encore pris toute leur consistance, se lézarda au-dessus de la mine. Ce que voyant les Bourguignons, la nuit suivante, se servant du tronçon du chat resté intact, ils établirent une sorte d'avancée composée de pièces de bois, et amenèrent le matin un bosson ou bélier à roues, (fig. 43) avec lequel ils se mirent à battre le pied de la muraille. A chaque coup, la maçonnerie était ébranlée et des moellons tombaient en dedans et en dehors.

Page 182
Commenter  J’apprécie          190
gavarneur   04 mars 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
Que les Bourguignons aient passé le Rhin, appelés par les Gaulois, ou pour trouver un pays plus fertile, ou parce que l'empereur Honorius leur avait cédé un territoire sur la rive gauche du fleuve, toujours est-il que vers l'an 450 ils occupaient les bords de la Saône, s'étendaient au nord jusque près de Langres et Besançon, à l'ouest jusqu'à Autun, et au midi jusqu'au de là [sic] de Lyon.

Page 102
Commenter  J’apprécie          140
LydiaB   09 mars 2013
Encyclopédie médiévale de Eugène Viollet-le-Duc
Les cuisines



Nous n'avons pas une idée exacte de ce qu'étaient les cuisines et leurs dépendances chez les Romains. Étaient-elles enclavées dans les habitations comme de nos jours, étaient-elles disposées dans des logis séparés? Cette dernière hypothèse nous semble la plus vraisemblable. Il est à présumer d'ailleurs que les familles qui, à Rome, ne possédaient pas de nombreux esclaves et n'habitaient que des appartements loués, envoyaient dehors acheter chez les rôtisseurs et autres marchands de victuailles ce dont elles avaient besoin au moment des repas, ainsi que cela se pratique encore aujourd'hui dans la plupart des villes de l'Italie méridionale. Les Gaulois et les Germains, comme tous les peuples primitifs, faisaient leur cuisine en plein air. Grégoire de Tours parle de ces repas faits dans de grands hangars, dans ces barraques de bois que les rois francs élevaient là où ils voulaient résider pendant quelque temps; dans ce cas, les aliments étaient préparés dehors au milieu de vastes cheminées bâties en brique et en terre. Dans la tapisserie de Bayeux, on voit encore les gens de Guillaume faisant la cuisine en plein air; il est vrai que la scène se passe au moment du débarquement de son armée en Angleterre. Necham remarque qu'il était d'usage de placer les cuisines près de l'extérieur des habitations, le long du chemin ou de la rue. Il fallait alors traverser une cour pour passer de la cuisine à la salle à manger; les viandes étaient apportées embrochées, et on les dressait, dans la salle même, sur des buffets, avant de les présenter aux convives.

Dans l'enceinte des châteaux normands des XIe et XIIe siècles, on aperçoit souvent des aires circulaires de quatre à cinq mètres de diamètre dont quelques parties sont calcinées; nous pensons que ce sont là les cuisines primitives, qui n'étaient autre chose qu'une sorte de cloche de terre avec un tuyau à sa partie supérieure, et dans laquelle on allumait des feux pour faire rôtir ou bouillir des viandes. En conservant ces dispositions primitives, on les perfectionna.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
gavarneur   13 février 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
Quand on demande encore à ces vieillards si, avant eux, il y avait d'autres hommes déjà établis dans la vallée, ils disent : Qu'en effet, il y avait des hommes ; mais petits, des nains qui mangeaient de la terre et n'avaient ni arcs ni flèches pour tuer les bêtes sauvages, ni hameçons pour prendre les poissons, ni barques pour passer la rivière. Qu'à l'approche des habitants actuels, ces nains ont disparu et se sont réfugiés sous terre, d'où ils sortent parfois la nuit pour faire le mal, pour couper les attaches des barques ou les couler, pour faire mourir les enfants à la mamelle, casser les arcs ou prévenir les bêtes de la forêt d'une chasse projetée, afin de les éloigner.

Page 5
Commenter  J’apprécie          110
gavarneur   06 mars 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
Malgré son enceinte bastionnée et son grand ouvrage avancé qui existait encore en 1870, tel que Vauban l'avait tracé, la ville de la Roche-Pont n'eût pas tenu quarante-huit heures devant l'artillerie allemande.

Page 332
Commenter  J’apprécie          100
gavarneur   02 mars 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
Le baron Guy tenait à élever en face du plateau (point d'attaque) un grand front, légèrement convexe pour dérober les saillants VV'. Il voulait une large barbacane au milieu de ce front, pour réunir les troupes destinées aux sorties, pour les protéger en cas de retraite. Il avait observé que toutes les bonnes défenses élevées en Syrie par les chrétiens plantaient toujours les entrées de telle sorte que l'assaillant fût obligé de présenter son flanc droit à la défense, ce qui était bien raisonné, puisque le flanc gauche est protégé par l'écu ou le pavois.

Page 158
Commenter  J’apprécie          90
gavarneur   28 février 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
Six ans après les événements que nous venons de rapporter, le siège d'Alésia terminé, César donna l'ordre d'établir un camp permanent sur le plateau d'Avon, à la place occupée par l'oppidum Gaulois.

Page 85
Commenter  J’apprécie          81
gavarneur   26 février 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
La guerre est donc un jeu qui tend à devenir de plus en plus cher et surtout la guerre de sièges. Est-ce à dire que les nations se dégoûteront de la faire à cause des effroyables dépenses qu'elle entraîne ? Ce n'est pas à croire.

Page 346
Commenter  J’apprécie          72
SZRAMOWO   02 février 2016
La cité de Carcassonne (Aude) (Éd.1888) de Eugène Viollet-le-Duc
J’ai voulu donner un résumé très-succinct de l’histoire des constructions qui composent l’enceinte de la cité de Carcassonne, afin d’expliquer aux voyageurs curieux les irrégularités et les différences d’aspect que présentent ces défenses dont une partie date de la domination romaine et visigothe et qui ont été successivement modifiées et restaurées, pendant les xiie et xiiie siècles, par les vicomtes et par le roi de France.

Quand on se présente devant la cité de Carcassonne, on est tout d’abord frappé de l’aspect grandiose et sévère de ces tours brunes si diverses de dimensions, de forme, et qui suivent, ainsi que les hautes courtines qui les réunissent, les mouvements du terrain pour obtenir un commandement sur la campagne et profiter autant que possible des avantages naturels offerts par les escarpements du plateau, au bord duquel on les a élevées. Du côté oriental est ouverte l’entrée principale, la seule accessible aux charrois, c’est la porte Narbonnaise défendue par un fossé et une barbacane garnie de meurtrières et d’un crénelage avec chemin de ronde. L’entrée est biaise, de façon à masquer la porte de l’ouvrage principal. Un châtelet, qui peut être isolé de la barbacane, la précède, à cheval sur le pont qui était composé de deux tabliers mobiles en bois, dont les tourillons sont encore à leur place. Cette barbacane et le châtelet sont ouverts à la gorge afin d’être battus par les défenses supérieures de la porte Narbonnaise, si ces premiers ouvrages tombaient au pouvoir de l’ennemi.

Du côté extérieur, les deux grosses tours entre lesquelles est ouverte la porte, sont renforcées par des becs, sortes d’éperons destinés à éloigner l’assaillant du point tangent le plus attaquable, de le forcer de se démasquer, à faire dévier le bélier (bosson en langue d’Oïl), ou à présenter une plus forte épaisseur de maçonnerie à la mine.

L’entrée était d’abord fermée par une chaîne dont les attaches sont encore à leur place et qui était destinée à empêcher des chevaux lancés d’entrer dans la ville. Un machicoulis protège la première herse et la première porte en bois avec barres ; dans la voûte est percé un second machicoulis, puis on trouve un troisième machicoulis devant la seconde herse. Il n’était donc pas facile de franchir tous ces obstacles. Mais cette entrée était défendue d’une manière plus efficace encore en temps de guerre.

Au-dessus de l’arc de la porte, des deux côtés de la niche occupée par la statue de la Vierge, se voient, sur les flancs de chacune des deux tours, trois entailles proprement faites ; les deux voisines de l’angle sont coupées carrément et d’une profondeur de 0m,20, la troisième est coupée en biseau comme pour recevoir le pied d’un lien de bois ou d’un chevron incliné. Au-dessus de la niche de la Vierge on remarque trois autres trous carrés profonds, destinés à recevoir des pièces de bois formant une forte saillie. Ces trous recevaient, en effet, les pièces de bois d’un auvent formant une saillie prononcée au-dessus de la porte, protégeant la niche et les gens de garde à l’entrée de la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gavarneur   17 février 2017
Histoire d'une forteresse de Eugène Viollet-le-Duc
En 1606, Henri IV était parvenu à maîtriser les factions religieuses et féodales qui avaient mis la France en péril depuis trente ans. Il nourrissait de grands desseins que sa politique habile, son âme patriotique, ses talents militaires, les précieuses alliances qu'il savait nouer, devaient faire réussir. Mais Henri IV ne livrait rien au hasard et ne s'embarquait dans une entreprise, depuis que la couronne lui était échue, qu'après avoir tout préparé pour la mener à bonne fin.

Page 257
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Eugène Viollet-le-Duc (88)Voir plus


Quiz Voir plus

Héroïnes

Miss Marple est une héroïne récurrente dans les romans de….

Agatha Christie
Jane Austen
Margaret Atwood
Mary Shelley

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..