AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 60 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 27/12/1988
Biographie :

Eva Giraud est une auteure rouennaise, née à Paris le 27 décembre 1988.

Ouvrages déjà parus :
Les amants d'Henriette - Lily's Éditions 2017
Nos folies ordinaires - Lily's Éditions 2016
Gamin - Éditions Cogito 2014 (adapté en court-métrage par l'association Particules en août 2015)
Et si on se prostituait? - Éditions Cogito 2014

À paraître (Lily's Éditions, janvier 2018) :
Pickwik, tome 1 - Le vers galant
Pickwik, tome 2 - La reconversion du club des pipes
Pickwik, tome 3 - La librairie manquante

Site web : https://www.evagiraud.com/
Facebook : https://www.facebook.com/giraudeva

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
florencem   08 février 2018
Pickwik, tome 1 : Le Vers Galant de Eva Giraud
Mais être auteur signifiait avant tout - et en toute logique - aimer les mots, les aimer et savoir les manipuler.
Commenter  J’apprécie          200
florencem   10 février 2018
Pickwik, tome 1 : Le Vers Galant de Eva Giraud
Ce que Sam leur avait offert n’était pas seulement un bon repas dans une bonne ambiance. Non, il leur offrit ce soir-là un moment indomptable où la Terre cesse de tourner, empêchant ainsi le temps de filer à son allure habituelle.
Commenter  J’apprécie          170
Villoteau   01 janvier 2013
Pickwik de Eva Giraud
La coccinelle était bien le coffre qui refermait l’âme de Lady Bug, la gardienne du village. Son nom était effectivement d’origine galloise ; elle lui avait confirmé. Pourquoi avoir caché son âme toutes ces années ? Eh bien tout simplement parce que Pickwik était un havre de paix. Ainsi la gardienne pouvait continuer à veiller sur son village. Voilà pourquoi il prospérait dans la loufoquerie la plus sereine.
Commenter  J’apprécie          110
evagiraud   09 novembre 2012
Pickwik de Eva Giraud
Geneviève attrapa une paire de lacets qui traînait sur le lavabo. (...) Un long combat s'ensuivit. Peggy se débattait comme il le pouvait, griffant, rugissant, s'acharnant à une vaine tentative de fuite. Mais la maîtresse avait gagné : au fond de la baignoire, le chat était entièrement ligoté, saucissonné par les lacets.
Commenter  J’apprécie          70
evagiraud   11 janvier 2013
Pickwik de Eva Giraud
Voici le nouveau site internet de Pickwik

http://www.pickwik.fr/
Commenter  J’apprécie          80
Villoteau   01 janvier 2013
Pickwik de Eva Giraud


Nous l’avons feuilleté, Lili a pu admirer l’écriture à la plume, mais rien de plus. Ariane a bien examiné le dessin au charbon, perdu en plein milieu. Elle dit qu’il s’agit peut-être d’un plan (...)



Il y a une histoire que je n’ai toujours pas comprise … qui dit, si je ne me trompe pas, que notre famille habitait Pickwick il y a déjà très longtemps, et que tout le monde nous prenait – enfin pas nous, les Thirion d’avant nous – pour des sorcières. En fait, il ne s’agit que de bien connaître la nature, pour savoir s’en servir comme on veut ! Mais ne pas les démentir et jouer le jeu des sorcières arrangeait tout le monde. Ça faisait peur, alors ça protégeait la famille, en un sens. Bref, c’est une simple question de savoir.



(au sujet du journal intime découvert sous un plancher)
Commenter  J’apprécie          50
Sharon   01 mai 2016
Nos folies ordinaires de Eva Giraud
On m'avait toujours conseillé de me méfier des artistes : ils vous enveloppent malgré vous de leur monde, tanguant comme une embarcation rouillée dont on ignore combien de temps elle pourra flotter.
Commenter  J’apprécie          60
lilym.book   27 octobre 2015
Nos folies ordinaires de Eva Giraud
"Quand on n’a connu qu’un point de vue toute sa vie, il est difficile d’entrevoir un chemin déviant comme quelque chose de positif.

C’était le cas pour ma voisine de pallier : la trentaine, célibataire, à la tenue vestimentaire un peu relâchée et aux couleurs parfois extravagantes, elle semblait mener une vie de bohème qui choquait mes valeurs. Entrer et sortir n’importe quand, inviter des passants, parler sans pudeur de sa vie aux

inconnus, tout cela m’était totalement étranger.



Une arythmie quotidienne que je craignais due à une volonté de ne pas être intégrée. Une femme qui se lève à quatre heures du matin pour se faire à manger en chantonnant avait probablement l’esprit marginal qui l’empêchait de rien faire comme tout

le monde. J’assimilai ce décalage à la vie d’une femme de petite vertu. Elle avait l’air un peu folle, je me tenais à distance pour enrayer toute possibilité que sa vie atypique ne vienne ternir la mienne. Elle était peintre, me disait-on. Ou écrivain.



On m’avait toujours conseillé de me méfier des artistes : ils vous enveloppent malgré vous de leur monde, tanguant comme une embarcation rouillée dont on ignore combien de temps elle pourra flotter."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Villoteau   01 janvier 2013
Pickwik de Eva Giraud
-Oh, c’est surtout qu’ils perdent leur temps ! Et ils ne sont pas très amicaux. En fait, ils recherchent un objet très ancien qui, selon la légende, rendrait plus riche que tous, quiconque parviendrait à mettre la main dessus. Les coccinelles en pierres précieuses ne sont que pures spéculations miniatures de ce que pourrait être l’objet.



(au sujet d'un groupe d'archéologues)
Commenter  J’apprécie          50
evagiraud   24 mars 2013
Pickwik de Eva Giraud
Peggy,

que sa maîtresse soupçonnait de le faire exprès, avait

attendu que Geneviève passe la serpillière dans le

salon pour descendre –lentement mais sûrement – les

rejoindre. Elle venait juste de nettoyer le dernier coin

de la pièce quand cet abominable et énorme chat – qui

avait, semble-t-il, marché dans le pot de peinture de

l’étage – vint faire le tour de la pièce fraîchement

lavée, cherchant apparemment le meilleur angle du

meilleur canapé pour y élire domicile. C’était un acte

délibéré, Geneviève en était sûre. Elle poussa une

sorte de gémissement qui ressemblait vaguement à un

« Oh, non », moitié excédé moitié amusé, puis le

chassa à coups de balai. L’animal ne semblait pas

vexé outre mesure, se dandinant fièrement jusqu’à la

chatière de l’entrée, et affichant un air satisfait qui

devait vouloir dire « bien fait ».

Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

De quoi briller en société... 🌞⭐️

Avoir de l'avance au gâteau :

avoir les dents du haut proéminentes
avoir les oreilles décollées

12 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions françaises , vocabulaire , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur