AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.26 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris
Mort(e) à : New York , le 22 oct. 2007
Biographie :

Denise-Ève Curie, née le 6 décembre 1904 à Paris, décédée le 22 octobre 2007 à New York (États-Unis), est une pianiste, femme de lettres, journaliste, conférencière et diplomate française.
Fille de Pierre et Marie Curie, née Skłodowska, sœur cadette de Irène Joliot-Curie, elle étudie au collège Sévigné, où elle obtient son baccalauréat en 1925.
Comme elle aime à le rappeler, elle est la seule de la famille à n'avoir pas choisi une carrière scientifique. Elle commence sa carrière en tant que pianiste et se produit pour la première fois à Paris en 1925.
Après le décès de sa mère en 1934, elle écrit la biographie de celle-ci, Madame Curie, qui devient un best-seller mondial (1938).
En mars ou avril 1932, elle rencontre Henri Bernstein, directeur du théâtre du gymnase, pour lequel elle écrit 145, Wall Street, adaptation de Spread Eagle de George S. Brooks et Walter B. Lister, créée le 25 octobre suivant. De 1932 à 1940, elle entretient une liaison avec Henri Bernstein.
Elle devient chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre Polonia Restituta en 1939.
En juin 1940, après la défaite française, elle embarque à Bordeaux à bord du cargo britannique Madura, qui la conduit, parmi 1 300 réfugiés à Falmouth le 21. En Angleterre, elle s'engage en faveur des Alliés et de la France libre jusqu'à la fin de la Guerre, intervenant à deux reprises à Radio Londres, publiant dans la presse et multipliant les conférences. Engagée en novembre 1941 comme correspondante de guerre par l’Herald Tribune Syndicate de New York, elle se rend sur les fronts de Libye, de Russie, de Birmanie et de Chine.En 1943, elle rejoint l'état major de la 1re DFL. Débarquée avec les troupes françaises en Provence en août 1944, elle participe à la jonction de cette unité avec la 2e DB le 12 septembre. Le 13 novembre 1944, elle fonde avec Philippe Barrès le quotidien Paris-Presse, qu'elle co-dirige jusqu'en 1949. Elle obtient la croix de guerre en 1944. En 1952, elle devient conseillère spéciale du Secrétaire général de l'OTAN. Deux ans plus tard, en 1954, elle épouse Henry Labouisse, ambassadeur des États-Unis en Grèce qui fut pendant quinze ans président de l'Unicef. Dans le cadre de leurs fonctions, Ève et son époux voyageront dans plus d'une centaine de pays.
Devenue citoyenne américaine en 1958, elle est promue le 13 juillet 2005 au rang d'officier de la Légion d'honneur. Veuve depuis 1987, elle s'éteint le 22 octobre 2007, à l'âge de 102 ans.



+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Eve Curie   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
scaalaire68   29 janvier 2014
Madame Curie de Eve Curie
Chez Pierre, d'un détachement naturel, l'assaut de la popularité se heurte à des principes de toujours. Il hait les hiérarchies, les classements. Il trouve absurde qu'il y ait des « premiers en classe », et les décorations que convoitent les grandes personnes lui paraissent aussi superflues que les médailles accordées aux enfants des écoles. Cette attitude, qui lui a fait refuser la croix, est la sienne également dans le domaine de la science. Il ignore l'esprit de compétition et, dans la « course aux découvertes », il supporte sans chagrin d'être devancé par un confrère. « Qu'importe que je n'aie pas publié un tel travail » a-t-il coutume de dire, « si un autre le publie... »
Commenter  J’apprécie          120
lhermittebernadette   15 octobre 2014
Madame Curie de Eve Curie
J'ai lu ce livre il y a bien des années , et j'ai été passionnée par la vie de cette petite polonaise qui arrivée à Paris vivra dans une chambre froide sous les toits , ses moyens de vie étant très limités, pour poursuivre ses études jusqu'au jour où elle fera la connaissance de Pierre Curie un savant d'une grande modestie qui deviendra son mari . Chercheurs ils découvriront la radioactivité dans des conditions difficiles dans le froid , respirant les effluves dangereuses d'un produit nocif toute la journée sans penser à leur santé. C'est un couple amoureux qui adore se réfugier à la campagne sitôt qu'ils sont libres , des enfants naîtront , et pourtant ils s'investiront toujours autant dans leur recherches jusqu'au jour où Pierre disparaîtra sous les sabots d'un cheval , car comme tous les savants il marche dans la rue et traverse sans regarder ,sa pensée étant encore dans son laboratoire. Marie malgré son immense chagrin continuera avec acharnement son travail et finira par découvrir le Radium . La guerre de 1914 est arrivée et grâce à sa découverte et les ambulances mises à sa disposition , beaucoup de vie pourront être sauvées .Remercions aujourd'hui encore cette femme exceptionnelle qui continue à donner de l'espoir à tous ces malades qui reçoivent des soins prodigués dans les hôpitaux par l'intermédiaire du radium. Cette femme qui mourra à 75 ans minée par ce même radium qu'elle aura manipulé pendant des années sans précaution .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
scaalaire68   29 janvier 2014
Madame Curie de Eve Curie
Ou bien l'hiver se prolonge, glaçant la mansarde du sixième étage. Il fait si froid que Marie ne peut plus dormir. Elle grelotte. Sa provision de charbon est épuisée. Mais quoi ? Est-ce qu'une fille de Varsovie va se laisser vaincre par un hiver parisien ? Marie rallume la lampe, regarde autour d'elle. Elle ouvre la grosse malle, rassemble les vêtements qu'elle possède. Elle en met le plus possible sur elle, puis s'étant reglissée dans son lit, elle empile le reste, sa robe de rechange, son linge, par dessus la couverture. Il fait trop froid encore. Marie tend le bras, attire à elle l'unique chaise, la soulève, la couche au faîte de ses vêtements amassés, se donnant on ne sait quelle illusion de poids, de chaleur. Il ne lui reste plus qu'à attendre le sommeil, sans bouger surtout, afin de préserver l'échafaudage dont elle est la base vivante.

Cependant, dans le pot à eau, se forme lentement une couche de glace.
Commenter  J’apprécie          50
Eve Curie
annie   05 décembre 2012
Eve Curie
« La paix à n'importe quel prix, ce n'est plus la paix. »

de Eve Curie
Commenter  J’apprécie          50
gill   02 avril 2013
La Petite Illustration - Théâtre - N°318 - 145, Wall Street de Eve Curie
Le décor représente le bureau de Martin Henderson à la "Henderson Corporation", 145, Wall-Street, à New-York.

C'est une grande pièce meublée avec luxe et confort : bureaux immenses, fauteuils tournants recouverts de velours, tapis épais, lourds rideaux.

Aux murs, une immense carte de géographie, des diagrammes. A gauche, un meuble étroit et haut porte un transparent lumineux sur lequel, de temps à autre, apparaissent des chiffres représentant une cote de bourse.

Le bureau de Martin Henderson est au fond du décor ; celui de Joe Cobb, à droite.

Par une immense baie ouverte, on aperçoit les gratte-ciel de New-York.

-

Grace est une secrétaire sténo-dactylographe. Elle est vêtue avec une élégance sobre, mais recherchée. Elle a une voix toujours égale, un peu dans l'aigu et elle s'exprime toujours avec une courtoisie exquise qui pourrait devenir agaçante.

Lorsqu'elle s'adresse à ses patrons, son visage témoigne l'extrême bonne volonté, le dévouement. On sent qu'elle ne doute jamais de la distinction de ses aptitudes et il ne serait pas étonnant qu'elle eût pris des leçons de maintien.

Sans être ridicule, elle n'est pas dépourvue d'un peu de préciosité. Elle a trente ans. On la sent intelligente et capable. Peter est un garçon de bureau que la nature n'a pas comblé de ses dons. C'est un personnage terne et effacé, qui pourrait être maussade au besoin. Il est recouvert d'un vêtement assez usé mais convenable....

(lever de rideau de la pièce extraite de "La Petite Illustration" n° 318 parue en mars 1933)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ClioIno   20 avril 2018
Madame Curie de Eve Curie
Tu m'écris que tu aurais voulu vivre il y a un siècle ... Irène, elle, m'affirme qu'elle aurait préféré vivre plus tard, dans les siècles à venir. Je pense qu'à chaque époque on peut avoir une vie intéressante et utile. Ce qu'il faut, c'est ne pas la gâcher et pouvoir se dire : "J'ai fait ce que j'ai pu". C'est tout ce que l'on peut exiger de nous, et c'est aussi la seule chose capable de vous apporter un peu de bonheur.
Commenter  J’apprécie          20
dcombier   15 avril 2020
Madame Curie de Eve Curie
Des traditions et des principes de la Révolution française, qui créa le système métrique, fonda l’École Normale, et en maintes circonstances encouragea les sciences, l’État ne semble avoir retenu, après plus d'un siècle, que les fâcheuses paroles prononcées par Fouquier-Tinville à l'audience où Lavoisier fut condamné à la guillotine : "La République n' a pas besoin de savants."
Commenter  J’apprécie          21
dcombier   14 avril 2020
Madame Curie de Eve Curie
Nous ne pouvons pas espérer construire un monde meilleur sans améliorer les individus. Dans ce but, chacun de nous doit travailler à son propre perfectionnement, tout en acceptant dans la vie générale de l'Humanité sa part de responsabilités - notre devoir particulier étant d'aider ceux à qui nous pouvons être le plus utile.
Commenter  J’apprécie          10
Eve Curie
dido600   08 janvier 2017
Eve Curie
"La paix à n'importe quel prix, ce n'est plus la paix." [ Eve Curie ]
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur