AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.15 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Boden , le 29/07/1900
Mort(e) à : Stockholm , le 25/08/1976
Biographie :

Eyvind Johnson est un écrivain suédois.

Il commence à travailler à 14 ans, et s'essaie à divers petits métiers. Au lendemain de la guerre, il connaît le chômage et la misère qui le convainquent de s'engager dans le syndicalisme et le militantisme socialiste.

De 1921 à 1923, il s'établit à Berlin puis à Paris où il vit de maigres revenus tirés de deux journaux socialistes. En 1924, il publie un premier recueil de nouvelles : "Les Quatre Étrangers" puis un roman aux accents anti-capitalistes l'année suivante : "Timans et la justice". Peu après, il revient en France. De 1926 à 1930, Johnson habite à Saint-Leu-la-Forêt dans un modeste immeuble.

Johnson écrit en France les romans "Ville des ténèbres" en 1927 qui évoque son lieu de naissance et "Lettres recommandées" en 1928 dont l'intrigue se déroule à Paris.

Dans les années 1940, il prend parti contre les dictatures et toutes les formes d'oppression politique, soutenant par exemple les revendications indépendantistes de la Finlande. En 1945, il publie "Le Roman d'Olof".

Devenu un artiste populaire pour son engagement et son humanisme, il est élu à l'Académie suédoise en 1957, au fauteuil N°11 laissé vacant par Nils Ahnlund.

En 1974, il reçoit, en compagnie du poète Harry Martinson, le prix Nobel de littérature pour une œuvre qui, à travers les paysages et le temps, se met au service de la liberté. La récompense divise néanmoins l'opinion et excède l'intelligentsia suédoise qui lui reproche son idéologie prolétarienne.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Eyvind Johnson   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Eyvind Johnson
SamA   02 novembre 2010
Eyvind Johnson
— On pourrait parler de destins nus, n’est-ce pas, Henry ?



— Il n’y a pas de destins « nus » : il y a des destins, toutes les vies sont des destins. Le destin de chacun effleure le destin de tous. Nous ne sommes pas obligés de considérer cela comme une découverte tar dive. On peut en faire une religion et bien d’autres choses, et c’est peut-être nécessaire.



— « Peut-être » est ton mot favori, Templeman ?



— L’un de mes mots favoris, dit-il alors. Et naturellement je pourrais parler de jeunes gens qui ne connaissent eux aussi la politique, c’est-à-dire ce jeu que nous jouons tous et qui nous concerne tous, que comme une maladie, une gêne, quelque chose de comparable au cancer, aux difficultés de respiration ou aux choses de ce genre. Mais je pourrais certainement aussi parler de bien des gens qui ont pensé et qui pensent que la politique joue un rôle extrêmement important. À peu près le rôle que la vie et son sous-produit, la mort, jouent pour le globe terrestre.



Écartez le soleil, 1951.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Allantvers   01 septembre 2021
Le nouveau spartiate et autres nouvelles de Eyvind Johnson
La femme possède une cruauté joyeuse, riante, aux dents acérées, dont le monde ne peut peut-être pas se passer.
Commenter  J’apprécie          60
Allantvers   31 août 2021
Le nouveau spartiate et autres nouvelles de Eyvind Johnson
Tobias concevait la nature non pas comme un torrent de forces mais comme état supérieur. Il détestait les humains - et je suppose aujourd'hui que c'était par pur désir de vivre et que sa haine n'était pas de la haine mais uniquement une façon d'exprimer la vie, un peu comme on peut avoir envie de pousser un cri affreusement strident quand on déborde de joie et de bonne humeur.
Commenter  J’apprécie          30
SamA   02 novembre 2010
Ecartez le Soleil de Eyvind Johnson
— « Peut-être » est ton mot favori, Templeman ?



— L’un de mes mots favoris, dit-il alors. Et naturellement je pourrais parler de jeunes gens qui ne connaissent eux aussi la politique, c’est-à-dire ce jeu que nous jouons tous et qui nous concerne tous, que comme une maladie, une gêne, quelque chose de comparable au cancer, aux difficultés de respiration ou aux choses de ce genre. Mais je pourrais certainement aussi parler de bien des gens qui ont pensé et qui pensent que la politique joue un rôle extrêmement important. À peu près le rôle que la vie et son sous-produit, la mort, jouent pour le globe terrestre.
Commenter  J’apprécie          20
SamA   02 novembre 2010
Ecartez le Soleil de Eyvind Johnson
— Il n’y a pas de destins « nus » : il y a des destins, toutes les vies sont des destins. Le destin de chacun effleure le destin de tous. Nous ne sommes pas obligés de considérer cela comme une découverte tar dive. On peut en faire une religion et bien d’autres choses, et c’est peut-être nécessaire.
Commenter  J’apprécie          20
Genedublan   08 novembre 2021
Le roman d'Olof de Eyvind Johnson
« Tu ne peux pas rester chez parents, répondait-on. Il y a la maladie chez eux, et ils n'ont que juste ce qu'il leur faut à eux-mêmes. » Il ne pouvait répondre : il savait qu'il ne pouvait pas rester chez ses parents. Au fond, il n'y avait jamais vécu. Ç'avait été une espère de tirage au sort. On l'avait placé là où il devait se trouver bien, et on lui avait répété qu'il y était très bien. Il n'en doutait pas : il croyait que c'était cela que d'être bien.

...

Quand on était à table et qu'on mangeait, il se trouvait bien. Quand il était couché sous une fourrure dans les nuits d'hiver, il se trouvait bien aussi. Être bien, c'était cela. Il recevait des vêtements et des chaussures, qui semblaient tirés du silence par une main invisible; soudain ils apparaissaient, ils existaient comme la nourriture sur la table. Ou bien des paroles les accompagnaient : «Quand tu étais petit et que ton père est tombé malade... Les enfants d'autrui... La reconnaissance...».



Une fois, il se sauva dans la forêt. Couché sur le dos, dans les aiguilles tièdes, il pleura les yeux ouverts; les larmes lui coulèrent dans les oreilles et il dut se relever. «Que le diable, le diable les emporte! cria-t-il. Je ne veux pas être bien.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Genedublan   08 novembre 2021
Le roman d'Olof de Eyvind Johnson
Cette idée qu'une autre personne pût avoir peur de lui fit évanour sa propre peur, le grandit, le rendit plus fort. Son sentiment de solitude avait disparu soudain.

...

Olof avait fait ses premiers pas dans la vie, dans la volonté de devenir un homme. Le danger de la briqueterie se fit lointain, irréel, comme s'il n'avait existé qu'en rêve. Le dernier reste de peur, le petit frémissement du sang demeuraient encore, mais Olof découvrait qu'il pouvait y échapper, car l'avenir s'ouvrait et les possibilités de toutes les joies prenaient vie. Il songea qu'on peut s'en aller si l'on veut, où l'on veut, et qu'il n'existe aucun danger si grand qu'on ne soit capable de s'en défendre soi-même.
Commenter  J’apprécie          00
xalatan   09 novembre 2021
Le roman d'Olof de Eyvind Johnson
Olof avait fait ses premiers pas dans la vie, dans la volonté de devenir un homme. Le danger de la briqueterie se fit lointain, irréel, comme s'il n'avait existé qu'en rêve. Le dernier reste de peur, le petit frémissement du sang demeuraient encore, mais Olof découvrait qu'il pouvait y échapper, car l'avenir s'ouvrait et les possibilités de toutes les joies prenaient vie. [ ]

Il ressentit un soulagement si intense, une allégresse si grande qu'il lui fallut l'exprimer. Il pensa : "Je n'ai pas peur ! Je n'ai pas peur ! "
Commenter  J’apprécie          00
xalatan   09 novembre 2021
Le roman d'Olof de Eyvind Johnson
Alors il levait le visage vers le bleu du ciel hivernal et riait. Il ne riait que dans la solitude : il s'exerçait pour ainsi dire dans l'art de rire pour le cas où, plus tard, il aurait l'occasion de s'en servir.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Je me suis fait assommer par Zola

la soûlerie du matin cuvée à midi et repincée le soir, les tournées de ...?... se succédant, se perdant dans la nuit, pareilles aux lampions d’une fête. Indice : Inspirez !

casse-tête
casse-poitrine

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur