AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.76 /5 (sur 191 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Jersey City , le 17/05/1946
Biographie :

Francis Paul Wilson est un écrivain américain de romans de fantastique et d'horreur.

Après avoir obtenu son diplôme de docteur en médecine à l'Université de Georgetown en 1973, il commence à travailler comme médecin généraliste à Brick Township dans le New Jersey en 1974.

Parallèlement, il écrit des nouvelles pour le fameux magazine "Analog Science Fiction and Fact" depuis 1970. Il devient célèbre en 1981 avec "La Forteresse noire" ("The Keep") qui le révèle au grand public.

Ce roman raconte les mésaventures d'un détachement de SS confronté à une créature maléfique dans un donjon de Transylvanie. L'auteur y fait preuve d'une efficacité stylistique et d'une originalité telles qu'elles lui valent d'emblée les faveurs des amateurs du genre. Le roman est adapté au cinéma en 1983 par Michael Mann.

Grand amateur de pulps et de romans d'aventures, il écrit ensuite en 1984 "La Tombe" ("The Tomb") dans lequel apparaît son personnage fétiche Repairman Jack, sorte de Angus Mac Gyver fantastique et romanesque, roman auquel il ne manquera pas de donner une suite.

Il est également l'auteur de thrillers tels que "Mort clinique" ("The Select", 1994) ou "Liens de sang" ("Sibs", 1991) et "Mirages" ("Mirage", 1996), écrit en collaboration avec Matthew J. Costello.

Il a aussi écrit sous les pseudonymes Colin Andrews et Mary Elizabeth Murphy.

En 2015, il reçoit un prix Prometheus spécial pour l'ensemble de son œuvre.

site officiel : http://repairmanjack.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de F. Paul Wilson   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Francis Paul Wilson


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
NicolaK   17 septembre 2021
Liens de sang de F. Paul Wilson
"Deux sœurs jumelles ayant chacune une double personnalité, c'est un peu tiré par les cheveux, non ?

- A première vue, je vous l'accorde. Mais pas lorsqu'on prend en compte les particularités de votre cas : deux enfants génétiquement identiques soumises simultanément au même traumatisme. Dans de telles circonstances, il n'est pas absurde de penser que les mécanismes de défense psychologiques seront également identiques."
Commenter  J’apprécie          40
Masa   06 août 2016
Mirage de F. Paul Wilson
— C’est justement ce qui nous intéresse, dit Henderson en se tournant vers Julia. Avez-vous déjà visité le paysage mémoriel d’un sujet atteint de la maladie d’Alzheimer ?

— Non. J’aimerais beaucoup, mais je suis prête à parier qu’en surface au moins, il ne serait pas très différent de Lorraine. Tant que le cortex du patient n’a subit aucune dégénérescence organique, bien sûr.

— Pourquoi dites-vous cela ? Ses souvenirs s’étant envolés, il ne devrait rester qu’un désert !

— Vous confondez l’existence de souvenirs et la capacité d’y accéder. Tous les souvenirs sont fragmentés, éparpillés dans divers recoins de notre cerveau. Par exemple, l’odeur d’un biscuit au chocolat est encodé dans le cortex olfactif, son image dans le cortex visuel, son contact granuleux dans le cortex tactile et son goût dans le cortex gustatif. Ainsi, lorsque vos nerfs olfactifs détectent l’odeur d’un biscuit tout chaud, les systèmes de convergence de votre cerveau assemble toutes les pièces… et vous vous mettez à saliver. Mais s’ils ne peuvent mettre les liens entre les différents cortex, cette même odeur ne signifie rien pour vous. Pourtant vos souvenirs sont toujours là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Masa   17 septembre 2017
Mort clinique de F. Paul Wilson
Quinn aussi le fixa, mais le temps de un ou deux battements de cœur. Elle savait que Jerry serait bientôt mort si personne n’arrêtait l’écoulement de son sang — on ne pouvait pas ignorer ça quand on grandissait dans une ferme. En voyant jaillir le sang, l’histoire du petit hollandais lui traversa l’esprit en un éclair. Elle ne fit qu’un bond et copia à peu près l’épisode du doigt dans la digue.

Le sang était chaud et gluant. La chair déchiquetée lui avait soulevé le cœur au début, mais elle était restée là, à genoux, le doigt dans la plaie, jusqu’à l’arrivée de P’pa avec une trousse de premiers soins et un garrot.
Commenter  J’apprécie          120
Masa   26 juillet 2016
Liens de sang de F. Paul Wilson
— D’accord. Dans ce cas, ce que j’aimerais que tu ne sois pas flic à New York.

— Où cela alors ?

— Dans un endroit qui ne soit pas un repaire de camés, de maquereaux, de violeurs et de tueurs.

— Je ne suis pas de ton avis, Kara. Pour moi, cette ville n’est pas remplie de camés, de maquereaux, de violeurs et de tueurs comme tu le dis. Ce ne sont pas eux qui font la ville. Ils ont été attirés par ses dimensions. Manhattan ressemble à un immense lac, eux ne sont que l’écume qui flotte à la surface. Ils accaparent l’attention. Trop souvent, les étrangers ne voient qu’eux en arrivant ici et ne se souviennent qu’eux en repartant. À cause de l’écume, le lac peut paraître répugnant, mais il ne faut pas assimiler l’un à l’autre. Je travaille ici pour tous les autres, ceux que l’on ne remarque pas, qui vivent et travaillent ici. Des gens comme tente Ellen. Comme… Kelly. Je suis là pour eux. Je ne suis ni Lancelot, ni l’inspecteur Harry, mais je tiens un peu des deux, c’est vrai. Je rouspète contre les hommes politiques et leur législation stupide comme tout un chacun, mais ce que je fais, je le fais sérieusement et je compte bien le faire longtemps. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Masa   18 septembre 2017
Mort clinique de F. Paul Wilson
Il parlait français comme un natif du pays, il aimait le vin, le fromage, partageait le goût de la bonne chère. Là-bas, on savait vivre.
Commenter  J’apprécie          130
Masa   10 août 2016
Mirage de F. Paul Wilson
Et le couple de la chambre d’à côté ne faisait rien pour l’aider. Les murs de l’hôtel étaient très épais, mais ces deux-là s’en donnaient vraiment à cœur joie. Peut-être le mythe de l’amant français était-il vrai après tout. En tout cas, ce n’était pas la voisine de Julia qui risquait de le démentir.

Finalement, elle poussa un long cri aiguë et le silence retomba. Mais Julia ne parvint pas à se rendormir pour autant. Les yeux ouverts dans le noir, elle se demandait en quoi ça pouvait ressembler d’avoir un orgasme si intense qu’on se mettait à hurler comme un animal un soir de pleine lune. Elle n’avait jamais réussi à jouir, probablement parce qu’elle craignait trop de perdre le contrôle d’elle-même. Pourtant, Todd s’était montré très attentif. Mais le sexe restait pour elle une entreprise peu plaisante, souvent ennuyeuse, et toujours désagréablement gluante.
Commenter  J’apprécie          101
Masa   19 septembre 2017
Mort clinique de F. Paul Wilson
Elle n’avait jamais vraiment réfléchi au fait qu’elle passerait une grande partie de sa première année à disséquer un cadavre. Le labo d’anatomie était resté une distraction. Elle avait grandi dans une ferme, Dieu merci. Elle avait aidé à mettre bas des veaux et tuer poulets, dindes et porcs pour le dîner. À l’université, elle avait disséqué tout son soûl vers, grenouilles, poissons, fœtus de porc et jusqu’à un chat en anatomie comparée. Sans problème. Enfin, le chat lui en avait posé un… quand elle avait su qu’il s’agissait d’un chat errant, elle n’avait pu s’empêcher de se demander s’il avait appartenu à quelqu’un, si quelque part un enfant n’attendait pas toujours que son minou revienne à la maison. Mais elle avait dépassé ça.

Ici, c’était différent. À partir d’aujourd’hui, elle disséquerait un être humain… elle trancherait, enlèverait, séparerait les tissus de quelque chose qui avait été autrefois quelqu’un. Intellectuellement, elle s’en était jugée capable, du moins jusqu’aux abords du labo d’anatomie, quand elle avait senti la fraîcheur et l’humidité de l’air chargé en formol lui piquer les narines ; le temps que les doubles portes s’ouvrent et se referment et qu’elle entrevoie fugacement, sous la lumière fluo des blocs de néon, ces rangées de formes recouvertes d’un drap de plastique sur leur table.

Soudain, cette perspective n’était plus abstraite. Il y avait des cadavres sous ces draps et elle allait devoir en toucher un.Y trancher au couteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Masa   19 avril 2015
Repairman Jack, tome 1 : La Tombe de F. Paul Wilson
Jack éprouva une haine intense et instinctive envers ces choses. C'était une réaction purement rationnelle, ce qu'une mangouste devait ressentir envers un serpent. Une inimitié instantanée. Tout au fond de son être, là où gisent les pulsions les plus primitives de l'espèce humaine, il reconnut ces créatures, pour ce qu'elles étaient et sut que leurs races étaient antinomiques par définition ; il ne pouvait y avoir ni coexistence ni trêve, uniquement la guerre et la destruction d'une espèce par l'autre.
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienne   14 juillet 2013
Liens de sang de F. Paul Wilson
"Deux sœurs jumelles ayant chacune une double personnalité, c'est un peu tiré par les cheveux, non ?

- A première vue, je vous l'accorde. Mais pas lorsqu'on prend en compte les particularités de votre cas : deux enfants génétiquement identiques soumises simultanément au même traumatisme. Dans de telles circonstances, il n'est pas absurde de penser que les mécanismes de défense psychologiques seront également identiques." Il compta sur les doigts. " Mêmes gènes, même traumatisme, même réaction. C'est logique, non ?"
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   19 janvier 2013
Liens de sang de F. Paul Wilson
"On peut faire quelque chose pour ça. Votre seconde personnalité semble adopter un type d'activité semblable à celui de votre sœur : Jeanine ne prend le dessus que lorsque vous êtes en état de sommeil."

C'était un soulagement.

"Je suis donc en sécurité pendant la journée.

- Pour l'instant.

- Qu'est-ce que vous voulez dire ?

- Kara est votre personnalité primaire, dominante, celle qui vous permet d'affronter le monde quotidien. C'est une personnalité solide, adulte, bien intégrée, qui n'a pas besoin de "Jeanine". Imaginez une voiture : "Kara"occupe le siège du conducteur tandis que "Jeanine", personnalité relativement mineure, n'est que passagère. Elle est dormante depuis un quart de siècle environ et n'a pas le pouvoir de pousser "Kara" pour prendre le volant - sauf lorsque"Kara" est endormie. Cependant plus elle tient les commandes et plus elle acquiert de force. Un jour, elle risque d'imposer sa domination au moment choisi par elle."
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

stranger things

quelle est le petit déjeuner préféré de eleven ?

les oeufs avec bacon
les gauffres
ils ne le disent pas dans la série
je ne sais pas

20 questions
100 lecteurs ont répondu
Thème : Stranger Things, tome 1 de Jody HouserCréer un quiz sur cet auteur

.. ..