AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.95 /5 (sur 129 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Créhange, Moselle , le 25/11/1959
Biographie :

Fabienne Jacob est un écrivain français.

Elle à grandi à Guessling-Hémering où elle a vécu jusqu’à ses 17 ans. Elle n’eut pas le français comme langue maternelle mais le Ditsch qu'elle à longtemps pratiqué.

Elle a enseigné à Mayotte avant de rejoindre Paris où elle a exercé diverses professions avant de se consacrer à l'écriture.

Elle est l'auteure d'une œuvre romanesque qui explore le corps, la sensation et l'origine.

"Les après-midi, ça devrait pas exister" (2003) est lauréat du Prix Renaissance de la Nouvelle 2005.

Son roman "Corps" a été très remarqué par la critique. Il a obtenu le Prix Thyde Monier 2010 de la Société des gens de lettres et a figuré sur la sélection du prix Femina.

"L’Averse" (2012) a reçu le Prix des Lecteurs du Var 2013 et "Mon âge" (2014) - nommé au prix Femina - le prix Georges Sadler de l’Académie Stanislas 2016.

Elle est également auteure de nombreuses publications de nouvelles dans des recueils collectifs.

Fabienne Jacob effectue plusieurs résidences en France et à l’étranger et anime des ateliers d’écriture auprès de tout type de public.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Fabienne Jacob publie « Un homme aborde une femme », un court roman charnel qui s'interroge sur le désir entre les hommes et les femmes. Une véritable enquête sur la liberté, le désir et sur le corps.
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
ATOS   02 décembre 2012
Corps de Fabienne Jacob
Je n'aime pas les arrangements entre les gens j'aime que les gens aillent au bout de leur vie je n'aime pas quand les hommes et les femmes contractent des arrangements entre eux. Après on le sent dans leurs appartements au milieu des l'odeur âcre de l'eau des fleurs qu'on a oublié de changer, au milieu des couches des enfants des puzzles renversés sur la moquette des cubes qui traînent dans les séjours, chaque vase chaque jouet suinte par la suite cette ose cet arrangement. Dans cette maison i y a eu un arrangement, dans cette maison les gens n'ont pas vécu leur vie complètement.
Commenter  J’apprécie          140
AndreeLaPapivore   09 septembre 2014
Mon âge de Fabienne Jacob
Elle connaît le chemin, je sais pas comment, au début on reste sur le sentier ensuite elle connaît, on ne peut pas comprendre comment elle est Else, elle ne se perd jamais, elle est comme chez elle dans les sous-bois qui se ressemblent tous, elle trouve son chemin dans les ronces pleines de mûres, les branches en travers il faut les écarter avec soin, sinon c'est le boomerang, elles surgissent, c'est un surgissement à chaque pas, une jungle, la forêt est un surgissement et un bruissement, une cage verte pleine de craquements, de griffures, rayures, un pas devant l'autre, on progresse seulement si les obstacles on sait en faire des alliés, les feuilles crissent sous les pas, ça fait un beau bruit, inquiétant mais beau, rien n'est tranquille dans la forêt, on pense à la paix mais c'est la guerre, la forêt la guerre, tellement la vie y est cachée, terrée, pour vivre heureux vivons cachés, une devise de guerre, la forêt, quand on passe, cent mille petits animaux de rien, planquez-vous, les voilà qui passent, les deux, ou si c'est tranquille c'est un piège, une feinte pour qu'on les laisse tranquilles, pour qu'on trace notre route sans les voir, en réalité cent mille paires de petits yeux nous observent, cent mille tentacules infimes, antennes, pattes, des branches en travers encore, mais continuer de marcher, marcher, vers le plus profond des bois, là où la forêt fabrique du secret vert en pagaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipette   02 mars 2013
L'averse de Fabienne Jacob
« J’étais devenu la mascotte des soldats, je leur apprenais des mots en arabe, ils me racontaient des blagues. » (p. 103)
Commenter  J’apprécie          130
Zalvec   02 octobre 2015
L'averse de Fabienne Jacob
La vulgarité aura bientôt fait son oeuvre sournoise de dévoration, le moindre secret traqué, extorqué au fond des gorges au fond des ventres, les portes des chambres à coucher toujours ouvertes, rien à cacher, rien à désirer. Ce monde immédiat, tout, tout de suite, dis-moi tout, montre-moi tout.
Commenter  J’apprécie          120
hcdahlem   28 février 2017
Les séances de Fabienne Jacob
En les photographiant, Eva prend aux enfants une chose qu’ils ont au fond d’eux et qui n’a pas de nom, qui irradie du fond de leur être, on ne sait pas exactement où, se fraye un chemin dans le noir et qu’elle finit par faire remonter au grand jour. Quand ça apparaît sur la bouche et dans les yeux des enfants, ça porte enfin un nom, un nom qui dit bien que ça sort, que ça sourd l’Expression. Quelque chose qui nous appartient en propre, une combinaison unique de mille traits qui nous différencient du voisin, mais quand cette chose éclate sur la page du magazine Lamb, les autres, ceux qui la regardent, se l’approprient et la reconnaissent aussitôt comme leur. De singulière, l’expression devient universelle. Cette chose possède aussi un autre pouvoir, celui de faire affluer à la seconde chez celui qui regarde la photo des désirs, des souvenirs et des sensations par centaines.
Commenter  J’apprécie          100
Zalvec   06 octobre 2015
L'averse de Fabienne Jacob
... la dernière appellation en date : français issu de l'immigration. Quand il est arrivé, ça avait de la gueule, bougnoule, au moins ça sonnait ! Et au moins on savait à quoi s'en tenir. Maintenant ces mots sont interdits par la loi mais la loi ne peut interdire les pensées qui ne s'entendent pas.
Commenter  J’apprécie          110
Claire45   26 octobre 2014
Mon âge de Fabienne Jacob
Le dialogue avec l'éternité fait moins vieillir que celui avec le siècle. Les scientifiques et les laboratoires pharmaceutiques devraient les étudier, au même titre que les paysans des vallées crétoises ou de lointaines vallées chinoises , mais va donc extorquer son secret à une bonne sœur. P.124
Commenter  J’apprécie          110
ADAMSY   28 septembre 2016
Les séances de Fabienne Jacob
Leurs sourires soudains, que peut-il y avoir à sourire dans une vie d'une poignée de jours, leurs mains de dentelles avec leurs minuscules ongles roses, des êtres qui n'ont jamais encore de leur vie touché rien de sale, jamais, les uniques êtres aux mains propres qui ne soient pas des curés, tant de questions et si peu de réponses dans de si petites personnes.
Commenter  J’apprécie          90
Zalvec   04 octobre 2015
L'averse de Fabienne Jacob
... le mensonge est un marécage.
Commenter  J’apprécie          110
ninachevalier   20 septembre 2018
Un homme aborde une femme de Fabienne Jacob
De tous les hommes qu'on rencontre dans une vie, ceux de la rue offrent souvent les expériences les plus immédiates, les plus totales. Bien qu'ils n'aient fait que nous frôler, nous croiser, qu'on ne les aient jamais revus, qu'on ne leur ait jamais parlé, ils portent mal leur nom de passants, tant la trace qu'ils laissent derrière eux ne passe pas. Certains ne se sont pas même retournés.
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..