AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 10/1877
Mort(e) le : 26/03/1937
Biographie :

Gaston Risselin, dit Fabrice Delphi ou Delphi Fabrice, est un écrivain français, auteur de romans sentimentaux et d'aventures.

À ses débuts, il s’essaie, très jeune, à la critique d'art en composant un ouvrage sur la Bretagne artistique ("Les Peintres de la Bretagne", 1898), en collaborant à la revue "L'Estampe et l'affiche" ou avec la galerie Le Barc de Boutteville.

Il fait ensuite partie des "auteurs à scandale" dits décadentistes, de la Belle Époque, à l'image de Jean Lorrain, avec qui il collabore. Comme Lorrain, il affichait tapageusement son homosexualité.

Il doit sa véritable reconnaissance dans le monde des lettres à ses collaborations diverses, avec des aînés comme Lorrain ou des écrivains de sa génération, tels Paul de Pitray, Maurice Goublier parmi d'autres, dont au premier chef Oscar Méténier.

Il donne un nombre important de courtes pièces, souvent en un ou deux actes - comme "L'Araignée rouge", pièce qui est à l'origine du roman du même titre représentées sur de petits théâtres. Dès 1910, et sans doute pour des questions financières, il adapte une grande quantité de romans de la comtesse de Ségur en sketches pour enfants. Travaillant sans relâche, il publie quelques bluettes, des romans patriotiques pendant la Première Guerre dans la "Collection gauloise" (au sous-titre évocateur de "Pour distraire nos poilus").

Dans les années 1920, il écrit des "ciné-romans" (adaptations de films en roman-photo) pour "Le Film complet", supplément de la revue Mon ciné.

Il est l'auteur de plus de 120 ouvrages.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Unity   14 février 2013
L'Opium à Paris de Fabrice Delphi
Les éthéromanes sont extrêmement imaginatifs ; (…) l’éther est un poison qui pousse à la hantise du laid, du monstrueux. Tous les éthéromanes que vous interrogerez sur leurs rêves et sur leurs sensations vous causeront toujours et uniformément de potences, de pendus, de noyés, de noyés surtout. On croirait que l’éther s’est placé sous le patronage de la pâle Ophélie, vous savez Ophélie, celle dont le masque de beauté et de mort suit lentement le fil de l’eau…
Commenter  J’apprécie          60
Unity   27 janvier 2013
L'Araignée rouge de Fabrice Delphi
Anéanti devant mon impuissance, j'étais sans courage pour échafauder une illusion de travail. Non, je n'avais même pas le peu de volonté nécessaire pour m'employer à quelque oeuvre utile et banale dont la réalisation ne laisserait pas en moi une place pour l'inquiétude. Et des cours, et des nuits, je m'hébétais dans la monotonie d'une existence à la dérive qu'une angoisse aiguë torturait par crises. C'est alors que je connus mon ami, mon confident, mon consolateur, celui qui est toujours là, l'éther...

Un jour où je souffrais atrocement de névralgies gastriques, le docteur de Fauvières m'ordonna quelques gouttes d'éther. Mon mal physique disparut. Et ma personne spirituelle, si faible, si débile, se sentit vivifiée, comme née d'une nouvelle existence. J'eus alors - cela très nettement - le sentiment que je vivais, que mon être, jusque là dans les limbes, s'éveillait en joie, en lumière, en paradis, un paradis blanc, froid.
Commenter  J’apprécie          30
Unity   08 février 2013
L'Araignée rouge de Fabrice Delphi
- Les plaisirs de la campagne, maman : Une mauvaise invention de feuilletonniste à court de copie. Non, je ne suis pas idyllique. La campagne ne me fait pas vomir de vers, à moi. Je ne m'extasie pas sur la beauté des panoramas, la mine fraîche des paysannes. Je ne m'amuse pas à cueillir des violettes, des pensées, des jacinthes des bois. Je n'ai pas cette âme de modiste chère aux poètes contemporains. Quand j'ai envie d'un bouquet, je télégraphie à Paris et je reçois des fleurs le lendemain. Je déteste les bouquets paysans, mastocs, composés sans aucun souci de forme, d'arrangement, de couleurs.
Commenter  J’apprécie          20
Unity   06 février 2013
Delphi Fabrice. Outre-fortifs. Impressions de banlieue de Fabrice Delphi
Vous-nous, non, rien n'est plus beau.

Dans Asnièr', que nous les cabots !



Et pour donner l'côté tragique,

de temps à autre un Brichanteau

Affolé d'misèr s'tromp de scène

Et s'laiss glisser au fond d'la Seine...
Commenter  J’apprécie          30
Unity   08 mars 2013
L'Opium à Paris de Fabrice Delphi
Les intoxiqués sont habituellement menteurs. Le mensonge entre dans leur cortège habituel ; le mensonge, et une certaine dissimulation. Tous ces gens-là mènent une vie cérébrale si désordonnée qu’il serait étonnant, d’ailleurs, qu’il en fût autrement ! Toujours entre deux rêves ou deux cauchemars, ils embrouillent leurs pensées et ne distinguent plus guère le vrai du faux, la fiction de la réalité. Et ils mentent à toute minute, pour rien, pour le simple besoin de mentir, de dire quelque chose, de compliquer la vie…
Commenter  J’apprécie          20
Unity   19 mars 2013
L'Araignée rouge de Fabrice Delphi
- Enfin, Monsieur Mordann, quelles joies pouvez-vous trouver à gâcher ainsi votre santé et votre existence ?

Et les yeux clairs s'attachaient sur moi, interrogateurs, si sympathiquement interrogateurs, qu'un gros sanglot soulevait ma poitrine et que, d'un trait, je criais mes secrètes tortures, la maladie du doute qui était en moi, cette maladie de la sensation à outrance, quand même et toujours, qui s'était attachée à mon âme comme une rouille, stridait à mes oreilles comme un essaim de guêpes obstinées...
Commenter  J’apprécie          20
Unity   20 février 2013
L'Araignée rouge de Fabrice Delphi
Nous échangeons de futiles propos, et maman ne devine pas toutes les larmes qu'il y a au fond de ma gaité feinte.

Larmes sur quoi, larmes pour quoi ? Je ne sais. Ce sont des larmes sur mon impossibilité à avoir un but dans l'existence, mais un but vraiment haut, une conquête, pour lesquels il vaille la peine de se battre et de peiner. J'ai trop le sentiment de mon impuissance à créer une oeuvre, - et c'est pour cela que quelque chose s'est détraqué en moi : l'intérêt de vivre.
Commenter  J’apprécie          20
Unity   22 janvier 2013
L'Opium à Paris de Fabrice Delphi
La tristesse et la lassitude poussent aux mille extravagances. Il y a les voluptueux de l'atrocité, comme il y a ceux de l'amour...
Commenter  J’apprécie          30
Unity   21 février 2013
Les Peintres de la Bretagne, avec un dessin de Émile Dezaunay et une lettre de Jean-Marie Le Gardec de Fabrice Delphi
Pour goûter et apprécier le paysage comme le comprend Monet, pour avoir rendu si personnellement ses sensations dans ses tableaux du pays breton, il faut avoir habité les villes, y avoir senti tous les ennuis, tous les chagrins qu’on y rencontre ordinairement, y avoir vu son œuvre méconnue, ses espoirs raillés, et éprouver le besoin d’en sortir, de fuir la stupidité, l’injustice des détracteurs qui souventes fois s’acharnent sans autre raison que les arrêts de la mode, il faut éprouver le besoin de parcourir les champs, les bois, les landes, de voir le soleil s’élancer dans le ciel et y faire naître mille et mille accidents toujours nouveaux ; alors, quand un peintre véhément et réfléchi tout à la fois, n’ayant de la fougue que quand il faut en avoir, a l’art de nous impressionner par l’évocation de tous ces phénomènes, il s’empare de notre âme et la transporte où elle voudrait être, à l’air pur et libre, dans les landes roses et rouges de bruyères, sur les bords de la mer, auprès des animaux paisibles et surtout loin de l’homme, animal dont le voisinage déplait à l’homme, du moment qu’il a été égratigné, au passage, par la mélancolie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Unity   04 février 2013
L'Opium à Paris de Fabrice Delphi
On commence un jour par curiosité ; on recommence par ennui, malgré le premier dégoût.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Fabrice Delphi (11)Voir plus