AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 152 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1971
Biographie :

Fanny Saintenoy est une romancière et poétesse française, auteur du roman Juste avant, publié chez Flammarion en 2011 et sélectionné parmi les finalistes du concours de manuscrits de la revue Technikart en 2007. Elle a enseigné le français et travaillé au sein du cabinet de la Mairie de Paris.

Source : babelio
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Fanny Saintenoy parle de "Les notes de la mousson" Partie 2


Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
pyrouette   07 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Rien ne change et c'est presque partout pareil, ceux qui osent la différence doivent être solides.
Commenter  J’apprécie          150
pyrouette   10 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
La culpabilité gagne toujours la dernière manche.
Commenter  J’apprécie          150
pyrouette   09 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Partir décidés, c'est partir presque libres.
Commenter  J’apprécie          150
isanne   17 mars 2020
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Angèle est donc seule comme elle l'est dans la vie, dans la ville, depuis tant d'années. Son isolement dans cette fausse forteresse lui offre un sentiment de liberté absolue, dont elle ne fait rien de spécial mais qui lui ouvre des possibilités d'escapades minuscules.
Commenter  J’apprécie          130
pyrouette   05 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Cette opulence criante est une richesse triste.
Commenter  J’apprécie          140
Nadael   02 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
« Sa chambre est posée sur le toit. Il suit les murs, comme le ferait une araignée, de son lit à la petite table de travail en rotin. Au milieu du tapis, Le Petit Prince est encore ouvert à la page du renard. Une porte donne sur un escalier extérieur qui descend vers sa famille, une autre, sur la terrasse. Kanou longe les dalles entourées de plantes et de fleurs, ce circuit de visions familières calme sa respiration. (…) Alors qu'il ne parvient toujours pas à se décider à bouger, Kanou perçoit les premiers bruits de la maison : les gamelles qui claquent, l'eau qui coule et celle qui bout en sifflant. Il reconnaît, un peu plus sourds, le refrain monotone des vendeurs de rue et les klaxons des rickshaws. Bientôt les odeurs de la cuisine fendront le plancher, idlis, sambar, tchaï. La voix douce de la vieille servante, Ahmma, le fantôme enchanté de cette maison, le parfum de la cardamome annonce toujours ses apparitions. Ahmma, celle qui tient toute son enfance dans sa main. Il a envie de la retrouver pour oublier ce réveil pénible. Kanou compte jusqu'à dix pour trouver le courage d'arracher son corps frêle à la moiteur des draps. Un, deux, trois... Il doit absolument gagner la fraîcheur du bas avant que sa chambre devienne un four. Sept, huit, neuf... Il a parfois cette impression inquiétante qu'il pourrait commencer à se consumer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
pyrouette   08 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Elle n’avait plus l’âge de l’insolence, elle allait payer le prix fort : une solitude de plomb et une vie au ralenti. Elle était partie, revenue chez elle, là où elle se sentait une étrangère.
Commenter  J’apprécie          90
Mahpee   11 avril 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Si la plume tombe à droite de la plaque d'égout, ils viendront, si le nuage gris passe au-dessus du clocher avant la première goutte d'averse, ils annuleront. Sa nouvelle vie se passe à lire le monde de cette façon, Angèle a l'esprit et le cœur embrumés et la bouche cousue.
Commenter  J’apprécie          70
MurielT   01 mai 2015
Les notes de la mousson de Fanny Saintenoy
Preeta découvrait la musique classique occidentale depuis peu, son mari était très doué pour la guider, délicatement. Elle riait parfois de gêne, cela la bouleversait un peu trop à son goût, mais ce soir là, il lui avait été doux de laisser filer quelques larmes d'émotion. Ils pensaient tous deux qu'il n'était finalement pas si compliqué de vivre en double territoire de culture, une touche par-ci, un soupçon par-là un millefeuille riche, une broderie de patchwork, minutieuse et fine. Il suffisait donc que le tissu commun ne soit pas le terrain d'une lutte de pouvoirs, c'était si simple.
Commenter  J’apprécie          60
Corboland78   20 octobre 2011
Juste avant de Fanny Saintenoy
Un jour je leur ai raconté l’arrestation aux filles, c’était le première fois il me semble, j’aurai attendu quarante ans pour ça. Elles se sont foutues de moi parce que j’avais précisé que mon mari n’avait pas pu manger sa soupe avant de partir. Il était de la Corrèze, Louis, il a toujours gardé cette manie de la soupe à cinq heures du matin. Qu’est-ce que ça m’énervait ! Je me rappelle, y avait Marie, la petite filleule de Fanny, elle était pliée en deux, elle ne pouvait plus s’arrêter. C’est resté ça aussi. Ca ne m’a pas choquée. Moi, après, je rigolais comme elles. C’est vrai qu’un type qu’on emmène dans les bureaux de la Gestapo, il a sûrement d’autres préoccupations.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox