AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 90 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Melilla , le 11/08/1932
Biographie :

Fernando Arrabal est un poète, romancier, essayiste, dramaturge et cinéaste espagnol.

Son père, officier de carrière et républicain convaincu est, dès le début du soulèvement franquiste, en 1936, arrêté puis condamné à mort. Sa peine sera commuée en trente ans de prison, mais il mourra en 1942, lors d’une tentative d’évasion. Le traumatisme né de cette tragédie, marque la vie et l’œuvre de l’écrivain.

Il fait ses études au collège des Escolapios de San Antón et plus tard chez les Escolapios de Getafe. En 1951 il commence à travailler à la Papelera Española. Il est envoyé à Valence où il passe le baccalauréat, puis à Madrid où il étudie le Droit.

Il écrit sa première pièce, "Pique-nique en campagne" en 1952. En 1955, Arrabal obtient une bourse de trois mois pour étudier à Paris et s’installe au collège d'Espagne de la Cité universitaire, mais fait une grave rechute de tuberculose et doit être hospitalisé à Bouffémont. Il considère l’événement comme un coup du sort qui lui permet de rester à Paris de façon définitive. En 1958, il épouse une Française, Luce Moreau, professeur de littérature espagnole, qui entreprendra la traduction de son œuvre en français.
En 1959, est jouée à Paris pour la première fois en France sa pièce "Pique-nique en campagne".

Fernando Arrabal a publié une centaine de pièces de théâtre (son théâtre complet a été publié en France en 19 volumes), quatorze romans, huit cents livres de bibliophilie illustrés, plusieurs essais et sa célèbre "Lettre au général Franco" du vivant du dictateur.

Il a reçu un grand nombre de distinctions et prix internationaux comme les prix de théâtre de l’Académie Française, de l’Humour noir, le World’s Theater. Des adaptations cinématographiques ont été faites de plusieurs de ses pièces dont "Fando et Lis" (1968) par Alejandro Jodorowsky.
Arrabal a obtenu le prix Nadal du roman (équivalent espagnol du Goncourt ou du Pulitzer) en 1982 pour "La tour prends garde" (La torre herida por el rayo). Il a remporté aussi le prix Nabokov international.

Il a réalisé sept longs-métrages notamment "Viva la muerte" (1971).

Arrabal est cofondateur du mouvement Panique avec Roland Topor, Christian Zeimert et Alejandro Jodorowsky, et Transcendant satrape du Collège de 'Pataphysique depuis 1990.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dans les catacombes .
En septembre 2013, une exposition au Musée du Montparnasse et en partenariat avec La Règle du jeu, dévoilait pour la première fois des créations artistiques inédites de l?artiste et dramaturge mondialement reconnu, Fernando Arrabal. Dans cet entretien intitulé «Dans les catacombes», tourné à son domicile, projeté lors de l?exposition, l?artiste absolu explique le processus créatif de ces oeuvres regroupées sous le terme de Poèmes plastiques, et confie la genèse de quelques-unes d?entre elles.
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
moravia   04 août 2015
Viva la muerte de Fernando Arrabal
La radio reposait sur l'ancienne table de nuit de grand-mère. Dans le tiroir de la table - où elle rangeait ses médailles, ses petits livres de messe, ses pastilles - tu mettais maintenant ton jeu de cartes, un grand agenda et des papiers. Dans le bas de la table de nuit - où grand-mère mettait son pot de chambre - tu rangeais maintenant le bottin.
Commenter  J’apprécie          212
moravia   14 août 2015
Viva la muerte de Fernando Arrabal
Ils m'ont dit qu'il fallait aimer la patrie, qu'il fallait se sacrifier pour elle, qu'il fallait être fier de ses héros, qu'il fallait respecter l'ordre du pays, qu'il fallait dénoncer les traitres, qu'il fallait haïr les ennemis. Toi aussi tu me l'as dit. Quand je leur ai posé une question ils m'ont répondu. Puis je n'ai plus posé de questions.
Commenter  J’apprécie          190
moravia   30 juillet 2015
Viva la muerte de Fernando Arrabal
Mon père, qui était un "rouge", était né à Cordoue, en 1903. Sa vie, jusqu'à sa disparition, fut l'une des plus douloureuses que je connaisse. Je me plais à penser que j'ai les mêmes idées artistiques et politiques que lui. Et comme lui je chante l'émotion tremblante, les miroirs nageant dans la mer, et le délire.
Commenter  J’apprécie          160
moravia   15 août 2015
Viva la muerte de Fernando Arrabal
Papa est mort. Peut-être cela vaut il mieux pour tous. Il aurait été une lourde charge. D'ailleurs il a été puni à cause de ses péchés; n'oublie pas que même Dieu punit les coupables; dans l'histoire sainte il dit : "Je châtierai Baal à Babylone."

Mais, il faut que tu le saches, je n'ai rien, moi, à me reprocher. Je n'ai vécu que pour vous. J'ai toujours été trop bonne.
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   22 octobre 2016
Artiste et métèque à Paris de Fernando Arrabal
Eugène Ionesco



-Oui. Aussi bien politiquement qu'artistiquement, elle a déterminé toute mon existence. Je n'ai jamais pu être...d'extrême droite. Je n'ai jamais pu être de gauche ou d'extrême gauche. Je n'ai jamais pu être non plus pour les bourgeois; Si bien que je suis nulle part. Mais le gens qui ne sont nulle part ne sont pas assez nombreux. et je vais écrire un article ou un essai dont le titre sera paradoxal : " Solitaires de tous les pays, unissez-vous. " (Il rit) (p. 131)
Commenter  J’apprécie          110
Lutopie   14 novembre 2019
Theatre 16 de Fernando Arrabal
LES JUGES



Un sablier géant,

à l'intérieur le sable est remplacé par des hommes qui tombent sans cesse.

Au sommet du sablier des femmes donnent naissance à des enfants.

Le fond du sablier est jonché de squelettes.



Voix provenant de derrière les spectateurs.

VOIX. - Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt

il reste seul

s'il meurt

il portera beaucoup de fruits

Vous serez chassés

vous serez précipités dans une fosse

et vos têtes seront submergées par des cadavres

et les cadavres des cadavres

jusqu'à la fin des temps.

Vous naîtrez dans la douleur

et périrez de même

et tes frères et tes parents

ne te pleureront qu'une saison.

Vos vies sont des fleuves

qui vont se jeter dans la mer

qu'est la mort.



Mêlées à cela des voix très gaies chantent.



LES VOIX. - Heureux, heureux chantons

la vie, l'amour

le baiser de ta bouche

ton ventre d'ivoire

et tes lèvres de printemps.

Mangeons les fruits délicieux

de ce jardin des délices

et sous un pommier

nous nous enlacerons

jusqu'à la frénésie.

Heureux, heureux chantons

la vie, l'amour.



Le fond du sablier est jonché de squelettes.

Bruit de train.

Pleurs de nouveaux-nés.

Pleurs de vieillards.

Rires de jeunes enfants.

La vie continue sur son rythme habituel.



Extrait d'Apokalyptica
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
Aileen62   29 juillet 2013
Michel Déon de Fernando Arrabal
Il y a des langues dans lesquelles le mot "bonheur" n'existe pas, et d'autres dans lesquelles il y a vingt, cent, mille synonymes pour désigner cette rareté. Ainsi les premiers sont-ils heureux sans le savoir, et les autres inquiets de ne pas trouver le mot juste.
Commenter  J’apprécie          90
Aileen62   29 juillet 2013
Michel Déon de Fernando Arrabal
Michel Déon va d'île grecque en île grecque, puis se fixe. Il a trouvé son paysage, qui fut dessiné par quelque dieu ami. Spetsai le rend heureux. Il découvre sa maison et regarde la vie qui, paisible, suit son chemin. Il l'accompagne sans fatigue. La mer et le ciel le poussent à la bienveillance. On ne sent pas de méfiance ou d'ironie. Bien qu'étranger, il est chez lui. C'est un voyageur qui a posé sa valise. On lui fait fête, il respire largement. Il est à la fois proche et lointain. Pour mieux aimer, il garde ses distances. Il prend son plaisir, mais il n'est pas dupe. Le bonheur est fugitif. Il passe, il a passé.
Commenter  J’apprécie          80
moravia   09 août 2015
Viva la muerte de Fernando Arrabal
Tante Clara m'a mis une serviette autour de chaque poignet, puis elle m'a ligoté encore avec une corde qu'elle a attaché de chaque côté du lit. Elle avait les mains froides. Moi, j'avais les yeux fermés; Quand je les ouvrais je voyais la lampe qui pendait du plafond.

Tante Clara ne m'a pas mis une serviette autour des chevilles. Elle me les a attachées avec une corde de chaque côté du lit. J'ai senti ses mains froides, mais je l'ai pas regardée.

Tante Clara m'a frappé avec la ceinture. Pour qu'on ne nous entende pas, je n'ai pas crié. Puis elle les a pris tous les deux dans ses mains froides. Je lui ai dit que ça, non. Tante Clara a dit que le Christ n'avait pas hésité à souffrir pour nous sauver. Elle me les a serrés petit à petit. Alors j'ai crié.

Tante Clara respirait comme lorsque je la fouettais. Puis j'ai senti qu'il se passait quelque chose de différent.

Quand tout a été terminé, tante Clara m'a dit que je devais aller me confesser tout de suite.
Commenter  J’apprécie          70
Fifrildi   11 septembre 2016
La pierre de la folie de Fernando Arrabal
LE curé est venu voir ma mère et il lui a dit que j'étais fou.

Alors ma mère m'a attaché à ma chaise. Le curé m'a fait un trou dans la nuque avec un bistouri et il m'a extrait la pierre de la folie.

Puis ils m'ont porté, pieds et poings liés, jusqu'à la nef des fous.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
95 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur
.. ..