AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 5 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Ovstoug , le 05/12/1803
Mort(e) à : Tsarskoïe Selo , le 27/07/1873
Biographie :

Fiodor Ivanovitch Tiouttchev (en russe : Фёдор Иванович Тютчев) est un des plus grands poètes russes, diplomate de carrière et censeur.

Appartenant à une très ancienne famille aristocratique, il a fait ses études à la faculté des lettres de l’université impériale de Moscou, a fréquenté le cercle des amis de Semion Raïtch, puis il a servi comme diplomate pendant plus de vingt ans à Munich, où il est s'est battu en duel contre le baron de Krüdener, pour la main d'Amalie von Lerchenfeld.

Il est également entré en rapport à Munich avec Schelling et Heine, et ensuite a été en poste à Turin. En 1844, Tiouttchev retourne en Russie où il commence son service comme censeur.

Tiouttchev a écrit environ quatre cents poèmes. Les poèmes des premières années se situent dans le prolongement de ceux du XVIIIe siècle.

A partir de 1830, l'influence du romantisme est beaucoup plus nette, notamment le romantisme allemand. Ses sujets sont généralement : la cosmogonie, la condition humaine, la nature. Lors des années 1840, Tiouttchev n’écrit presque pas de vers, mais publie des articles politiques sur les relations de la Russie et de la civilisation occidentale.

En 1850, il tombe profondément amoureux d’une aristocrate russe appauvrie, Elena Alexandrovna Denissiéva, et lui dédie quelques poèmes où l'amour est interprété comme une tragédie.

L’année 1854 voit la publication d’un premier recueil des vers de Tiouttchev. Cette édition a été réalisée sans la participation de l’auteur: Tiouttchev ne s’est jamais considéré en homme de lettres professionnel. En 1860-1870, les thèmes politiques prédominent dans la poésie de Tiouttchev.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Fiodor Tiouttchev   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
sabine59   03 juillet 2018
Poésies de Fiodor Tiouttchev
Toujours je me languis de désir,

Toujours mon âme vole vers toi,

Dans la pénombre du souvenir,

C'est ton image que je vois...

Ta chère image inoubliée,

Partout, sans cesse, elle me suit,

Inaccessible, inaltérée,

Comme une étoile dans la nuit...
Commenter  J’apprécie          110
PatriceG   14 septembre 2020
Poésies de Fiodor Tiouttchev
Dernier amour,



Oh ! Comme au déclin de nos ans,

Nous aimons d'un amour plus tendre et plus crédule,

Brille, brille, rayon d'adieu

Des dernières amours, rayon du crépuscule !

L'ombre gagne à demi le ciel ;

Vers le couchant là-bas seule erre une lueur,

Demeure, ô soir, demeure encore !

Prolonge-toi, prolonge-toi, enchantement !

Qu'importe que le sang s'appauvrisse en nos veines,

La tendresse n'est pas appauvrie dans le coeur ..

O dernières amours,

Vous êtes notre joie et notre désespoir !
Commenter  J’apprécie          60
Fiodor Tiouttchev
PatriceG   15 septembre 2020
Fiodor Tiouttchev
Et encore Fiodor Tiouttchev, il n'y avait qu'à pas l'oublier



Silentium

Tais-toi, cache-toi, dissimule

Et tes sentiments et tes rêves !

Que dans les profondeurs de l'âme,

Ainsi que les astres brillants,

La nuit, ils montent et se couchent ;

Admirons-les, et ne dis rien ;

Comment s'exprimerait le coeur ?

Quel autre pourrait te comprendre ?

Comprendrait-il de quoi tu vis ?

Pensée formulée est mensonge.

En creusant, on trouble tes sources :

Abreuve-toi, et ne dis rien !

Sache ne vivre qu'en toi-même,

Ton âme contient tout un monde

De pensées secrètes, magiques,

Qu'étouffe le bruit du dehors,

Qu'aveuglent les rayons du jour :

Entends leur chant et ne dis rien.
Commenter  J’apprécie          30
PatriceG   15 septembre 2020
Poésies de Fiodor Tiouttchev
En 1822, après avoir achevé ses études à l'université de Moscou, Tiouttchev entra au Ministère des affaires étrangères et fut bientôt attaché à la légation de Russie à Munich. Il passa dans cette ville plus de seize ans et au bout de ce temps son individualité de poète s'était formée définitivement. La poésie allemande qu'il étudia avec assiduité influença profondément son oeuvre. Traduisant Goethe, Schiller et Heine, Tioutchev apprit à inscrire sa poésie dans des formes précises et claires, il ne cessa jamais de ressentir la pauvreté de toute langue humaine à l'égard de l'Esprit.



Fidèle à ce précepte, Tiouttchev n'écrivait que rarement et peu ; il griffonnait ses chefs-d'oeuvre sur des bouts de papier, comme s'il en avait honte, et qu'il n'en comprît pas la valeur artistique. Il répugnait à publier ses vers. Ce n'est que bien tardivement qu'il connut la gloire. Contemporain de Pouchkine, il ne commence de faire figure dans la littérature qu'à la fin du XIX e siècle.



M. Hofmann



Une explication, on ne peut pas dire qu'il ne connut le succès qu'à titre posthume, de la part du grand public, c'est probable ; mais l'élite russe ou ses pairs connaissaient Fiodor Tiouttchev, ses poèmes circulaient bien avant dans les capitales.



Concernant les bouts de papier, je présume que ce n'étaient pas des nappes en papier, je vois plutôt Tiouttchev à table garnie de nappe en tissu.



Il écrivait peu.. il faut atténuer en disant que ses poèmes étaient concis certes, mais chaque mot était lourd de sens, de la pensée. Quand Nivat dit que c'était terre et ciel, la dimension dépassait la contemplation .. C'étaient des fulgurances et en même temps le fruit d'une longue réflexion, c'est mon sentiment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fiodor Tiouttchev
PatriceG   15 septembre 2020
Fiodor Tiouttchev
En 1844 Tiouttkov s'installe définitivement à Saint-Pétersbourg. Sa poésie continue à se développer organiquement, s'enrichissant de motifs et de procédés nouveaux. Son fond symbolique reste intact, quoique moins visible. Pendant la guerre de Crimée il composa un nombre considérable de poésies patriotiques.



A la fin des années cinquante, des symptômes de lassitude et de déclin s'accusent de plus en plus nettement dans ses poésies. Une courte pièce écrite en 1859 témoigne de son immense découragement :

Aucun sentiment ne brille dans tes yeux,

Tes discours manquent de vérité,

Tu n'as pas d'âme.

O mon coeur, sois courageux jusqu'à la fin.

Le Créateur est absent de sa création

Et la prière n'a aucun sens.



Ce ton de désespoir et de dépression commence à dominer dans son oeuvre.



Plongé dans la torpeur, envahi par une nostalgie incurable, le poète supplie Dieu de lui accorder la brûlure d'une grande souffrance pour ranimer son âme engourdie. Il a encore des moments de lucidité et d'inspiration pendant lesquels il crée des poésies pénétrées d'une tristesse poignante, mais ces rares éclairs s'éteignent vite et les ténèbres n'en deviennent que plus opaques.

M. Hofmann



A lire ces textes, on a le sentiment que Tiouttchev écrivait beaucoup, or Nivat dit dans son anthologie qu'il écrivait peu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Palindrome1881   05 juin 2021
Poèmes de Fiodor Tiouttchev
La poésie



Parmi les tempêtes tonnantes

Parmi les passions bouillonnantes

Et les disputes enflammées,

Céleste, elle descend du ciel,

Sur nous les enfants de la terre,

Les yeux débordants de clarté,

Et versé sur la mer démontée,

Le baume de sa voix apaisante.



1850
Commenter  J’apprécie          10
PatriceG   14 septembre 2020
Poésies de Fiodor Tiouttchev
Prédestination,



L'amour, l'amour, affirme la tradition,

Est le lien qui joint une âme à l'âme soeur,

Il est leur union, leur intime alliance,

Leur fusion fatale et .. leur fatal duel.

Dans l'inégal combat que se livrent deux coeurs,

Plus tendre est l'un des deux, et plus certainement

Inévitablement, à force de souffrir,

De languir en aimant, à la fin il s'épuise.
Commenter  J’apprécie          00
PatriceG   14 septembre 2020
Poésies de Fiodor Tiouttchev
Ô, ces misérables villages,

Ô, cette indigente nature,

Terre de longue patience,

Terre de notre pays russe !..

Le fier regard de l'étranger

Ne peut comprendre et décrier

Ce qui perce et luit en secret

Parmi ton humble nudité.



Accablé du poids de la croix,

Le Roi du Ciel, en humble esclave,

T'a parcourue, terre natale,

Toute entière en te bénissant
Commenter  J’apprécie          00
PatriceG   14 septembre 2020
Poésies de Fiodor Tiouttchev
Pleurs humains, pleurs humains, vous coulez tôt ou tard,

Vous coulez ignorés, vous coulez invisibles

Sans jamais vous tarir, vous coulez innombrables,

Tels les flots de la pluie par une nuit d'automne.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

romans américains du 19è siècle

Qui a écrit le Dernier des Mohicans?

Edgar Allan Poe
Nathaniel Hawthorne
Fenimore Cooper
Washington Irving

7 questions
23 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..