AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.99 /5 (sur 308 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Savannah, Géorgie , le 25/03/1926
Mort(e) à : Milledgeville, Géorgie , le 03/08/1964
Biographie :

Flannery O'Connor est une écrivaine américaine.

Après avoir fait des études à l'université d'Iowa, elle a passé sa vie dans son vaste domaine de Milledgeville, où sa santé fragile la condamnait à une existence recluse. Pourtant, l'univers qu'elle dépeint est fait de vigueur et de violence. C'est le Sud avec ses noirs, ses petits blancs misérables, ses charlatans et ses prophètes, une humanité en proie à la superstition, à la jalousie, à la fureur criminelle.


Ajouter des informations
Bibliographie de Flannery O`Connor   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Flannery O'Connor - An Admirable Voice in Literature


Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
Flannery O'Connor
Piatka   21 mars 2019
Flannery O'Connor
Refuser toute expérience ouvre la voie au désespoir.
Commenter  J’apprécie          660
Nastasia-B   03 juin 2020
Flannery O'Connor - Oeuvres complètes : Romans, nouvelles, essais, correspondance de Flannery O'Connor
Il est vrai qu'aujourd'hui la rémunération des livres mal écrits est très supérieure à celle des œuvres bien écrites. Dans certains cas, pourvu qu'on apprenne à écrire de façon médiocre, on peut même gagner beaucoup d'argent.



MYSTÈRE ET MANIÈRES, III : Nature et but de la fiction romanesque.
Commenter  J’apprécie          593
Nastasia-B   21 juin 2020
Les Braves Gens ne courent pas les rues de Flannery O'Connor
Le général Sash avait cent quatre ans. […] Ses pieds étaient complètement morts maintenant, ses genoux grinçaient comme de vieux gonds, ses reins fonctionnaient quand bon leur semblait, mais son cœur continuait de battre avec une obstination farouche. Passé et avenir se confondaient dans son esprit, le premier tombé dans l'oubli et l'autre hors de portée de sa mémoire ; mourir n'avait guère plus de sens pour lui que pour un quelconque animal. Tous les ans, le jour du Souvenir des Confédérés, on l'empaquetait et on le prêtait au Musée du Capitole ; il y était exposé entre treize et seize heures, dans une salle qui sentait le moisi, pleine de vieilles photographies, de vieux uniformes, de vieux canons et de documents historiques, le tout soigneusement disposé dans des vitrines pour empêcher les enfants d'y toucher. Il portait son uniforme de général, celui du gala, et restait assis, rigide, le sourcil menaçant, sur une petite plate-forme entourée d'une corde. Rien ne suggérait qu'il fût en vie, sauf, de temps à autre, un mouvement de ses yeux laiteux et gris ; une fois pourtant, un gamin avait touché son épée : son bras s'était détendu et, d'une claque, avait repoussé la main de l'audacieux.



TARDIVE RENCONTRE AVEC L'ENNEMI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
Nastasia-B   15 novembre 2020
Les Braves Gens ne courent pas les rues de Flannery O'Connor
Il dit qu'il allait même faire remarcher la voiture. Il avait soulevé le capot, étudié les organes du moteur, et il était en mesure d'affirmer que cette voiture avait été construite au temps où les voitures étaient vraiment construites. « Maintenant, dit-il, un ouvrier met un boulon, un autre un deuxième boulon, un autre un troisième boulon, si bien qu'il faut un homme par boulon. […] Mais si vous n'aviez qu'un homme […] cet homme prendrait de l'intérêt à la construire, elle serait donc meilleure. » La vieille femme approuva ce raisonnement. Puis Mr. Shiftlet déclara que ce qui n'allait pas dans le monde, c'était que les gens se moquaient de tout, que personne ne voulait se donner du mal et mettre le temps qu'il fallait.



C'EST PEUT-ÊTRE VOTRE VIE QUE VOUS SAUVEZ.
Commenter  J’apprécie          491
Nastasia-B   15 juin 2020
La Sagesse dans le sang - Les Braves gens ne courent pas les rues - Et ce sont les violents qui l'emportent - Mon mal vient de plus loin - Pourquoi ces nations en tumulte ? de Flannery O'Connor
Le tracteur, l'ensileuse, la remorque repassèrent devant elles, avec un grondement et des grincements de ferraille. « Imaginez un peu le temps que ça aurait pris avec les mules et les hommes, cria Mrs. Mc Intyre. À cette vitesse-là, tout ce champ va être coupé en deux jours.

— Peut-être bien qu' oui, marmonna Mrs. Shortley, si y'a pas un terrible accident. »

Elle songea que le tracteur avait fait tomber à zéro le prix des mules : aujourd'hui, personne n'en aurait voulu, même pour rien : « Les prochains à disparaître, ça sera les nègres », se dit-elle.



LES BRAVES GENS NE COURENT PAS LES RUES : La Personne déplacée.
Commenter  J’apprécie          471
Flannery O'Connor
Luniver   04 juillet 2013
Flannery O'Connor
Il y a toujours quelqu'un pour me demander : Est-ce que vous pensez que l'université bâillonne les écrivains ? Mon opinion est qu'elle ne les bâillonne pas assez. Combien de best-sellers auraient pu nous être épargnés par un bon professeur ?
Commenter  J’apprécie          435
santorin   02 juillet 2022
Les Braves Gens ne courent pas les rues de Flannery O'Connor
En août, elle paraîtrait sur l'avant-scène, tandis que derrière elle, sur l'estrade, le général serait assis dans son fauteuil roulant ; fièrement, elle redresserait la tête, comme pour jeter à tous ces malappris : "Regardez le !" c'est mon ancêtre, ce fier et glorieux vieillard qui incarne les antiques traditions, la Dignité, l'Honneur, le Courage ! Regardez -le !"....

Quant à lui, il n'aurait sans doute pas accepté d'assister à sa remise de diplôme si elle ne lui avait promis de lui procurer une place sur la scène. Il adorait cela, quelle que fût la scène. Il se trouvait encore fort bel homme. Au temps où il pouvait se tenir debout, il redressait son petit mètre soixante comme un vrai coq de combat.

Il avait des cheveux blancs qui lui tombaient sur les épaules, et s'il refusait de porter un dentier, c'est qu'il estimait que son profil était plus saisissant ainsi ; et il savait fort bien qu'en uniforme de général, personne, nulle part, ne lui arrivait à la cheville.

Cet uniforme n'était pas celui qu'il avait porté au cours de la guerre entre les Etats. A la vérité, il n'avait pas été général dans cette guerre. Simple fantassin, probablement - il ne se rappelait plus au juste ; en réalité, le souvenir de cette guerre était mort en lui, tout comme ses pieds, qui maintenant pendaient ratatinés à l'extrémité de son corps enseveli sous une couverture gris-bleu que Sally Poker avait faite au crochet en sa prime jeunesse. Il avait tout oublié de la guerre hispano-américaine, où il avait perdu un fils ; il ne se rappelait même plus ce fils. L'histoire ne l'intéressait plus, car il ne s'attendait plus à la retrouver sur sa route. Dans son esprit, l'histoire se réduisait à des défilés, et la vie à des parades, et il aimait les parades. Les gens lui demandaient sans cesse s'il se rappelait ceci ou cela - un long cortège noir et morne de questions sur le passé. Pour lui, un seul événement passé gardait un sens, et il l'évoquait volontiers : il y avait douze ans de cela, on lui avait fait présent de son uniforme de général, et on l'avait invité au gala d'Atlanta...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
santorin   12 juillet 2022
Les Braves Gens ne courent pas les rues de Flannery O'Connor
Elles avaient rassemblé quelques meubles dépareillés et, avec la toile des sacs de grain pour les poules, elles avaient fait des rideaux à fleurs, deux rouges et un vert, parce qu'il n'y avait pas assez de sacs rouges. Mrs Mc Intyre avait déclaré qu'elle n'était pas cousue d'or et qu'elle ne pouvait se permettre d'acheter des vrais rideaux. "Ils savent même pas parler, avait dit Mrs Shortley ; comment voulez-vous qu'ils sachent ce que c'est que des couleurs ?" Mrs Mc Intyre avait ajouté qu'après tout ce qu'ils avaient enduré ils devaient se contenter de ce qu'on leur donnait et dire merci. "Imaginez comme ils doivent être heureux de s'être échappés de là-bas, et d'arriver dans une maison pareille !"

Mrs Shortley se rappela un film d'actualités qu'elle avait vu un jour : une petite pièce où s'entassaient jusqu'au plafond des cadavres nus - bras et jambes entremêlés, une tête enfouie ici, là un pied, un genou, des parties du corps qui auraient dû être voilées et qui dépassaient, une main tendue qui ne saisissait que le vide... C'était le genre de choses qui arrivaient tous les jours en Europe, où les gens n'étaient pas aussi avancés qu'ici. Du haut de son observatoire, Mrs Shortley eut l'intuition soudaine que les Gobblehook, comme des rats porteurs de puces vous amènent la typhoïde, allaient peut-être apporter ici même les moeurs sanguinaires d'au-delà l'Océan. S'ils venaient de ces pays où on leur faisait subir ce genre de choses, qui pouvait dire qu'ils n'essaieraient pas d'en faire autant aux autres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
santorin   20 juin 2022
Les Braves Gens ne courent pas les rues de Flannery O'Connor
Pendant tout le week-end, les deux jeunes filles s'appelèrent entre elles Temple I et Temple II, et elles riaient comme des folles, et devenaient si rouges qu'elles en étaient affreuses, Joanne surtour qui, même en temps normal, avait des tâches sur la figure. Elles portaient en arrivant l'uniforme marron du Mont-Sainte-Scholastique mais, leurs valises à peine ouvertes, elles le troquèrent contre une jupe rouge et une blouse criarde. Elles se mirent du rouge à lèvres, prirent leurs chaussures du dimanche, et firent le tour de la maison en talons hauts, ralentissant chaque fois qu'elles passaient devant le long miroir du vestibule pour jeter un coup d'oeil à leurs jambes. Rien n'échappait à la petite. Si une seule était venue, elle aurait sans doute pu jouer avec : comme elles deux grandes ensemble, on la tenait à l'écart, et elle les observait avec méfiance.

Elles avaient quatorze ans - deux ans de plus qu'elle - mais ni l'une ni l'autre n'était une lumière et c'est pourquoi on les avait mises au couvent. Dans une école ordinaire, elles n'auraient rien fait que de penser aux garçons ; au couvent, disait sa mère, les soeurs leur serreraient la vis. Après les avoir observées quelques heures, la petite conclut qu'elles étaient pratiquement idiotes.

Elle se réjouissait à la pensée qu'elles n'étaient même pas des cousines germaines et qu'elle échappait à leur stupidité héréditaire. Suzanne voulait qu'on l'appelât Suzie. Elle était maigre, mais avait un joli petit minois et des cheveux roux. Ceux de Joanne étaient blonds et frisaient naturellement, mais elle parlait du nez et quand elle riait de grosses taches violacées paraissaient sur ses joues. Elles ne disaient jamais rien d'intelligent, et toutes leurs phrases commençaient ainsi : "Tu sais, ce garçon que je connais bien..."

Elles devaient rester tout le week-end, et la mère de la petite avoua, au cours du repas, qu'elle ne savait pas comment les distraire, car elle ne connaissait aucun garçon de leur âge. Sur quoi la petit eut une idée de génie et s'écria : " Mais il y a Cheat ! qu'on fasse venir Cheat ! Dites à Miss Kirby de faire venir Cheat pour qu'il les sorte ! et elle faillit s'étrangler en avalant de travers. Elle se tordait de rire en regardant les deux filles éberluées, frappait la table du poing, et les larmes roulaient sur ses joues rebondies, et les crochets de son appareil dentaire lançaient des éclairs métalliques. C'était bien la première fois qu'elle pensait à quelque chose d'aussi drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          276
nadejda   04 juin 2015
L'Habitude d'être de Flannery O'Connor
A "A" (une lectrice devenue son amie à laquelle elle écrit régulièrement)

28 juin 1956

Vous avez tort de croire que je sais depuis longtemps qu'on n'accomplit rien en s'en tenant à la surface des choses. Comme tout le monde, j'ai dû apprendre cela peu à peu et à la dure ; surtout, me semble-t-il, durant ces dernières années, grâce à deux circonstances : la maladie et le succès. L'une des deux ne m'aurait pas menée bien loin, mais je garantis la combinaison. Je n'ai jamais visité d'autres pays que celui de la maladie et dans un sens, c'est une expédition qui vous enrichit davantage qu'un long voyage en Europe. C'est aussi un endroit où il n'y a personne qui puisse vous accompagner.

(...) Je viens d'une famille qui considère que la seule émotion digne d'être manifestée est l'irritation. Chez certains elle provoque de l'urticaire, chez d'autres une vocation littéraire, chez moi : les deux...

(p 132-133 de l'édition L'imaginaire Gallimard)

Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Flannery O`Connor (424)Voir plus


Quiz Voir plus

Prix Nobel de la Paix

En quelle année a été créé le Prix Nobel de la Paix ?

1889
1901
1913
1929

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur