AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.27 /5 (sur 487 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1981
Biographie :

Flore Vesco est une auteure jeunesse française.

Elle a fait des études longues, de lettres et de cinéma, et a été professeur en collège, avant de partir vers de nouvelles aventures.

Elle aime les anagrammes, les rébus, les listes, que l'on retrouve dans son premier roman "De cape et de mots" (2015).

Dans son quatrième roman "L'Estrange malaventure de Mirella" (2019), elle reprend un célèbre conte, le "Joueur de flûte de Hamelin".

En 2019, elle remporte le prix Vendredi, qui se veut le Goncourt de la littérature destinée aux adolescents, pour son roman "L’Estrange malaventure de Mirella".

Après avoir vécu à l'étranger, elle vit aujourd'hui en région parisienne.

son site : http://www.florevesco.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100009322014634
+ Voir plus
Ajouter des informations

Flore Vesco à propos de son roman L`Estrange malaventure de Mirella : "J`aime les héroïnes fortes, ou les personnages marginaux qui échappent aux conventions sociales et renversent l`ordre établi".



Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d`Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu`un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d`Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c`est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu`on l`a enfin compris.

Commençons par le commencement : il était une fois Flore Vesco, qui pour son quatrième roman décida de reprendre un célèbre conte, le Joueur de flûte de Hamelin. Cette idée vous trottait-elle dans la tête depuis longtemps ? Pourquoi avoir choisi ce conte ?

C`est une idée qui a surgi d`un coup, comme le font parfois magiquement les idées. Le conte du "Joueur de flûte de Hamelin" constitue une matière très intéressante, pour plusieurs raisons.
D`une part, il est laconique. Dans ses différentes versions (chez Mérimée, Les frères Grimm, Robert Browning...), il tient sur une page. Son intrigue très concise laisse la liberté de combler plein de blancs.
D`autre part, c`est un conte très sombre, il a gardé la noirceur des versions orales anciennes de nos récits les plus connus. Les contes comme La Belle au bois dormant ou Cendrillon ont été beaucoup édulcorés, par Charles Perrault d`abord, puis Walt Disney, entre autres... Avec beaucoup de charme, certes ! Mais ce qui est intéressant, c`est que le Joueur de flûte y a échappé : aujourd`hui encore, on ne le connaît que sous une version courte, brute, et assez violente. Et c`est ça qui me plait !


L`Estrange malaventure de Mirella met donc en scène une adolescente de 15 ans, porteuse d`eau dure à la tâche qui va peu à peu se découvrir, et dépasser sa misérable condition. Comment est né ce personnage, finalement central dans cette histoire, et qui éclipse bien vite le fameux joueur de flûte – au demeurant assez pleutre ?

Le choix de l`héroïne allait de pair avec celui de reprendre le Joueur de flûte : un des moteurs de la réécriture était de remplacer le personnage masculin central par une jeune fille. Et, à travers cette héroïne, de raconter l`histoire d`une émancipation. Mirella commence l`histoire comme une enfant rabaissée, brimée, soumise, physiquement malmenée. Elle la termine jeune femme, libre, ayant trouvé sa voix (et sa voie).


Pour nous faire vivre ce Moyen-Age du XIIIe siècle, vous développez avec un malin plaisir une langue à mi-chemin entre l`ancien français et notre langue contemporaine. En fin d`ouvrage, on retrouve même un petit cours pour continuer ce parler imaginaire. Est-ce une expérience créative que vous voudriez renouveler dans vos prochains livres ?

C`estoit fort esbaudissant d`ainsi escrire en la manière du temps jadis ! Pour autant, je ne m`apense point reproduire telle aventure en mes prochains escrits.
L`estrange Malaventure de Mirella est en effet écrit dans une langue faussement médiévale, avec des termes archaïques glissés dans notre français moderne. Le récit reste très lisible. Il s`agissait juste de donner une couleur ancienne au texte.
Puisqu`on est sur le sujet, je précise que le Moyen âge raconté dans L`Estrange malaventure de Mirella est également une invention. C`est un temps d`obscurantisme tel qu`on se le représente dans l`imaginaire collectif, une époque des extrêmes, avec beaucoup de saleté, une vie très brève... image qui est en partie fausse et à nuancer. Mais c`était bien plus drôle de dépeindre une époque horrible et incroyable ! Et d`y ajouter du fantastique. J`ai une fâcheuse tendance à prendre de grosses libertés avec L`Histoire, je l`ai fait dans tous mes romans.


Alors que l`on s`amuse beaucoup en lisant le premier tiers (voire la première moitié) du livre, en découvrant les us et coutumes de Hamelin, le ton se fait plus sérieux lorsque la peste et le joueur de flûte débarquent en ville et que Mirella se découvre des pouvoirs insoupçonnés. Cette bascule était-elle consciente lors de l`écriture, pour mettre en relief des thèmes tels que le féminisme, le destin, la défense des marginaux, la liberté de l`enfance ?

C`est vrai, j`aime les héroïnes fortes, ou les personnages marginaux qui échappent aux conventions sociales et renversent l`ordre établi. Quant à la liberté de l`enfance : bien vu, Babelio. C`est un des thèmes qui sous-tend le récit. On le retrouve dans le conte, et aussi dans la version cinématographique de Jacques Demy. J`aime cette idée que les enfants inconscients sont les plus courageux.
Par contre, s`il y a une bascule, je ne l`ai pas vue. de mon côté, j`avais l`impression que le récit était d`emblée assez sombre (il y a une scène au tout début où l`héroïne supporte les mains baladeuses d`un mendiant), et que la seconde partie du récit comportait encore beaucoup d`humour noir (je pense au chirurgien-barbier qui ampute à tout va, ou au joueur de flûte qui tente de séduire l`héroïne en lui offrant des fleurs mortuaires). Mais c`est ça qui est beau : y a autant de lectures d`un texte que de lecteurs !


Il y a finalement assez peu de dialogues dans le livre, et l`on entend plus souvent la voix de Mirella chanter que parler. Pourquoi avoir préféré lui donner la parole sur ce mode ?

Ah, c`est que dans mes romans, j`essaye d`avoir une voix narratrice présente et reconnaissable. C`est en fait très égocentrique, mais j`assume : le narrateur du récit aime raconter et s`écouter raconter, au point qu`on l`entend parfois plus que les personnages. Ça permet, aussi, de donner ce ton de "conte" à un roman.
Bon, les personnages s`expriment, hein, mais je veux bien reconnaître qu`il y a sans doute une proportion de dialogue un peu moindre que dans beaucoup d`autres romans jeunesse.
Et sinon, oui, tu as raison Babelio : Mirella chante, et c`est là son pouvoir. C`est mon second roman où une héroïne a la parole pour don...
Cela dit, le narrateur chante aussi, même si c`est plus discret : parfois, le temps d`une demi-page, le texte se charge d`allitérations et de retours à la ligne, pour donner du rythme et une certaine mélodie au texte. Et le roman se termine sur une sorte de moralité écrite avec des rimes internes. Là encore, l`idée était d`apporter la tonalité du conte à un roman sombre et fantastique.


En vous lisant on pense à Rabelais forcément, mais aussi aux Monty Python. Au-delà du conte originel, y a-t-il eu des livres ou des films qui vous ont inspirée pour écrire L`Estrange Malaventure de Mirella ?

Oui ! J`ai en effet glané du vocabulaire chez Rabelais, mais aussi chez Robert Merle dans sa série Fortune de France. Je suis une inconditionnelle des Monty Python, et j`ai re-regardé Les Visiteurs, de Jean-Marie Poiré (on ne s`en lasse pas). J`ai aussi découvert le Joueur de flûte de Jacques Demy, mais assez tardivement, alors que j`avais terminé l`écriture du premier jet.


Pour finir sur une anecdote, pouvez-vous nous en dire plus sur votre « mariage par erreur » en Papouasie ? On est très curieux, chez Babelio…

Et tu as bien raison, cher Babelio ! (je peux t`appeler Babelio ? Babelinou ?) Je note d`ailleurs que tu t`es retenu de m`interroger sur l`atelier d`écriture nudiste, tu n`as sans doute pas osé, et c`est mieux comme ça. Donc, pour cette histoire de mariage par erreur en Papouasie... c`est une anecdote somme toute banale : je me promenais, il y avait des autochtones, j`ai emprunté une jolie allée fleurie, on m`a demandé quelque chose dans une langue étrangère, j`ai répondu dans un anglais approximatif, et hop ! sans me rendre compte, j`étais mariée. Ces choses-là sont plus courantes qu`on ne pense. Un jour, je te raconterai comment j`ai joué dans une grosse production hollywoodienne sans le faire exprès.



Flore Vesco et ses lectures


Quel est l`ouvrage qui vous a donné envie d`écrire ?

Princess Bride, de William Goldman.


Quel est le livre que vous auriez rêvé d`écrire ?

Princess Bride, de William Goldman.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Je peux répondre encore une fois Princess Bride, de William Goldman ? Ou je vais avoir l`air de me répéter / de bâcler l`interview / d`avoir lu un seul livre dans ma vie ? Allez, pour changer, je vais répondre Orgueil et préjugés.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Je ne savais pas encore lire, et je n`avais absolument pas capté qui était Ionesco, mais j`ai adoré ses Contes n°1, n°2, n°3 et n°4 pour enfants de moins de trois ans. du coup, je ne vous dis pas mon étonnement quand, lycéenne, je suis retombée sur Ionesco en cours de littérature, et que j`ai réalisé que cet extrait dont je devais faire un commentaire composé était écrit par le même type génial qui avait enchanté mon enfance. Celui qui racontait qu`un "téléphone" se dit "fromage", que "pain" se dit "descente de lit", et que "images" ne se dit pas "`images", mais "images".


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Babelio, si tu veux mon humble avis, tu poses là une question discutable. Ma réponse sera : aucun. Pour la bonne raison qu`il y a énormément de livres que je n`ai pas lus, mais je n`en ai absolument, mais alors absolument pas honte.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Je trouve magnifique The Little White Bird (Le petit oiseau blanc) de J. M. Barrie, et j`ai l`impression que beaucoup de lecteurs ne connaissent de lui que son formidable Peter Pan.
Vous vous rappelez le génialissime début de Peter Pan, avec le Londres de l`époque édouardienne, la famille Darling, ses difficultés financières, la chienne qui sert de nounou, les relations entre les parents et les enfants ? Ben, le Petit oiseau blanc, c`est exactement cet esprit-là : pas de monde perdu et de merveilleux, ou très peu, mais plein d`humour et une relation drôle et tendre entre un célibataire endurci, ancien militaire, et un petit garçon.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Ah ah, cher Babelio, petit malin, tu poses une question alléchante mais casse-gueule. Parce que là, il faut que je trouve un moyen de répondre sans avoir l`air prétentieuse. Je ne peux décemment pas affirmer tout haut : "En même temps, La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau c`est plutôt neuneu" ou "André Gide, quand même, qu`est-ce qu`il se la pète par moments". Non. Respect des anciens. Je saute cette question.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

J`aime beaucoup le passage sur le pouvoir de la parole dans Gagner la guerre, de Jean-Philippe Jaworski :
"La parole, c`est de l`or. La parole, c`est du bien. La parole, c`est du fer, du poison, du baume. La parole, c`est du sexe, de la mémoire, de l`avenir. de la divinité. La preuve : je commence à l`échauffer un peu, l`aimable lecteur, non ? Il s`en tape pas mal, de mes distingues diptérophiles ; il s`en contrefiche que je puisse le poinçonner, il n`y croit guère, il se demande surtout quand je vais passer à la suite.".


Et en ce moment que lisez-vous ?

Mes voisins les Goolz, de Gary Ghislain.



Découvrez L`Estrange malaventure de Mirella de Flore Vesco aux éditions L`école des loisirs :


Entretien réalisé par Nicolas Hecht

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Christophe de Jerphanion, blogueur et membre du jury, présente la lauréate du Prix Imaginales 2020 en catégorie jeunesse. Félicitations à Flore Vesco pour son roman "L'Estrange malaventure de Mirella" publié par l'École des loisirs.
Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
Sovane   23 mai 2020
226 bébés de Flore Vesco
- Monsieur le loup, réfléchissez une minute ! lui dit-il. Si vous dévorez mes joufflots, vous aurez encore faim d'ici quelques heures. Alors que le bébé - vivant - est une créature très utile, car rien n'est plus ravageur. Donnez lui un livre, par exemple, et celui-ci est déchiré en menus morceaux dans la seconde ! (pp. 51-52)
Commenter  J’apprécie          20
Sovane   23 mai 2020
226 bébés de Flore Vesco
Que faisaient donc là tous ces garnements ? Bert gratta son crâne dégarni. La semaine précédente, il avait commandé une nouvelle paire de pantoufles par la Poste. Est-ce que le facteur se serait trompé de colis ? Grossière erreur ! Jamais, au grand jamais, Bert n'aurait fait l'acquisition d'un nourrisson ! Il avait eu la chance de ne pas avoir d'enfants lorsqu'il était encore en âge d'être papa. Il n'allait certainement pas se mettre à pouponner maintenant ! (p. 10)
Commenter  J’apprécie          10
Sovane   23 mai 2020
226 bébés de Flore Vesco
Lectrice, lecteur, je ne veux pas que tu fasses de cauchemars ce soir. Pour ne pas heurter ta sensibilité, je ne ferai donc pas la description de ce personnage. Je ne te parlerai pas de sa barbe bleue ni de ses yeux rougeoyants, striés de veines sanglantes qui lui donnaient un regard de fou dangereux. (pp. 28-29)
Commenter  J’apprécie          10
letilleul   04 octobre 2016
Louis Pasteur contre les Loups-garous de Flore Vesco
[Le doyen] était un petit homme toujours affable, tout en courbettes et sourires. Il devait sa place de doyen à un certain nombre de qualités. Il avait une belle écriture cursive, fréquentait tous les grands noms du Ministère, et pouvait saluer très bas sans perdre l’équilibre. Et surtout, il portait des cravates éblouissantes, d’un flamboiement tel qu’elles captivaient le regard des élèves aussi sûrement qu’un serpent hypnotisant sa proie. Aujourd’hui, il arborait une lavallière rutilante, dont Louis ne put s’empêcher d’admirer les reflets couleur acétate de cuivre.
Commenter  J’apprécie          130
orbe   13 août 2015
De Cape et de mots de Flore Vesco
Votre Altesse Sérénissime, répondit Serine en esquissant une gracieuse révérence en plein vol, je viens de m'apercevoir que j'ai oublié ma tête ! J'ai du l'oublier quelque part dans les douves du palais. Vraiment, vous auriez pu m'en parler.
Commenter  J’apprécie          130
nightsreadings   23 janvier 2017
De Cape et de mots de Flore Vesco
« Au détour d'une galerie, elle ralentit juste avant de culbuter une belle dame. Encore un peu d'entraînement et elle parviendrait à circuler dans le palais sans entrer en collision avec tout ce qui bougeait. La dame arrêta Serine avec un air d'autorité, posa les deux mains sur ses épaules et considéra la jeune fille en fronçant les sourcils. C'était la Grande Demoiselle, qui chaperonnait, dirigeait et réprimandait la ruche des demoiselles de compagnie." (p. 17)

"Il y avait quelque chose de différent dans les prisons ce matin-là. Jules n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. [...] En s'arrêtant devant la dernière cellule vide, il comprit. Dans un coin de la paillasse, sous une pile de couvertures, il voyait dépasser un grelot. La petite demoiselle dormait paisiblement. Et ces grands dadais de prisonniers se seraient arraché la langue plutôt que de la réveiller. [...] Jules se hâte de retourner dans la salle de torture. Il dégagea la table de l'écraseur d'orteils, du fléau et du brise-mâchoire qui l'encombraient, et passa un coup d'éponge sur les tâches de sang. Quand Serine émergea enfin, la pièce reluisait. Une tasse de chocolat et des tartines attendaient la jeune fille. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ileauxtresors   10 août 2019
De Cape et de mots de Flore Vesco
Mais lorsque les gardes partirent d’un rire méprisant à la vue des blanchisseuses, ils signèrent leur arrêt de mort. Cuisses fléchies, poings en avant, les lavandières étaient prêtes à en découdre. Après tout, elles avaient l’habitude de nettoyer la vermine.

Sans se méfier, les gardes avancèrent d’un pas. Or, depuis qu’elles avaient douze ans, ces femmes passaient leurs journées à frotter et essorer jusqu’à épuisement, et porter des corbeilles de linge humide pesant la moitié de leur poids. Lors d’un tournoi de bras de fer, elles auraient remporté toutes les manches. À l’instant où elles brandirent leurs battoirs, épais comme les paumes de leurs mains, les gardes n’avaient plus aucune chance.
Commenter  J’apprécie          110
Ileauxtresors   15 mai 2019
L'estrange malaventure de Mirella de Flore Vesco
Et le prêtre de raconter les vies et les exploits de saint Hilarion et sainte Rictrude, qui fatiguaient leurs bourreaux, pouvant passer des heures à endurer les coups de pique en gardant le sourire, soupirant d'aise lorsqu'on les rôtissait sur le grill, changeant eux-mêmes de côté afin que leur chair soit partout dorée et craquante.
Commenter  J’apprécie          92
PegLutine   20 novembre 2015
De Cape et de mots de Flore Vesco
La reine porterait sa coiffure la plus époustouflante: on avait accroché dans ses cheveux des petites bulles de gaze dans lesquelles frémissaient des lucioles. De loin elle semblait parée d'étoiles (malheureusement, l'effet était de courte durée: les bestioles étouffaient rapidement et à la fin de la journée, Sa Majesté avait la tête couverte d'insectes morts.)
Commenter  J’apprécie          80
PegLutine   20 novembre 2015
De Cape et de mots de Flore Vesco
Quand j'étais bébé, il se servait de mes hurlements de nourrisson pour faire parler les suspects. Il paraît que ça marchait encore mieux que la pince arracheuse.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox