AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

2.79/5 (sur 145 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) le : 18/11/1948
Biographie :

Frances Fyfield est le pseudonyme de Frances Hegarty, auteure de romans policiers et juriste britannique.

Après des études de littérature à l'université de Newcastle, un début de formation de notaire et plusieurs emplois dans différents domaines, Frances Fyfield reprend finalement des études de droit et devient substitut du procureur.

Elle a travaillé d'abord pour la Police Métropolitaine et plus tard, au Crown Prosecution Service.

Ses romans ont été traduits en 14 langues différentes et certains ont été adaptés à la télévision.

Source : comté de Derbyshire
Ajouter des informations
Bibliographie de Frances Fyfield   (20)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Frances Fyfield
L'écriture est certainement ce que je connais de plus dur, parce que ça demande un degré de concentration phénoménal. A votre bureau, il y a tout un système qui vous facilite la tâche, et une bonne moitié de votre travail ne requiert que 50% de concentration. Il y a beaucoup de choses qui se font en pilote automatique. Ce n'est pas le cas lorsqu'on écrit. On est seul avec sa page ; il n'existe aucun système sur lequel se reposer, à moins de le créer soi-même.
Commenter  J’apprécie          160
- A propos des réunions avec les procureurs, Mike, vous avez été odieux, hier. Soit vous gémissiez comme une reine dans une tragédie, soit vous ricaniez comme un singe et entre les deux, vos expressions allaient de la moue à l'ennui mortel.
( p197)
Commenter  J’apprécie          90
Parce que ,à en croire la rumeur,pour faire le bien,encore fallait-il en avoir eu l'intention.
Commenter  J’apprécie          90
la perfection ne consiste pas en la multitude des choses qu'on fait,mais a les faire bien.
Commenter  J’apprécie          70
Quand je serai vieille, se dit Helen, j'arrêterai d'essayer d'être bonne. Je n'aurai plus de conscience, je porterai du mauve, des dentelles et des faux seins, et en attendant, je n'apprendrai jamais à me servir d'une perceuse électrique. (p. 21)
Commenter  J’apprécie          40
On ne pouvait pas forcer les gens à vous aimer et le fait de les aimer ne reparait rien.
Commenter  J’apprécie          50
Des visages fatigués,d'après l'heure de pointe,des visages animés,une prépondérance de visages d'un certain âge rentrant chez eux avant que la génération suivante ne ressorte s'amuser.
Commenter  J’apprécie          30
Peut-on enlever quelqu'un sans faire usage de la force, uniquement par la séduction ?
Commenter  J’apprécie          30
Anna se souvint avec gratitude de sa voix chantant avec candeur sur la tombe de soeur Jude et,saisie d'une brusque impulsion , elle tapota son épaule dodue et sentit que sa propre main était saisie et pressée avec force.
Commenter  J’apprécie          20
« Mais même la patiente la plus mature est timide par ignorance. Il n’y a rien de « simple » dans la soumission. On se soumet au dentiste, au médecin… à la vie, si on va par là. La soumission est vitale pour la survie. Ce n’est pas un état d’esprit différent du consentement, mais un proche parent. Et à la fin, on se soumet à la mort ; ce n’est pas du consentement, c’est de la soumission. »

« C’était surtout l’humiliation. Sa joue en feu était moins douloureuse que l’absolue futilité de sa résistance ; le rappel de la certitude déstabilisante qu’en cas de lutte loyale avec un homme, une femme ne fait pas le poids, origine de la peur et de la rage ancestrales. Elle ne voulait pas le tuer ; une autre fois, elle aimerait assister à sa lente et inexorable défaite, le voir supplier à genoux, pour cette simple illustration de sa puissance et pour ce qu’il l’avait obligée à faire. »

« Avoir envie de rester seule avant tout, ce n’était peut-être pas normal. Peut-être devrait-elle consulter un médecin. Demain peut-être, dans l’ennui vide du dimanche, elle essaierait de trouver Anna. Elle lui raconterait la soirée, discuterait des avantages du célibat, de la réalité du grand amour, de l’importance de l’espoir, de la dignité qu’il y avait à vivre seule, et du réconfort qu’il y avait à cultiver son jardin. »
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Frances Fyfield (407)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
12063 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..