AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.91 /5 (sur 81 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) : 1958
Biographie :

Après son diplôme de philosophie à l'université du Sussex, Francesca Clementis a travaillé pendant dix ans dans la publicité avant de se consacrer uniquement à l'écriture.

Elle vit à Londres avec son mari et sa fille. Elle a déjà publié en France Lorna et ses filles (2004). Un tout petit mensonge est son second roman à paraître en France.


Source : www.franceloisirs.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
domisylzen   04 novembre 2015
Un tout petit mensonge de Francesca Clementis
Son premier mensonge sortit avec une facilité déconcertante. Ce n'en était pas vraiment un, il s'agissait plutôt d'une de ces phrases courtoises qu'on lance pour mettre ses hôtes à l'aise. Des mots prononcés avec insouciance et qui n'engagent à rien.

- Super soirée Stella ! Cria Lauren par-dessus la musique.

Commenter  J’apprécie          100
lilie57   02 avril 2020
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
Maintenant, je sais pourquoi Dieu, quel qu'il soit, ne fait jamais tourner la pendule à l'envers : parce que chacun sur cette terre voudrait revenir à un moment différent. Dans toute l'histoire de l'humanité, on ne doit pas trouver une seule seconde où plus d'une personne soit parfaitement heureuse. Chaque fois qu'un bébé naît, quelqu'un est en train de mourir.
Commenter  J’apprécie          50
LiliGalipette   16 mai 2012
Un tout petit mensonge de Francesca Clementis
- Tu n'avais pas de rêves ?



- Réveille toi ! Les rêves sont faits pour les gens qui ont du temps et de l'argent. Si tu as des factures à payer, tu prends un travail. Si tu veux vivre dans la réalité, tu laisses ton idéalisme de coté et tu joues le jeu. Et si tu veux fonder une famille avec un homme qui t'aimera, te respectera et ne te laissera pas tomber...



- Tu t'y prends comment ?



- Déniche une personne qui l'a trouvé, demande lui comment elle s'est débrouillée et file-moi le tuyau.
Commenter  J’apprécie          40
Mandinnne   09 août 2016
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
Et vous, votre première fois ... ? Vous savez bien: le premier accès de panique quand, regardant l'avenir pour y contempler vos rêves, votre objectif ou votre destin, vous avez découvert qu'il n'est plus là. Vous l'aviez laissé derrière vous, abandonné en chemin.

Or, ce qui compte, c'est bien le rêve, non ? La pointe de la flèche, ce qui donne à la vie son sens et sa direction ? Sans objectif, nous serions toutes à sauter à cloche-pied entre plusieurs vies parallèles, à jouer en dilettante avec des hobbies, des carrières et des partenaires.

Nous savons où sont passés mes rêves, alors voyons un peu les vôtres. Allez, je vous en prie, faites-moi ce plaisir. Ne me laissez pas porter seule le drapeau de la faillibilité féminine. Comment avez-vous perdu de vue vos objectifs ? Je vous parle des vrais, pas ceux que vous avez échafaudés ensuite pour coller à votre situation actuelle.

Cela commence tôt, n'est-ce pas ? Quand vous vouliez tant jouer Marie dans le spectacle de Noël et qu'on vous a donné le rôle du cinquième mouton. Quand vous avez demandé une poupée Sindy au Père Noël et qu'il vous a apporté une encyclopédie. Quand vous rêviez d'un piano et que vous avez eu une flûte à bec. Ainsi se met en place le schéma qui ne cesse par la suite de se reproduire...

Vous alliez vous marier en blanc, à vingt et un ans, dans une jolie église de campagne, c'est bien ça ? Il serait sensible et fidèle, il irait et écrirait de la poésie tout en étant un cadre plein d'avenir avec voiture, appartement, et une mère habitant à plus de cinq cents kilomètres. À quel âge vous êtes-vous mariée finalement ? Trente et un, quarante et un ans peut-être ? À la mairie d'une ville nouvelle ? Et vous portiez du vert, mais vous avez prétendu que tout était parfait, seules les gamines fantasment encore sur les robes blanches. Non, bien sûr que vous ne vouliez pas faire compliqué. Et votre mari ? Un type très gentil, je n'en doute pas mais...mais...

Alors, vous en êtes arrivée là ? Ce rêve, où est-il passé ? Quelque part, à un détour de votre ligne de vie, vous vous êtes contentée du deuxième choix - ou du soixantième, je ne sais pas. Ce n'est pas ce que vous auriez voulu, vous n'aviez pas l'intention de finir comme ça ; personne n'en a jamais l'intention. Il y a partout dans le monde des chambres roses où des petites filles rêvent d'être danseuses étoiles alors qu'elles finiront aromathérapeutes .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
L'infidélité est une drôle de chose. Certains enchaînent les liaisons, couchent à droite et à gauche sans cesser d'affirmer qu'ils n'ont en fait jamais été infidèles à leurs partenaires - c'était uniquement physique. D'après eux, la seule chose qui compte, c'est ce qui se passe dans votre tôle. Je n'avais pas compris cette différence jusqu'à maintenant. Parce que, même si je n'ai fait que caresser sa main, quelque chose de fondamental est en train de se jouer en moi. Je ne suis pas femme à toucher facilement les autres ou à les étreindre pour un oui ou pour un non. Je n'ai pas l'émotion spontanée. Ce geste, je ne l'avais jamais eu qu'envers Rob. Pour moi, il représente une trahison aussi totale qu'un accouplement rapide et

sordide au motel du coin.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
C'est ma préférée, mais j'ai appris à ne pas le montrer. Voilà un de ces petits trucs de parents dont: on ne parle jamais dans les livres. « J'aime tous mes enfants de la même façon », « Je peux avoir un rapport privilégié avec l'un d'eux, néanmoins je les aime tous autant ». Nous récitons ce credo comme les gamins apprennent le Notre Père, dans l'espoir de faire illusion mais sans y croire vraiment. Je partage équitablement mon amour entre les quatre filles, pourtant je trouve toujours quelques miettes de plus pour Phoebe.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
En fait, c'est très simple : j'aime la télé. Je l'ai toujours aimée. Je la regarde sans aucun discernement, c'est ma nicotine, ma perfusion d'un plaisir toujours renouvelé. J'aime tout, les séries, les sitecoms,les jeux, les documentaires. Bons ou mauvais, je m'en moque, j'aime ces univers synthétiques qui viennent se greffer sur- mon existence linéaire, ces vies où j'entre par' le petit écran. J'aime partager une référence commune avec des inconnus ; faire partie d'un public, c'est une forme de connivence.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
Simon Flynn a vingt-neuf ans, il est célibataire et n'a aucune autre responsabilité que de prendre soin de sa fantastique chevelure bouclée. Un jour, dans un rare accès de confiance en moi,j'ai envisagé qu'il puisse avoir le béguin pour moi. Quel mot ridicule, le «béguin », quand on parle de deux adultes. D'ailleurs, à la réflexion, l'idée même est assez grotesque.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
Il y a partout dans le monde des chambres roses où des petites filles rêvent d'être danseuses étoiles alors qu'elles finiront aromathérapeutes. D'ailleurs, certains enfants rêvent peut-être d'être aromathérapeutes. Voilà une pensée préoccupante pour le nouveau millénaire.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   03 décembre 2013
Lorna et ses filles de Francesca Clementis
Certains ont des amis, d'autres des copains. Pour voir la différence, le plus simple est de les compter. On ne peut pas avoir cent amis ; je ne crois même pas qu'on puisse en avoir vingt. Le temps nous manque pour cela. Les copains, on les retrouve plusieurs fois par an, pour s'informer des grands événements et combler certaines lacunes, mais on ne peut pas se soutenir au jour le jour, ni se donner le bras pour flâner ensemble à travers les petits événements de l'existence. Ce sont ces petits événements qui nous définissent réellement.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Fable express V 🐷

À cause de sa santé précaire / Claire ne pouvait être fermière / ......

.....craignant pour ses ovaires
.....elle cueillait la bruyère
....mais aimait les cnidaires
....la ferme tuerait claire

1 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : fables , jeux de mots , humour , couture , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..