AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.21 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 18/08/1933
Biographie :

Francine Christophe est une femme de lettres et poétesse française.

Elle a 8 ans1/2 lorsqu’elle est arrêtée avec sa mère en essayant de passer la ligne de démarcation, à La Rochefoucauld, en Charente, le 26 juillet 1942. D’abord enfermées dans la salle des fêtes, elles sont envoyées à la prison d’Angoulême.

Francine Christophe est déportée avec sa mère par le convoi du 2 mai 1944 avec d’autres femmes et enfants de prisonniers de guerre français, juifs. Ils ne vont pas à Auschwitz mais deviennent des "juifs d’échange" à Bergen-Belsen. Le père, prisonnier, a donné un statut spécial à sa femme et à sa fille qui sont non déportables selon la convention de Genève.

Évacuée toutes les deux, quelques jours avant la libération du camp par convoi ferroviaire vers Theresienstadt, elles sont libérées après 13 jours d’errance par l’armée soviétique à Tröbitz le 23 avril 1945.

Francine rejoint sa grand-mère qui a un magasin de robes, elle y apprend son métier de décoratrice et devient indépendante.

Francine Christophe devient écrivaine et conférencière. Elle donne régulièrement des conférence au près des jeunes dans les collèges et lycées pour raconter son témoignage.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Francine Christophe   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'Enfant des camps, de France Christophe avec Pierre Marlière. Disponible en librairie. https://bit.ly/2OgQ5JN Arrêtée en Juillet 1942 avec sa mère sur la ligne de démarcation, Francine Christophe est encore une enfant. Elle a presque neuf ans, l'âge des jours heureux quand elle est rattrapée par la folie nazie. Interrogée par la Gestapo, enfermée de prison en prison, ballotée de camp en camp, en France d'abord, elle est déportée en mai 1944 au camp de concentration de Bergen-Belsen. A son retour, quand elle essaye d'expliquer à ses camarades de classe ce que la guerre lui a fait, celles-ci la regardent, gentiment, mais tournent l'index sur la tempe, l'air de dire : elle est folle. La jeune Francine ne parle plus du cauchemar qui a duré trois ans. Aujourd'hui, les mots refont surface. Francine Christophe raconte ce qu'elle vu et connu. Les coups, le froid, la faim. Les familles qu'on sépare. Les enfants qu'on entasse dans des wagons à bestiaux. La maladie et la mort. Les travées boueuses où les cadavres pourrissent. La cruauté. Mais aussi l'amour, celui d'une mère et de sa fille, indéfectible, qui résiste à la guerre. Et des miracles, comme ce bébé qui voit le jour dans l'enfer de Bergen-Belsen et survit grâce à l'entraide et la fraternité des femmes. Pour que tous nous sachions et n'oublions pas ce que fut la Shoah.
+ Lire la suite

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
ChedevC   25 octobre 2021
L'enfant des camps de Francine Christophe
Qu’est-ce qu’un déporté, qu’est-ce qu’un survivant au moment du retour ? Un être plus tout à fait humain, pas encore animal. Parce que là où il est passé, le déporté n’a pu rester l’individu qu’il était, ni devenir le complet animal qu’on voulait faire de lui. Ce qu’il a vu, vécu, supporté, ressenti, est difficile à décrire. Je l’ai déjà dit, il faudrait inventer un vocabulaire inédit, forger des expressions qui n’ont pas d’équivalents chez les vivants. Aucun mot d’Homme n’arrive à réellement décrire ces situations ; le camp, c’est un autre continent de la souffrance. Contrainte de composer avec le langage dont j’ai hérité en partage à ma naissance - car on peut travailler les mots jusqu’à l’épuisement, jamais on ne pourra aller au-delà d’eux

(p 97)
Commenter  J’apprécie          380
Eve-Yeshe   03 mars 2021
L'enfant des camps de Francine Christophe
On dit que le temps guérit toutes les blessures, qu’un jour ou l’autre, on finit par oublier. Ce n’est pas vrai, certaines plaies ne cicatrisent jamais. Je suis et resterai marquée à jamais par ce que j’ai vécu. Rien ne pourra panser le passé qui fut le mien.
Commenter  J’apprécie          220
Eve-Yeshe   05 mars 2021
L'enfant des camps de Francine Christophe
Pourtant, j’ai chanté. Une petite fille de neuf ans a chanté dans les camps. Parce que l’art est le meilleur antidote au malheur, et la voix le plus vieil instrument de musique à disposition des hommes.
Commenter  J’apprécie          220
sonatem   07 juillet 2022
La fête inconnue et autres poèmes ou L'histoire d'une résistance enfantine à Bergen-Belsen de Francine Christophe
LA VIE



Madame, avez-vous de la haine ?

Je ne pardonne pas c’est tout

Et je le crie à perdre haleine

Pour qu’on le sache de partout.



S’ils avaient dit pardon, Madame

Est-ce que dans le fond de votre âme

Vous n’auriez pas changé d’avis ?

Jamais !

Ils ont assassiné la Vie.



Madame, avez-vous de l’amour

Pour nous

J’en ai un peu plus chaque jour.

Enfants quand je vous vois chanter

Enfants nés de la Liberté.



Madame, pourquoi nous aimez-vous tant ?

Parce qu’en vous je vois la gloire

Vous redonner sens à l’espoir

Et au miracle de la Vie



La Vie !



2012
Commenter  J’apprécie          101
st79310   05 juin 2013
Après les camps, la vie de Francine Christophe
Je vous demande pardon, à vous qui êtes restés là-bas. Je vous demande pardon, car je ne vaux pas mieux que vous. Mon oeil n'est pas plus vif, bien au contraire : je sais qu'on a tué des artistes et de merveilleux ouvriers. Mes pensées ne sont pas plus profondes, bien au contraire. Je sais qu'on a tué des sages.

Alors, pourquoi ? Chaque jour qui passe m'entend reposer la question : pourquoi moi ? On me répond qu'il fallait des témoins. C'est vrai, il en fallait, mais pourquoi moi ? Puisque je suis là, je témoigne, je ne cesserai jamais de demander pardon aux autres qui auraient aussi bien témoigné que moi, et qui ne sont pas rentrés de là-bas.
Commenter  J’apprécie          60
nelly76   26 février 2022
Une petite fille privilégiée de Francine Christophe
NOUS SOMMES TOUS DES PENDUS DONT LA CORDE A CASSÉ.



Le contact avec les allemand s'est révélé pénible.Pas avec les jeunes .Mais des qu'un Germain a 《 l'âge 》,tout en moi se recroqueville.Malgre moi ,je l'imagine en uniforme,je le vois agir,ordonner,cogner,crier.

La langue,également,me donne un certain malaise.Le plus beau lied,le plus beau poème ne sont qu'aboiements à mes oreilles.

Je ne ressens pas de haine envers l'Allemagne,sinon,je ne vaudrais pas mieux que mes bourreaux.

Au fond,c'est peut-être ça e tre juif: posséder une communauté de souffrance et pratiquer le refus de la haine.(Page 208).
Commenter  J’apprécie          40
nelly76   25 février 2022
Une petite fille privilégiée de Francine Christophe
Deux femmes assises attendent au centre de la baraque.La vieille et la jeune. La mère et la fille .On dirait qu'elles vont mourir,là, devant nous.

On les a extirpé de leur galetas et traînées devant nous toutes pour les empêcher de mourir.

DE MOURIR DE CRASSE

Car c'est vrai ,elles ont l'oeil vague, et elles sont mangées par les poux.

De loin,en tendant les bras,sur la pointe des pieds,le corps tendu,on les dénude et on les lave,et on leur donne des habits collectés parmi nous toutes.Puis on leur rase la tête, mais ça se révèle impossible.Leur crâne disparaît sous une croûte épaisse de cheveux pourris,de crasse et de larves de poux.On gratte ,on cisaille, pour en enlever le maximum.

Hé oui,elles avaient dételé,les pauvres,elles avaient cédé,capitulé,abandonné,lâché,abdiqué,renoncé.

Il faut vouloir survivre ,et ce n'est pas donné à tout le monde.

J'assiste au sauvetage,en bon public,fascinée par l'excellent spectacle,et puis je regarde en coin,Maman que je battrais, le matin avec sa maudite toilette du corps ....pour l'esprit

( Finalement ,la fille s'en sortira.La mère qui n'avait pas quarante ans ,meurt épuisée peu de temps après.)

La neige partout,la neige épaisse,la neige blanche qui étouffe les cris ,les pleurs ,la vie.

Creuser des chemins dans la neige.Soulever des jambes lourdes d'oedèmes dans la neige.Tomber dans la neige .

Qui m'aurait fait croire que je ne pourrais n'avoir ni envie de batailles de boules de neige,ni de bonhomme de neige ?.( Page 120/ 121).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mel_amazone   13 janvier 2021
L'enfant des camps de Francine Christophe
Hitler n'a pas inventé l'antisémitisme, il lui a donné sa forme la plus monstrueuse.
Commenter  J’apprécie          50
st79310   05 juin 2013
Après les camps, la vie de Francine Christophe
Dernièrement, à l'arrêt de l'autobus, mes jambes rougies par le froid, me rendaient le stationnement difficile. (...). Alors, timidement, pour la première fois, l'attente se prolongeant, j'ai sorti ma carte de priorité.

- Mais qu'est ce qu'elle a, celle-là à son âge !

- Excusez-moi, je suis une ancienne déportée.

- Déportée ! Avec cette mine...

- Si t'es r'venue,c'était pas si terrible !

-Des blaques, des blagues, elle avait pas l'âge d'y aller.
Commenter  J’apprécie          30
st79310   02 juin 2013
Une petite fille privilégiée de Francine Christophe
Je sors de la barque avec Rose-Marie et son fils Michel, et de l'autre côté du barbelé, juste là, quatre morts tout nus, allongés par terre, le crâne appuyé contre le mur, attendant leur transfert au four.



Rose-Marie a un drôle de réflexe. Elle attrape Michel et le retourne. Moi, je les regarde, étonnée. Bah, il a trois ans, Michel. Il faut bien qu'il s'habitue.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Francine Christophe (153)Voir plus


Quiz Voir plus

Connais tu le monde de la magie noire dans Harry Potter

Quel es le vrai nom de Voldemort (facile celui là)

Hagrid
Tom Gaunt
Tom Jedusor
Elvis Jedusor

10 questions
175 lecteurs ont répondu
Thème : J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur