AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 623 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montpellier , le 27/03/1899
Mort(e) à : Bar-sur-Loup , le 06/08/1988
Biographie :

Francis Ponge est un poète français.

Élevé au sein d'une famille protestante aisée, Francis Ponge connaît une enfance agréable. Ses études supérieures étaient un véritable échec : il ne parvient à obtenir ni sa licence de philosophie ni son entrée à l'Ecole Normale, or ces déceptions ne l’éloigneront pas de la littérature ou de l'écriture. Il partage son temps entre son travail et l'écriture.

Militant communiste, délégué syndical, il perd son emploi lors des grèves de 1936 et quitte Paris en 1940 pour entrer dans la Résistance. 'Le Parti pris des choses' (1942), pose les éléments essentiels de sa vision poétique, différente de celles des surréalistes, et des autres grands poètes Saint-John Perse et René Char : Ponge dissèque les objets, en abolissant la frontière entre le mot et la chose qu'il désigne. Il se fait le poète du quotidien, matérialiste, sensualiste, sous la plume duquel 'L'Huître', 'Le Savon', 'La Pomme de terre' ou 'La Cruche' deviennent littérairement et littéralement palpables.

Devenu professeur après la guerre, il écrit poèmes et essais en parallèle, ('Méthodes', 'La Fabrique du pré) ('La Rage de l'expression', 'Le Grand Recueil').

Considéré par Jean-Paul Sartre et Philippe Sollers comme l'un des auteurs majeurs de la poésie contemporaine, Francis Ponge a eu le Grand prix de poésie de l'Académie française en 1984.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Francis PONGE – Un siècle d'écrivains : 1899-1988 (DOCUMENTAIRE, 1999) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 203, diffusée sur France 3, le 25 septembre 1999, et réalisée par Jean Thibaudeau et Pierre Beuchot.
Podcasts (13) Voir tous


Citations et extraits (229) Voir plus Ajouter une citation
Francis Ponge
Jooh   22 août 2014
Francis Ponge
Il ne faut cesser de s'enfoncer dans sa nuit : c'est alors que brusquement la lumière se fait.
Commenter  J’apprécie          611
Bobby_The_Rasta_Lama   06 juillet 2018
Le parti pris des choses / Douze petits écrits / Proêmes de Francis Ponge
Le cageot



À mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.

Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.

À tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc. Tout neuf encore, et légèrement ahuri d'être dans une pose maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme des plus sympathiques, - sur le sort duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement.
Commenter  J’apprécie          310
Francis Ponge
marina53   24 juin 2018
Francis Ponge
ta sagesse

hermétique

ô tortue !
Commenter  J’apprécie          340
cicou45   29 juin 2014
Les rois ne touchent pas aux portes de Francis Ponge
"Les grandes pensées viennent du coeur. Perfectionne-toi moralement et tu feras de beaux vers. La morale et la rhétorique se rejoignent dans l'ambition et le désir du sage."
Commenter  J’apprécie          270
Francis Ponge
petch   20 juillet 2014
Francis Ponge
Prendre un tube de vert, l'étaler sur la page,

Ce n'est pas faire un pré.

Ils naissent autrement.

Ils sourdent de la page.

Et encore faut-il que ce soit page brune.



Préparons donc la page où puisse aujourd'hui naître

Une vérité qui soit verte.



(Le Pré - Extrait)
Commenter  J’apprécie          240
petitours   26 janvier 2010
Le parti pris des choses / Douze petits écrits / Proêmes de Francis Ponge
Comme dans l'éponge il y a dans l'orange une aspiration à reprendre contenance après avoir subi l'épreuve de l'expression. Mais où l'éponge réussit toujours, l'orange jamais : car ses cellules ont éclaté, ses tissus se sont déchirés. Tandis que l'écorce seule se rétablit mollement dans sa forme grâce à son élasticité, un liquide d'ambre s'est répandu, accompagné de rafraîchissement, de parfums suaves, certes, -- mais souvent aussi de la conscience amère d'une expulsion prématurée de pépins.

Faut-il prendre parti entre ces deux manières de mal supporter l'oppression ? -- L'éponge n'est que muscle et se remplit de vent, d'eau propre ou d'eau sale selon : cette gymnastique est ignoble. L'orange a meilleurs goût, mais elle est trop passive, -- et ce sacrifice odorant... C'est faire à l'oppresseur trop bon compte vraiment.



Mais ce n'est pas assez avoir dit de l'orange que d'avoir rappelé sa façon particulière de parfumer l'air et de réjouir son bourreau. Il faut mettre l'accent sur la coloration glorieuse du liquide qui en résulte et qui, mieux que le jus de citron, oblige le larynx à s'ouvrir largement pour la prononciation du mot comme pour l'ingestion du liquide, sans aucune moue appréhensive de l'avant-bouche dont il ne fait pas hérisser les papilles.



Et l'on demeure au reste sans paroles pour avouer l'admiration que suscite l'enveloppe du tendre, fragile et rose ballon ovale dans cet épais tampon-buvard humide dont l'épiderme extrêmement mince mais très pigmenté, acerbement sapide, est juste assez rugueux pour accrocher dignement la lumière sur la parfaite forme du fruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Francis Ponge
marina53   11 juillet 2017
Francis Ponge
Pour la ruée écrasante

De mille bêtes hagardes

le soleil n'éclaire plus

Qu'un monument de raisons.
Commenter  J’apprécie          230
coco4649   05 septembre 2014
Le parti pris des choses / Douze petits écrits / Proêmes de Francis Ponge
LE MOLLUSQUE



Le mollusque est un être – presque une – qualité. Il n’a pas besoin de charpente mais seulement d’un rempart, quelque chose comme la couleur dans le tube.

La nature renonce ici à la présentation du plasma en forme. Elle montre seulement qu’elle y tient en l’abritant soigneusement, dans un écrin dont la face intérieure est la plus belle.

Ce n’est donc pas un simple crachat, mais une réalité des plus précieuses.

Le mollusque est doué d’une énergie puissante à se renfermer. Ce n’est à vrai dire qu’un muscle, un gond, un blount * et sa porte.

Le blount ayant sécrété la porte. Deux portes légèrement concaves constituent sa demeure entière.

Première et dernière demeure. Il y loge jusqu’après sa mort.

Rien à faire pour l’en tirer vivant.

La moindre cellule du corps de l’homme tient ainsi, et avec cette force, à la parole, – et réciproquement.

Mais parfois un autre être vient violer ce tombeau, lorsqu’il est bien fait, et s’y fixer à la place du constructeur défunt.

C’est le cas du pagure.



un blount *: le cadre de la porte.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
coco4649   18 janvier 2016
Le parti pris des choses / Douze petits écrits / Proêmes de Francis Ponge
LA CIGARETTE





 Rendons d'abord l'atmosphère à la fois brumeuse et

sèche, échevelée, où la cigarette est toujours posée de

travers depuis que continûment elle la crée.



 Puis sa personne : une petite torche beaucoup moins

lumineuse que parfumée, d'où se détachent et choient

selon un rythme à déterminer un nombre calculable de

petites masses de cendres.



 Sa passion enfin : ce bouton embrasé, desquamant

en pellicules argentées, qu'un manchon immédiat formé

des plus récentes entoure.



p.40



Commenter  J’apprécie          150
djdri25   11 juin 2012
Le parti pris des choses / Douze petits écrits / Proêmes de Francis Ponge
La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l'on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le parti pris des choses Francis Ponge

Francis Ponge a écrit "Le pain"

VRAI
FAUX

5 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Le parti pris des choses de Francis PongeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..