AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.82 /5 (sur 77 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Ivry-sur-Seine , le 19/08/1950
Biographie :

Francis Wolff (né en 1950 à Ivry-sur Seine) est Professeur de Philosophie à l'Ecole normale supérieure, à Paris rue d'Ulm. Spécialiste de philosophie antique, membre du Centre Léon Robin, son séminaire « Positions et arguments « à l'ENS de la rue d'Ulm a souhaité renouveler la « philosophie générale » dans laquelle l'étude des textes et des thèses (les dicta, en latin : « choses dites ») doit ête confrontée à l'interrogation des états de choses réels (les realia).

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Francis Wolff   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Francis Wolff était au Parvis à Pau pour présenter "Plaidoyer pour l'universel) publié aux éditions Fayard.

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Francis Wolff
Jean-Daniel   02 février 2020
Francis Wolff
Lorsque j’étais enfant, j’apprenais la "théorie musicale" dans de petits manuels (je ne sais pas s’ils existent encore) partagés en deux : le livret vert des questions et celui rouge des réponses. La première leçon de la première année était la suivante : "Qu’est-ce que la musique ?" ; et sur le livret rouge, il était écrit : "La musique est l’art des sons". Quel ne fut pas mon éblouissement, à l’âge de huit ans, en découvrant cette définition. Je ne sais pas si ce fut mon entrée dans la "théorie musicale", mais je crois que ce fut mon entrée en philosophie. Il y avait dans cet énoncé tout le pouvoir magique des formules définitionnelles. Elle concentrait en quelques mots simples le mystère des choses impalpables. Je n’ai guère changé d’opinion : la musique est bien l’art des sons.
Commenter  J’apprécie          190
Francis Wolff
Jean-Daniel   16 décembre 2019
Francis Wolff
On peut très bien être citoyen du monde tout en étant attaché à la culture française et fier d’être breton. Il est possible de défendre avec la même ferveur l’universalisme et la diversité culturelle : c’est mon cas.
Commenter  J’apprécie          180
Jean-Daniel   16 décembre 2019
Plaidoyer pour l'universel de Francis Wolff
Jamais nous n’avons été aussi conscients de former une seule humanité. Nous savons que nous sommes exposés aux mêmes risques planétaires : réchauffement climatique, extinction des espèces, mondialisation de l’économie… Et pourtant, alors qu’elle semble s’imposer dans les consciences, l’unité de l’humanité recule dans les représentations collectives. Partout les mêmes replis identitaires : nouveaux nationalismes, nouvelles xénophobies, nouvelles radicalités religieuses, nouvelles revendications communautaristes.
Commenter  J’apprécie          160
OverTheMoonWithBooks   23 octobre 2018
Il n'y a pas d'amour parfait de Francis Wolff
L'emprise de l'autre se mesure tantôt à sa présence tantôt à son absence.
Commenter  J’apprécie          170
Jean-Daniel   11 décembre 2021
Le monde à la première personne de Francis Wolff
Je l'ai dit bien souvent, notamment aux journalistes qui m'interrogeaient : je tiens Francis Wolff pour le plus grand philosophe français vivant. Cela ne signifie pas que ses idées soient toutes devenues miennes - l'admiration en philosophie, ne vaut pas approbation - , mais que je ne connais pas, à notre époque et dans notre pays, de philosophe dont la pensée soit plus forte, plus savante et plus rigoureuse que la sienne.

Note d'André Comte-Sponville dans son Avant-Propos
Commenter  J’apprécie          131
Jean-Daniel   28 décembre 2021
Pourquoi la musique ? de Francis Wolff
On ne peut dire pourquoi il y a de la musique sans définir d’abord ce qu’est la musique. Mais la question « Qu’est-ce que la musique ? » à peine formulée, un doute surgit. Pire : un scrupule. Est-elle « correcte » ? Est-il juste de parler de « la » musique ? N’est-ce pas là une généralisation imprudente? Ne conviendrait-il pas de respecter la diversité, la richesse, l’infinité des manifestations musicales et de parler « des » musiques, sans préjuger de l’essence ni même de l’existence de quelque chose qui serait « la » musique ?

C’est l’objection des ethnomusicologues : on croit qu’il y a un universel anthropologique là où il n’y a que des particularismes culturels. Après tout, il n’y a peut-être rien qui soit la musique en général, rien de commun entre le Clavier bien tempéré de Bach, les rituels grecs de possession dionysiaques, la stylisation du chant d’oiseaux chez les Kaluli et un concert de Booba.
Commenter  J’apprécie          110
OverTheMoonWithBooks   06 juin 2018
Il n'y a pas d'amour parfait de Francis Wolff
Toute définition est générale, tout amour est particulier. [...] C'est vrai de tout concept. Mais c'est peut-être plus vrai encore d'un concept qui subsume des sentiments. Il n'en demeure pas moins qu'analyser un concept, même dans son usage impersonnel et objectif (...), peut s'avérer éclairant. C'est tout du moins une des tâches premières de la philosophie. Penser bien, c'est penser avec des concepts clairs et nets.
Commenter  J’apprécie          110
Jean-Daniel   16 décembre 2019
Notre humanité: D'Aristote à l'homme neuronal de Francis Wolff
[...] Le mot même d'humanité est équivoque. Il désigne l'ensemble des hommes ou la qualité morale attachée au fait d'être homme. C'est la différence entre "être un humain" et "être humain". L'équivoque est curieuse, car on ne sache pas que le simple fait d'appartenir à l’humanité confère une quelconque vertu d'humanité - de bonté, de générosité, de compassion, d'altruisme. [...] Si l'équivoque que recèle le mot "humanité" est curieuse, elle n'est pourtant pas fâcheuse. Car, quel que soit la réponse que l'on donnera à la question -vide- de savoir si l’humanité est plus humaine qu'inhumaine dans ses comportements, on devra convenir qu'elle pourrait se définir par le fait que les conduites des hommes - qu'on les juge "humaine" ou "inhumaines" - sont régies par des normes et (au moins en partie) déterminées par des valeurs. Autrement dit, l'humanité est bien la seule "espèce" (si l'on tient à ce terme) "morale".
Commenter  J’apprécie          100
Jean-Daniel   20 décembre 2021
Dire le monde de Francis Wolff
« Qu’est-ce que ? » « Pourquoi ? » Tels sont sans doute les deux modes d’interrogation fondamentaux pour quiconque cherche à comprendre le monde. Qu’est-ce que le Vrai, le Beau, le Bien, le vivant, l’homme, la science, l’art, la philosophie, etc. ? Pourquoi le ciel étoilé, pourquoi le mouvement, pourquoi vivre en société, pourquoi toujours du mal, pourquoi agir ainsi, pourquoi y a-t-il de l’histoire, pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien, etc. ? Ces questions ne sont pas éternelles, elles ont toutefois défini pendant longtemps le champ de la philosophie. Il pouvait arriver que l’on se demandât « où ? », « quand ? » ou « comment ? », mais les questions « qu’est-ce que ? » et « pourquoi ? » finissaient toujours par reprendre le dessus lorsque l’interrogation visait une fin théorique et nullement pratique. Le vieux rêve de compréhension totale du monde, c’était celui d’un savoir qui ne laisserait aucun qu’est-ce que ni aucun pourquoi sans réponse.
Commenter  J’apprécie          91
5Arabella   03 août 2021
Notre humanité: D'Aristote à l'homme neuronal de Francis Wolff
Nous avons hérité de l'Antiquité la définition la plus célèbre de l'homme : "l'animal rationnel". Cette formule, qui trouve indiscutablement son origine dans la philosophie d'Aristote, a traversé les siècles jusqu'à l'âge classique, relayée par le stoïcisme et le christianisme.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

couleurs

" Le mystère de la chambre ......... " de Gaston Leroux

verte
jaune
noire

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur