AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 72 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Suresnes , le 11/07/1952
Biographie :

Franck Joël Balandier est un écrivain français.

Auteur de romans, il a également publié des essais et de la poésie.

Il est le neveu de Georges Balandier.

Après une adolescence turbulente et des études littéraires et cinématographiques qui le destinent plutôt à devenir enseignant, il préfère se tourner vers l'éducation en milieu pénitentiaire (à Fleury-Mérogis).

Durant son passage à Fleury-Mérogis (1979-1982), il conçoit et anime, avec un groupe de détenus, la première radio diffusée en milieu carcéral ("Radio D2").

Puis il devient successivement formateur dans une école de travail social, vidéaste, chef d’un bureau de presse, responsable de communication, avant d’exercer en tant que directeur pénitentiaire d’insertion et de probation.

Il coordonne alors l’offre culturelle et sportive, la formation professionnelle et le travail pour les personnes détenues en Île-de-France.

Parallèlement, il continue d’écrire. Son premier roman "Les Nuits périphériques" paraît en 1988.

Il se consacre ensuite entièrement à l'écriture et anime également des ateliers d’écriture.

Les thèmes abordés s'ancrent dans les nécessités du quotidien et s'attachent à décrire les dérèglements d'une époque où les personnages tentent d'évoluer, comme englués, perdus et sans but réel.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Franck Balandier vous présente son ouvrage "Apo" aux éditions Castor astral. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2235876/franck-balandier-apo Notes de Musique : Audio Library YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Shan_Ze   11 octobre 2017
Gazoline Tango de Franck Balandier
A la cité des peintres, l'herbe qui fait rire aidait à tenir debout jusqu'aux lendemains qui persistaient à ne pas chanter. Non seulement elle déclenchait le rire de manière inopinée, mais elle possédait également le pouvoir de rendre beau ce qui ne l'était pas.

Pour simplifier, à la cité des peintre, tout était moche. Même les gens étaient moches. Les couleurs n'étaient pas des couleurs mais des nuances de gris. Les rues n'avaient de couleurs que le nom de peintres qui les désignait. Cézanne, donc. Mais aussi Van Gogh, Matisse, Gauguin...
Commenter  J’apprécie          360
Annette55   15 novembre 2017
Gazoline Tango de Franck Balandier
" C'était un petit bout de femme rabougri, la trentaine déjà fanée, de ces fleurs qu'on oublie d'arroser et qu'on laisse mourir au bord d'un balcon en plein été."
Commenter  J’apprécie          230
Franck Balandier
david19721976   25 mai 2020
Franck Balandier
Le sable est la terre qui meurt. De la roche en poudre pour endormir les petits enfants. La trace des mers emportées. Ici, il pique les yeux à pleurer, à se demander si la fatigue ou la peine n'augurent pas les déserts. Des pièges se referment sur ses chevilles, mouvances qui l'absorbent jusqu'à remplir sa bouche. Il croit mourir. Lorsque, enfin, il meurt, la porte s'ouvre sur une nuit uniforme qui crie: Punition terminée. Réintégration!

Réintégrer quoi? Derrière la porte, des grilles, un autre vide. Le sable fuit entre ses jambes dans les ruisseaux retournés à la mer. Reflux...
Commenter  J’apprécie          30
MurielT   20 juillet 2014
Le silence des rails de Franck Balandier
Je ne sais pas si je meurs demain. Si c'est déjà mon tour. Forcément. Ça ne devrait plus tarder, avec toutes ces injections.

Nous ne sommes plus que quelques un à loger ici.

Loger ! La plupart des baraquements sont vides.Ceux encore occupés sont transformés en salle d'opération, d'expérimentation, par manque de places. Plus assez de prisonniers. Trop de morts vivants.

Strudhof, Alsace, France, camp de malades involontaires, Strudhof, hôpital concentrationnaire militaire. Camp de morts. Presque le nom d'un gâteau.
Commenter  J’apprécie          70
AliceW   12 mars 2019
Le Paris d'Apollinaire de Franck Balandier
C’est en février 1905 qu’il faut situer la rencontre d’Apollinaire avec le peintre Picasso. Et c’est encore du côté de Saint-Lazare qu’elle eut lieu. Jean Mollet, qui se fait à présent appeler « Sa magnificience le baron Mollet », ça sonne plus chic et plus sérieux, surtout quand on ne se prend pas au sérieux, se fait, une fois de plus, l’entremetteur de cette rencontre au sommet.

Comme à son habitude, Apollinaire est attablé à l’Austin’s, rue d’Amsterdam, et sirote une bière anglaise. Il attend son ami qui lui a confié vouloir lui présenter quelqu’un. Quelqu’un avec qui il va falloir compter dans le domaine de la peinture et de la sculpture, dans les années qui viennent. Manolo, lui rapporte-t-il, le sculpteur catalan, le lui a présenté au Lapin agile.

Mollet est convaincu qu’entre les deux hommes le courant va passer et il ne se trompe pas. Du moins au début de leur relation.
Commenter  J’apprécie          60
ChezVolodia   15 septembre 2018
Le silence des rails de Franck Balandier
"...le rêve éveillé de nos dents, l'horrible va et vient de nos mâchoires à vide, nous dormons au pas de nos estomacs, nous parlons à nos gencives mortes, qu'avons nous donc à croquer avec tant d'urgence, sinon nos propres langues...". Le froid, les seaux entassés sur la carriole, qui ressemblent à du lait à cause du givre sur le bord, et "...toute cette pisse gelée. Tu ressembles à de l'or en paillettes. Un sorbet au citron...."



Et puis, "....le souvenir criant et hagard d'une sentinelle qui me prend au hasard... " J'ai conscience qu'il m'aime de presque rien, de mon anus, de mes hémorroïdes mal soignées..." Je conçois qu'il est des mots qu'on ne traduit jamais.
Commenter  J’apprécie          50
lagni   29 janvier 2016
Le silence des rails de Franck Balandier
Moi, je vis encore. Je ne vais pas me plaindre. Je n'ai même plus froid. Je m'habitue à la neige, la pisse et à la merde.
Commenter  J’apprécie          60
david19721976   30 juillet 2018
Les nuits périphériques de Franck Balandier
Trois fois par jour, à l'heure des repas, la porte s'ouvre pour un cérémonial immuable. Il passe à travers la grille sa gamelle qu'un détenu auxiliaire, accompagné d'un gardien, emplit. Le récipient racle le sol, surtout éviter le contact. Ne pas parler, ne pas se toucher, à peine se regarder. Ainsi, dans le silence. Pierre pense un instant mourir: a-t-on déjà tenter se suicider avec un couteau de plastique? S'y essayant, un peu plus tard dans la solitude d'une insomnie, il ne peut dessiner sur son avant-bras et au poignet, que l'empreinte de sa mort en pointillés, pour quand il sera temps, lorsque les couteaux auront l'éclat de l'acier, et plus la fausseté d'un jouet. Pierre répète les morts possibles auxquelles il n'échappera pas.

Des yeux se collent derrière la porte. À quoi bon? Pierre n'a rien à montrer, sinon un petit bout de vide, le vide de sa tête, le vague de ses yeux perdus dans un rai de lumière tombé par idnavertance du plafond. Il répète des phrases, improvise des lettres qu'il n'écrira jamais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
david19721976   14 août 2017
Ankylose : Petite musique de nuit pour les gens inutiles de Franck Balandier
L'ennui mortel, l'inutile paresse à vouloir servir le moindre sentiment aussi humain soit-t-il. Les deux protagonistes sont aux antipodes de leur solitude, l'une encore trop jeune rêve de l'Antarctique. L'autre, un écrivain vieillissant, pire, totalement désabusé, ou faisant semblant de ne plus croire en rien, certainement plus à sa jeunesse d'hier; celle, ou tout lui semblait possible ou réalisable. Il poursuit un rêve en semant le trouble dans la tête de ses personnages; alors, il cherche une proie, pas forcément servile et naïve, mais sur laquelle il va aiguiser ses manquements, et l'impossible accès à une saine relation. Une chimère ardue, quand on cherche à contrarier une ambivalence identique et sulfureuse, ou au contraire, l'opposition de soi-même. Pour être aimé: il faut s'aimer pour pouvoir aimer l'autre.

Nous assistons aux dérives sentimentales à l'heure ou Internet ouvre des pages sur une écoeurante sentimentalité exposée, voire inutile aux gens qui recherche l'amour; une situation qui nous ressemblerait. Le récit est dur, il flingue, mais depuis ce livre l'auteur semble réhabilité, apaisé dans son statut d'homme. Le dandy Desesseintes semble être à présent, loin derrière lui. Un bon livre qui ouvre une porte cachée sur une intrigue servie par des sentiments inavouables et inavoués, le voyeurisme est à son comble. Il en fallait bien un pour ouvrir le bal des incertitudes. Franck Balandier ne se cache pas derrière les fariboles des romans à quatre sous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
david19721976   06 avril 2019
Le Paris d'Apollinaire de Franck Balandier
C'est également le 2 août que Cendrars, signe son engagement. La veille, il a lancé un appel vibrant à tous les étrangers résidant en France, les exhortant à s'engager contre l'Empire allemand. Évidemment cette annonce ne laisse pas Guillaume indifférent: Cendrars est étranger comme lui, et leur rivalité, fondée sur un mimétisme qui les touche tour à tour, l'engage à limiter, une fois encore. Convaincu, sans doute, par les arguments de Blaise, et voyant tous ses amis partir, Apollinaire se résout, le 5 août 1914, à remplir le formulaire d'engagement. Elle est aussitôt refusée, l'armée croulant alors sous les sollicitations. Obstiné, le poète adresse fin août une lettre au ministre de la Justice où il réitère, arguments patriotiques à l'appui, son souhait d'engagement. Il est aussi motivé par la crainte de voir la capitale détruite par l'ennemi.

Il lui faudra attendre le 4 décembre pour se voir enfin satisfait.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur