AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 122 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1964
Biographie :

Franck Courtès est né à Paris en 1964 et partage son temps entre ville et campagne. Il est photographe indépendant.

Franck Courtes travaille comme portraitiste et reporter pour “ Les Inrockuptibles”, “Liberation”, ”Telerama”, “Le monde”, ”L’Optimum”, ”Phosphore”... entre autres.

Il expose pour l’Afaa au Canada, à la galerie Courtieux à Suresne, aux Rencontres d’Arles en 1998, au festival de Cannes en 2000 pour Telerama, et dans diverses expositions collectives (Agnes b, Les Inrockuptibles).

Il décide en 2011 de donner un prolongement à son univers et à son regard en écrivant.

Il est l’auteur de "Autorisation de pratiquer la course à pied", paru chez Lattès en 2013. Ce premier ouvrage est un recueil de nouvelles.
En 2014, chez le même éditeur, parait son premier roman, "Toute ressemblance avec le père".
Son deuxième roman "Sur une majeure partie de la France" fait partie des titres de la rentrée littéraire de janvier 2016.
+ Voir plus
Source : agence VU
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

31.05.18 - INTEGRALE - L. Slimani, L. Salvayre, D. Franck, P. Pécherot, M. Guven...


Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   10 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
Ces comédiens qu’on ne connaît qu’en scène, pleins de vies et de drames, et à qui on prête maintes personnalités fallacieuses, il était toujours un peu déconcertant de les découvrir « dans la vraie vie », sans le relief attendu, comme si quelqu’un les avait éteints. Souvent, j’avais l’impression d’avoir en face de moi non pas l’actrice ou l’acteur, mais quelqu’un de tout juste ressemblant.
Commenter  J’apprécie          290
LaBiblidOnee   11 août 2020
Autorisation de pratiquer la course à pied de Franck Courtès
On a des pudeurs parfois. J'étais partagé. N'importe quelle fille assise là, devant moi, par le hasard, je l'aurais regardée bien en face, comme un garçon. Parce que j'aime bien les filles, et que j'aime bien qu'elles sachent qu'on les aime bien, nous les garçons. Pour l'ambiance. Mais comment regarder une fille handicapée pour lui signifier qu'un garçon est là, sans qu'elle pense que c'est son handicap qui provoque la curiosité ?
Commenter  J’apprécie          80
Bookycooky   19 février 2016
Sur une majeure partie de la France de Franck Courtès
L’industrie agro-alimentaire bouleversait le rapport des paysans à leur terre. Ils exigeaient de celle-ci des rendements que seul l’emploi de produits chimiques pouvait assurer. On lisait moins le ciel et les nuages que les étiquettes des bidons de produits dopants. Le vent, la pluie et le soleil moins craints que le banquier. On ne voulait pas mieux, on voulait plus.
Commenter  J’apprécie          284
Bookycooky   12 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
Construire, chercher quelque chose au-delà d’un revenu était un but. Un chien creusant le sol ne prend-il pas autant de plaisir à gratter la terre qu’à y trouver un os ? Cette forme de bonheur qu’on rencontre dans le travail en lui-même se moque du salaire, elle ne réside pas dans la réussite ou non d’un projet mais dans la satisfaction que procure la quête.
Commenter  J’apprécie          272
Bookycooky   11 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
İl faut laisser les enfants grimper aux arbres ; pour un qui se cassera la figure, neuf verront l’horizon.
Commenter  J’apprécie          282
Bookycooky   12 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
Je découvrirais au fil des années qu’il est impossible d’obtenir d’une femme ou d’un homme politique quelque chose de vrai, car leur vie entière est consacrée au rôle que leur charge leur impose. Une forme de comédie dicte leur conduite officielle. À leur image intime toujours se substitue leur image publique et, au-delà d’elle, celle d’incarnation d’idées politiques. Je devinais sur ces visages à l’expression contrôlée l’effroyable abnégation, la folle renonciation à leur véritable personnalité, et ce n’était pas sans une certaine pitié que je mettais fin à leur supplice face à mon objectif. Je sentais que mon travail participait de cette dommageable mascarade. Je savais, moi si soucieux de liberté, que je contribuais à les éloigner de la leur.

Commenter  J’apprécie          260
LaBiblidOnee   05 août 2020
Autorisation de pratiquer la course à pied de Franck Courtès
Le divorce, c'était la guerre moderne, des nerfs, la propagande, les grands mots avec finalement que l'argent au bout, la négociation, l'amour entre les mains des comptables. Le prix des choses, on l'apprenait là, au tribunal, à tout recompter, les mots de travers, les sentiments qu'on aurait pas dû avoir, ou qu'on aurait dû avoir, c'était selon. C'était là, dans le tribunal éclairé comme une salle de chirurgie, qu'on vous disséquait enfin.
Commenter  J’apprécie          120
Bookycooky   11 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
....quelqu’un demande à un homme s’il croit en Dieu. Le type lui répond : ça dépend de ce que vous entendez par Dieu.
Commenter  J’apprécie          270
fanfanouche24   14 avril 2018
La dernière photo de Franck Courtès
J'aimais beaucoup, grâce au temps nécessaire du développement, ne pas voir immédiatement le résultat de mes recréations. Je rentrais chez moi avec l'impression d'avoir fait l'école buissonnière, quelque bêtise de collégien. Après une prise de vue, je sentais mon appareil photo plus lourd, empli de transfert d'une puissance, ensemencé. Je me hâtais vers la maison, de crainte que les images prises à l'intérieur ne s'en échappent comme les génies des lanternes. (p. 139)
Commenter  J’apprécie          240
LaBiblidOnee   04 août 2020
Autorisation de pratiquer la course à pied de Franck Courtès
A l'adolescence déjà, le trac l'empêchait de sortir avec ses amis le soir. Sa mère, belle femme à l'autorité implacable, lui avait ôté, par abus de réprimandes, toute confiance en elle. L'alcool lui servit très tôt de bouée. Un garçon avisé et désireux de l'embrasser lui dit un jour qu'il la trouvait belle. Ce fut une révélation. Plus que l'amour, le compliment devint sa quête. Mais l'obsession de plaire, faute de succès, la conduisit à la souffrance.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur