AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.25 /5 (sur 157 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Clermont-Ferrand , 1978
Biographie :

François Beaune est écrivain français.

Il a fondé plusieurs revues dont Louche, le feuilleton numérique "Les bonnes nouvelles de Jacques Dauphin" et tout récemment le fanzine collectif Gonzo.

Il est également à l’origine du festival "Du cinéma à l’envers" proposant à des réalisateurs de concevoir leur film à partir d’affiches créées par des plasticiens. Il est l’auteur d’une pièce inédite de théâtre, Victoria, déjà jouée à Lyon.

"Un homme louche" (2009) est son premier roman.
Au théâtre, il a écrit un spectacle de cabaret hommage au second anniversaire de la mort de Jean-Daniel Dugommier, le héros du roman Un homme louche, intitulé Le Majestic Louche Palace (créé en juillet 2010 aux Subsistances à Lyon). Il a collaboré à l’écriture de la pièce La Victoire avec Hervé Guilloteau (créée au Théâtre Universitaire de Nantes en 2011).

Il s’adonne aussi au détournement de coupures de presse dans Loucheactu et soutient vigoureusement le blog d’un certain Jacques Dauphin.

Avec Arte Radio, il a fait de nombreux reportages dont "La mécanique des hommes", "La bouillabaisse infernale", et de nombreuses histoires vraies de méditerranée, disponibles en ligne.

A partir de décembre 2011, parti en quête d'"Histoires vraies de Méditerranée", en partenariat avec Marseille-Provence 2013, François Beaune a créé avec Fabienne Pavia une bibliothèque d’Histoires Vraies de la méditerranée (textes, sons, vidéos). Ce projet s'est soldé en octobre 2013 par la parution de "La Lune dans le puits" (Prix des Lycéens et Apprentis d’Île-de-France 2014), ou le portrait des méditerranéens à travers leurs histoires vraies en miroir de celles de l’auteur.

Son roman, "Une vie de Gérard en Occident" fait aussi l’objet, courant 2017, d’une libre adaptation en fiction radio pour France Culture et d’un "seul en scène" de Gérard Potier co-produit par la Scène Nationale le Grand R (la Roche-sur-Yon) qui avait accueilli François Beaune comme "auteur-associé" en 2014-2016.
+ Voir plus
Source : http://www.editions-verticales.com/auteurs_fiche.php?id=152&rubrique=4
Ajouter des informations
Bibliographie de François Beaune   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A l'occasion des "Correspondances de Manosque" François Beaune vous présente son ouvrage "Calamity Gwenn" aux éditions Albin Michel. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2442084/francois-beaune-calamity-gwenn Notes de Musique : Youtube Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (135) Voir plus Ajouter une citation
manU17   31 juillet 2018
Omar et Greg de François Beaune
Je crois que si l’on veut qu’une personne nous reste antipathique, il nous faut absolument refuser de la connaître.



Milena Agus
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   23 juillet 2020
Une vie de Gérard en Occident de François Beaune
[ parents dans l'hôtellerie ]

[19]74, construction, c'est parti, mais pour avoir des aides, il fallait faire du deux étoiles, donc minimum vingt chambres. (...)

Les débuts, il faut dire, ont été difficiles. Surtout les quinze premières années. Moi je comprends pas ce qui arrive, pourtant c'est pas si compliqué, en gros il y a plus de ronds, c'est la dèche complète, mon père passe son temps à aller voir les tontons les tantines, récupérer du pognon avant effondrement, à hue à dia.

Il fallait voir l'ambiance. Gagner sa vie, chez nous, c'était pas mettre de l'argent de côté. Gagner sa vie, c'était subvenir aux besoins de ta famille, te payer ta bouffe, dormir. J'ai jamais connu mes parents parler d'enrichissement. Le bénéfice, c'était pour que l'affaire vive. Ce qui comptait, c'était d'avoir un instrument de travail, pour continuer de bosser. C'était pas des traders.

(p. 25)
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   11 août 2020
Omar et Greg de François Beaune
J'avais une prof de maths, j'étais son désespoir. J'avais 1,5 de moyenne ! Mais sur le bulletin, que j'ai gardé précieusement, elle marquait "Malgré ses difficultés, Omar est toujours présent." Et c'est vrai que j'ai jamais loupé un cours, je passais ma vie au fond de sa classe.

"Omar, elle me disait, tu veux pas apprendre les maths, hein ?" Je lui répondais "Madame, 1+1 ça fait 2, mais 1A + 2B je suis perdu, il faut pas mélanger les chiffres et les lettres !"

Il y avait du respect entre nous. Elle allait au CDI, et elle m'amenait des magazines, 'Le nouvel Obs', 'L'Evénement du Jeudi'. A chaque cours, pour que je m'ennuie moins. C'est avec ces magazines, sans le savoir, que j'ai commencé à forger ma conscience politique.

(p. 14)
Commenter  J’apprécie          122
Ziliz   07 août 2020
L'esprit de famille de François Beaune
[ Liban mi-2016 ]

Je découvre aussi que le pays (...) n'a pas de président depuis deux ans. Le Premier ministre, Tamman Salam, gère les affaires courantes, avec difficulté d'ailleurs, incapable de régler des problèmes de base comme le traitement des déchets, l'approvisionnement en électricité (chacun a un générateur en plus, pour s'alimenter, pendant les coupures), en eau potable, sans parler de la santé et de l'éducation publiques.

Mais le problème ce n'est pas l'Etat, m'explique Walid, enfin c'est son absence. L'appartenance confessionnelle passe avant, au Liban. Tu peux être aussi corrompu que tu veux, tu seras toujours soutenu au final par ta confession, afin qu'elle ne soit pas affaiblie par rapport aux autres.

(p. 15)
Commenter  J’apprécie          121
manU17   01 août 2018
Omar et Greg de François Beaune
Après quelques verres, l’ambiance est aux confidences. Stéphanie nous raconte ces jeunes qu’elle suit au quartier des Rosiers, les familles aussi, pour lesquelles elle s’échine à faire mettre tous les papiers à jour. Puis elle parle de moi, de ce métier d’écrivain et de cette manie que j’ai de collecter des histoires, de fouiner un peu partout. En fait si j’ai bien compris, toi tu fais le lien, c’est ça ? Tu fais remonter l’info aux Parisiens pour que les mecs qui nous dirigent comprennent mieux qui on est ? Comme un passeur qui relie les deux mondes, en vrai c’est pas un peu ça ton taf ?

Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   02 août 2020
Une vie de Gérard en Occident de François Beaune
Justine a eu son bac à dix-sept ans, elle était en avance. Les jumeaux eux ont pris leur temps. Je dirais qu'elle est plus subtile peut-être. Nos gars (...) c'est plus les Vendéens de base, qui parlent fort, un peu graveleux aussi, je sais pas de qui ils tiennent. Des fois je leur dis, arrêtez, vous êtes lourds, bande de fils d'imbécile ! Les jumeaux, je veux bien que ce soit une intelligence pour deux, maximum. Mais eux, parfois, on croirait des triplés.

(p. 157)
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   19 août 2020
Dans ma ZUP de François Beaune
Un jour, on apprend que NTM va être programmé sur le quartier ! C'était la pelouse du Mâconnais, l'été 92. Premier sentiment, ah ouais, terrible ! Ceux qu'on écoute toutes la journée, dans les montées, les caves, sur notre Ghetto-Blaster, vont venir chez nous en concert !

Et puis, tout de suite, on a déchanté. En fait, à l'époque, les sorties sur le quartier, même si t'avais un certain âge, genre seize dix-sept ans comme nous, tu les faisais avec tes parents ou tu les faisais pas. C'était obligé des sorties familiales. Et NTM, 'J'ai le toucher', et cetera, c'était pas trop famille.

La période était plus rigide qu'aujourd'hui, il fallait pas dire un mot de travers. Déjà 'ta gueule' on pouvait pas, alors NTM, c'était un autre niveau ! Je me souviens la scène avec ma mère qui est là : mes enfants, j'ai vu qu'il y avait un concert samedi, ça vous dit ? Et moi et mes frères, non, non, on a des devoirs, c'est pas possible. En plus il est pas trop bien ce groupe, on peut pas vous expliquer, mais c'est pas trop notre style. Et elle : mais ce serait l'occasion de faire une sortie, en plus il paraît que c'est de la musique de jeunes ! Et mon père : vous ferez ce que votre mère vous dit !

(p. 129)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          115
Ziliz   08 août 2020
L'esprit de famille de François Beaune
On est une famille chrétienne du sud [du Liban]. Je vais t'avouer il y a des fois des musulmans qui m'attirent mais ils sont trop différents de nous. Pour élever les enfants surtout, c'est un problème. Même si le type il prétend avoir l'esprit large, qu'il a passé trente ans en France, quand il retourne au Liban, il redevient musulman.

(p. 73)
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   13 août 2020
Dans ma ZUP de François Beaune
(...) nous les filles de Chambéry, on était à Sainte-Geneviève, et les garçons à Saint-François. Boris Vian venait de publier 'J'irai cracher sur vos tombes' [1946], qui avait été interdit, mais un de mes camarades en avait une copie, qu'il m'a prêtée.

Je l'ai lu et je l'ai mis dans mon sac, pour lui rendre. Manque de bol, fouille des sacs. Mes parents convoqués, les bonnes soeurs en ont fait tout un plat. Ma mère, du fond de sa Maurienne, comprenait pas. Mais comment c'est possible que tu fasses ça ? Qu'est-ce qui te passe par la tête, ma fille ?

Après, chaque jour, elle me demandait si j'avais pas encore fait de bêtise. Mais moi c'était mon plaisir la lecture. A table avec mes parents, on avait pas le droit de parler, c'était comme ça. Alors moi, j'avais toujours un livre sur les genoux, je mangeais en lisant.

(p. 10)
Commenter  J’apprécie          112
Ziliz   15 août 2020
Dans ma ZUP de François Beaune
Je crois qu'on a été l'un des tout premiers couples interculturels de Chambéry à se marier officiellement. (...)

Au bout de cinq ans de vie commune, comme avec Marie on est pas religieux, on a décidé d'un mariage civil, sans église ni mosquée. Plein de potes à nous étaient là, et bien sûr tous les anciens, des deux côtés, avec leurs amis. J'ai dit aux jeunes de s'asseoir vite, hommes et femmes ensemble. Comme ça les anciens pourraient rien dire.

Ça s'est bien passé. Les potes servaient du rouge, mais dans des brocs en métal. Les anciens faisaient comme s'ils voyaient pas.

(p. 178)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Maman a tort de Michel Bussi, l'avez-vous lu ?

Comment s'appelle le psychologue de Malone ?

Dimitri Dragonman
Vasile Dragonman
Jipé Dragonman
Zerda Dragonman

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Michel BussiCréer un quiz sur cet auteur

.. ..