AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.64/5 (sur 104 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sézanne,Champagne-Ardennes , le 30/03/1920
Mort(e) à : Saint-Germain-en-Laye , le 24/05/2003
Biographie :

François Boyer est un scénariste, romancier et dramaturge français.

Ancien élève de l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC), il commence à écrire tout de suite après la deuxième guerre.

Il obtient son premier grand succès avec "Les jeux inconnus" (1947), réédité à partir de 1963 sous le titre "Jeux interdits".

Ce livre a été traduit en douze langues et un film devenu classique du cinéma a d'ailleurs été tiré de ce roman. Réalisé par René Clément, avec Brigitte Fossey, il reçoit le Lion d'or à la Mostra de Venise 1952.

Il publie ensuite "L'émeute" (1953), "La gare du ciel" (1954), "Bébert et l'omnibus" (1963) qu'il adaptera lui-même pour l'écran, ainsi que "Le petit Bougnat" (1970).

Il écrit aussi une pièce de théâtre "Dieu aboie-t-il ?" (1970).

On lui doit des scénarios de quelques grands classiques du cinéma français, tels "Chiens perdus sans collier" (1955), "Un singe en hiver" (1962), "La guerre des boutons" (1962), "Week-end à Zuydcoote" (1964), etc.

Il intervient souvent à titre de dialoguiste et travaille maintes fois en collaboration avec Henri Verneuil ou Yves Robert.
+ Voir plus
Source : /www.livres-a-gogo.be
Ajouter des informations
Bibliographie de François Boyer   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
-Qu'est-ce que tu fais là?
-Sais pas.
-Où qu'il est ton père?
-Il est mort.
-Et ta mère alors?
-Elle est morte.
-Pourquoi tu pleures? dit Michel.
Paulette soupira profondément et Michel cassa une branche morte du vieux saule.
-Dis, aide-moi à rattraper ma vache.
Commenter  J’apprécie          70
Dans l'essoufflement de leur course derrière la vache, elle n'avait remarqué qu'une route rectiligne, ouatée d'une onctueuse couche de poussière. Plusieurs fois elle avait remarqué la trace de ses cinq doigts de pied, minuscules, au milieu d'une multitude d'autres empreintes.
Commenter  J’apprécie          40
Paulette traversa la cour à toute allure,libérée, puis elle ralentit et s'éloigna d'un pas tranquille. Elle passa devant le bistrot et remarqua les panneaux multicolores qui ornaient les volets et les vitres, puis devant l'église, puis ce fût la solitude entre les grands champs verts et jaunes qui s'étendaient vers l'infini.
Elle remarqua dans la poussière les traces de lui semblait-il, les traces de ses pieds nus.
Commenter  J’apprécie          31
là où y a des croix, y a le Bon Dieu probable ...
Commenter  J’apprécie          40
Paulette examina les pieds saignants : du sang rose, de sang mauve, du sang jaunâtre, du sang sale et bleuté, du sang rouge coquelicot, rouge framboise, rouge cerise, rouge groseille, rouge tomate, rouge fraise.
Commenter  J’apprécie          20
Michel ne se révoltait jamais, il disait: "Oh! alors", et se mettait à pleurnicher. On avait le droit de pleurer quand on avait de la peine, quand son Toutou mourait, ou son chat, ou un veau avec des grands yeux tristes, ou un poussin tout jaune, une souris, un lapin, une fourmi rouge ou noire avec toutes ses amies qui la traînaient en jouant à l'enterrement; mais quand on vous grondait, quand on avait peur, à moins d'une gifle qui fasse saigner du nez, on n'avait pas le droit. On serrait les poings, les dents, on disait: non,non,non,non,non....
Commenter  J’apprécie          10
La grande horloge marquait deux heures après-midi, et la chaleur, comme une pluie battante, trempait les tempes, les fronts, les chemises. A l'inverse d'une pluie battante, elle liquéfiait les dessous de bras, les plantes des pieds et les intimités.
Il y eut soudain quelques remous abusifs au guichet des congés payés, un flux et reflux avec coagulation finale autour d'une famille nombreuses.
- Priorité, dit le père Martin
- Je veux aller au manège, enchaîna Bébert
Il s'imaginait qu'à six ans et demi il avait tous les droits....
Commenter  J’apprécie          10
Dans la rame, le nettoyeur faisait consciencieusement son travail. ... Parfois avec un peu de chance, il lui arrivait de trouver un porte-monnaie vide, un soutien-gorge ou une pièce de vingt sous.
Mais comme il escaladait le dernier wagon, il entendit un bruit insolite. Il passa vivement dans le compartiment voisin et découvrit Bébert, ronflant comme un fourneau.
« Qu'est-ce que c'est que ça? »
Il secoua rudement Bébert :
« Eh? t'es un enfant trouvé ou un enfant perdu? »
Commenter  J’apprécie          10
Paulette s'approcha à son tour et tous deux s'immobilisèrent devant le crucifix.
- Un bonhomme, dit Paulette.
- C'est Jésus- Christ.
Commenter  J’apprécie          22
Pauline, aplatie contre le sol releva la tête, et vit soudain des pieds, des pieds, des pieds, des jambes, des orteils, des jambes. Tout le monde ou presque, marchait pieds nus.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de François Boyer (216)Voir plus

Quiz Voir plus

Vendredi ou La Vie sauvage, Michel Tournier

L'aventure de Robinson et Vendredi se déroule:

Au XVIe siècle
Au XVIIIe siècle
Au XIXe siècle

20 questions
3474 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..