AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.31/5 (sur 292 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Fleurus , le 3/09/1952
Biographie :

François Emmanuel est né à Fleurus (Belgique) le 3 septembre 52. Après des études de médecine, il s’intéresse d’abord à la poésie et au théâtre (adaptation et mise en scène). Un séjour de plusieurs mois au Théâtre Laboratoire de Jerzy Grotowski sera déterminant pour la suite de son travail d’écriture. A partir de là (publication de « Femmes Prodiges » en 1984) il en vient progressivement à l’écriture romanesque. S’ensuivent depuis 1989 des romans, souvent graves, parfois légers, selon deux veines qui lui sont propres, qualifiées parfois « d’été » ou « d’hiver ». Parmi les derniers romans, La Passion Savinsen a obtenu le Prix Rossel et La Question Humaine traduite dans dix langues a fait l'objet d'une adaptation cinématographique (réalisation: Nicolas Klotz). François Emmanuel partage aujourd’hui son temps entre l'écriture et son métier de psychothérapeute. Il est membre depuis 2004 de l’Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de François Emmanuel   (39)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Elles ont accompli l’office des embaumeuses..., François Emmanuel lu par l'auteur


Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
oh je voudrais te dire que ce n'est pas grave au fond, pas si grave, que mon temps est venu simplement, comme le temps de chacun doit venir, toi qui te souviens que nous sommes éternels, dans cette vie où tout est passage, nous sommes éternels et nous passons.
Commenter  J’apprécie          260
Il y a des moments dans la vie où une décision qui tranche est plus opportune que bien des atermoiements...
Commenter  J’apprécie          220
amour qui me revient par vagues, m'inonde puis me déserte, me remplit à nouveau, je ne savais pas que c'était cela mourir, passer d'un instant à l'autre par toutes les mains de la vie...
Commenter  J’apprécie          210
Est - ce qu'une absence peut un jour devenir douce ?
Commenter  J’apprécie          160
[Les séminaires que j'animais] étaient inspirés par cette nouvelle culture d'entreprise qui place la motivation des employés au coeur du dispositif de production. Les méthodes y usaient indifféremment du jeu de rôle, des acquis de la dynamique de groupe, voire d'anciennes techniques orientales où il s'agissait de pousser les hommes à dépasser leurs limites personnelles. Les métaphores guerrières y prenaient une grande part, nous vivions par définition dans un environnement hostile et j'avais pour tâche de réveiller chez les participants cette agressivité naturelle qui pût les rendre plus engagés, plus efficaces et donc, à terme, plus productifs. (p. 7-8)
Commenter  J’apprécie          100
Il y a dans tout perfectionnisme une effroyable peur du vide.
Commenter  J’apprécie          120
La soif
qui séchait ma gorge la soif
étanchée d'eau blanche ou de lait devenait
peu à peu soif d'elle
lorsqu'elle pressait le verre contre ma lèvre et
je buvais alors ses yeux sentant le breuvage
gagner de proche en proche les cavités de mon
corps tandis qu'elle pénétrait en moi en longues
salves parfumées et j'étais englouti par
elle et c'était son premier baiser,

Boire, j'aimerais boire
Commenter  J’apprécie          100
Parfois
Je voudrais me coucher comme la pluie
Et dans ma réserve d'eaux
Disperser mes vieilles blessures
Mes incrustations
Commenter  J’apprécie          00
Du plus loin que je me souvienne, j'aime le compagnonnage des livres. La chance a voulu que l'on m'en offre beaucoup dès la petite enfance. Avancer dans la vie bardée de papier imprimé est une manière de se protéger des duretés de l'existence, de s'éclairer. Une maison sans bibliothèque m'est toujours étrangère, voire hostile.
Elle me semble "déshabitée", privée de cette peau particulière et vitale que forment les volumes flanc contre flanc le long des murs. C'est pourquoi sans doute j'ai fréquenté très tôt les librairies. Une maison des livres est plus qu'une maison. Elle est un refuge, un antre, un lieu où l'immobilité est le signe du voyage. Le lecteur, on le sait, est le plus sédentaire des grands voyageurs.
Commenter  J’apprécie          70
Lorsque l'angoisse l'envahit, il se frappe la tête contre le mur jusqu'au sang. Il faut alors l'approcher avec douceur, l'inviter à se calmer en le serrant contre soi sans rompre le peu d'enveloppe psychique qui lui reste.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de François Emmanuel (340)Voir plus

Quiz Voir plus

Peintres italiens

Qui a peint la fresque « Le jugement dernier », à la chapelle Sixtine (Rome) ?

Michel-Ange
Titien
Le Tintoret
ce n’est pas un peintre italien

10 questions
113 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..