AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 12/04/1949
Biographie :

François Jost est professeur à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle. Ses recherches portent sur l’histoire de la télévision et l’analyse des programmes et de la programmation des chaînes. Il est l’auteur de nombreux livres sur la télé-réalité en France comme à l’étranger.

Il a notamment écrit :
— L’Empire du loft, Paris, La Dispute, 2002.
— L’Empire du loft (la suite), nouvelle édition augmentée d’une préface et modifiée, 2007.
— Années 70 : la télévision en jeu, Paris, CNRS éditions, 288 p., 2005
— Comprendre la télévision, Paris, Armand Colin, coll. 128, 2e édition mise à jour, 2009.
— Le Téléprésident. Essai sur un pouvoir médiatique (avec Denis Muzet), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2008.

Source : http://www.lecavalierbleu.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Vie et mort de l'homme qui tua John F. Kennedy (FICTION) de Anne-James Chaton aux éditions POL (+ vidéo ITW sur Youtube) https://www.lagriffenoire.com/1036535-divers-litterature-vie-et-mort-de-l-homme-qui-tua-john-kennedy.html • Médias : sortir de la haine ? de Francois Jost aux éditions CNRS https://www.lagriffenoire.com/1038321-article_recherche-medias---sortir-de-la-haine-.html • Une vie et des poussières de Valérie Clo aux éditions Buchet Chastel https://www.lagriffenoire.com/1035884-divers-litterature-une-vie-et-des-poussieres.html • Proust à la plage : La Recherche du temps perdu dans un transat de Johan Faerber aux éditions Dunod https://www.lagriffenoire.com/116149-puf---profils---que-sais-je-proust-a-la-plage---la-recherche-du-temps-perdu-dans-un-transat.html • Colette à la plage : Une femme libre dans un transat de Marie-Odile André aux éditions Dunod https://www.lagriffenoire.com/116150-divers-litterature-colette-a-la-plage---une-femme-libre-dans-un-transat.html • Coccinelle de Florence Belkacem aux éditions Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/1036238-romans--coccinelle.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionspol #editionscnrs #editionsbuchetchastel #esitionsdunod #editionscherchemidi

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
François Jost
Nastasia-B   22 novembre 2013
François Jost
Les freins à la qualité sont la recherche de l'audience et son corollaire, la prudence. Les chaînes privées ne mettent à l'antenne que des copies d'émissions qui ont fait leurs preuves et ont remporté du succès ailleurs. Le service public adopte la même démarche. La suppression de la publicité après 20 heures sur le service public était a priori destinée à libérer les chaînes du joug de l'audimat et leur permettre de tenter des programmes un peu audacieux. Pourtant, elles continuent de courir après l'audience !
Commenter  J’apprécie          320
Luniver   07 novembre 2013
Le culte du banal : De Duchamp à la télé-réalité de François Jost
Il est à coup sûr un type d’incident ménager qui n’existait pas au XIXe siècle : la mise à la poubelle d’une œuvre d’art. Régulièrement une dépêche nous apprend qu’un agent de nettoyage a confondu, au cours de son travail dans une galerie d’art contemporain, une œuvre d’art et un objet dont on voulait se débarrasser et, croyant bien faire, a mis le premier à la poubelle. Ce geste, souvent lourd de conséquences financières, prouve à l’envi que le statut de l’œuvre d’aujourd’hui tient moins à ses qualités esthétiques qu’à son statut ontologique, et qu’il faut être un peu philosophe pour faire le ménage dans une galerie.
Commenter  J’apprécie          180
Luniver   10 novembre 2013
Le culte du banal : De Duchamp à la télé-réalité de François Jost
Si, selon le jeune Aragon, le succès d’un film se mesure aux sifflets qu’il provoque, la projection de Sleep, de Warhol, trente-six ans plus tard, fut assurément un succès. Le directeur de la salle a raconté comment se passa la première séance où fut présenté ce film montrant pendant six heures un homme endormi. Quoique cette « inquisition visuelle » n’engendrât pas la catastrophe annoncée par Léger, la projection fut pour le moins agitée.



Le film commença devant 500 personnes. Après le premier homme qui respire, quelqu’un hurla « Réveille-toi ! ». Quelques spectateurs sortirent pour se faire rembourser. Une heure plus tard, un homme fou de colère se jeta sur le directeur en lui demandant son remboursement immédiat, sous peine de provoquer une émeute et de le lyncher. L’image de récentes émeutes lors d’un match de football en Afrique du Sud traversa alors l’esprit du directeur. La foule était sur le point de devenir violente. Le directeur prit la parole pour rappeler qu’il avait promis « an unusual six-hour movie ». Sleep continua. Le projectionniste s’endormit. Finalement, cinquante personnes restèrent jusqu’à la fin, adorant le film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Luniver   10 novembre 2013
Le culte du banal : De Duchamp à la télé-réalité de François Jost
Tel n’est pas le moindre paradoxe du culte du banal. D’abord, protestation de quelques-uns, artistes, romanciers ou sociologues, qui souhaitent repousser la frontière des institutions en place, il s’est banalisé jusqu’à devenir une promesse faite aux anonymes de la majorité silencieuse d’être aimés pour eux-mêmes. Ultime étape qui signe aussi l’arrêt de mort de ce culte car, si chacun peut accéder au petit écran, la tentation sera de plus en plus grande, pour ne pas lasser le public, de revaloriser l’original.
Commenter  J’apprécie          90
Luniver   10 novembre 2013
Le culte du banal : De Duchamp à la télé-réalité de François Jost
La violente critique de Ricardou à Robert Pinget, l’auteur le moins connu du Nouveau Roman – « l’exposé de Pinget n’est pas du tout un exposé théorique : c’est une sorte de témoignage qui en avait tous les effets » – serait aujourd’hui un compliment. La capacité de l’écrivain à débiter en tranches sa biographie, ni plus ni moins originale ou banale que la nôtre, est devenue la condition de sa réussite médiatique.
Commenter  J’apprécie          80
Harioutz   09 décembre 2018
La méchanceté en actes à l'ère numérique de François Jost
Il y a une gradation de la méchanceté : elle commence avec la moquerie, la satire, la malveillance et se poursuit par stigmatisation et la haine.

Dans l'histoire, comme on le verra, cette gradation s'exprime par un glissement d'un média à l'autre : dans les années 60, c'est un journal qui revendique d'être "bête et méchant"; dans les années 80, la méchanceté se démocratise, si l'on peut dire, via la mise en spectacle télévisuelle (du "reality show" à la "télé-réalité") qui donne à la médisance maintes occasions de s'exprimer; aujourd'hui, les forums, les sites ont prolongé ce mouvement, élargissant encore le terrain de la stigmatisation et de la haine. La force des réseaux sociaux, c'est qu'ils rétroagissent sur tous les médias. Magazines, radios, télévision savent aujourd'hui qu'ils sont sous leurs regards (comme les captifs des prisons en panopticon qui se croient toujours observés).

93 % des vidéos téléchargées sur la Toile sont des produits télévisuels en sorte que les producteurs de télévision sont obligés de penser leurs programmes en fonction de leur vision délinéarisée. Pour cette raison, on peut considérer aujourd'hui que tous les médias sont à l'ère des réseaux sociaux, quand bien même ils conservent leurs racines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paraty62   10 octobre 2013
Comprendre la télévision et ses programmes de François Jost
De ce point de vue,l'information télévisée repose sur un malentendu : alors que le téléspectateur imagine que l'information vient de l'image et que le commentaire du journaliste vise d'abord à décrire ce qu'il a vu ou ce qu'il sait,l'exercice auquel il se livre tend plutôt à conformer l'image à sa parole.
Commenter  J’apprécie          40
paraty62   10 octobre 2013
Comprendre la télévision et ses programmes de François Jost
D'une part,c'est souvent la lecture de la presse écrite qui inspire au journaliste l'idée de faire un sujet pour traiter tel ou tel événement ; d'autre part,dans la pratique quotidienne ,il est courant que le texte soit écrit avant le montage , le travail du monteur ne consistant plus qu'à remplir la durée que prend la lecture de ce texte. Cette façon de procéder explique que,bien souvent,l'image n'ait qu'une fonction de remplissage.
Commenter  J’apprécie          30
asnico   06 février 2018
De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ? de François Jost
Alors que dans les années 1980 on conspuait l'envahissement des chaînes par les fictions américaines, on leur reprocherait presque aujourd'hui de ne pas leur faire assez de place. Même les universitaires, qui considèrent encore avec condescendance la télévision et affectent de ne pas la regarder, font une exception pour les séries, faisant leur la devise de HBO, "It's not TV".
Commenter  J’apprécie          20
Tom_Otium   31 octobre 2020
Télé-réalité de François Jost
Tel est le paradoxe, en effet, de la télé-réalité : les candidats s’y racontent sans cesse, soit indirectement au cours des dialogues avec leurs compagnons, soit directement, face à la caméra du confessionnal ou des interviewers (cachés) de L’Ile de la tentation (et autres formats enregistrés). Mais ces narrateurs explicites, qui se confient, se confessent ou se confondent, sont toujours sous la coupe d’un autre narrateur, implicite celui-ci, qui décide ce qu’il peut ou ce qu’il doit laisser dire pour construire un récit attrayant pour le téléspectateur.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

la rivière à l'envers tome 2

Pour qui Hannah veut de l'eau de la rivière de Qjar?

son père
son oiseau
sois même
sa famille adoptive
Tomek

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : aventure , littérature jeunesse , documentaireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..