AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.55 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Après un doctorat de philosophie sur Sartre à la Sorbonne, François Noudelmann enseigne dans plusieurs universités en France et aux États-Unis.
De 2001 à 2004, il dirige le Collège international de philosophie où il développe les relations avec la littérature et les arts, et dont il refonde la revue Rue Descartes.
Actuellement professeur à l'université de Paris VIII, il consacre ses recherches aux fictions et aux théories généalogiques.
Il anime Les Vendredis de la philosophie sur France Culture, où il y associe la philosophie, la littérature et la musique.

Source : http://web1.radio-france.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de François Noudelmann   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
François Noudelmann - Les airs de famille, une philosophie des affinités .
François Noudelmann vous présente son ouvrage "Les airs de famille, une philosophie des affinités" aux éditions Gallimard.http://www.mollat.com/livres/francois-noudelmann-les-airs-famille-une-philosophie-des-affinites-9782070135769.htmlNotes de Musique : Claude Debussy - 04 - Chevaux de bois

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
legraindeble   29 avril 2012
Hors de moi de François Noudelmann
"La promotion d'un inconscient familial trouve sa référence davantage dans les idées de Jung que dans celles de Freud. Car au-delà de la naïveté à croire redécouvrir la psychanalyse par l'importance des parents, le saut théorique consiste à donner du crédit, de la fonction et de la puissance aux ancêtres non connus. Les différentes identifications à l'oeuvre dans la formation de la personnalité deviennent, par une radicalisation magique, des déterminations de l'inconscient personnel : les psychogénéalogistes font en effet remonter la source d'un tel inconscient à plusieurs siècles et jusqu'aux dix générations précédentes ! Les transmissions culturelles que Jung alléguait à travers l'inconscient collectif trouvent alors une application réduite aux cellules familiales avec le terme fédérateur de 'transgénérationnel'. Par cette représentation d'un passage des vies, des traumas, des caractères au travers des générations familiales, une pensée du lien et de la continuité s'impose qui rassure les individus soudain rattachés, relayés, pris en charge dans une chaîne vivante qui dépasse la mort individuelle et atténue ses angoisses. Mais on pourrait tout autant observer combien une telle obsession du lien enferme les êtres dans une logique de dépendance, et combien elle étend le mal qu'elle prétend soigner. Si pour le psychogénéalogiste le descendant peut éviter de répéter la névrose transmise par sa famille, c'est toujours en relation avec la psyché des ancêtres qu'il doit trouver sa juste place. Sartre a décrit sans ambages ce type d'assignation psychologique : 'On prend un môme bien vivant, on le coud dans la peau d'un mort, il étouffera dans cette enfance sénile sans autre occupation que de reproduire exactement les gestes avunculaires, sans autre espoir que d'empoisonner après sa mort des enfances futures'."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ClioIno   02 octobre 2021
Les enfants de Cadillac de François Noudelmann
Le choix du silence alla de pair avec un surcroît d'écoute - on entend mieux quand on se tait - et je devins attentif au déni du mal presque autant qu'au mal lui-même.
Commenter  J’apprécie          00
SZRAMOWO   10 juin 2017
Les airs de famille : Une philosophie des affinités de François Noudelmann
Le flou suggère qu'il n'existe pas de traits communs mais des réseaux qui s'enchevêtrent. Les visages entrent en relation à partir de cette indistinction, ils prennent des airs de famille selon les angles de vue et des cohérences contextuelles. (...) La netteté du portrait anthropométrique faisait croire (...) à une vérité physionomique. Cependant les visages sont des composés de ressemblances enchevêtrées. Lorsque nous les reconnaissons, nous (...) mobilisons des souvenirs, des affects, des cohérences ou des échos, du déjà-vu et des préjugés. La photographie floue pourrait valoriser une indéfinition permanente des traits toujours en débord sur leur anatomie. Elle suggère davantage : la sédimentation jamais définitive, c'est-à-dire une accumulation de traits qui rendent le visage disponible, selon les circonstances, à des communautés de style.
Commenter  J’apprécie          30
KRISS45   18 novembre 2020
Un tout autre Sartre de François Noudelmann
Avoir la passion de comprendre les hommes lui permet de se débarrasser de lui-même, de se quitter. Se glisser dans la peau des autres, dans leur corps, leur pensée, leur style, fut le ressort existentiel de son empathie.
Commenter  J’apprécie          40
Desimoni   20 novembre 2020
Un tout autre Sartre de François Noudelmann
Qui fut Sartre ? Un baryton d'opérette, un philosophe allemand, un touriste en Italie, un harangueur du peuple, un homme à femmes, un écrivain caméléon, un rêveur mélancolique ? Sans doute tout cela en même temps. Les personnalités multiples de Sartre ont été vécues simultanément, sur un mode compartimenté avec des passages contrariés entre ses vies officielles ou refoulées. Lorsqu'il se demandait ce qu'on peut « savoir d'un homme aujourd'hui », le philosophe anthropologue répondait avec l'armada de toutes les connaissances possibles, historiques, psychanalytiques, linguistiques... visant à la compréhension totale d'un individu. Paradoxalement, il se fuyait lui-même en poursuivant le projet de comprendre les autres, rétif à sa propre identité. Connaître Sartre ne signifie pas regrouper les informations éparses qu'on peut collecter dans ses archives, même les plus inattendues et les plus contradictoires. Resteront toujours, hors de portée, des moments vécus sans traces, recouverts sous les dizaines de milliers de pages déposées par cet écrivain polygraphe. Entre les lignes, sans les mots, se sont envolés de nombreux rêves, restés inconscients, des fantasmes de vies possibles, d'intenses émotions à l'écoute de musiques ou à la vue de paysages, impossibles à consigner. Des amours et des désirs non dicibles, des désespoirs qu'aucun divan d'analyste n'a recueillis, des excès et des extases causés par des drogues, dans la noirceur ou 1' éclaircie du délire, demeureront muets à jamais. Des petites folies aussi, par lesquelles Sartre frôla le vertige de 1'abandon. Toutes ces échappées ne peuvent être devinées qu'au travers de résidus marginaux, sons de voix et d'instruments captés sans contrôle, correspondances non destinées à la publication, mensonges relatifs aux adresses multiples, images instantanées et sans projet, mots poétiques et maladroits. Grâce à leur bruissement, la grand œuvre et l'Histoire officielle se lisent et s'écoutent autrement, délestées de l'hagiographie et de l'appropriation du sens. De telles informations, parfois sous la forme d'intuitions, ouvrent des fenêtres dans la maison de cet homme qui se sentait intimement appartenir au vent. Elles provoquent des courants d'air et dessinent des perspectives surprenantes, déroutant la chronologie progressive au profit de chemins désordonnés, régressifs et achroniques.



A chacun son Sartre, sans doute. L'admiration ou la haine ont besoin d'un portrait univoque de l'être aimé ou détesté. Pour beaucoup, la figure de Sartre reste liée, de façon indissociable, à la politique, à sa conception de l'engagement et à ses interventions intellectuelles. Pendant trente-cinq ans, il n'a cessé de soutenir des luttes populaires et des militants révolutionnaires, de dénoncer des crimes de guerre, de porter un message d'émancipation à toutes celles et tous ceux qui subissent une domination raciale, sexuelle, coloniale, impériale, économique. Défenseur des Juifs, des Noirs, des colonisés, des prolétaires, des femmes, des homosexuels, des étudiants, des Algériens, des Vietnamiens, des Palestiniens... il mit son écriture au service des opprimés, inconditionnellement. Plus encore, il somma la littérature et les arts de prendre leurs responsabilités et d'assumer leur solidarité politique. Dès lors, montrer un Sartre qui écrit « la politique m'emmerde », qui renâcle à pousser son cri d'indignation à la face du monde, et qui cherche les occasions de fuir à la dérobée, loin du verbiage idéologique, cela choquera légitimement les fidèles du grand homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Desimoni   20 novembre 2020
Un tout autre Sartre de François Noudelmann
« J'enrage de n'être pas poète, d'être si lourdement rivé à la prose. Je voudrais pouvoir créer de ces objets étincelants et absurdes, les poèmes, pareils à un navire dans une bouteille et qui sont comme l'éternité d'un instant. Mais il y a en moi quelque chose de noué, une secrète pudeur, un cynisme trop longuement appris, et puis de la disgrâce aussi ; mes sentiments n'ont pas trouvé leur langage, je les sens, j'avance un doigt timide et, dès que je les touche, je les change en prose. [ ... ] Il faudrait me taire. »



Sartre, Les Carnets de la drôle de guerre, p. 564.
Commenter  J’apprécie          10
marko59   22 juillet 2020
Tombeaux : D'après La Mer de la fertilité de Mishima de François Noudelmann
_________________

Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi.
Commenter  J’apprécie          10
Yokay   21 août 2021
Les enfants de Cadillac de François Noudelmann
dans les situations exceptionnelles, le vernis social, si fragile, s’écaille, observes-tu, et les individus se révèlent lâches, menteurs, généreux ou courageux. Des gens qui n’étaient rien deviennent quelque chose, et d’autres, qui étaient quelque chose, se réduisent à rien.
Commenter  J’apprécie          10
KRISS45   18 novembre 2020
Un tout autre Sartre de François Noudelmann
Lorsqu'il comprend que l'engagement intellectuel ne change pas le cours du monde, il essaie d'oublier, demandant même à Beauvoir de ne pas lire le journal tant les nouvelles sont déprimantes.
Commenter  J’apprécie          10
Yokay   21 août 2021
Les enfants de Cadillac de François Noudelmann
Lors d’un danger, la pensée magique surgit et donne à croire que, par une intense concentration, la conscience a le pouvoir de modifier le réel. Alors tu dépenses une énergie folle pour maintenir la conversation. Un mot de cet officier en uniforme devant l’homme nu et tout va se terminer là, toutes les espérances, et même toute l’existence.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Promenade poétique

C'est un trou de verdure où chante une rivière

Guillaume Apollinaire
Charles Baudelaire
Arthur Rimbaud
Paul Verlaine

15 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poète , poèmesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..