AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.31 /5 (sur 207 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Enghien-les-Bains , le 25/12/1933
Biographie :

François de Closets est un journaliste et écrivain français.

Après des études de droit (1951-1956), il rejoint l'Institut d'études politiques de Paris dont il est diplômé en 1958. Il mène en parallèle une double carrière de journaliste et d’écrivain.

Travaillant dans la presse écrite, il collabore successivement à l'Agence France-Presse (1961), à Sciences et Avenir (1964), à L'Express (1969), au Nouvel Observateur, à L'Événement du jeudi (1989). Sur le petit écran, il débute comme journaliste scientifique (1965-1968). Après une interruption, suite aux évènements de 1968, il produit des émissions pendant une trentaine d’années, tantôt sur TF1, tantôt sur France 2. Spécialisé, en un premier temps, dans les questions scientifiques, il se consacre ensuite à l’économie et à la santé avant de revenir à la science.

Comme écrivain, il a consacré une vingtaine d’essais, dont la plupart furent des best-sellers, à la société française. Il a également consacré une biographie à Albert Einstein.

En 1988, il préside la commission Efficacité de l'État dans le cadre du Commissariat général au Plan. Le rapport final, Le pari de la responsabilité, inspirera la politique du gouvernement sur le renouveau du service public.

Homme de média et polémiste, il traite en vulgarisateur de sujets divers tels que l'économie, la communication, la santé et la culture.

Le 27 février 1957, il épouse la comédienne Danièle Lebrun, avec qui il aura un fils, Serge. En 1970, il se remarie à la journaliste littéraire Janick Jossin, dont il aura deux enfants : Régis et Sophie.

Il est membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_Closets
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Délibération du jury du Prix Bristol des Lumière .
Cette année encore, "Du Grain à moudre" vous invitait à suivre les discussions animées entre membres du jury afin de choisir quel essai littéraire en langue française était récompensé par le Prix Bristol des Lumières. Cette année, c'est Olivier Rey qui l'a emporté, pour "Une question de taille" (Stock). le jury, présidé par Jacques Attali, est composé de Christophe Barbier, André Bercoff, Malek Chebel, François de Closets, Roger-Pol Droit, Luc Ferry, Caroline Fourest, Alexandre Lacroix, Aude Lancelin et Olivier Poivre d'Arvor.
+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Zebra   10 janvier 2013
Le divorce français ... les élites contre le peuple, le peuple contre les élites... A qui la faute ? de François de Closets
page 76

[...] Tandis que nous dépensons des milliards d'euros à faire de la simulation, à remuscler nos missiles et à durcir nos bombes, les données mêmes de la stratégie atomique changent du tout au tout. Les grandes puissances ne savent plus quoi faire de ces vestiges grandioses de la guerre froide. Elles n'y tiennent plus que pour des raisons politiques et non pas militaires. Le nucléaire reste encore un outil de distinction entre les nations. Il y a toujours les puissances nucléaires et les autres. [...]
Commenter  J’apprécie          210
gavarneur   25 juillet 2018
Toujours plus de François de Closets
La France a réussi à créer à propos des retraites le plus bel embrouillamini que se puisse concevoir en sorte que, lorsque le gouvernement Mauroy annonça qu'il allait rapidement légiférer sur la retraite à soixante ans pour tous, les fonctionnaires un peu au fait de la question s'arrachèrent les cheveux. Il savaient qu'il faudrait d'abord « faire l'état des lieux » et ensuite tenir compte des milliers de cas particuliers : on ne pourrait aisément appliquer un principe unique à un dossier aussi touffu. Autant vaudrait tailler des jardins à la française dans la forêt amazonienne.

Page 108
Commenter  J’apprécie          140
Iboo   21 octobre 2016
Ils ont écrit ton nom, liberté de François de Closets
Le "miracle grec"

L'envers du "miracle"

Cette société qui laissait le champ libre à l'esprit était-elle pour autant exemplaire par rapport à nos critères ?

À l'époque, certainement ; avec deux millénaires de recul, certainement pas. Car la liberté ne concerne guère que quarante mille citoyens pour une population athénienne qui devait compter deux cent mille personnes. À côté, ou, plutôt, en dessous des citoyens grouillent des individus sans droits, esclaves ou métèques, c'est à dire des étrangers vivant à Athènes. Ne citons que pour mémoire les femmes qui n'avaient, cela va de soi, pas droit à la citoyenneté. Qui donc à cette époque se souciait de la condition féminine ?

Athènes ne connaîtra ni révoltes des esclaves ni contestation des philosophes. Dans cette patrie de la libre pensée, l'esclavage aurait pu susciter les plus ardentes controverses. Il n'en fut rien.

L'immense Aristote, préfigurant l'argumentaire raciste utilisé des siècles plus tard, explique, le plus naturellement du monde, qu'il existe des hommes qui "par nature sont esclaves". Or il sait fort bien que les esclaves ne diffèrent en rien des Grecs puisqu'ils sont le plus souvent des captifs et, parfois même, possèdent une haute qualification. Mais la philosophie ne sert pas seulement à chercher la vérité, elle peut aussi justifier l'ordre public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
François de Closets
hotaru   05 novembre 2013
François de Closets
Tel est le miracle de l'école. Un bon professeur peut captiver les classes rétives et rendre vivants les enseignements les plus mal conçus. Il peut tout sauver.
Commenter  J’apprécie          121
Zebra   23 janvier 2015
Tant et plus : Comment se gaspille notre argent de François de Closets
page 216 [...] Les collectivités territoriales n'ont pas leur pareil pour épouser les idées à la mode. A un moment donné, il est entendu qu'une municipalité dynamique se reconnait à un type d'action ou de réalisation. Du jour au lendemain des milliers de communes et de départements se lancent. Tous dans la même direction. On bâcle les études, on s'épargne la réflexion, on n'écoute pas les critiques. De toute façon, on sait ce qu'il faut faire. Les banquiers prêtent d'autant plus facilement qu'ils se sentent rassurés par le conformisme ambiant. L'argent afflue, les projets bourgeonnent et les déconvenues suivent. [...] La presse a fait ses choux gras des malheurs survenus à la petite commune de Fleury-d'Aude, en Languedoc-Roussillon, qui avait rêvé de devenir le centre d'un nouveau loisir : le tourisme sous-marin. En 1988, le maire de Fleury, Christian Montagné, et le président du Conseil général, Raymond Courrière, se laissent séduire par un projet de construction subaquatique. Cet "Aquanaude" consiste en une bulle transparente installée au fond d'un bassin artificiel de 90 mètres de diamètre. Depuis cet observatoire immergé à 15 mètres de profondeur, les visiteurs pourront admirer un échantillon très complet de la faune et de la flore méditerranéennes. La construction est évaluée à 17 millions de francs. Le Conseil général donne son accord. Mais le massif rocheux sur lequel devait s'ancrer la bulle ne se trouve pas à 2,50 mètres comme on le croyait, mais à 13 mètres de profondeur. On passe de 17 à 31,7 millions de francs. Quant à l'eau, elle se révèle d'une turbidité telle qu'elle brouille complètement le spectacle. On a beau déverser toutes sortes de poissons admirables dans le bassin, le spectateur ne voit rien. Peut-être qu'en faisant de nouveaux travaux pour un montant de 15 millions on pourrait exploiter l'observatoire sans faire courir de risques au public ? Le nouveau maire élu en 1989, Christian Marty, préfère arrêter toute l'affaire. La commune se retrouve avec un trou d'une trentaine de millions à combler et la dette de chaque habitant dépasse 25000 francs, atteignant le niveau d'Angoulême. Les impôts directs locaux sont d'autorité augmentés d'un tiers par le préfet. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Jeanmarc30   07 novembre 2018
Toujours plus de François de Closets
Ayant voué aux gémonies ce "fric capitaliste" toujours sale et salissant, nos modernes Caton n'en sont que plus à l'aise pour louer l'argent de l'État qui anoblit ceux qui le distribuent et, plus encore, ceux qui le dépensent.



Entre l'argent public et l'argent privé, il y aura la même différence qu'entre une arme détenue par un particulier qui peut servir à faire un hold-up ou bien à protéger un innocent et une arme confiée à un soldat et qui a pour seule fonction de défendre la patrie. C'est dire que l'une inspire la défiance et l'autre le respect.
Commenter  J’apprécie          50
amigo   06 mars 2014
Zéro faute. L'orthographe, une passion française de François de Closets
P40 - En bon français, on devrait parler d'orthographie mot du genre féminin. Sur le modèle de calligraphie, biographie, dactylographie, photographie, radiographie, etc ...

Si vous en doutez, essayez donc le verbe. Dites-vous orthographer ou orthographier ?

Le mot orthographe, à la ressemblance de calligraphe, biographe, dactylographe, photographe, radiographe, devrait désigner la personne qui écrit sans faute et être du genre masculin. Il devrait exister une orthographie, science de l'écriture, pratiquée par un orthographe.

La faute de construction est évidente. Mais, étant consacrée par l'usage, elle n'est relevée par aucun de nos grands orthographieurs.

Ainsi va l'écriture du français, qui se targue de logique, mais révère les formes les plus aberrantes dès lors qu'elles ont été reconnues comme graphies canoniques. La fable commence donc par sa moralité : qu'elle ait tort ou raison, l'orthographe a toujours le dernier mot.
Commenter  J’apprécie          30
Jeanmarc30   07 novembre 2018
Tant et plus : Comment se gaspille notre argent de François de Closets
Le culte de la providence étatique s'est répandu de manière insidieuse, presque honteuse, sous le septennat de Giscard. A partir de mai 1981, en revanche, il correspond aux idées de la nouvelle majorité et s'affirme comme un principe de gouvernement. Désormais l'argent du contribuable est engagé sur les objectifs les plus variés. Qu'il s'agisse de favoriser le tourisme ou de protéger le patrimoine, de créer des emplois ou d'éviter les licenciements, d'insérer les immigrés ou de soutenir la création théâtrale, il est toujours légitime d'ouvrir une ligne budgétaire, de dégager un crédit. Cet étatisme envahissant a fini par provoquer une prévisible réaction. La dépense publique après avoir été célébrée se trouve vouée aux gémonies, superbe controverse doctrinale entre socialistes et libéraux.
Commenter  J’apprécie          30
GabySensei   28 septembre 2011
Zéro faute. L'orthographe, une passion française de François de Closets
Chacun s'accorde à dire que notre orthographe est aberrante, que son apprentissage impose à toute la population scolaire une perte de temps dramatique; que sa pratique difficile paralyse des millions de parlant-français, leur interdit de s'exprimer à leur gré; que c'est un instrument de sélection sociale néfaste et injuste...

(P190)
Commenter  J’apprécie          30
amigo   07 mars 2014
Zéro faute. L'orthographe, une passion française de François de Closets
P45 - En dépit de tous leurs efforts, certains bureront toujours sur les dictées et d'autres sur les problèmes. mais on se débarasse des mathématiques, quand l'orthographe vous suit tout au long de votre vie. Résultat : les faiblesses orthographiques son dévalorisantes, la nullité mathématique ne saurait l'être.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..