AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dreux , le 29/05/1948
Biographie :

François de Singly, né en 1948, est un sociologue français. Professeur de sociologie à l'université Paris Descartes, il est spécialisé en sociologie de la famille, de l’éducation et des rapports entre femmes et hommes.
Ce sociologue a développé un grand nombre d’études quantitatives sur les rapports dans le couple et plus généralement, sur les rapports entre femme et homme. Il a multiplié ses études théoriques de la famille tout en les mettant en pratique : il a finalement conçu et élevé trois enfants avec sa femme, qui a pu devenir intendante puis directrice d’hôpital alors que, parallèlement, il menait une carrière universitaire. En même temps il démontrait empiriquement que le mariage est un avantage pour l’homme et un handicap pour la femme.
Son parcours universitaire est très classique : jeune licencié en psychologie, il travaille au CNRS. Puis il rejoint la sociologie. Il a élaboré et soutenu en 1974 une thèse de troisième cycle avec Jean-Claude Passeron sur l'éducation morale dans la famille; il a pu devenir par là assistant puis maître assistant en sociologie à l’Université de Nantes. Dans la région Pays de la Loire, sa proximité avec l’INSEE lui a permis de construire de fructueux rapports de collaboration avec un jeune directeur des études régionales amateur de sociologie, Claude Thélot
C’est ainsi en se fondant sur un riche matériel empirique qu’il a pu élaborer une thèse sous la direction de Alain Girard de l’INED, Doctorat en Lettres et Sciences Humaines qu’il a soutenu à Paris en 1984, notamment avec Pierre Bourdieu dans son jury, thèse qu’il résumera et publiera aux PUF en 1988 sous le titre Fortune et infortune de la femme mariée.
Après sa nomination comme professeur à l’Université de Rennes, il a mis en place un laboratoire de sociologie de la famille dans lequel il a rassemblé des chercheurs et étudiants, pour impulser tout un nouveau flux de recherches empiriques sur le couple et les trajectoires individuelles, en partenariat avec notamment Jean-Claude Kaufmann. En 1990, il devient professeur de sociologie à l’Université Paris V Sorbonne. Il crée alors son propre laboratoire, le centre de recherches en sociologie de la famille (CERSOF).
Depuis 1990, François de Singly est également directeur de collection chez Nathan-Université puis chez Armand Colin.

Depuis la rentrée 2017, il est devenu professeur émérite.
+ Voir plus
Source : Wikipedia, Magazine Sciences Humaines
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

François de Singly


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
jeje_gandhi   16 septembre 2014
Libres ensemble : L'individualisme dans la vie commune de François de Singly
« le déroulement de la vie quotidienne n'est ni improvisation, ni routine. Les deux mouvements, surprise et habitude, coexistent. »
Commenter  J’apprécie          100
jeje_gandhi   16 septembre 2014
Libres ensemble : L'individualisme dans la vie commune de François de Singly
« le sentiment amoureux ne trouve sa justification que dans la mesure où il donne naissance à un couple et à une famille (...). La sexualité y est minimisée, si ce n'est absente. Elle apparaît comme un passage obligé vers la famille. Au xviiie siècle, se met en place un double discours : d'une part, il faut aimer pour se marier ; d'autre part, il ne faut pas de sexualité avant le mariage. Ce paradigme a pour effet de dissocier, si ce n'est d'opposer amour et sexe. »
Commenter  J’apprécie          60
Fifrildi   06 mai 2016
Libres ensemble : L'individualisme dans la vie commune de François de Singly
Devenir et rester soi-même est un objectif qui sert de repère pour estimer la valeur du groupe au sein duquel on vit.
Commenter  J’apprécie          50
François de Singly
alzaia   15 février 2019
François de Singly
Pourquoi les énoncés justes de Bourdieu —« On ne fait pas son salut scientifique tout seul. De même que l'on n'est pas artiste tout seul, mais à condition seulement de participer au champ artistique, de même c'est le champ scientifique qui rend possible la raison scientifique... » (avec Wacquant, p. 163) sont-ils contredits par de tels silences ? Entre l'individu et le champ, il existe des intermédiaires, des laboratoires, des équipes mobilisées, d'autres individus qui ont le droit d'être évoqués. Au-delà sans doute du sentiment d'injustice que peuvent éprouver ceux de la première période qui connaissent une telle occultation, ce qui est en jeu c'est la représentation sociale du travail scientifique. Faire croire que l’œuvre est personnelle revient à renforcer le sens commun que le grand savant est seul à avoir de grandes idées, et qu’il est entouré de « collaborateurs » ou de « collaboratrices » qui peuvent au mieux les mettre en application dans le cadre des enquêtes de terrain. Pour l'exprimer autrement, et en reprenant un concept de Bourdieu — celui de « capital social de relations » (Actes de la Recherche, 1980, n°31) — les stratégies, conscientes ou non, mises en œuvre par Bourdieu pour se présenter seul (y compris sous la figure de l'incompris, de l'injustement attaqué) font que ce sociologue sait utiliser comme il faut les biens de famille, accumulés par les autres en les convertissant en capital symbolique : une célébrité quasi monopolisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
François de Singly
alzaia   15 février 2019
François de Singly
Ce qui frappe c'est l'amnésie d'une dimension décisive de l’œuvre de Bourdieu, à savoir la dimension collective. Toute œuvre en sociologie comporte cette dimension, au moins sous la forme des emprunts, des inspirations. La faible propension de Pierre Bourdieu à citer certaines des grandes œuvres auxquelles il emprunte est connue — ainsi, pour ne prendre qu'un exemple significatif, Veblen n'est pas mentionné dans La Distinction !
Commenter  J’apprécie          11
myprettyjacqueline   11 juin 2017
Séparée. Vivre l'expérience de la rupture de François de Singly
L'imaginaire de la séparation comprend deux dimensions : la première renvoie au sentiment de disparition de soi ; la seconde, plus positive, repose sur la revendication d'une formation continue de soi. Cet apprentissage-découverte peut continuer à s'inscrire dans la vie conjugale à la condition que le partenaire reste un accompagnateur de son propre développement et qu'il y ait un renouvellement dans les stimulations offertes. Sinon, cette formation s'interrompt, avant de reprendre, peut-être, sous une autre modalité et ailleurs.
Commenter  J’apprécie          00
Tom_Otium   12 octobre 2020
Le lien familial en crise de François de Singly
Je pense qu’il y a eu très peu de conquêtes, par exemple les luttes contre les discriminations, qui ne soient des luttes pour l’individualisme.
Commenter  J’apprécie          00
itzamna   28 septembre 2016
Comment aider l'enfant à devenir lui-même ? de François de Singly
Le nouveau métier de parent consiste à proposer des voyages, à vérifier les voyages entrepris, à être disponible en cas de problème.
Commenter  J’apprécie          00
Tom_Otium   12 octobre 2020
Le lien familial en crise de François de Singly
L’État-providence, c’est la possibilité pour un plus grand nombre d’individus de relâcher un certain nombre de liens.
Commenter  J’apprécie          00
Tom_Otium   12 octobre 2020
Le lien familial en crise de François de Singly
l’individualisme, c’est le pouvoir de dire non.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur