AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.04/5 (sur 12 notes)

Né(e) : 1954
Biographie :

Françoise Bouillot est née en 1954. Essayiste, traductrice et romancière.

Ajouter des informations
Bibliographie de Françoise Bouillot   (50)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Françoise Bouillot - Mes oncles d'Amérique .
Françoise Bouillot vous présente son ouvrage "Mes oncles d'Amérique" aux éditions Joëlle Losfeld. Rentrée littéraire janvier 2015. http://www.mollat.com/livres/bouillot-francoise-mes-oncles-amerique-9782072568503.html Notes de Musique : ?Usaaagi (Usagi Yojimbo)? (by Petar Alargic). Free Music Archive.

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Françoise Bouillot
Je me dressai sur le lit devant le cauchemar, pour me trouver face à une perruque grossière et blondasse qui dessinait deux fausses nattes, un visage bouffi montrant deux plaques rouges à chaque pommette, des yeux petits et porcins profondément enfoncés dans la graisse du visage plâtré de blanc. Dessous elle portait une robe recouverte d'un tablier blanc et elle tenait un panier à la main. C'était une Cendrillon de comique troupier, issue de la forêt des cauchemars et des sorcières, avec des muscles de déménageur, une barbe drue et un accent pied-noir prononcé.
Commenter  J’apprécie          140
J'étais le seul homme de cette bande affairée, j'étais heureux là, on me poussait d'un endroit à l'autre, je nageais dans une odeur de parfum qui me rendait aux femmes, j'avais oublié la vraie nature de Bella. Isa, la plus jolie d'entre elles, se déshabillait en me tournant le dos, face à un miroir que je ne voyais pas de ma place. Son corsage tomba. J'admirai la ligne parfaite de ses reins, la finesse de ses hanches, la blancheur laiteuse de sa peau ... Un désir me souleva. Elle fit tomber sa jupe d'un geste de strip-teaseuse, sous son jupon elle était nue. Ses fesses gardaient la maigreur et la dureté de celles d'un garçon, mais ce léger défaut était compensé par des jambes très fines et bien galbées[...]
Je changeai de visage. Face à moi, sur ce corps parfait et blanc, aux seins jeunes et ronds, était accroché quelque chose de noir et d'obscène, un objet si grotesque et si choquant que j'eus du mal à ne pas détourner les yeux. Là, en plein milieu, non rasée, un peu plus brune que le reste du corps, était posée une verge de bonne taille, intacte, entourée de poils noirs, comme volée à un homme pour un travestissement pour rire. Je restai pétrifié devant ce sexe masculin. Je ne l'avais jamais vu sur Bella. Ce que j'avais fait, je l'avais fait dans le noir. J'avais touché, je n'avais jamais regardé. L'obscurité m'avait protégé et devant moi à présent, en pleine lumière, c'étaient ma crainte et ma honte qui étaient exposées.
Commenter  J’apprécie          130
(le curé)
- Vous savez, je n'aurais jamais permis à mon coeur de s'ouvrir à un amour qui ne fût pas infini !

Et je songeai que j'avais laissé le mien s'ouvrir à un amour qui était bien loin de l'être, aussi ardent que le sien mais précaire comme l'humain, précieux comme les choses qui vont périr. Je reconnus dans les paroles du prêtre l'arrogance catholique si proche du péché, l'arrogance de la chasteté imposée qui assure le tourment, l'irrepos, l'inquiétude sans répit. Notre curé moquait les pasteurs confortables des protestants, empêtrés dans leurs menus soucis familiaux. Il m'apparut que pour cet orgueil il lui faudrait payer, il le mènerait aussi sûrement en enfer que moi mes débordements amoureux ... Nous nous retrouverions là-bas, tout au fond, en bonne compagnie, lui avec sa fascination pour les pécheurs et les Marie-Madeleine, moi avec mon amour pour un seul travesti.
Commenter  J’apprécie          100
Fillettes bachelières de la cloche
Aux pieds flétris par les trottoirs
Souvenez-vous des anciens soirs
La vie ne fut pas toujours moche.

(Pierre Mac Orlan)
Commenter  J’apprécie          90
La pénombre et les cris nous isolaient et j'en profitai pour me serrer contre elle au comptoir, pour poser ma tête entre ses seins. Elle avait assez bu ce soir là pour consentir à une telle intrusion. Elle posa une grosse patte sur mon épaule, m'embrassa les cheveux, tourna sur elle-même comme un grizzly satisfait et assena à Marcel qui nous contemplait d'un air incrédule :
- C'est à moi ça !
Malgré sa voix rauque et sa tournure d'ours, elle était femme à ce moment : sa protection était celle d'une mère, d'une nourrice, non celle d'un mâle prêt à se battre pour une femelle. Marcel, dépassé, haussa les épaules et retourna à des soucis plus urgents.
[...] J'étais pressé contre elle parmi la foule des corps, je respirais son odeur, j'embrassais doucement son épaule dans la pénombre, j'étais bien comme sont les foetus sans doute, dans le bonheur liquide et stupide, indifférent et sans yeux ...
Commenter  J’apprécie          50
Je me tenais contre la vitre du fond, protégé par la foule, et cette rue où j'avais été si heureux redevenait sordide en ce soir de printemps sale, je voyais un à un les détails auxquels j'étais resté aveugle, ses réverbères nus, le vent hivernal qui poussait les papiers gras dans la crasse de ses caniveaux, ses fenêtres aveugles de rue désertée de banlieue. C'était un endroit perdu et triste où l'amour n'existait pas, où le plaisir était factice et plus encore la joie bruyante qui s'en échappait certains soir, à cause de l'alcool .....
Commenter  J’apprécie          50
Je songeais en la regardant que quiconque suit un travesti se dépouille fatalement de sa nature propre, que tôt ou tard il doit rencontrer le dégoût. Bella était un homme. En termes de droit, son désir était aussi légitime que le mien et nous rendait semblables.[...]
Elle finit par disparaître avec un fiancé qui ne ressemblait pas à Bella. Je la regardai partir avec soulagement, avec un peu d'envie aussi, elle qui retournait au monde auquel j'appartenais, où je ne pourrais plus rentrer.
Commenter  J’apprécie          40
Françoise Bouillot
Je songeais à la bizarre cruauté de la nature qui avait injustement placé le désir harcelant d'être une femme dans un corps aussi monumental et je me demandais quelle grâce possédait à mes yeux cette masse travestie, quel chemin elle avait emprunté pour me plaire.
Commenter  J’apprécie          40
Alors elle me souriait d'un air incertain et un peu timide, comme si elle avait lu dans mes pensées. Et je me souvenais que je l'aimais comme je n'avais jamais aimé une beauté, que je m'étais mis à ses pieds et que j'avais consenti à ce qu'elle fit ce qu'elle voudrait de moi. J'étais devenu un homme lige, j'avais accepté jusqu'à l'humiliation, et l'élan revenait et j'allais saisir dans mes bras ce grand corps - bras trop courts et trop maigres, torse trop puissant pour eux - et je l'embrassais comme font seulement ceux qui aiment d'un amour profond.
Commenter  J’apprécie          20
Françoise Bouillot
Avec l'insatiable besoin d'en être consolées elles remontent, madones de la nuit, portant des prières et des ainsi soit-il vers des maris qui ne sont pas des macs, balançant leurs croupes, plus lasses qu'un troupeau de vaches que l'angélus ramène vers l'étable, les mains gonflées et les chevilles lourdes, traînant des sacs en faux croco où elles serrent des mouchoirs et des médicaments qui aident à tenir.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Françoise Bouillot (27)Voir plus

Quiz Voir plus

Refuges : testez vos connaissances !

Quel âge a Mila ?

15 ans
16 ans
17 ans

3 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Refuges de Annelise HeurtierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}