AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.28 /5 (sur 965 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 15/01/1936
Mort(e) à : Iowa City , le 6/04/2005
Biographie :

Frank Conroy est un écrivain américain. Diplômé de Haverford College en 1958, Conroy a été à la tête du très prestigieux "Writer’s Workshop" (Atelier de l’écrivain) à l’université d'État de l'Iowa pendant 18 ans, de 1987 à 2005.

Auparavant, il avait été directeur du programme de littérature au National Endowment for the Arts (Dotation nationale pour les arts) de 1982 à 1987.

Frank Conroy a enseigné dans plusieurs universités des États-Unis et il a également publié des nouvelles, ainsi que des articles sur la musique.

Il a écrit une autobiographie particulièrement remarquée, "Stop-Time" (1967), qui a fait de lui une figure incontournable de la littérature mondiale. Il a publié une série de nouvelles et un roman, "Body and Soul" publié en France sous le titre "Corps et âme".

Dans son dernier livre, "Time and Tide", il évoque l'histoire et les paysages d'une région où il aimait particulièrement vivre, Nantucket.

Il a reçu de nombreuses distinctions et a été fait chevalier des Arts et des Lettres par le gouvernement français.

Il est décédé d’un cancer du côlon en avril 2005, à Iowa City, à l’âge de 69 ans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Recommandation #8 Corps et âme de Frank Conroy Littérature étrangère (USA) - 4,33/5 L'histoire d'un homme, Claude Rawlings. L'histoire d'un don. L'histoire d'une ascension au rythme du piano.


Citations et extraits (124) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   28 décembre 2015
Corps et âme de Frank Conroy
Musique, musique, pour un temps, apaise nos tourments.
Commenter  J’apprécie          482
le_Bison   26 août 2016
Corps et âme de Frank Conroy
Il joua presque sans savoir ce qui se passait. Dans le sous-sol de Weisfeld, Frescobaldi avait montré quelques variations au violon sur la mélodie originale, mais à présent il s’en éloignait presque entièrement – tombant en piqué, éclaboussant, pirouettant, lançant un nuage de spiccatos, faisant voler des staccatos, ricochant dans toutes les directions. Il donna des coups d’archet près du chevalet, près de la touche. Il frappa les cordes. Il produisit des douzaines de sons différents – de la flûte au banjo, jusqu’à quelque chose qui en vérité, ressemblait au bêlement d’un agneau – le tout formant une pièce d’architecture musicale qui retombait sur la partie de piano avec autant de précision qu’une tasse sur sa soucoupe. 
Commenter  J’apprécie          280
LiliGalipette   24 avril 2014
Corps et âme de Frank Conroy
« La musique était là, simplement, sans qu’il y pense, sans qu’il se concentre sur elle. Il n’en était pas plus conscient que de sa propre respiration. Il n’avait pas l’impression qu’il la faisait mais qu’elle existait indépendamment, circulant dans un coin de son cerveau. » (p. 79)
Commenter  J’apprécie          280
rabanne   08 mai 2019
Corps et âme de Frank Conroy
Peter jouait avec assurance, sans se préoccuper de la musique*. Claude, dans sa tête, entendait les paroles douces amères de la mélodie :

Musique,

Musique,

Pour un temps

Apaise nos tourments,

Pour un temps,

Pour un temps, pour un temps,

Apaise nos tourments.



(* Music for a While, de Henry Purcell)
Commenter  J’apprécie          272
joedi   06 avril 2013
Corps et âme de Frank Conroy
Claude comprit que tous ces inconnus étaient entraînés dans quelque chose de commun, qu'une force invisible avait balayé toutes leurs différences. Ils ne faisaient qu'un, ils étaient unis. Et tandis qu'il se cramponnait encore plus fort au réverbère, il sentit ses propres larmes couler, parce qu'il était absolument seul, enièrement à part, et qu'il savait que rien ne pourrait jamais changer cela.
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24   14 juillet 2018
Corps et âme de Frank Conroy
Le son lui-même semblait l'envelopper d'une sorte de grande cape protectrice, l'enclore dans une bulle d'énergie invisible. (...)

Le sentiment de solitude le submergeait, provoquant moins la peur que du malaise. Il allait au piano, faisait du bruit, se glissait dans la bulle protectrice, s'oubliait. (p. 31)
Commenter  J’apprécie          250
Frank Conroy
Carosand   13 octobre 2014
Frank Conroy
La littérature est un fleuve.
Commenter  J’apprécie          270
joedi   07 avril 2013
Corps et âme de Frank Conroy
Jouant pour Menti, il apprit à masquer ses émotions, à ne pas bouger, à se concentrer sur une exécution propre. Mais dans le sous-sol du magasin de musique, c'était différent. Il fermait les yeux afin de mieux percevoir le bain de couleurs, oubliait ses mains, s'oubliait lui-même, écoutait les structures, les lignes entrelacées. Il jouait sans se préoccuper des erreurs, tout à son désir de sentir l'éxaltation spéciale qui montait en lui lorsque la musique prenait les commandes, une émotion si intense que les larmes lui venaient parfois aux yeux.
Commenter  J’apprécie          240
le_Bison   31 décembre 2015
Corps et âme de Frank Conroy
Le canapé bleu les mit à l’épreuve pendant plus d’un mois. Ils gardaient leurs vêtements, mais leurs mains et leurs bouches n’ignoraient rien de l’autre. Claude parvenait à se contrôler mais l’effort le rendait fou. Lorsqu’il atteignait le point de saturation – le corps tendu à la limite, les lèvres sensibles, gorgées de sang, le pelvis endolori, le pénis gourd et dur comme du bois, le cœur battant à coups redoublés dans sa poitrine – il se jetait en arrière et roulait sur le sol loin d’elle.

Puis un soir, alors qu’elle était allongée avec lui sur le canapé bleu, sa chevelure brune se balançant librement sur les temps de Claude tandis qu’elle lui mordillait la bouche, elle releva soudain sa jupe, dégrafa le jeans, prit le sexe de Claude dans sa main, écarta son slip, se coula en lui dans un gémissement tremblant. Il s’épanouit dans sa chaleur moelleuse.

« Ne jouis, pas, chuchota-t-elle, ne jouis pas, ne jouis pas… » tout en se mouvant de haut en bas avec une lenteur atroce. Cela s’était passé si vite – tout à coup il était en elle – que le cerveau de Claude eut besoin d’un moment pour rattraper son corps. Il se contrôla aussi longtemps qu’il put puis repoussa très vite des hanches du plat de la main et éjacula en l’air. Elle retomba, cramponnée à lui de toutes ses forces. Étourdis, ils restèrent étendus en silence un long moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   18 juillet 2018
Corps et âme de Frank Conroy
(...) où qu'il se trouvât, dès qu'il s'asseyait au piano, le monde qui l'entourait n'avait simplement plus d'importance. Sa relation physique avec le piano était immuable. Tout le reste était transitoire. ses repères étaient là. (p. 210)
Commenter  J’apprécie          240

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des cinéastes français inspirés par des auteurs anglophones ...

"L'heure zéro" d'Agatha Christie a été adaptée sous le même titre par ...

Guillaume Canet
Claude Chabrol
Pascal Thomas
François Truffaut

16 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , romans policiers et polars , américainCréer un quiz sur cet auteur

.. ..