AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.5 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Colorado Springs, au Colorado , le 25/07/1902
Mort(e) le : 03/06/1995
Biographie :

Frank Waters était un écrivain américain.
Il est connu pour ses romans et ouvrages historiques sur le sud-ouest américain .
La Fondation Frank Waters , créée en son nom, s'efforce de promouvoir l'excellence littéraire et artistique dans le Sud-Ouest des États-Unis
Il est entre autres l'auteur de Le livre du Hopi ,Payot, Paris 1978.
Il a été nominé plusieurs fois pour le prix Nobel.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Frank Waters   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
mesrives   04 octobre 2015
L'homme qui a tué le cerf de Frank Waters
L'étrange pressentiment d'un malheur s'abattit sur lui. Il nettoya son fusil, le graissa, dormit tout l'après-midi et veilla sur son maïs pendant toute la nuit.

Il choisit l'endroit avec soin. Dans une rangée de sapins, entre la source et la bordure des champs, il se dissimula derrière un gros rocher. Enroulé dans sa couverture, il assista au lever de la lune, à la dissolution des ombres dans le pâle brouillard verdâtre qui venait de la montagne et s'élevait au-dessus du désert.

Des lapins s'ébattaient près de lui, et ils furent effrayés par l'ombre d'un hibou errant. Des coyotes hurlaient dans la vallée. Il vit passer un petit renard. Bientôt les peupliers perdraient leur ramure là-haut dans les canyons. Les oursons bruns allaient faire leur apparition, terrifiant les vieilles femmes qui cueillaient des baies sauvages. Des oiseaux de nuit chantaient dans leur sommeil. A l'aube, il vit un dindon qui plongeait dans l'eau, figure d'airain, silhouette farouche, originelle...
Commenter  J’apprécie          60
mesrives   04 octobre 2015
L'homme qui a tué le cerf de Frank Waters
Il ne fut jamais question de savoir si le contenu de la brochure approchait ou non la vérité. Ces Indiens faisaient parti d'un peuple identifiant a tel point leur vie avec le grand flux de toute existence qu'ils ne manifestaient aucune individualité et qu'ils étaient, en quelque sorte, impersonnels. Ils avaient acquis la faculté de s'effacer quand ils étaient regroupés, et même leurs visages perdaient leurs traits distinctifs pour ne former que le visage de la tribu tout entière. Selon eux, le langage parlé avait valeur de pouvoir, tandis que l'écriture anéantissait tout. Ils ne regardaient, ni ne pointaient jamais leurs doigts vers l'objet ou la personne dont on parlait, et ne prononçait jamais le prénom de quiconque. Ils référaient à un homme quand ils disaient "elle", et à une femme quand ils disaient "il", afin de ne pas donner l'impression de vouloir s'emparer du pouvoir de la personne désignée.

Et maintenant, voilà ce qui leur arrivait! L'incroyable. L'impossible. L'intolérable. Les yeux et les doigts du monde entier étaient dirigés sur eux. Leurs noms ayant été prononcés et imprimés, on leur avait donc retiré leur pouvoir du même coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Qui est l'interprète de ces chansons ? Brassens ou autre ?

Auprès de mon arbre

Brassens
Francis Cabrel

12 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur