AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.93 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Fred Dewilde (un pseudonyme) fait partie des survivants des attentats du 13 novembre 2015.

Le graphiste, père de trois enfants, était au Bataclan le soir du drame avec des amis.

Après le soulagement de s'en être sorti, l'auteur a dû faire face à une difficile reconstruction. Il livre dans son album, "Mon Bataclan" (2016), son histoire.

Source : http://www.lefigaro.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Fred Dewilde   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Fred Dewilde - La morsure


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
michfred   23 novembre 2016
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Il ne faut pas se tromper d'ennemi: celui-ci n'a pas de couleur, pas de confession. L'ennemi, c'est le fanatisme, c'est la peur, c'est la folie qui conduit à la guerre. L'ennemi c'est le chaos que Daesch cherche à créer en tuant à travers le monde, toutes confessions confondues, ceux qui ne sont pas lui, afin de monter les communautés les unes contre les autres. L'ennemi, c'est celui qui cède à son tour, qui répond à la haine par la haine.
Commenter  J’apprécie          242
mandarine43   28 mars 2017
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
La culpabilité.



C'est en voyant des gens courir vers la sortie, marchant sur d'autres, que j'ai vu Élisa. Je me suis dit que non, ça, ça ne se faisait pas. Cette courte hésitation m'a été fatale, un truc m'a coincé le pied, j'ai perdu l'équilibre et je me suis retrouvé à genou à côté d'elle. J'ai voulu l'aider mais elle ne pouvait pas bouger. Trop tard pour moi. Tenter d'atteindre la porte, c'est m'exposer aux balles. Je me laisse tomber dans le sang, conscient que cette marge rouge m'offrira une apparence de mort crédible.



C'est sûrement parce que le sort d’Élisa m'a retenu dans cette fosse que je suis sorti sans culpabilité. Je n'ai rien fait que je puisse regretter. Rien qui puisse me faire honte. Je sais très bien que ceux qui en ont piétiné d'autres s'en veulent, mais non, les gars, cessez de vous tourmenter. Si ça se trouve, la prochaine fois, vous ne le ferez pas et moi si. Je sais ce que c'est et on ne peut pas juger ça.



Sauver sa peau des balles, ça n'appelle pas de réflexion. C'est de l'instinct.





.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michfred   23 novembre 2016
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Il faut se sortir de la tête les histoires de héros version cinéma U.S. , même s'il y en a eu. Trois au moins. Didi le vigile, et ces flics rentrés en tandem, avec leurs gilets pare-balles de ping-pong et leurs flingues réglementaires. Comme quoi, il ne faut pas généraliser: un Arabe qui revient dans la furie pour ouvrir la porte de secours et deux flics qui éliminent un des terroristes nettoyant la fosse, on croirait un trio hollywoodien.

A côté d'eux, on peut chacun se sentir coupable, et pourtant non. Il ne faut pas, chacun a la charge de sa vie, de celle de son enfant, de son conjoint, mais on ne contrôle plus rien. Je n'avais que moi à penser et tant mieux. Si ma femme s'était trouvée dans la fosse avec moi? L'horreur. Un de mes fils? Non, je ne veux pas imaginer cela.
Commenter  J’apprécie          20
myprettybooks   11 novembre 2016
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
« J’ai vu assez de cadavres ce soir du 13 novembre, j’ai vu assez de sang, assez de corps mutilés, brisés, déchirés, explosés, assez de larmes, d’angoisse pour plusieurs vies. J’ai vu ce qu’amenait la haine, alors pour une fois, soyons moins cons … pour une fois, choisissons la vie. »
Commenter  J’apprécie          30
michfred   23 novembre 2016
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Je débite le même récit en boucle, tout ce que l'on peut me dire, je le ramène à l'attentat, comme un vieux machin qui raconterait la guerre de 39-40 parce que sa femme lui dit qu'il n'y a plus de café.
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore   04 février 2019
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Tout fier, je sors à Noël que de mon temps, il y avait le pogo, danse punk où l'on se jetait sur son voisin ; après ça a été le slam, grimper sur la scène pour sauter sur la foule et se faire porter par celle-ci à bout de bras. Je pouvais gérer, pas de soucis. Mais maintenant, les jeunes descendent dans la fosse avec des kalachs. Clairement, je suis trop vieux pour les concerts.



[p25]
Commenter  J’apprécie          10
michfred   23 novembre 2016
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Les jours filent sans que je m'en rende vraiment compte. Le temps n'est plus le même depuis l'attentat, comme si vivre deux heures au rythme de nos cœurs, de seconde en seconde, avait distordu notre rapport à cet espace. Comme si seuls les fondamentaux tenaient encore la barre. Je reste des temps infinis perdu entre pensée et vide, vide et pensée.
Commenter  J’apprécie          10
Arcaalea   30 mai 2018
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
La peur, c'est quand on imagine qu'on aurait pu ne pas sortir, ne plus vivre.

Mais de fait, vivre fait peur.
Commenter  J’apprécie          20
Pixie-Flore   04 février 2019
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Ils sont montés à l'étage poursuivre le massacre. Tirer encore plus de balles. On les imagine admirant leur oeuvre comme de bons bouchers. On les connaît sous des drapeaux et des idées différentes, mais ce sont les mêmes, nazis, prêtres fous, colons divers, noirs, rouges, peu importe, le même bruit de bottes, le même mépris de l'homme, le même goût pour le sang...
Commenter  J’apprécie          00
Pixie-Flore   04 février 2019
Mon Bataclan : Vivre encore de Fred Dewilde
Putain, c'est beau l'humanité quand l'homme se décide à prendre l'autre en compte !



[p25]
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Dix personnages mythologiques, dix mots

Au nombre de trois, ces monstres ailés au visage de femme et au corps de vautour étaient particulièrement voraces. Ce sont des divinités de la dévastation et de la vengeance divine qui dévorent tout sur leur passage, ne laissant que leurs excréments.

Argus
Mentor
Pactole
Harpies
Écho
Cerbère
Pygmalion
Dédale
Chimère
Narcisse

10 questions
74 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , vocabulaire , mythologieCréer un quiz sur cet auteur