AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.69 /5 (sur 199 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Ugine, Savoie , le 02/07/1967
Biographie :

Fred Paronuzzi est un écrivain français.

Il a enseigné le français en Écosse, au Canada puis en Slovaquie.

Il vit aujourd'hui en Savoie où il est professeur de lettres et d'anglais en lycée professionnel.

Son premier roman, 10 ans 3/4, lui vaut de figurer parmi les auteurs sélectionnés par les lecteurs du festival du Premier roman de Chambéry en 2004.

Ajouter des informations
Bibliographie de Fred Paronuzzi   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MP 2014-12-17-837-003048BDD2D9.mp4 Payot - Marque Page - Fred Paronuzzi - Gérard le bousier.


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Verdorie   04 février 2014
Comme s'ils étaient beaux de Fred Paronuzzi
Dorothy [américaine] à des opinions bien arrêtées sur les Européens. Elle est convaincue -entre autres choses- qu'ils sont friands de cunnilingus, contrairement à pas mal de gens d'ici "qui ne veulent même pas en entendre parler." Elle affirme que c'est ça, la classe, se faire croquer le minou par un qui prend son temps. Et pas juste par bonté d'âme. Par goût, si l'on peut dire. À en croire Dorothy, c'est dû à toute cette culture qu'ils ont là-bas, les Européens, ils sont pas comme nous, ils sont raffinés.
Commenter  J’apprécie          305
Ziliz   26 novembre 2014
Zia Flora de Fred Paronuzzi
Le père rentrait du chantier, au mieux maussade, parfois plus mauvais que la gale. Il détaillait les cheveux longs [de son fils de huit ans], sa poitrine maigre, ses traits délicats. Certains soirs, un rien suffisait pour que jaillisse le mot, vieux poignard aiguisé avec soin :

« FEMMINUCCIA ! Tu veux en faire quoi de ce gamin ? Tu veux en faire quoi, au juste ? Hein ? Une femmelette, c'est ça ? »

La mère, elle, se taisait, comme si elle avait honte de l'aimer devant l'autre.

Jamais elle ne prenait sa défense.

[...] Quand il regagnait l'appartement, la mère l'attendait. Agitée et coupable. Toujours agitée et coupable, après.

« Ton père est si fatigué, Matteo, mais il t'aime tu sais... Et moi aussi je t'aime. »

C'était pas ça, aimer. Aimer, c'était pas seulement quand ça arrangeait, pas seulement quand c'était facile.
Commenter  J’apprécie          150
gouelan   10 mai 2022
De sel et de sang de Fred Paronuzzi
Les lâches ne sont-ils pas toujours les plus prompts à s'inventer des destins de héros ?



p.48
Commenter  J’apprécie          160
beamag87   29 octobre 2014
Gérard le bousier de Fred Paronuzzi
Gérard se remet en route et avance longuement dans la savane, avant d'entrer dans un bois.

"Ce serait bien le diable, si parmi ces volatiles je ne trouve pas le papa ou la maman de mon œuf... Il faut que j'attire leur attention."

Il gigote comme une marionnette et se démène si bien qu'un coucou l'aperçoit et vole jusqu'à lui.
Commenter  J’apprécie          120
Roggy   15 juin 2022
De sel et de sang de Fred Paronuzzi
Ce jour-là, j’ai compris que la vilenie était la chose la mieux partagée au monde et qu’il fallait bien peu pour que se craquelle le vernis dont on recouvre nos bas instincts.
Commenter  J’apprécie          120
Shan_Ze   02 janvier 2019
Il faut sauver la lune ! de Fred Paronuzzi
Valentin n’eut pas besoin de réfléchir. C’était une évidence. Amicale, oui, la lune. Car si des milliards de gens peuvent la voir, chacun a le sentiment qu’elle ne brille que pour lui.
Commenter  J’apprécie          110
orbe   12 mars 2013
Là où je vais de Fred Paronuzzi
- Moi...

J'ignore encore ce qui va sortir de ma bouche, mais ce premier mot est celui qui me convient. Car, pour la première fois sans doute, je m'apprête à parler de moi. De mon "vrai moi", pas de la façade que j'ai peiné à construire pendant des années. Je vais dire qui je suis vraiment et la raison pour laquelle je me sens si mal aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          100
gouelan   10 mai 2022
De sel et de sang de Fred Paronuzzi
C'est à celui qui se montrera le plus vil...

Hommes maigres, aux corps de martyrs, venus de si loin pour mourir...

... sur une langue de boue séchée, entre roseaux et saladelles.

Odeurs de sueur...

... de peur...

... d'urine.

Mais le pire de tout...

... ce sont les rires.

Des rires et des exclamations de fêtes.

Des rires emplis d'une joie simple et sauvage.

Pour la première et seule fois de leur vie, ils se sentent libres...

... libres de haïr...

... et de tuer.



p.118
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombe   10 août 2011
Un cargo pour Berlin de Fred Paronuzzi
Je n'étais plus seule,j'attendais un enfant et quelle terrible ironie de découvrir une vie en soi alors même que la votre vous échappe.
Commenter  J’apprécie          70
zazimuth   07 février 2014
Là où je vais de Fred Paronuzzi
L'avant-avant-dernière. L'antépénultième, on dit. J'aime bien ce genre de mots. Un peu rares. Un peu tarabiscotés. Sur la langue, ils ont une saveur particulière.  (p.9)
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Histoires de sorcières

Avec son chapeau pointu , ses lunettes, et son hibou Gros Yeux ,les aventures de cette sorcière provoquent moins la frayeur que les sourires .

Petronille
Mélusine
Camomille
Bergamote

15 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : sorcières , magie , personnagesCréer un quiz sur cet auteur