AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 297 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Cyr-l’École , le 30/11/1965
Biographie :

Frédéric Gros est un philosophe français, spécialiste de Michel Foucault.

En 1986, il entre à l’École normale supérieure. Il soutient une thèse de doctorat en 1999 : Théorie de la connaissance et histoire des savoirs.

Professeur de philosophie politique à l'université Paris-XII, il est actuellement professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, titulaire du cours de première année intitulé "Soumission ou révolte : le sujet politique en questions".

Il a travaillé sur l'histoire de la psychiatrie (Création et folie, PUE), la philosophie de la peine ("Et ce sera justice", Odile Jacob, 2001) et la pensée occidentale de la guerre ("États de violence", Gallimard, 2006).

Il a édité les derniers cours de Michel Foucault au Collège de France.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Extrait de "Marcher, une philosophie" de Frédéric Gros lu par Christophe Brault. Parution le 15 avril 2020. Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/marcher-une-philosophie
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (288) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosse   28 juillet 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Il fallait finir en marchant. La nécessité de terminer sur ses jambes comprend plusieurs leçons. C'est d'abord le rappel de la pauvreté christique. Humilité : celui qui marche est pauvre d'entre les pauvres. Le pauvre, pour toute richesse, a son seul corps. Le marcheur est fils de la terre. Chaque pas est un aveu de gravité, chaque pas témoigne de l'attachement et martèle la terre comme un tombeau définitif, promis. Mais c'est aussi que la marche est pénible, elle exige un effort répété. On n'approche bien un lieu sacré qu'en ayant été purifié par la souffrance et marcher exige un effort indéfiniment réitéré.



p158
Commenter  J’apprécie          382
LydiaB   21 décembre 2016
Possédées de Frédéric Gros
– Il devait être trois heures cette nuit. Je crois que le bruit de la porte me réveilla. Son grincement exactement. Même doux, même faible, son grincement. J’ai ouvert les yeux dans le noir, le croirez-vous j’entendais les pas sur le parquet. Et j’étais paralysée, inerte totalement, incapable d’atteindre ma bougie. Et le corps dans le noir je le sentais se déplacer, j’entendais respirer près de moi et peut-être aussi un faible rougeoiement je crois qui dessinait la silhouette. Sœur Claire oui, c’était un homme d’Église, en soutane, le même. Mais j’ai vu son visage, je l’ai reconnu. Et qui donc… ? Et savez-vous la suite ? Ce serait une honte de le dire, mais enfin quoi, elles ont tout entendu !



La dernière phrase est hurlée d’une voix suraiguë, faisant frémir l’assistance.
Commenter  J’apprécie          362
ninosairosse   15 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Marcher, ce n'est pas s'élever, ce n'est pas tromper la pesanteur, ce n'est pas s'illusionner, par la vitesse ou l'élévation, sur sa condition mortelle, mais plutôt l'effectuer par cette exposition à la solidité du sol, à la fragilité du corps, à ce mouvement lent d'enfoncement. Marcher, c'est exactement se résigner à être ce corps qui marche, incliné.



p 250
Commenter  J’apprécie          332
ninosairosse   18 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Je n'ai rien appris de l'existence. Ce qu'on apprend de la vie, ce sont des histoires qu'on se raconte.



p298
Commenter  J’apprécie          332
ninosairosse   16 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
la différence entre l'assurance et la confiance .

- L'assurance nous est donnée parce qu'on sait qu'on dispose du nécessaire pour faire face : faire face aux intempéries, aux sentiers multiples, à l'absence de source, à la fraîcheur des nuits. On sent alors qu'on peut compter sur son matériel, son expérience, ses capacités d'anticipation. C'est l'assurance de l'homme technique, qui maîtrise les situations. Avisé, responsable.

- Marcher, sans même le nécessaire, c'est s'abandonner aux éléments. Désormais, plus rien ne compte, plus de calculs, plus d'assurance en soi. Mais une confiance pleine, entière dans la générosité du monde. Les pierres, le ciel, la terre, les arbres : tout devient pour nous auxiliaire, don, secours inépuisable. En s'y abandonnant, on gagne une confiance inconnue, qui comble le coeur, parce qu'elle fait dépendre absolument d'un Autre et nous ôte jusqu'au souci de notre conservation. L'élémentaire, c'est ce à quoi on s'abandonne, et qui nous est donné absolument. Mais pour en éprouver la consistance, il faut prendre le risque, le risque de dépasser le nécessaire.



p255
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Erveine   06 septembre 2018
Désobéir de Frédéric Gros
La République, l'État, le Souverain n'ont rien de mystique, rien de sacré, rien de vertical. Le gouvernement est un mal nécessaire dont il faut juste espérer qu'il gouverne le moins possible.

9. La promenade de Thoreau (p.169).
Commenter  J’apprécie          310
ninosairosse   10 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
La sérénité, c'est de seulement suivre la route.[...] La sérénité, c'est la douceur immense de ne plus rien attendre : juste avancer, marcher.



P200
Commenter  J’apprécie          290
ninosairosse   05 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Les grands chemins pour les chrétiens sont d'abord ceux de Rome ou de Jérusalem. Jérusalem, dès le IIIe siècle, c'est pour les chrétiens le pèlerinage absolu en tant qu' accomplissement de la présence : fouler le sol même sur lequel il avait marché, refaire le chemin du calvaire, être pris dans le même paysage, approcher le bois de la Croix, se tenir auprès de la grotte où il parlait à ses disciples.[...]

Rome offre bientôt une destination plus sûre. Deux apôtres majeurs y reposent ( Pierre et Paul ). Rome est immédiatement sacrale : nombril et coeur de l'Eglise catholique instituée.



P159
Commenter  J’apprécie          270
ninosairosse   06 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Mais son tombeau surtout était peut-être plus facile d'accès (cols plus aisés, régions paisibles) que ceux de Pierre ou Paul [...] en tout cas certainement plus proche que Jérusalem. D'autres raisons, plus mystérieuses et fortes, expliquent le succès du pèlerinage jacquaire : c'est l'éclat même du chemin et du récit. Pour Rome et pour Jérusalem, chaque cité contient en elle une telle intensité mystique que le chemin pour y mener ne peut jamais être qu'une série longue, presqu'indifférente, de balises, de médiations. Le rayonnement du lieu brûle la singularité des étapes qui y mènent.



P161
Commenter  J’apprécie          260
ninosairosse   10 août 2016
Marcher, une philosophie de Frédéric Gros
Cette marche ne fait plus revenir doucement des souvenirs, mais elle multiplie les coïncidences. Prolifération des signes : c'est bien ça.

[...] Mais sait-on pourquoi on marche ?



P207
Commenter  J’apprécie          270
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..