AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.69/5 (sur 307 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Châteaurenard , le 28/10/1967
Biographie :

Frédéric Martel est un écrivain et journaliste français né près d'Avignon.

Il est docteur en sociologie. Il a été successivement chef du bureau du livre à l’ambassade de France en Roumanie (1990-1992), chargé de mission au département des affaires internationales du ministère de la Culture (1992-1993), conseiller de l’ancien Premier ministre Michel Rocard (1993-1994), puis rédacteur en chef de la revue intellectuelle de la CFDT (1995-1997, auprès de Nicole Notat).

Il fut ensuite conseiller technique au cabinet de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité, Martine Aubry (1997-2000), chercheur à l'EHESS et conseiller du président de l’EHESS, Jacques Revel (2000-2001), et plus récemment attaché culturel à l'ambassade de France aux États-Unis (2001-2005).

Martel a collaboré à différents journaux et revues (Le Magazine littéraire, L’Express, Dissent, The Nation, Haaretz, Esprit, etc.) ; il est également producteur/présentateur à France Culture (émission "Masse critique, le magazine des industries culturelles et des médias", tous les dimanches de 19h à 20h, en direct), et rédacteur en chef du portail des livres et des idées, nonfiction.fr, lancé en octobre 2007.

Il a été visiting scholar à l'université d'Harvard et à NYU et enseigne désormais à l'institut d'études politiques de Paris et au MBA d'HEC. Il est depuis 2009 chercheur associé à l'Institut National de l'Audiovisuel (INA).

Frédéric Martel est plus particulièrement connu pour les ouvrages Le Rose et le noir : les homosexuels en France depuis 1968 (Seuil, 1996), De la Culture en Amérique (Gallimard, 2006) et plus récemment, Mainstream, Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde (Flammarion).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Frédéric Martel   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ Au programme : Édito de Patrick - Raoult simple blâme Invité : Franz-Olivier Giesbert, journaliste et éditorialiste au magazine “Le Point” • La 5ème vague peut-elle influer sur l'élection présidentielle ? • Covid-19 : toujours de vives tensions aux Antilles • Ciotti / Pécresse : la surprise du congrès LR • Éric Ciotti, Éric Zemmour : mêmes combats ? • Franz-Olivier Giesbert raconte son De Gaulle • Éric Zemmour, professionnel de la nostalgie La Story : • É. Zemmour : meeting à haut risque pour les chaînes infos Invité : Frédéric Martel, journaliste • Démission de Mgr Aupetit, archevêque contesté • Liaison fatale au diocèse de Paris • Faut-il revenir sur le célibat des prêtres ? • L'Église de France s'enfonce dans la crise • Comment l'Église de France « digère » le rapport Sauvé Le 5/5 : • Visite controversée d'E. Macron en Arabie Saoudite • « Jihad squad » : la guerre des mots aux États-Unis • « Johnny à peu près », la collection inattendue • Téléthon : faites un don au 3937

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
la « Testimonianza » de Mgr Viganò montre au moins une chose que nous allons comprendre dans ce livre : tout le monde se tient et tout le monde semble mentir au Vatican. Ce qui fait écho aux analyses de la philosophe Hannah Arendt sur le mensonge dans Les Origines du totalitarisme ou dans son célèbre article « Vérité et politique » : elle y suggérait que « quand une communauté se lance dans le mensonge organisé », « quand tout le monde ment sur tout ce qui est important », et en permanence, quand on a « tendance à transformer le fait en opinion », à refuser les « vérités de fait », alors le résultat n’est pas tant que l’on croit les mensonges, mais que l’on détruit « la réalité du monde commun ».
Commenter  J’apprécie          30
...les temps ont changé et nous sommes passés en Europe et en Amérique, depuis les années 1980, de la criminalisation de l’homosexualité à la criminalisation de l’homophobie.
Commenter  J’apprécie          10
Pour le cardinal Barbarin, la situation aussi se retourne. Le chantre des anti-mariage gay est convoqué par la police lyonnaise et subit un interrogatoire de plus de dix heures, avant d’être cité à comparaître par la justice. Dix victimes d’abus sexuels l’accusent d’avoir couvert des faits
graves de pédophilie et des agressions sexuelles sur mineur, commises par un prêtre de son diocèse. Bientôt, plus de cent mille Français signeront une pétition pour demander sa démission. Il est reproché à Mgr Barbarin de ne pas avoir dénoncé les agissements du prêtre quand
il en fut informé et de l’avoir maintenu en fonction, au contact d’enfants, jusqu’en 2015. D’autres abus commis par des prêtres sous son autorité – portant à huit le nombre de cas – éclatent peu après. Au total, l’opinion publique découvre stupéfaite que plus de vingt-cinq
évêques ont couvert méthodiquement plus de trente-deux prêtres accusés de tels forfaits, avec trois cent trente-neuf victimes présumées (selon les révélations du site Mediapart en 2017). Un véritable « Spotlight français ».
Commenter  J’apprécie          90
« Et même si personne n’ose encore l’avouer publiquement dans l’Eglise, tout le monde sait qu’on ne pourra pas mettre fin aux abus sexuels des prêtres tant qu’on n’abolira pas le célibat, tant que l’homosexualité ne sera pas reconnue dans l’Eglise pour permettre aux prêtres de dénoncer les abus, et tant que les femmes ne seront pas ordonnées. »
Commenter  J’apprécie          90
La troisième hypothèse serait que la définition européenne de la culture, historique et patrimoniale, élitiste souvent, anti-mainstream aussi, n’est plus forcément en phase avec le temps de la mondialisation et le temps numérique. La « Culture » à l’européenne, avec un C majuscule, n’est plus nécessairement le standard international en matière de flux de contenus. Elle reste un produit de niches pour d’importants segments du marché, mais elle n’est plus une culture de masse. [...] L’Europe ne se préoccupe-t-elle pas trop de l’offre culturelle et insuffisamment de la demande, contrairement aux États-Unis ? Est-ce qu’une définition trop étroite de l’art ne freine pas la production et la diffusion des œuvres au temps de l’économie immatérielle et globale ? Est-ce qu’une hiérarchie culturelle trop rigide, trop sophistiquée, faite de distinctions et de rejet du commerce, n’est pas devenue inopérante quand les genres se mêlent partout et quand, de Mumbai à Rio, il n’y a plus une seule définition de la culture ? Est-ce qu’une séparation trop stricte entre les cultures classiques et techniques n’est pas dépassée à l’âge d’Internet ? Les industries créatives et la mondialisation des contenus se préoccupent peu de ces hiérarchies et de ces distinctions : elles ne sont ni pour ni contre l’art – elle n’ont simplement pas d’avis.
Commenter  J’apprécie          60
La densité de la campagne [publicitaire] finale, véritable blitz, est très typique du nouvel Hollywood où le succès d'un film se fait le plus souvent sur son box-office du premier week-end. Auparavant, un film avait le temps de s'installer et les campagnes pouvaient s'étendre sur plusieurs mois, dépendant des critiques de la presse et du bouche-à-oreille ; désormais toutes les dépenses sont concentrées sur la semaine de sortie, décisive, et qui déterminera, avec l'aide complémentaire de quelques études de sortie de salles, qui ne sont pas sans rappeler les sondages de sortie de bureaux de vote lors des soirées électorales, la durée de vie du film et sa date de sortie en DVD.

La machine hollywoodienne ne doit pas sa réussite à la seule richesse des studios : elle la doit largement aussi au professionnalisme et à la complexité de son système capable d'ajuster en permanence ses moyens de fonction du public qu'elle cible. L'offre s'adapte constamment à la demande et réciproquement. Le marketing est au cœur du mainstream.
Commenter  J’apprécie          60
"Cette tension entre un Sodoma du dedans et un Sodoma du dehors permet de comprendre la plupart des secrets du Saint-Siège car la rigidité de la doctrine , la double vie des personnes , les nominations atypiques, les intrigues innombrables, les affaires de moeurs s'inscrivent presque toujours dans l'un ou l'autre de ces deux codes."
Commenter  J’apprécie          70
Ils furent nombreux, pourtant, à me décrire ce « placard ». Certains s’inquiétaient de ce que j’allais révéler. D’autres m’ont dévoilé les secrets en chuchotant, puis, bientôt, à haute voix les scandales. D’autres encore se sont montrés bavards, excessivement bavards, comme s’ils avaient attendu toutes ces années pour pouvoir enfin sortir du silence.
Une quarantaine de cardinaux et des centaines D’évêques, de monsignori, de prêtres et de « nonces » (les ambassadeurs du pape) ont accepté de me rencontrer. Parmi eux, des homosexuels assumés, présents chaque jour au Vatican, m’ont fait pénétrer leur monde d’initiés.
Commenter  J’apprécie          60
Le passage au mainstream reste à la fois ce que veulent tous les artistes en quête de public, et plus encore toutes les majors en quête d'argent ; en même temps, c'est la critique récurrente que les puristes adressent à la commercialisation et, insulte suprême aux États-Unis, à l'action de « selling out » (to sell out, se vendre.)
Commenter  J’apprécie          60
J'aime beaucoup la formule du grand critique d'art américain, Harolds Rosenberg, qui aimait dire qu'un homme politique est "un intellectuel qui ne pense pas". C'est une assez bonne définition, finalement, de Nicolas Sarkozy et du sarkozysme intellectuel.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Frédéric Martel (518)Voir plus

Quiz Voir plus

Paris vrai ou faux ?

La superficie de Paris est de 105,40 km2

Vrai
Faux

12 questions
56 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}