AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.5 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villerupt (Meurthe-et-Moselle) , le 14/05/1976
Biographie :

Frédéric Vion est un journaliste français de télévision.

Frédéric Vion est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lille en 1996 puis de l'École supérieure de journalisme de Lille en 1999.

Après avoir travaillé au Quai d'Orsay (le ministère français des Affaires étrangères) puis à la rédaction de M6, il remporte en 1999 le concours annuel de France Télévision.

Il intègre en juillet 1999 la chaine de télévision France 2, dont il est de 2001 à 2006 le correspondant pour la région de Lille, le nord de la France et la Belgique. Il signe alors des reportages pour les éditions des JT de 13h et 20h. Il rejoint ensuite l'équipe de Télématin, la matinale de la chaîne durant laquelle il présente alternativement journaux télévisés, revue de presse, rubriques, reportages et interventions diverses en plateau.

Depuis septembre 2010, il présente chaque samedi la revue de presse de Télématin, ainsi qu'en semaine en tant que remplaçant de Patrice Romedenne.

En 2013, avec Gabriel Alphand, il écrit "Moments privés au quai d'Orsay", un ouvrage d'histoires vécues au ministère des affaires étrangères.

En 2015, il publie "Comment j'ai tué mon père", son premier roman, une autobiographie de son enfance auprès d'un père violent en Lorraine à l'époque de la fin de la sidérurgie.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Gastronomes de l'extrême se sont invités dans la revue de presse de Frédéric Vion dans l'émission Télématin le samedi 31 octobre 2015.
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Annette55   14 février 2018
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
"Parce qu'un père, normalement, c'est une figure d'autorité plutôt bienveillante, protectrice..

Alors quand elle se transforme en monstre d'oppression,en une force permanente qui , de haut en bas, vous appuie sur la tête, vous écrase, vous empêche de respirer, et tout ça quand vous n'avez pas dix ans, ça laisse des traces.

On se sent comme un gibier dans une forêt , jamais en repos, le sommeil léger , -------prêt à fuir-------ou bien à lutter----- puisque dans mon cas le Gibier était bien décidé à ne pas se laisser Egorger.."
Commenter  J’apprécie          271
Gudulle   29 décembre 2015
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
Depuis que j'avais cinq ou six ans j'adorais Tintin - ce défenseur de la veuve et de l'orphelin devait m'inspirer - mais je n'arrivais pas à lire ses albums autrement qu'en les apprenant par cœur. Cette frénésie était motivée par une peur épouvantable: j'avais l'impression, sans doute justifiée, que ma vie en dépendait, que je ne pourrais sortir de mon milieu et de mon enfance ratée que grâce à la réussite scolaire, qui allait me permettre de remplir au maximum mon bagage de survie. Ne pas dépendre de mon père, de ma famille, de mon milieu, ça ne pouvait passer que par là, je ne voyais pas d'autre issue, j'avais donc intérêt à ne pas me louper.
Commenter  J’apprécie          110
Gudulle   29 décembre 2015
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
En 1900, quand des ouvriers font une grève un peu dure, la troupe tirait dans le tas. Il y a parfois des dizaines de morts, femmes et enfants compris, et tous les journaux ne s'en émeuvent pas. En 1900, dans une famille française, le père a presque tout pouvoir sur sa femme, ses enfants, et sur les domestiques éventuels. On parle alors de la "puissance paternelle", et il faut du courage pour la défier.
Commenter  J’apprécie          40
Gudulle   29 décembre 2015
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
Et puis un jour, donc, enfin ! Il est mort. C'était la Toussaint, ma mère rentra un soir, le visage décomposé, et nous annonça: "Papa ne reviendra plus de l'hôpital." Je ne sais pas si elle fut choquée de notre réaction, ou même si elle l'avait envisagée. Ni mon frère ni moi ne parûmes ennuyés. Mon frère, qui avait sept ans, ne dis rien. Moi, j'en avais presque onze. Ma réaction fut: "Ah, super, alors on va avoir un chat ?"
Commenter  J’apprécie          30
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
Parce qu'un père, normalement, c'est une figure d'autorité plutôt bienveillante, protectrice. Alors quand

elle se transforme en un monstre d'oppression, en une force permanente qui, de haut en bas, vous appuie sur la tête, vous écrase, vous empêche de respirer, et tout ça quand vous n'avez pas dix ans, ça laisse des traces.
Commenter  J’apprécie          20
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
Je me souviens avoir un jour, dans la salle de bains, assister à une scène particulièrement violente de mon père à l'égard de ma mère. j'ai alors couru vers le salon, ou se trouvait un gros cendrier en marbre

qui devait peser de kilos. Je suis revenu à la salle de bains, où mon père était toujours «occupé » sur ma

mère, et je lui ai jeté le cendrier dans les genoux. Il hurla, je me suis pris une raclée, mais j'étais content.
Commenter  J’apprécie          10
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
à l'extérieur, personne pourtant n'a jamais imaginé ce qu'il se passait dedans, et mon père jouissait

dans le quartier d'une bonne réputation.
Commenter  J’apprécie          20
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
je crois pouvoir dire qu'à cause de mon père j'ai vécu les dix premières années de ma vie sous l'empire d'une sorte de Gestapo.
Commenter  J’apprécie          20
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
Un jour ma mère ira trouver le commissaire, et lui expliquera la situation : mon père nous menace, elle, mon frère et moi, avec son arme de service. Il a déjà braqué son pistolet sur la tempe de mon jeune frère, bébé, qui n'avait pas un an.
Commenter  J’apprécie          10
Patpepette   18 février 2016
Comment j'ai tué mon père de Frédéric Vion
En rentrant du travail, elle trouva mon père assis à califourchon sur une chaise au milieu du couloir de

l'entrée, avec le relevé dans une main et un rictus de triomphe mauvais.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Thérèse Raquin - Emile Zola

Comment se nomme le premier mari de Thérèse ?

Robert
Camille
Laurent

9 questions
814 lecteurs ont répondu
Thème : Thérèse Raquin de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur