AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.86/5 (sur 25 notes)

Né(e) le : 11/12/1974
Biographie :

Frédérique Leichter-Flack est maître de conférence en poste à l'université Paris ouest Nanterre depuis septembre 2004. Elle enseigne la littérature comparée au département de lettres modernes (en licence et en master), dans la licence humanités, et dans le master humanités management.
Elle enseigne également à Sciences Po Paris depuis septembre 2008 (responsable des cours-séminaires interdisciplinaires d'humanités "Le problème du mal", "justice et morale à l'épreuve de la littérature", "questions d'éthiques, questions de littérature", "faire oeuvre de témoignage").

Elle a également été consultante sur les enjeux de droits de l'homme auprès de la Direction de la Prospective du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (de 2008 à 2010).

Source : site université paris ouest nanterre
Ajouter des informations
Bibliographie de Frédérique Leichter-Flack   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La littérature face au vertige de l'indicible.


Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Prologue
Deux hommes marchent dans le désert, un seul des deux possède une gourde. Si les deux boivent, ils meurent, car il n'y a pas assez d'eau pour deux. Mais si un seul boit, il sauve sa vie : la quantité d'eau lui suffira pour atteindre un endroit habité. Qu'est-il juste de faire ? Doivent-ils partager l'eau, et perdre tous les deux la vie pour ne pas voir l'un survivre aux dépens de l'autre ?...
Commenter  J’apprécie          200
Qui doit vivre quand tout le monde ne peut pas vivre? La question est toujours un piège. Reste à savoir si on peut l'éviter.
Commenter  J’apprécie          50
Mais il ne suffit pas de se dédouaner de toute responsabilité officielle pour se rendre indifférent.
Commenter  J’apprécie          50
Refuge de la complexité du monde, la littérature est le lieu des questions ouvertes qui résistent à toutes les réponses provisoires que chaque époque, chaque société formule pour elle-même.
Commenter  J’apprécie          40
… que nous font les récits quant au mal, quand au besoin de rétribution ? Ce livre part d'une hésitation. Car d'un côté, ces textes nous aident à affronter l'enjeu, à trouver des compromis acceptables, à mettre des mots sur des plaies à vif, en prenant en charge le scandale, de sorte que nous puissions continuer à vivre même dans un monde où des innocents souffrent quand nous ne pouvons pas l'empêcher. Mais d'un autre côté, il fabrique pour nous de toutes pièces, à la manière d'une cruelle expérience morale, le problème que nous cherchons ensuite à déconstruire par eux. Quand les catastrophes s'abattent sur les gens qui le méritaient le moins… Le sentiment d'outrage face à l'injustice du sort n'est-il pas suscité par cette manière de mettre en forme l’épreuve qui nous tourmente ? Notre besoin de rétribution n'a-t-il pas été façonné par notre goût des récits ? Tous les malheurs de Job ne viennent-ils pas de ce que l'on a entrepris de raconter son histoire ?
C'est ce nœud entre le problème du mal et l'art du récit que je voulais explorer en mettant ce thème au programme de mes cours. Je ne savais pas très bien où j'allais, au début, mais j'avais une intuition forte : le poison peut aussi être l'antidote. Il n'y avait pas à craindre pour les étudiants. Non, ces lectures n'allaient pas les abîmer. Bien sûr, ils en seraient affectés, mais ce ne serait pas un mal. Cette exploration morale que nous allions faire ensemble, cette expérience émotionnelle que nous allions traverser en acceptant de sortir un moment de notre condition pour regarder avec empathie se débattre tous ces personnages dont nous avons la chance de ne pas partager le sort, c'est une ressource pour la vie. La littérature offre des expériences morales protégées. Dans un roman, dans une pièce de théâtre, tout ce qui est pensé, traversé, éprouvé, essayé, c'est autant de gagné sur l'effet de surprise par lequel le réel vous prend en traître. La chute de Coco, je ne sais pas ce que Maupassant en attendait, lui, mais je savais par expérience - au moins pour avoir géré ce défi en famille - qu'il fallait en faire quelque chose, élaborer autour, se battre avec ses propres émotions pour conserver du sens au monde. Sinon, on peut très bien devenir fou, le jour où – deuil, ruine, accident, maladie, trahison ou même chagrin d'amour - on rencontre le mal en vrai. Comme le vieux roi Lear, hurlant au démon sur la lande au milieu de la tempête déchaînée, misérable et nu, trompé et trahi par ses filles à qui il avait tout donné.
Car si cette image nous hante, elle nous protège aussi. Paradoxalement, ces textes littéraires qui nous plantent un poignard dans le cœur, qui vous obligent à regarder en face les béances d'un monde livré au mal où le malheur distribue ses coups à l'aveugle sans regarder au mérite, où l’injustice règne en maître et où il n'y a pas de réparation qui tienne, je crois qu'ils sont là aussi pour préserver notre raison. Ils nous épargnent en prenant pour nous le premier coup, celui qui vient par surprise. En assumant notre besoin de garder du sens à l'existence, malgré l'idée du malheur, malgré l'injustice, malgré le soupçon que le monde s'en moque, ils nous gardent droits dans l'adversité, solides pugnaces.
Frédérique Leichter-Flack POURQUOI LE MAL FRAPPE LES GENS BIEN ? Flammarion 2023 Page 16 17 18.
Commenter  J’apprécie          00
Mais dans la vraie vie, je suis engagé, je ne puis éviter d'avoir à choisir, à agir pour modifier le cours des choses.
Commenter  J’apprécie          30
Le courage n'est pas de ne pas craindre de mourir pour ses idées, mais de chérir la vie que l'on sacrifie au moment même où l'on y renonce pour lui conserver son sens et sa valeur.
Commenter  J’apprécie          20
Les perceptions sont un révélateur éthique.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Frédérique Leichter-Flack (52)Voir plus

Quiz Voir plus

Les patronymes et autres joyeusetés cachées dans le texte

On était assis autour d'un feu de bois de tilleul, en train de tailler une bavette avec Gastibelza l'homme à la carabine et sa mère la vieille Moghrabine d'Antequara. Cette dernière nous raconta l'histoire de l'orang outan échappé du zoo de Malaga en se reversant un verre de ce vin doux et liquoreux provenant des vignobles alentours de cette noble cité.

Campagne présidentielle de 2007
Campagne présidentielle de 1981
Campagne présidentielle de 2012
Campagne présidentielle de 2002

1 questions
75 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}