AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 82 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

Frédérique Niobey vit près de Fougères où elle a pratiqué le métier d’enseignante jusqu’en 2002.

Depuis, après une soutenance de mémoire consacré aux ateliers d’écriture « Écrire juste, juste écrire », elle écrit et anime régulièrement des ateliers d’écriture au Centre Hospitalier Psychiatrique Guillaume Régnier à Rennes et à Fougères (Atelier subventionné par la DRAC) ou avec des adolescents à Lorient ou des jeunes d’I.M.E à Dol.

Elle intervient très régulièrement dans des salons de livre Jeunesse et dans des classes auprès des lecteurs de ses textes.

Loeïza, paru en 2001 aux Éditions du Rouergue, est son premier roman.

Source : /www.etrangeslectures.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retour sur la résidence d?auteur et les actions des bibliothèques en faveur des publics éloignés de l?écrit en Pays de Morlaix dans le cadre du Pacte d?Avenir 2014 pour la Bretagne. Diffusion de quelques extraits du film À la lettre de Marianne Bressy - Hélène Fouéré, directrice de la Médiathèque Per-Jakez-Hélias de Landerneau ; - Sébastien Portier, responsable Culture Animation au Centre Hospitalier de Lanmeur ; - Frédérique Niobey, écrivain. - Christelle Kerebel, Jeanine Kervella, Dominique Pestel, articipantes aux ateliers d?écriture menés à la Médiathèque de Lesneven Table ronde du vendredi 21 novembre 2014 - à l'occasion des Rencontres "Le livre, la lecture et la littérature demain?..." organisées par Livre et lecture en Bretagne et la Bibliothèque des Champs Libres à Rennes. Plus d'infos sur http://lalecturedemain.wordpress.com

+ Lire la suite

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
orbe   02 janvier 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
Tu étais avec qui? Pas avec ce black, dis-moi, pas avec lui?



On pose moins de questions aux garçons.



Tu peux dire noir, maman. Edmond est noir, oui, profondément, d'un beau noir mat, qui fait frémir. Tu peux dire noir. N'aie pas peur de ce mot. N'aie pas peur du noir. Mais maman, tu peux dire aussi Edmond.
Commenter  J’apprécie          100
kanarmor   19 avril 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
Les tournesols sont jaunes, leurs tiges vertes, le ciel est bleu. Edmond est noir, je suis blanche, il n'y a plus que ces couleurs franches, il n'y a plus rien d'autre. Il n'y a plus de tours, il n'y a plus de boîtes aux lettres défoncées, il n'y a plus de crasse, il n'y a plus de graffitis obscènes, ni d'insultes, ni de crachats. Il n'y a plus les filles et les garçons, la ligne invisible qui les sépare et leurs trajets différents. Tout se déploie en grand, en frais, en clair. Nous marchons. Garde ma main dans la tienne.
Commenter  J’apprécie          50
PegLutine   21 octobre 2013
Loeïza de Frédérique Niobey
- Alors, tu l'as lu?

ça y est. Loeïza. Coincée avec elle sous l'abribus.

- Votre Rimbaud? Non.

- Ah!

Mouchée Loeïza. Ne sait plus quoi dire. Elle s'attendait sans doute à un commentaire de texte.

- Je pensais que ça pouvait t'intéresser. Moi, à ton âge...

- Voilà le bus.

Ouf! Juste à temps. Un peu plus et on avait droit aux souvenirs d'avant-guerre. Ils sont pénibles, les vieux, avec leur temps.
Commenter  J’apprécie          40
lesagentslitt   28 mars 2011
En cas d'absence de Frédérique Niobey
Marcher sans entendre les pas, les mots de l’écran résonnent, ricochent, ils jouent à l’intérieur, véritable partie de flipper, ils rebondissent, c’est reparti, ça va faire tilt. Qu’est-ce qu’elle dit ? Pas grand-chose. Elle a tapé mon nom, quand même, ça veut dire qu’elle m’a pas oublié, je me demandais des fois, elle n’a pas oublié mon nom.
Commenter  J’apprécie          40
kanarmor   26 juillet 2013
Trop loin la mer de Frédérique Niobey
Qu'est-ce qui remue comme ça, tout au fond ? Qu'est-ce qui se soulève, qu'elle sent venir ? Quelque chose comme une vague enfoncée loin. Retenue depuis longtemps. Qui s'ouvre un passage. Qui remonte. Comme une marée, une grande marée, un raz-de-marée. Et ça sort par les yeux. Ca coule. Ca y est. Ca coule et ça soulage.
Commenter  J’apprécie          40
PegLutine   21 octobre 2013
Loeïza de Frédérique Niobey
- Ecoute, écoute ça!

Nadia pose un CD dans le lecteur.

- Céline Dion, merci, j'ai déjà donné.

- Non, non, écoute. ça s'appelle Mano Solo.

La musique vient.

"Et je taille ma route, plus rien ne me dégoûte

Poussé par mon instinct, je trace ma vie."

- Alors?

- Y'a du progrès!

- Arrête, c'est génial!

- Il a plus de chance que moi avec mon Bach.

- Qui?

- Ton amoureux. C'est lui qui t'a fait découvrir ça, non?

- Comment tu le sais?

- A te regarder quand tu écoutes.
Commenter  J’apprécie          20
matata59   05 septembre 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
C'est drôle, tu ne trouves pas? Quoi? Qu'on soit frère et soeur, on ne se ressemble pas vraiment. Et là tu dis ta super phrase. Tu dis, si, on se ressemble, on est tous les deux des colis en poste restante avec marqué dessus "Attention fragile" et personne autour de nous ne sait lire l'adresse ni l'étiquette.
Commenter  J’apprécie          20
bouma   13 janvier 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
On entend partout qu’il faut faire quelque chose pour la jeunesse. C’est nous la jeunesse. Ils n’ont qu’à commencer par nous écouter. Justement. Quoi ? Je ne crois pas qu’ils ont envie de nous entendre. Sois jeune et tais-toi ! C’est tout ce qu’ils nous demandent.
Commenter  J’apprécie          20
kanarmor   19 avril 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
Je travaille tout un été pour me payer ma guitare, et ce soir, tu vois, je joue là, dans ton stade, je piétine ta pelouse et je t'emmerde, mon père.

Je sors enfin tous ces sons qui n'ont pas droit de cité, à la maison tu imposes, arrête un peu ta musique. Tu vas même plus loin.



Un soir à table, les choses familiales se passent toujours à table, tu souris étrangement, on mange et dans ma tête tourne cette question, mais c'est quoi ce sourire ?

Au dessert tu dis, je vais vous lire un truc.

Un signal se déclenche, ça clignote rouge en urgence, ta main va chercher sous tes fesses et ça explose dans ma tête. J'ai un cahier, un peu journal intime, j'y écris des chansons, pas des grands textes mais mes textes, et tu tiens mon cahier dans ton mauvais sourire.

T'as pas le droit, t'as pas le droit.

Benjie a des talents cachés, écoutez.

Non, t'as pas le droit, t'as pas le droit.

Tu commences à lire et tout s'arrête. Je n'entends rien, j'entends tout. C'est insupportable. Mes mots à moi, dans ta bouche. Tu les prends, tu les mâches, tu les écrases entre tes dents, tu baves dessus, tu les recraches tout sales et tout piteux. Je les reçois dans la gueule, boomerang en pleine tronche, coup de poing, KO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bouma   13 janvier 2014
Sur le toit de Frédérique Niobey
Tu vas nous jouer quelque chose, Benjie ? Je sais pas. Il fait sonner les cordes une à une, accorde la guitare. Il plaque un accord, puis un autre. Il écoute.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox