AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 234 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Hiroshima , le 28/09/1968
Biographie :

En 1995, Fumiyo Kouno (こうの史代) débute sa carrière avec "Machikado Hanadayori".
Son œuvre majeure est "Pippirachô" (deux tomes).

Sa famille n'étant pas une famille de hikabusha (victimes du bombardement de Hiroshima), elle ne s'est jamais sentie concernée par le drame vécu jusqu'à son installation à Tokyo.

Elle s'est alors rendue compte que peu de Japonais connaissaient le vécu des hikabusha, marqués dans leur chair et leur esprit et généralement ostracisés par leurs compatriotes non touchés par la bombe et ses conséquences. Pour qu'ils sachent, elle a dessiné Le pays des cerisiers, Grand Prix au Japan Media Arts Festival (2004), et New Life Award au Osamu Tezuka Cultural Prizes (2005).

Une phrase qu'elle aime, signée André Gide : "Je ne me suis jamais sentie grand goût pour portraiturer les triomphants et les glorieux de ce monde, mais bien ceux dont la plus vraie gloire est cachée."
+ Voir plus
Source : notesdelecture.canalblog.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
TREMAOUEZAN   30 juillet 2017
Dans un recoin de ce monde, tome 2 de Fumyio Kouno
Ma main droite a compris hier tout ce qu'elle avait perdu.

Ma main droite qui a tenu la main de Harumi en juin.

Ma main droite qui a dessiné le visage assoupi de Shûsaku en mai.

Ma main droite qui a serré le rouge à lèvres de Teru en avril.

Ma main droite qui a recopié les manuels scolaires de Hisao en mars.

Ma main droite qui a ramassé le "cerveau" de mon frère en février.

Ma main droite qui a tenu les cartes à jouer en janvier.

Ma main droite qui a serré la main de Mizuhara en décembre de l'année dernière.

Ma main droite qui s'est trompée en cousant un kimono pour Keiko en novembre de l'année dernière.

Ma main droite qui a ouvert le tiroir en tremblant en octobre de l'année dernière.

Ma main droite qui a donné de petites tapes à Shûsaku en septembre de l'année dernière.

Ma main droite qui a dessiné une pastèque pour Rin en août de l'année dernière.

Ma main droite qui a fait la connaissance du "Tone", du "Hyûga", et d'un agent de la police militaire en juillet de l'année dernière.

Ma main droite qui a porté des graines de komatsuna en juin de l'année dernière.

Ma main droite qui a laissé tomber ses baguettes d'étonnement à cause de Kusunoki Masashige en mai de l'année dernière.

Ma main droite qui a saisi les graines à aigrette des pissenlits en avril de l'année dernière.

Ma main droite qui a immortalisé ma ville natale en mars de l'année dernière.

Ma main droite qui a touché Shûsaku pour la première fois en février de l'année dernière.

Ma main droite qui adorait cueillir des algues nori à la fin de l'année, il y a deux ans.

Ma main droite qui a dessiné plein de lapins en février, il y a sept ans.

Ma main droite qui a dessiné maman dans le sable pour Sumi-Chan en août, il y a dix ans.



(Une habitante de la base navale de Kure,

après avoir perdu la main droite

au cours d'un des nombreux bombardements

de juin 1945)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
TREMAOUEZAN   22 juillet 2017
Dans un recoin de ce monde, tome 1 de Fumyio Kouno
- Je suis gênée parce que mon mari n'aide pas les autres à creuser l'abri antiaérien. Que dois-je faire ?

- Commencez par lui donner des coups de balai. Si cela ne marche pas, faites courir la rumeur qu'il saute au cou du premier venu dès qu'il aperçoit un ver de terre.



(Dialogue entre "une fabricante d'objets de culte bouddhiques, 41 ans" et un prêtre du temple de Kure)



Chapitre 20 - novembre 1944
Commenter  J’apprécie          140
Sphilaptere   07 mars 2019
Pour Sanpei, Tome 1 de Fumyio Kouno
La recette du nikujaga (viande et pommes de terre, 肉じゃが)



(1) Prendre quatre pommes de terre, les éplucher et les couper en quatre ou six morceaux. Les laver rapidement à l'eau froide.

(2) Prendre un oignon, l'éplucher, le couper en deux, puis en petits morceaux de six à sept millimètres.

(3) Verser un verre d'eau dans une marmite

[ - Qu'est-ce que tu fais, papa ?

- T'occupe et va attendre avec les autres ! ]

ajouter deux cuillères à coupe de sucre, trois cuillères à soupe de sauce soja, faire bouillir.

(4) Lorsque la sauce arrive à ébullition, ajouter l'oignon et la viande (environ 200 grammes de boeuf ou de porc coupé fin...)

Lorsque la viande change de couleur, rajouter les pommes de terre.

(5) Mettre le couvercle sur la marmite et laisser cuire à feu doux.

Lorsque les pommes de terre sont tendres, c'est prêt.

(6) Si possible, laisser reposer 30 minutes de plus, c'est encore meilleur.



Goûtons voir... Ah... C'EST BON ! C'EST TRES BON !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1121
Ludivine   13 juin 2011
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
Personne n'en parle.

On ne sait toujours pas pourquoi c'est arrivé.

Tout ce qu'on sait, c'est que quelqu'un s'est dit que notre mort importait peu.

Malgré cela, on a survecu
Commenter  J’apprécie          100
Osmanthe   27 janvier 2020
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
10 ans ont passé depuis.

A chaque fois que je pense que je suis heureuse...A chaque fois que je pense que quelque chose est beau...je suis ramenée au jour où tout a disparu.

Je me souviens de toute cette ville que j'aimais tant, de tous ces gens. Et j'entends cette voix qui me dit : "le monde où tu vis n'est pas ici."
Commenter  J’apprécie          80
popsybulle   22 mars 2017
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
10 ans ont passé mais ceux qui ont lancé la bombe atomique pensent-ils encore en me voyant : " Hourra! On en a encore tué une!"?
Commenter  J’apprécie          80
popsybulle   22 mars 2017
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
Personne n'en parle. On ne sait toujours pas pourquoi c'est arrivé. Tout ce qu'on sait, c'est que quelqu'un s'est dit que notre mort importait peu. Malgré cela, on a survécu.

Mais le plus effrayant, c'est que depuis, nous soyons devenus des êtres qui acceptent que d'autres aient pensé ainsi, et qui s'y résignent.
Commenter  J’apprécie          60
benleb   13 juin 2013
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
A tous ceux qui aiment le monde, dans lequel se trouve le Japon, dans lequel se trouve Hiroshima.

Commenter  J’apprécie          70
Osmanthe   29 janvier 2020
Le pays des cerisiers de Fumyio Kouno
- Eh bien...tu rentres tard, ces derniers temps. Plus tard que les étudiants de l'université !

- Oui. Aujourd'hui on m'a fait rester à l'école pour la leçon d'éducation civique...Hier c'était pour le calcul.

- Oh ! Tu as une de ces bosses, dis donc !

- J'ai reçu tellement de coups de bâton en bambou que j'ai grandi !

- Quand j'étais petite, j'ai été infectée par le poison de la lumière...et du coup, il me manque des "choses".

- Qui t'a dit ça ?

- Tout le monde le dit.

- Ton professeur aussi ?

- Oui.

- Ce n'est pas normal d'accuser systématiquement la bombe atomique...
Commenter  J’apprécie          40
Natty56   06 septembre 2012
Pour Sanpei, Tome 1 de Fumyio Kouno
C'est misérable... On travaille pour manger et on mange pour travailler, on range les affaires pour en sortir d'autres, on sort des affaires pour les ranger ensuite... Notre vie n'a aucun sens...
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

classiques jeunesse et dessins animés de notre enfance

Quel est le titre en "anime" du roman de Frances Burnett "la petite princesse

Candy
Gwendoline
Princesse Sarah
Lady Oscar

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , dessins animés , mangaCréer un quiz sur cet auteur