AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1906
Mort(e) : 1977
Biographie :

Gabriel Ardant fut economiste et haut fonctionnaire. - Spécialiste de l'histoire financière

Inspecteur général des Finances, ancien commissaire général à la Productivité, docteur ès lettres, Gabriel Ardant a toujours considéré que l'expérience professionnelle devait éclairer la science et l'histoire, et réciproquement. Tous ses ouvrages tels " Technique de l'Etat ", " Le Monde en friche " s'insèrent dans cette ligne. Il est l'auteur d'une Histoire de l'impôt en deux volumes.

Source : Catalogue de la BNF
Ajouter des informations
Bibliographie de Gabriel Ardant   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Luniver   09 décembre 2013
Histoire de l'impôt, Livre I : de l'Antiquité au XVIIe siècle de Gabriel Ardant
Faire payer en fonction du tonnage des navires ou du nombre des animaux de bât, prélever une part des marchandises de grande valeur, sur les lieux de débarquement ou aux points de passage obligé, ce fut dès les temps les plus reculés le moyen le plus simple de lever l'impôt. Comme les brigands, le fisc se place volontiers aux carrefours des grands chemins, sur les ponts, sur les cols, dans les défilés.
Commenter  J’apprécie          150
Luniver   18 décembre 2013
Histoire de l'impôt, Livre I : de l'Antiquité au XVIIe siècle de Gabriel Ardant
Derrière tel ou tel souverain qui occupe la scène de l'histoire se profilent tel banquier, tel groupe financier : Jacques Cœur permet à Charles VII de constituer une armée et un système fiscal permanents ; la banque italienne et lyonnaise finance les campagnes d'Italie des rois de France ; les Fugger soutiennent Charles Quint et lui permettent, grâce à une technique financière perfectionnée, d'enlever le trône impérial ; Thomas Gresham aide Elisabeth d'Angleterre, Philippe II fait vivre ses États dispersés grâce à la banque génoise.
Commenter  J’apprécie          140
Luniver   20 décembre 2013
Histoire de l'impôt, Livre I : de l'Antiquité au XVIIe siècle de Gabriel Ardant
De la liste des ministres des finances, surintendants ou contrôleurs généraux de la France, il n'est pas difficile d'extraire un long martyrologe. Les uns sont morts sur l'échafaud, Enguerrand de Marigny et Semblançay, pour ne pas parler des Templiers qui payèrent d'affreuses tortures leur habileté dans le maniement des fonds publics ou privés. Plus heureux Jacques Cœur et plus tard John Law purent partir en exil. Fouquet n'évita l'exécution capitale qu'au prix d'une prison perpétuelle. Ceux qui échappèrent aux damnations furent la cible des pamphlétaires. Les mazarinades rempliraient une bibliothèque et il conviendrait d'y joindre bien des ouvrages de polémique.
Commenter  J’apprécie          70
Luniver   19 décembre 2013
Histoire de l'impôt, Livre I : de l'Antiquité au XVIIe siècle de Gabriel Ardant
La supériorité économique de la technique fiscale sur le pillage, la réquisition organisée ou la corvée non réglementée, ne prend toute sa force que si les conditions d'établissement de l'impôt sous soustraites à l'arbitraire. Lorsque le pouvoir ou ses agents peuvent décider, à leur guise, sans règle fixe et, par suite, sans recours possible, la somme qui sera levée sur tel ou tel contribuable, celui-ci se sent inévitablement dans la situation du paysan soumis aux razzias du nomade, au vol du brigand, au pillage de l'ennemi.
Commenter  J’apprécie          60
Luniver   19 août 2018
Histoire de l'impôt, tome 2. Du 18e au 19e siècle de Gabriel Ardant
[L]es recettes tirées de l'alcool étaient telles que les chanceliers de l’Échiquier ne pouvait manquer de s'en féliciter.

Goschen, en 1891, ne dissimulait guère sa satisfaction : « L'augmentation de la consommation des boissons alcooliques est, à certains égards, regrettable : elle montre toutefois que les ressources des classes laborieuses se sont encore développées l'année dernière. »

En 1905, Austen Chamberlain déplorait l'extension des réunions sportives, des jeux de plein air, des représentations théâtrales, des excursions qui diminuaient la clientèle des débits de boissons. « Un tel changement est de nature à satisfaire presque tous les membres de la Chambre des communes à l'exception du chancelier de l’Échiquier, mais il laisse dans notre système financier un trou qu'il faut boucher par d'autres moyens. »

Heureusement pour les responsables des finances, les Anglais continuèrent à boire du thé, de la bière et de l'alcool...
Commenter  J’apprécie          50
Luniver   23 août 2018
Histoire de l'impôt, tome 2. Du 18e au 19e siècle de Gabriel Ardant
Ceux qui, à l'heure actuelle, dénoncent avec le plus d'âpreté les taux auxquels parviennent les prélèvements fiscaux, ont tendance à oublier que les bouleversements violents connus par d'autres pays n'auraient pu être écartés sans l'utilisation de ces impôts progressifs sur le revenu et la fortune apparus à la fin du XIXe siècle. Ils oublient que les tarifs fortement accentués qu'ils subissent sont la contrepartie de la tranquillité relative dont ils bénéficient.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La gloire de mon père

Ou est né Marcel?

Aubagne
Marseille
St Loup

15 questions
708 lecteurs ont répondu
Thème : La gloire de mon père souvenirs d'enfance i de Marcel PagnolCréer un quiz sur cet auteur