AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.9 /5 (sur 10 notes)

Né(e) : 1986
Biographie :

"Chair-Ville", éditions Atelier de l'agneau, 2019
"humain juste humain", éditions Atelier de l'agneau, 2020

https://www.instagram.com/gb_hry/
https://www.facebook.com/gabrielhenryauteur
http://gabrielhenry-poesie.tumblr.com.

Ajouter des informations
Bibliographie de Gabriel Henry   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
AnnaDespues   31 octobre 2020
Chair-Ville de Gabriel Henry
Jim Hawkins



Quoiqu’il arrive

je reste Jim Hawkins

et il n’y a rien qu’ils puissent y faire, khoya



D’un cheveu j’ai précédé la Comète de Halley

les hommes qui la regardent sur les tapisseries de Bayeux

m'attristent et me rassurent



Jim Hawkins

microclimat chérit sans effort

inlassablement je m’efforce de me replacer

sur sa carte

sa carte aux bords brûlés

Jim furtif Jim qui va t’étrangler toi et ta frontière

chaque jour davantage il s’en remet aux plantes

à tous leurs passagers qui n’ont inventé

ni monnaies ni règles

depuis 1994, un jeune homme noir du Queens

lui dit qu’il ne dort jamais

car le sommeil est le cousin de la mort

alors il se méfie des territoires de la nuit

sait que les couleurs primaires s’effritent et

tendent à s’éteindre sur le cours du temps

que la vie s’évade comme le sang tiède de la bête sacrifiée

il écoute le bruit de sa respiration

tout va bien, il perçoit encore

le bruit de fusillade des ailes d’oiseaux

qui se lèvent dans le brouillon vert gras, extraordinaire,

de l’Ile qu’il n’a jamais respirée

il cherche le regard du chien, pas du maître

et se régale à la loupe de la danse des abeilles

tout va bien,

aucun drapeau n’est planté sur le dos

de Jim Hawkins
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DominiqueSanjacq   07 avril 2019
Chair-Ville de Gabriel Henry
"(...) puis j'ai mangé un poisson fumé

noir de sel et d'attente

en songeant combien son cœur était plus pur que le mien"
Commenter  J’apprécie          40
AnnaDespues   31 octobre 2020
Chair-Ville de Gabriel Henry
Minuscule



Sur la chair blanche luisante de la poire

ses gencives laissent de petits nuages de sang

elle, elle n’en finit plus de caresser des yeux

les fleurs délicates que sa peau retient depuis peu

miettes noires sur la table, le papier d'Arménie

avait été avare, décevant, comme toujours

impuissant à empêcher le monde de se réduire

au ressac imprécis de la route nationale

personne ne lui pose la question mais il répond

qu'il passera les trois prochaines années

à regarder le soleil à travers les feuilles d'un philodendron monstera
Commenter  J’apprécie          20
DominiqueSanjacq   07 avril 2019
Chair-Ville de Gabriel Henry
"(...) Mon livre d'Histoire

n'est pas le grainetier qu'il devrait

des portes s'y ferment sans bruit

sur les meubles assourdis d'une vieille maison de chair"
Commenter  J’apprécie          30
DominiqueSanjacq   01 avril 2021
Humain juste humain de Gabriel Henry
Des amis



Nuages impatients

velours côtelé des troncs

mousse sépia de l’espresso

il cherche des visages

partout

la main d’œuvre infinie du hasard

ne suffit plus

il y a le dos des étoiles

leurs périphéries noirâtres

il y a ces deux-là qui

pour une place de parking

vont se battre dans trois, deux, un

des années lumières d’aller-retour

en train de banlieue

capuché dans des romans russes

et des poèmes sucramers d’Asie mineure

il cherche des amis

on cherche tous des amis

soleil dans la che-po

partir marcher

les narguilés du boulevard s’accrochent

à son contour synthétique made in loin d’ici

sept milliards d’individus

devant les grands magasins

ils sont peut-être là

des amis

des complices

des saboteurs d’algorithmes

ventricule gauche

ventricule droit

en warning rouge très pur

ils font des puits dans la foule

la profondeur d’une forêt du rêve
Commenter  J’apprécie          10
DominiqueSanjacq   01 avril 2021
Humain juste humain de Gabriel Henry
Killer on the road



La scène est au ralenti

parce que le vent n'imprime pas de vitesse à ce

sac plastique

il progresse, sans suivre exactement le mouvement de l'air

blanc qui tache comme une cicatrice d’enfance

translucide quand percé de soleil

il volète il rebondit

limpide léger

immortel

c'est le tueur sur la route

tu peux déposer n'importe quel paysage

n'importe quel fond d'écran

derrière lui

sa danse est pure et pleine d’épines

sa bande-originale te colle aux doigts

un parmi des millions

lâchés dans la nature

incontrôlables

son frère est sous écailles

quelque part en mer

le monde est à eux

le monde est à lui

pour un travelling sans fin

il gonfle il bouillonne il plane

c'est un écho meurtrier dans l'air

il est prêt à être témoin

du crépuscule des arbres

il ne va jamais

s'arrêter
Commenter  J’apprécie          10
DominiqueSanjacq   02 avril 2021
Chair-Ville de Gabriel Henry
Étranger



Oui bien sûr il y a des usines

aux fumées persistantes

répondis-je aux insectes venus nombreux m'interroger

et des bruits

plus épais que la boue

j'ai recouvré la vue, peu à peu

en marchant jusqu'ici

toutefois ne vous méprenez pas

je peux brûler mes vêtements

je peux couper ma langue

mais ne suis pas des vôtres

et vous défier de moi n'est que sagesse de la survie

le moindre mouvement des blés

m'est une douleur

autant qu'une mélodie

les eaux du lac, ses limites

m'échappent

allongé dans les herbes

disparaissant lentement

sous les fleurs blêmes

de la terre monte une essence grisante

les oiseaux se sont tus

je vous reste étranger
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Récit Intégral

Quel est le prénom du personnage principale?

Martin
Léa
Marie
Xavier

15 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée de Jo WitekCréer un quiz sur cet auteur