AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Biographie :

Gabriel Monod, né à Ingouville (Seine-Inférieure) le 7 mars 1844 et mort à Versailles (Seine-et-Oise) le 10 avril 1912, est un historien français.
Fils d'un négociant aisé, Gabriel Monod est aussi le descendant d'une longue lignée de pasteurs et compte 14 ministres du culte parmi ses cousins germains. Par ses origines, le jeune Havrais bénéficie d'une ouverture précoce sur le monde universitaire et intellectuel et connaît ainsi Ferdinand Buisson et Anatole Leroy-Beaulieu. En 1865, il est reçu premier à l'agrégation d'histoire devant Ernest Lavisse, et devient chargé de cours d'histoire au lycée de Laval.

Son mariage, en 1872, avec Olga Herzen, fille du révolutionnaire russe Alexandre Herzen, accentue encore sa familiarité avec l'intelligentsia européenne : Nietzsche, ami de la mère adoptive d'Olga, Malwida von Meysenbug, lui fait cadeau à cette occasion d'une composition musicale intitulée "Monodie à deux".

En 1876, Monod fonde avec Gustave Fagniez la Revue historique. Cette publication, qui marque la naissance d'une nouvelle école historiographique, est patronnée par des « anciens » tels que Duruy, Taine, Fustel de Coulanges, Renan, sans oublier Jules Michelet, ainsi que par quelques jeunes historiens à l'avenir prometteur, dont Lavisse et Rambaud. La Revue historique est d'abord un organe de combat contre la Revue des questions historiques, animée par des aristocrates ultramontains et légitimistes. Elle défend aussi une certaine idée de la profession historienne, tels que le travail sur archives et la référence aux sources, et pose les premières bases de l'histoire méthodique telles qu'elles sont théorisées dans l'Introduction aux études historiques de Langlois et Seignobos, publiée en 1897.

Affichant une certaine neutralité sur le plan politique, la Revue historique reste cependant proche du milieu protestant et franc-maçon si on en juge par l'origine de la plupart de ses collaborateurs. Fagniez, un des rares catholiques, la quitte en 1881 après la publication d'un article contre l'Église. Elle défend surtout, pour cette raison, la République opportuniste, celle de Ferry ou de Gambetta. Prototype de « l'intellectuel de gauche », Monod établit que le document qui accuse Alfred Dreyfus est un faux et devient un dreyfusard décidé.

Président de la IV° section de l'École pratique des hautes études, professeur à l'École normale supérieure en 1880 pour suppléer Lavisse, puis à la faculté des lettres de Paris en 1904, il est élu membre de l'Académi
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Gabriel Monod   (3)Voir plus

étiquettes


Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Gabriel Monod (1)Voir plus


Quiz Voir plus

Naruto Shippuden

Comment s’appelle le meilleur ami de naruto ?

Madara
Naruto
Sasuke
Kakashi

11 questions
585 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur