AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 75 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Pescara , le 12/03/1863
Mort(e) à : Gardone Riviera , le 01/03/1938
Biographie :

Gabriele D'Annunzio ou d'Annunzio, prince de Montenevoso, est un écrivain italien.

À l'âge de seize ans, il publie son premier recueil poétique, intitulé "Primo Vere" (1879). En 1881, il entre à l'université La Sapienza, à Rome, où il fréquente différents cercles littéraires, dont celui de la revue Cronaca Bizantina, et écrit des articles de critique littéraire pour la presse locale.

Il publie "Canto Nuovo" (1882), "Terra Vergine" (1882), "L'Intermezzo di Rime" (1883), "Il Libro delle Vergini" ( 1884) et la plupart des nouvelles, ensuite recueillies sous le titre "San Pantaleone" (1886).

La critique littéraire voit très vite en lui un enfant prodige. Son premier roman, "Il Piacere" (Le Plaisir traduit en français sous le titre de L'enfant de volupté), paru en 1889, est suivi en 1891 par "L'Innocente" (traduit en français sous le titre L'Intrus, puis L'Innocent) et "Giovanni Episcopo" en 1892.

Ces trois romans font une forte impression sur le public. Il épouse en 1883 Maria Hardouin di Gallese (1864-1954), mais ils divorcent en 1891. En 1894, D'Annunzio commence une liaison tumultueuse avec l'actrice Eleonora Duse, qu'il fait jouer dans ses pièces, notamment "La Città morta" (La Ville morte, 1898) et "Francesca da Rimini" (1901) ; ils rompent en 1910.

La Première Guerre mondiale renforce ses idées nationalistes et irrédentistes, et il fait ouvertement campagne pour que l'Italie devienne une puissance européenne de premier plan. Il est créé "prince de Montenevoso" en 1924, et nommé président de l'Académie royale italienne en 1937.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Gabriele d’ANNUNZIO – Une Vie, une Œuvre : le poète aux ailes de feu (France Culture, 2006)

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
stcyr04   13 octobre 2013
L'enfant de volupté de Gabriele D'Annunzio
La conva­les­cence est une puri­fi­ca­tion et une renais­sance. Le sen­ti­ment de la vie n’est jamais aussi suave qu’après l’angoisse de la mala­die ; Et jamais l’âme humaine n’est plus encline à la bonté et à la confiance qu’après avoir sondé les abîmes de la mort. En gué­ris­sant, l’homme com­prend que la pen­sée, le désir, la volonté, la conscience de la vie ne sont pas la vie. Il y a en lui quelque chose de plus vigilant que la pensée, de plus durable que le désir, que plus puissant que la volonté et aussi de plus profond que la science : et c’est la substance, la nature de son être. Il comprend que sa vie réelle et, pour ainsi dire, celle qui n’a pas été vécue par lui; qu’elle est l’ensemble des sensations involontaires, spontanées, inconscientes, instinctives; qu’elle est l’activité harmonieuse et mystérieuse de la végétation animale; le développement imperceptible de toutes les métamorphoses et de tous les renouvellements. C’est cette vie-là justement qui accomplit en lui les miracles de la convalescence : elle referme les plaies, répare les pertes, rattrape les mailles détruites, raccommode les tissus déchirés, répare les structures des organes, renouvelle dans les veines la richesse du sang, renoue sur les yeux le bandeau de l’amour, tresse de nouveaux autour de la tête la couronne des songes, rallume dans le coeur la flamme de l’espérance, redonne des ailes aux chimères de l’imagination.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
moravia   17 juillet 2013
La Léda sans cygne : Récit de la lande de Gabriele D'Annunzio
Par dégoût me détournant, je vis derrière une palissade un enfant qui riait de ses minuscules yeux porcins, enfoncés dans une face énorme et luisante, prête à éclater comme si, par un trou fait dans sa nuque, quelqu'un n'eut cessé de le bourrer de saindoux et de viande pilée.

La charogne grouillante d'un chien bâtard sur un tas d'ordures n'est-elle pas un spectacle presque récréatif en comparaison de certaines révélations de la laideur humaine habillée de vêtements ?
Commenter  J’apprécie          102
moravia   19 juillet 2013
La Léda sans cygne : Récit de la lande de Gabriele D'Annunzio
Elle portait une jaquette de chinchilla plus léger que le duvet d'un cygne cendré, sur une jupe étroite de drap gris qui l'entravait sans chasteté. Sous un chapeau de crin relevé d'un côté, orné de deux plumes de héron de Numidie semblables à deux couteaux, une soie brillante et souple, de couleur châtain doré, était disposée par masses que ne retenait ni un peigne ni une épingle apparente, mais leur propre densité vivace.
Commenter  J’apprécie          100
gill   20 août 2012
La torche sous le boisseau de Gabriele D'Annunzio
Dans les Abruzzes, sur le territoire d'Anversa, près des gorges du Sagittaire, la veille de la pentecôte, au temps du roi Bourbon Ferdinand 1er (environ 1820).

Une salle très vaste dans l'antique maison des Sangro, construite sur le dos inégal de la montagne.

Sur la robustesse de la primitive ossature normande, tous les âges ont superposé leurs témoignages de pierre et de brique, depuis le règne des Angevins jusqu'au règne des Bourbons.

Autour, court une galerie, riche en sculptures, au-dessus d'arcades profondes dont quelques-unes sont encore ouvertes ; d'autres sont bouchées, d'autres sont soutenues par des étais.

Des trois qui sont en face, celle du milieu enfonce sa voûte vers le jardin qui resplendit, au delà d'une grille de fer, avec ses cyprès, ses statues, ses viviers.....

(extrait du lever de rideau de l'acte premier de l'édition parue dans "La petite illustration" en décembre 1927)

Commenter  J’apprécie          90
moravia   18 juillet 2013
La Léda sans cygne : Récit de la lande de Gabriele D'Annunzio
Un petit pot de terre cuite, suspendu à un tronc gemmé, avait, à la première poussée de sève, reçu d'un coup tant de résine, qu'elle débordait en longs filaments pareils à des sucreries, si bien que le désir me venait de les donner à mastiquer pour empâter la langue fastidieuse et coller au fond du palais ces paroles importunes.
Commenter  J’apprécie          100
mireille.lefustec   09 mai 2012
Triomphe de La Mort de Gabriele D'Annunzio
O Morte nella vita,i giorni che non sono più !

Oh! Mort dans la vie,les jours qui ne sont plus !
Commenter  J’apprécie          90
Gabriele D'Annunzio
ericlesapiens   11 août 2018
Gabriele D'Annunzio
Soir de Fiesole



Que fraîches te soient mes paroles dans le soir

Comme le bruissement des feuilles

Du mûrier dans la main qui les cueille

En silence et s'attarde à l’œuvre lente

Sur la haute échelle qui s'assombrit

Contre le tronc qui s'argente

Avec ses branches dépouillées

Pendant que la lune s'approche des seuils

D'azur et semble devant elle étendre un voile

Où déjà l'on dirait que la campagne se sent

Submergée par elle dans la gelée nocturne

Et bois en elle la paix tant désirée,

Sans la voir.

(...)
Commenter  J’apprécie          70
Rebka   05 octobre 2016
L'enfant de volupté de Gabriele D'Annunzio
Parfois il éprouvait comme un anéantissement, et il frissonnait devant les grands abîmes vides de son être : de tout l'incendie de sa jeunesse il ne lui restait qu'une poignée de cendres.
Commenter  J’apprécie          80
moravia   21 juillet 2013
La Léda sans cygne : Récit de la lande de Gabriele D'Annunzio
C'était, à n'en point douter, le berger immortel de la Lande, sur ses échasses, là, dans l'ombre, appuyé contre un pin écailleux, avec, à ses pieds, son chien sauvage aux yeux palpitants comme les feux des lucioles. Était-il vêtu de feuilles ? Avait-il, pour barbe, un essaim suspendu au menton ? Du labeur assidu de ses doigts, sortait-il des grappes de corymbes ?
Commenter  J’apprécie          70
mireille.lefustec   09 mai 2012
Triomphe de La Mort de Gabriele D'Annunzio
Il a voulu mourir pour ne pas avoir su rendre sa vie conforme à son rêve.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un mot, un film

Coton

Autant en emporte le vent
Les Hauts de Hurlevent

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..