AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.79 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Né en 1975, Gaël Brunet vit en Bretagne. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées dans la revue Décapage.
Tous les trois est son premier roman publié.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Tous les trois de Gaël Brunet .
Un soir de juin, un accident, une famille brisée, un père reste seul avec ses deux enfants.Tous les trois, le 1er roman de Gaël Brunet. Comment renaître après la douleur, comment apprivoiser l?absence, comment croire encore à la vie.Une écriture simple, touchante, toute en pudeur et en émotion, sur le thème du deuil et de la paternité. Tous les trois par Gaël Brunet, aux éditions du Rouergue, un livre coup de c?ur.Gaël Brunet est sur WTC.
+ Lire la suite

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Juin   08 avril 2014
La battue de Gaël Brunet
A cette époque, la compétition entre nous deux n'existait pas. J'étais encore indemme de cela et vierge de tout sentiment d'injustice. Je n'étais pas encore celui que j'allais devenir quelques années plus tard, cet enfant second, celui dans l'ombre, cet enfant invisible.
Commenter  J’apprécie          100
mamansand72   06 juillet 2015
Tous les trois de Gaël Brunet
Dans le parc, le soleil donne partout. Il y a du monde sur les pelouses, et les quelques endroits à l’ombre sont prisés. Nous nous trouvons un petit coin pour nous allonger tous trois. En étoile.

Une drôle de forme à trois branches. Notre étoile. Nous restons un bon moment ainsi installés tous trois. En étoile.

Une drôle de forme à trois branches. Notre étoile.

Nous restons un bon moment ainsi installés. Les mains derrière la tête et le regard accroché au ciel. Louise et Jean jouent à deviner ce que représentent les quelques nuages blancs, bouts de coton évanescents dans l’azur.

Un train, un cheval, un ballon, une grue, un vase, Mme Viviane même d’après Jean. Nous partons dans un même rire. Qui nous transporte loin. Très loin. Là où ça fait du bien.

Et puis le rire cesse. Louise demande quand Maman apparaîtra au travers des nuages. La magie de l’instant meurt dans la seconde. Elle continue son idée et se demande pourquoi elle ne se montre pas alors qu’on sait bien qu’elle est dans le Ciel. Que c’est pas juste et qu’elle a envie de pleurer. Qu’elle veut sa maman. Là tout près d’elle. Qu’elle ne se souvient plus de son odeur.

Je déplace mon bras et caresse d’une main tremblante sa joue déjà humide. Je ne suis pas en capacité de dire quoi que ce soit et me réfugie presque égoïstement dans un mutisme absolu.

Jean ne bronche pas. Jean ne bronche jamais quand il est question de cela. Et ça me fait aussi mal.

Les paroles de Louise et le silence de Jean. Deux attitudes suspendues au-dessus du vide. Deux inclinations parfaitement différentes pour faire face et résister à l’abîme. Ceux vents contraires mais tout aussi violents qui n’en finissent jamais de tourbillonner dans ma tête. Me laissant hagard. Eventré. Je n’en peux plus de passer du rire aux larmes en un éclair.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pyrouette   05 février 2011
Tous les trois de Gaël Brunet
Nous avonçons happés par la vie. Tournés vers demain. Comme un élan naturel qui s'impose sans avoir à la quémander. Programmés pour rester là et contnuer d'avancer. Sans elle.
Commenter  J’apprécie          90
mamansand72   06 juillet 2015
Tous les trois de Gaël Brunet
La vie elle-même me semble parfois si brève. Ne formant que cette suite insaisissable d’instants éphémères. Petite forme fugace entre un début et une fin. Un film en accéléré. L’espace de quelques souffles et puis la voilà qui s’en va. La vie. Une pensée me rassure. La réminiscence que gamin je considérais les choses autrement. Que le temps ne passait pas vite. Qu’il fallait attendre. Que c’était pour ainsi dire trop long. Beaucoup trop long. Même les vacances en devenaient interminables. Qu’à la limite, il y en avait trop, du temps. L’idée que mes enfants peuvent eux aussi raisonner ainsi me réconforte. Ils sont encore sur un sol ferme, inaltérable. Pas celui sur lequel j’évolue. Comme si à chacun de mes pas, le terrain manquait de se dérober.
Commenter  J’apprécie          70
alicejo   17 janvier 2011
Tous les trois de Gaël Brunet
Les creux du silence ne sont pas assez profonds pour que je puisse m'y cacher plus longtemps.
Commenter  J’apprécie          90
fann   30 août 2015
La battue de Gaël Brunet
Je m'imagine père modèle dans une opposition parfaite avec celui dont le lourd bras droit ne bouge pas d'un millimètre près de la corbeille à pain, le bras de mon père, fort et veiné. Celui qui m'a tant fasciné gamin et tant déplu quand j'ai pu prendre la mesure des choses, comprendre qu'il ne ferait rien d'autre pour moi que nourrir ma chèvre. Comme si la vie n'était qu'un épuisement des ressources affectives dont chacun semble doté à la naissance.
Commenter  J’apprécie          70
Juin   09 avril 2014
La battue de Gaël Brunet
Par ses mots tranchants ou son silence acéré, mon père abimera la rencontre. Il tuera aussitôt dans l'oeuf toute possibilité de sérénité familiale.
Commenter  J’apprécie          80
alicejo   17 janvier 2011
Tous les trois de Gaël Brunet
Alors qu'eux meurent d'envie d'y être, à Noël, moi je redoute chaque jour un peu plus cette échéance. J'appréhende tout. Plein de choses. La réaction des enfants face à l'absence de leur mère. Les regards de biais de mes parents. Ne sachant ni quoi faire ni quoi dire. Des regards emplis de gêne et criant à l'injustice. Des regards mal dissimulés. Je crains aussi et surtout mes propres réactions face à cette absence qui me hante nuit et jour depuis des mois. Que je n'arrive pas à apprivoiser. Encore moins à combler. surtout pas à combler.
Commenter  J’apprécie          60
pyrouette   05 février 2011
Tous les trois de Gaël Brunet
Me murmurer que la vie est là, tout près, et que le bonheur n'attend pas.
Commenter  J’apprécie          80
coca   12 octobre 2014
La battue de Gaël Brunet
- Il faut pourtant que tu te mettes dans la tête, papa, que si Marc est mort, je n'y suis pour rien. Je sais que tu me tiens pour responsable de son décès sans jamais avoir osé me le dire de façon claire. Alors, aie au moins ce courage.

- Tu veux vraiment que je te dise les choses ?

- Je n'attends que ça, si tu savais.

Nos regards ne se quittent plus. Il baisse son fusil, reste muet quelques secondes avant de reprendre.

- Alors oui, je vais te le dire ce qui me ronge le cerveau et au plus profond de mes entrailles. Quand on est un homme, un vrai, un montagnard, on parvient à remonter son frère qui pendouille au bout d'une corde, six mètres plus bas, quitte à se mettre les mains en sang sous le feu du cordage !

- J'aurais voulu t'y voir cette nuit-là à tenir la corde pendant tout ce temps. Sache que toi non plus tu n'aurais pas réussi à le remonter. Qu'est-ce qu'il faut que je fasse au juste pour que tu comprennes cela ? Qu'on s'accroche en cordée tous les deux, qu'on rejoigne ce sentier maudit et que je me jette dans le vide ? C'est ça que tu veux ? On verrait alors si tu es capable de me remonter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..