AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Gaëlle Dupille (32)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Les Survivants d'Huttopia
  09 décembre 2016
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
Des évènements étranges se produisent dans la vie de Benjamin. Avec d'autres personnes, il va essayer de découvrir ce qui se passe, et pourquoi ils sont poursuivis par les mystérieux "correcteurs de paradoxe".

L'écriture est vraiment simple, le texte très aéré, pour sans doute s'adapter à de jeunes ados. C'est un livre qui se lit vite.

Le texte est descriptif, il n'y a pas de vraie description des personnages ou de l'environnement, pas d'introspection. Parfois un titre de livre ou de musique est cité, on se demande bien pourquoi, car l'ensemble est très froid. Je l'ai trouvé moyen.

L'histoire ne démarre pas trop mal, mais la fin ne m'a pas convaincue.



Merci pour ce livre reçu dans le cadre de Masse Critique.
Commenter  J’apprécie          421
Naissance: Recueil de nouvelles
  04 décembre 2013
Naissance: Recueil de nouvelles de Gaëlle Dupille
En Résumé : J’avoue ressortir de ma lecture avec un sentiment plutôt mitigé tant les textes se sont révélés hétérogènes. Certains des textes ont réussi à me convaincre et à me passionner, là où d’autres ont beaucoup trop peiner à me faire entrer dans leurs univers voir même ne m’ont pas accrochés. Il faut dire que pour beaucoup ce sont de jeunes auteurs méconnus et le tout manque peut-être aussi de travail d’édition. Le Thème principal de la naissance est bien respecté et se révèle présenté de façon assez large, allant de la simple naissance classique à la naissance d’une planète, évitant ainsi les répétitions. Au final, certains auteurs sortent du lot et méritent d’être découverts selon moi. Maintenant à vous de voir.



Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          130
L’Anthologie 2014
  27 avril 2014
L’Anthologie 2014 de Gaëlle Dupille


Cam Nguyen est une jeune Québécoise d'origine asiatique assaillie de cauchemars emplis de violence, qu'elle estime prémonitoires. Quand elle s'en confie à sa meilleure amie, Juliette, elle lui raconte que la dernière fois qu'elle a rêvé de son pays d'enfance et de la guerre qui s'y est déroulée, son frère est décédé dans un accident de voiture. Qui sera le prochain ? Mes amis, quelle claque ! Je ne sais pas si cette nouvelle vaut l'achat de l'anthologie toute entière, mais c'est sans consteste le meilleur texte que j'ai lu jusqu'ici (sur trois, ça laisse donc bon espoir pour la suite). Malgré quelques petites maladresses stylistiques, Pat Isabelle sait parfaitement doser son récit et nous offrir un suspense haletant. Je me suis d'ailleurs fait avoir et, jusqu'au bout, je ne savais pas où il voulait m'emmener. De la belle ouvrage, assurément.



Dans le Japon de cette fin de XXIIème siècle, Tamika est une jeune femme qui vit avec un androïde qu'elle a contribué à créer comme l'"homme" parfait. Mais lorsque celui-ci tombe en panne, elle se résout à faire appel à un Technicien qui sera à même de le réparer, et qu'elle trouve de prime abord antipathique... C'est peu de dire que cette nouvelle m'a fait penser à la série suédoise diffusée sur ARTE l'année dernière (et dont la seconde saison arrive sur la même chaîne en mai de cette année), Real Humans (Äkta människor en version originale). Et c'est plutôt un compliment sous ma plume tant j'ai apprécié cette sérié (malgré ses défauts). On retrouve dans l'histoire racontée ici par Gaëlle Dupille la même volonté de chercher à comprendre si des relations entre des êtres humains naturels et synthétiques sont possibles, où doivent se poser les limites morales et si l'acceptation des uns par les autres est possible. Et j'ai d'autant plus apprécié cette histoire que le style déployé par la jeune auteure est superbe, clair et précis. Des personnages attachants et très bien campés pour un Japon du futur tout à fait crédible, mais sans une liste longue comme le bras de termes incompréhensibles, juste pour faire "futuriste". Et c'est tant mieux. Seule la fin d'A.D.G. m'a paru abrupte. Non pas nulle, loin de là, mais peut-être aurait-elle nécessité d'être développée. En fait, cette nouvelle, déjà relativement longue, aurait mérité un format plus long. Une novella aurait été parfaite.



Dans un futur assez éloigné, dans un monde qui semble avoir connu l'Apocalypse, un homme dit avoir rencontré ce qu'il prend pour un dieu... Qu'en est-il vraiment ? Je dois bien avouer humblement que je ne suis pas sûr d'avoir tout compris à cette histoire et peut-être que ce pitch est le reflet de cet aveu... Pourtant, et d'une manière très paradoxale, j'ai adoré cette histoire. Il faut dire que John Steelwood sait développer un style tel que je les aime, ornementé et plaisant, assez fluide pour couler sous les yeux. Alors peut-être manque-je de référence pour bien comprendre le sens de cette nouvelle, de ce que l'auteur veut me dire ? Peut-être, je n'en sais rien et je m'en fiche. je crois que j'y reviendrai bientôt pour me replonger dans ce récit très court en définitive et tout de même fort d'une densité impressionnante. De très loin l'un des meilleurs textes de cette anthologie. Du beau boulot, monsieur Steelwood !



Georges est un vieillard atteint de la maladie d'Alzheimer. Beaucoup de détails de son quotidien s'échappent lorsqu'il essaie d'y penser, notamment les noms des gens avec qui il vit. Et quand une personne se disant de l'agence vient pour lui demander de quitter les lieux, il ne comprend plus se qui se passe... Voici une nouvelle très courageuse car elle parle d'un des plus grands tabous de notre société : la vieillesse. Oui, les vieux que l'on cache parce qu'ils nous sont devenus inutiles. Sur un mode au début réaliste, Romain Billot nous narre une tranche de vie de l'un de ces anciens, avec un soucis du détail assez remarquable. Il a parfaitement cerné la psychologie d'une personne âgée. Malheureusement, je ne peux pas en dire plus (et peut-être en ai-je déjà trop dit) sans déflorer les subtilités de l'intrigue. La plume est belle, assez pour qu'on plonge dans cette histoire et qu'on finisse par se faire avoir. Une bonne nouvelle pour terminer cette anthologie.



Et si je devais vous donner un avis global sur l'anthologie dans son ensemble, je dirais qu'il s'agit d'un bouquin tout à fait recommandable, assez équilibré quant à ses thématiques. Bon, pour un amateur jusqu’au-boutiste de SFFF, peut-être manquerait-il un texte de Fantasy. Cependant, ceci n'est que du pinaillage et il serait dommage de passer à côté à cause de ce genre de broutille. Au final, une bonne anthologie, avec des textes certes inégaux mais aucun n'est inavouable. Et comme en plus on y trouve quelques petites perles, je ne peux que vous encourager à vous y plonger. Vous passerez quelques bons moments de lecture.



A.C. de Haenne
Lien : http://les-murmures.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Un piège diabolique
  22 avril 2019
Un piège diabolique de Gaëlle Dupille
Il me semble que j'avais téléchargé cette nouvelle dans le cadre du calendrier de l'avant des éditions L'ivre-book. J'aimais beaucoup ce principe de permettre aux lecteurs de découvrir l'univers d'un auteur à travers une histoire courte offerte, bien plus parlante qu'un extrait d'un roman.



J'avais déjà eu l'occasion de lire une nouvelle de Gaëlle DUPILLE que j'avais plutôt apprécié. De souvenir, c'était davantage l'écriture qui m'avait moins plu. Dans Un piège diabolique c'est encore une fois cette élément qui a freiné ma lecture. En soi, l'idée du bouquin est bonne et originale mais, malheureusement, je n'y ai pas du tout accroché. En cause, une écriture trop rapide qui ne permet pas de savourer le moment, de se créer sa propre idée de l'histoire avant la révélation finale. Dans ce livre, je n'ai pas eu le temps ou l'impression d'avoir à réfléchir tant toute l'histoire m'était prémâchée par l'auteure. Bizarrement, malgré cela, beaucoup de mes questions sont restées sans réponses.



Pourtant la thématique était plutôt intéressante et énigmatique et ouvrait pas mal de possibilité intéressante. J'ai eu plaisir et crainte à traverser les tunnels lugubres avec cet homme étrange.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
La première colonie
  21 juillet 2015
La première colonie de Gaëlle Dupille
Encore une fois, c'est sur le site des éditions L'ivre-Book que j'ai téléchargé gratuitement cette nouvelle. J'apprécie les nouvelles SF qui m'étonnent régulièrement sans pour autant virer dans le "trop compliqué" que je reproche parfois à ce genre... Du coup, La première colonie avait vraiment tout pour me plaire ! Et ça a plutôt marché ;p



J'ai beaucoup apprécié l'histoire qui a deux dimensions : celle d'Alice et celle d'Ayani, l'esprit d'une jeune femme emprisonné dans une urne... C'est agréable de voir ces deux destins se mêler pour le meilleur et le pire ! Au début, tout semble rose, limpide et l'on se rend compte assez rapidement que ce n'est pas tellement le cas.



L'histoire personnelle d'Ayani m'a beaucoup plu : personnellement, je ne m'attendais pas du tout à ça ! Bien sûr, on se doute des raisons du pourquoi du comment elle était enfermée mais l'on ne s'attend pas forcément à ce genre de chose... Du coup, j'ai été très agréablement surprise d'autant plus que ces passages sont relativement bien détaillés.



Cependant, je dois dire que j'ai été dérangée pendant une bonne partie de ma lecture par la narration : Gaëlle Dupille a fait le choix d'utiliser un "je". Le problème, c'est qu'Alice nous raconte des choses qui ont lieu alors qu'elle n'est pas présente ce que je trouve délicat et déroutant. Personnellement, j'aurai sans doute préféré un narrateur externe à l'histoire.

Malgré ce point, j'ai trouvé l'écriture de Gaëlle Dupille très agréable et plutôt dynamique : elle sait jouer avec la sensualité sans être vulgaire et nous fait partager sans détour les émotions de ses personnages.

Une nouvelle agréable.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
La première colonie
  18 novembre 2014
La première colonie de Gaëlle Dupille
Je n'ai pas été séduite par cette nouvelle trop prévisible mais la plume de G. Dupille est plaisante.
Commenter  J’apprécie          50
Les Contes de l'Ombre
  17 septembre 2014
Les Contes de l'Ombre de Gaëlle Dupille
10 nouvelles dignes des contes noirs du XIXe siècle chers à Edgar Poe.



L’accroche est ambitieuse, la référence à Edgar Poe, audacieuse. Beaucoup trop. Car ces contes de l’ombre sont très loin de pouvoir prétendre rivaliser avec les maîtres de l’horreur de l’époque. Disons-le tout de suite.



Des histoires qui vous feront frissonner, des histoires qui vous rappelleront l’enfant que vous étiez il y a encore quelques années, l’être inquiet qui regardait sous son lit de crainte de trouver un monstre. Des contes où les ombres abritent vos peurs les plus profondes.



Là encore, le résumé prometteur est contredit par la réalité du recueil. Je n’ai pas eu peur ni frissonné une seule fois durant ma lecture. Vous me trouverez sans doute parfois un peu sévère sans doute mais la référence à Edgar Allan Poe m’a beaucoup agacée. Je trouve cela assez présomptueux de se réclamer des grands auteurs de contes noirs du XIXème. Même si je sais que cela fait partie du jeu de l’argument marketing. Mais quand même…On ne touche pas au « Maitre » ;)



Trois-quatre nouvelles sympas à lire sur un total de dix, ça fait une moyenne honorable.



- "Amor in Sempiternum" de Nicolas Saintier



Joliment écrit mais un peu trop romantique à mon goût. Néanmoins, l’ambiance gothique est plutôt bien construite.



- "La Comptine" de Xian Moriarty



Je n’ai pas du tout accroché. Une nouvelle bien brouillonne, bancale avec beaucoup de descriptions inutiles et de longueurs répétitives et tout ça pour une fin très clichée.



- "La plume Noire" de Nicolas Kempf



Ma nouvelle préférée d’entre toutes et la plus réussie pour moi. Une excellente histoire, très bien écrite de surcroît, ce qui ne gâche rien.



- "Le cysgodion" de Gaëlle Dupille



Une nouvelle beaucoup trop longue qui part dans tous les sens, l’intérêt du lecteur peine à être retenu car passé l’entame mystérieuse du récit, le suspense se dilue dans les répétitions et les scènes inutiles. Dommage, l’idée était bonne, son traitement beaucoup moins. Plus courte, plus nerveuse, je pense que la nouvelle aurait été vraiment flippante. Là, je l’ai hélas trouvé plate et trop jeunesse. Une sorte de Chair de Poule de RL Stine, version courte.



- "Le pyramidion" de Frédéric Bouix

Même remarque que pour la nouvelle précédente. Trop long, beaucoup trop long. Une bonne idée narrative (faire raconter l’histoire par le biais d’e-mail échangés entre deux amies d’école) gâchée par un traitement poussif et une histoire dont on désespère de voir le bout. Et, le plus décevant: un happy end de bien mauvais aloi. Sans être sadique, (quoique…), je trouve que tout s’arrange de trop heureuse manière!



- "Le Sauveur" de Catherine Loiseau



Rien que du très classique dans cette nouvelle. Nous somme en terrain connu car le sujet principal de l’intrigue a bien souvent été usité ailleurs. Néanmoins, c’est plutôt bien écrit, l’ambiance du Paris du XIXème siècle est soignée. Une nouvelle qui sans être passionnante ou ébouriffante, n’ennuie pas et se lit agréablement.



"Aliénation" de Fanny Rieubon

Un début intrigant qui part vite en cacahouètes! Cette nouvelle est construite en deux parties : et c’est là que le bât blesse. Car si la première enquête, une traque au fantôme dans une université anglaise très chic est assez sympa dans l’ensemble, la seconde aventure du duo d’amis, ruine cette bonne impression initiale. Pourquoi cette double couche ? La nouvelle aurait très bien pu se clore sur la résolution de cette première énigme. La suite selon moi inutile, je n’ai pas compris ce qu’elle faisait là, était dispensable ou aurait pu faire l’objet d’une autre nouvelle indépendante avec d’autres personnages. Car au final, l’ajout de cet épisode est fortement préjudiciable à l’ensemble. Au point que cette nouvelle se révèle finalement too much. Elle est trop tout pour moi : trop longue, trop diluée, trop clichée, trop déjà-lu et la fin aux effets trop appuyés et démonstratifs en devient, de fait, grotesque.



- "L’Ankou" de Yan Pernel



Ma seconde nouvelle préférée du recueil. Une écriture maitrisée. Un style agréable. Un personnage de shérif, certes caricatural, mais nanti d’une certaine étoffe, d’une certaine profondeur. Quel dommage que l’intrigue ne soit pas plus surprenante et que la chute soit aussi invraisemblable. Pour mou, la fin trop tirée par les cheveux ne fonctionne pas et se devine aisément ! Une nouvelle tout à fait honorable.



- "Le Bruit" de Béatrice Ruffié Lacas



J’ai terminé cette nouvelle, comment dire…dubitative. Elle m’a laissé assez indifférente. Je suis restée extérieure à l’histoire. Une chute inattendue, certes mais qui tombe comme un cheveu sur le ketchup ! Elle ne me laissera que peu de souvenirs.



- "Le Beau Mariage" de Henri Bé

Cette nouvelle figure troisième dans mon top. Certes, elle est prévisible. J’avais notamment deviné la chute dès les premières pages mais une exécution sympathique et une écriture fluide et agréable, font de cette histoire, une lecture plaisante.



En conclusion :



Mon top 3



"La plume Noire" de Nicolas Kempf



"L’Ankou" de Yan Pernel



"Le Beau Mariage" de Henri Bé



Somme toute, les sujets sont peu originaux, les intrigues déjà lues ailleurs, les ficelles grosses et apparentes, les clichés abondants et les chutes, bien peu surprenantes.

Néanmoins, malgré ses défauts et ses maladresses, Les Contes de l’ombre, est un recueil qui, dans l’ensemble, se lit rapidement et sans déplaisir trop prononcé.
Lien : http://ladelyrante.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
La première colonie
  05 avril 2014
La première colonie de Gaëlle Dupille
Alice Baron, linguiste, et ses quatre compagnons scientifiques, un archéologue, un anthropologue, un immunologiste et un médecin, sont les membres d'une expédition spatiale chargée d'explorer une lointaine planète qui aurait pu receler certaines formes de vie. Ils finissent par découvrir un site abandonné ressemblant à un lieu de culte celtique avec menhirs et dolmens. En cherchant des indices, Alice découvre une petite jarre, sans doute précieuse, la casse par inadvertance ce qui ne sera pas sans conséquence dans ses rapports avec Alex, le médecin de l'équipe, qui ne souhaite qu'une chose, aller avec elle au-delà des simples rapports professionnels.

« La première colonie » est un court roman ou une longue nouvelle, en fait une « novella », format très apprécié dans le monde anglo-saxon, qui ouvre sur un préambule de type science-fiction tout ce qu'il y a de classique pour dériver assez rapidement vers les sombres territoires du fantastique et de l'ésotérique. Ce mélange des genres reste assez réussi et, en tous cas, ne choque pas. C'est sans doute dû au style agréable et enlevé de Gaëlle Dupille qui ne se contente pas de nous faire revisiter le mythe du génie dans la bouteille sans exaucer de voeu, mais pour nous précipiter immédiatement dans le monde sulfureux des succubes et des incubes. Le résultat donne une histoire de possession à fort coefficient érotique qui pourra plaire aux amateurs du genre. L'auteure a eu l'art de faire du neuf avec de l'ancien et de l'étrange avec du recyclé. Sans être d'une stupéfiante originalité, l'ensemble ne semble pas inintéressant quand même.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Calling Cthulhu - Le Magicien
  26 octobre 2014
Calling Cthulhu - Le Magicien de Gaëlle Dupille
Sax a un rêve : celui d'être prestidigitateur au cabaret le Craft, et devenir ainsi aussi célèbre que son idole, Simon Balthazar, qui a connu la gloire au même endroit avant de disparaître mystérieusement 10 ans plus tôt. Une fois sur place, il va faire une découverte étrange dans sa chambre, mais il va aussi se mettre à rêver d'une créature dont il n'a pas comprit le nom et qu'il surnommera Lou...



Qu'il est plaisant de se retrouver cette fois-ci non pas du côté du témoin de la folie ambiante, mais de celui qui va faire la découverte de Cthulhu et qui va sombrer petit à petit ! On va suivre cette transformation de notre personnage, qui va suivre les ordres du Dieu Ancien pour avoir gloire, fortune, et plaire aux dames. En contrepartie il doit construire un portail pour faire revenir Cthulhu parmi nous.



Cependant, pour quelqu'un qui a lu Le mythe de Cthulhu et autres nouvelles de Lovecraft, comprendre Cthulhu peut déranger. En effet, j'ai plus l'habitude de voir l'Ancien parler en une langue qui s'approche du gaélique (Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn, par exemple) qu'en une langue totalement compréhensible pour le lecteur. L'idée du portail m'a un peu gênée, de mémoire Cthulhu dort dans sa demeure de R'lyeh la morte, dont Lovecraft a laissé dans ses écrits l'emplacement précis (47°9′S 126°43′W, sur terre donc). Donc un portail sur terre pour faire venir une créature qui est déjà sur terre me laisse un peu dubitative. Néanmoins, mis à part ce parti prit de l'auteur, cette nouvelle reste un écrit de qualité.



Cette nouvelle est fluide, bien écrite, avec des descriptions très précises, on imagine donc sans peine le cabaret Craft, la chambre de Sax ou encore l'étrange portail. La fin est magnifique et reste dans la lignée des écrits de Lovecraft: cruelle. En bref, c'est une bonne nouvelle qui se laisse lire et apprécier.



Merci au forum Au coeur de l'Imaginarium et aux éditions L'ivre Book pour ce partenariat.
Lien : http://onceuponatime.ek.la/c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Les Survivants d'Huttopia
  14 décembre 2016
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
Un roman étonnant écrit avec beaucoup de douceur.



Ben s'ennuie dans sa vie de banquier. Un matin, il se réveille et son monde a changé.



Un roman où l'auteur nous mène de surprises en surprises.

Tout commence normalement, Ben se rend au travail pour une énième journée monotone. De petites choses bizarres se produisent mais Ben pense à des blagues de ses collègues. Puis le lendemain, le monde a changé .



En tant que lecteur, on est porté dans l’univers comme Ben avec une multitude de questions, plus on avance plus on en a. On se demande tout comme Ben ce qui se passe. Quand arrive le dénouement, la surprise est grande inattendue, étonnante. Tout se tient et comme Ben et ses amis d'infortune, on n'a rien vu venir.

Tout ce questionnement rend le roman passionnant. On a de plus de l'action. Les 250 pages défilent très vite soutenues par une plume addictive.

Le style de l'auteur est doux alors que le récit est des plus intrigant avec un petit côté angoissant parfois,et aussi entraînante, mystérieuse.



Je suis ravie de cette découverte : un roman doux et trépidant soutenu par une écriture tout aussi douce alors qu'il se passe énormément d'événements étonnants.
Lien : http://viou03etsesdrolesdeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les Survivants d'Huttopia
  04 décembre 2016
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
J'ai déjà lu plusieurs nouvelles de cet auteur qui m'ont donné envie de découvrir ce roman. L'histoire est très originale et emporte rapidement le lecteur dans un univers troublant et peu à peu inquiétant. L'intrigue est émaillée de nombreux rebondissements et la fin, parfaitement réussie, m'a totalement surprise. L'écriture est agréable et fluide, je suis conquise.
Commenter  J’apprécie          20
La première colonie
  31 juillet 2014
La première colonie de Gaëlle Dupille
Est-ce trop court pour se plonger dedans ou trop long car cela manque de fond?

Je ne saurai dire, mais je n'ai pas été emporté par cette nouvelle, ni le mystère, ni l'érotisme ne m'ont touché.

Une lecture qui n'est pas désagréable mais qui ne m'a pas laissé rêveur et plein d'émotions en le refermant.
Commenter  J’apprécie          20
Les Contes de l'Ombre
  07 décembre 2013
Les Contes de l'Ombre de Gaëlle Dupille


Une jeune fille qui hante un cimetière, une épouse qui prend possession du corps de son mari, un monstre sous le lit d'un enfant ou des sons étranges sont là certains axes que les auteurs ont choisi d'aborder dans ce recueil plutôt sombre. Certains d'eux me sont inconnus, mais je dois dire que leur écriture est jolie, fluide et leur intrigue plutôt bien posée. En dehors de ça, je suis assez partagée : j'ai aimé sans aimer. Ou plutôt, je ne sais pas si j'ai aimé ces différentes nouvelles ou non. Ma lecture fut agréable. Le thème de l'ombre abritant nos plus grandes peurs est bien abordé et de manière varié. Au delà de ça, je n'ai pas été spécialement touchée par les différents personnages. On ne peut pas dire non plus que les nouvelles sont trop courtes puisqu'elles se suffisent à elles-même pour être imprégné de l'univers créé par chaque auteur. Mon avis pourrait sembler étrange, mais je ne sais pas comment expliquer mon manque total de choix définitif sur mon ressenti sur ce recueil. Je vous invite donc à juger par vous-même cet écrit.
Lien : http://sariahlit.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les Contes de l'Ombre
  27 novembre 2013
Les Contes de l'Ombre de Gaëlle Dupille
​Mon avis:





Je remercie les Editions Lune Ecarlate pour cette découverte dans le cadre de notre partenariat.







Ce recueil est rempli de bonnes surprises !

Il y a certaines nouvelles qui m'ont fait passer de vrais bons moments de lectures.



Par exemple, j'ai beaucoup aimé « La Comptine », c'est une nouvelle qui est extrêmement bien écrite et le fond de l'histoire est très intéressant.



Il y a aussi « La Plume Noire », celle-ci est vraiment géniale, la fin est très surprenante, bien trouvée, de plus cette nouvelle évoque le monde des écrivains, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Il y en a une autre qui m'a beaucoup plu, c'est « Le Bruit », l'auteur m'a bien eu, je m'attendais à une autre fin et j'ai été surprise par quelques rebondissements.



« L'Ankou » est une nouvelle qui m'a ramenée en enfance, elle évoque les peurs que nous avons tous eu étant enfant.

Est-ce qu'il y a un monstre sous notre lit et à quoi ressemble-t-il ?

L'auteur a créé un petit cocon familial, une chambre d'enfant, un lieu ou le calme et l'amour devrait être à l'honneur, mais il y a une ombre au tableau ...

Vous allez voir que l'auteur a très bien mené son histoire et la fin est juste top, même si elle est un peu prévisible.



Les autres nouvelles mon moins saisi, par exemple « Le Pyramidion », bien que je trouve le thème plutôt intéressant, je n'ai pas apprécié la façon dont elle est écrite.

En fait, c'est une multitude de lettres écrites à une jeune fille qui s'appelle Alex. Nous lisons ces lettres, qui les unes après les autres nous font comprendre l'histoire.

Ce que je n'ai pas apprécié, c'est que nous n'avons pas toutes les correspondances, nous lisons seulement les lettres de Lisa écrites pour Alex, mais pas les réponses d'Alex écrites pour Lisa.





Pour conclure :



« Les Contes de l'Ombre » est un recueil que je trouve qualitatif et très diversifié.

Moi qui suis plutôt friande des recueils de nouvelles, j'ai été gâtée avec celui-ci.

Ce que j'ai préféré, ce sont les plumes des auteurs, je trouve que toutes les nouvelles sont extrêmement bien écrites, c'est agréable et très plaisant.

Certaines nouvelles me laisseront un bon souvenir comme celle du poète ou celle du monstre sous le lit, d'autres seront vite oubliées, mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé.





Lily
Lien : http://leslecturesdelily.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
De magie et d'ombres
  11 mars 2018
De magie et d'ombres de Gaëlle Dupille
Des textes divers et variés…

La première chose a bien comprendre est que le point commun de chaque texte est leur qualité stylistique. En ce qui concerne l’aspect dark fantasy, il me semble que la noirceur émanant des textes varie en fonction des nouvelles. Ce qui n’enlève rien à la lecture. Nous avons donc plusieurs nouvelles, de longueur différente et donc de degré « dark fantasy » fluctuant. Si trois nouvelles m’ont clairement tapé dans l’œil, les autres sont passées au travers de mes filets. Le style est bon, la plume est belle, mais voilà, les intrigues ne m’ont pas charmée. Excepté donc trois nouvelles. Autrement, j’ai trouvé globalement, que ce recueil était peut-être un peu trop court. Il aurait été plus judicieux de la part de la maison d’édition de mettre plus de textes, de le rendre plus qualitatif en sélectionnant des nouvelles plus noires que certaines publiées à l’intérieur. Je ne dis pas qu’elles sont mauvaises mais j’ai été déçue par certaine. Je vais donc maintenant vous parler de deux nouvelles que j’ai beaucoup aimé : « La goule au bois dormant » de Cécile Ama Courtois et « Le mur de Jade » de Sylvain Desvaux. J’ajouterai rapidement que « La vengeance de Zagan » de Alex N.R. est excellente également.



« La goule au bois dormant » de Cécile Ama Courtois…

Avant d’arriver à ce texte, j’ai enchaîné des nouvelles qui n’ont pas réussi à me divertir plus que cela. Malgré leurs qualités littéraires évidentes, je n’ai pas réussi à entrer dans l’intrigue. Mais dès les premières lignes de celle-ci, je me suis enfin laissée couler dans ce recueil. Cette nouvelle commence comme un conte. Un roi. Un royaume prospère. Une princesse. Et puis, une malédiction. Une princesse en détresse. Qui réveillera la princesse et sauvera le royaume ? Tout commence comme n’importe quelle histoire et puis… Et puis, elle s’achève comme aucune autre. Parce que la princesse cache un secret. Parce que le monde des contes de fées n’est pas si beau qu’on le croit. Parce que les monstres se cachent partout, même en les princes. Parce que la noirceur est en chacun de nous… Cette nouvelle m’a convaincue, par sa qualité stylistique, par la force de son intrigue, par la noirceur propre à la dark fantasy, et par la chute délectable. Un carton plein pour Cécile Ama Courtois ! Un grand merci pour ce super moment !



« Le mur de Jade » de Sylvain Desvaux…

Il n’est pas un secret que j’aime tout ce qu’écrit cet auteur. Du moins, ne nous avançons pas trop, je n’ai toujours pas été déçue par l’un de ses textes. Et celui-ci ne déroge pas à la règle. Sylvain Desvaux nous offre là une nouvelle extrêmement construite dans un monde travaillé et cohérent. Cette nouvelle me semble être la plus longue du recueil et pour cause, l’auteur nous pose un décor de saga de fantasy ! D’ailleurs, à quand la suite ? *appel à l’auteur, Amélia voudrait lire une saga dans ce monde, appel à l’auteur, Amélia voudrait lire une saga dans ce monde* Il nous dépeint un monde basé sur des préceptes religieux, fondé sur une guerre, où le viol semble être monnaie courante. Mais plus encore, d’autres actes abjectes semblent convenir à leur Dieu, convenir aux adeptes… Cette nouvelle parle de génocide, elle met en avant de nombreuses tares de l’humanité. Et puis, une fois l’univers de fantasy posé, le carnage commence. Si la nouvelle était déjà noire par l’univers même, nous plongeons dans le sang et la rancœur, dans la vengeance et l’horreur. Un texte à découvrir !
Lien : https://leshistoiresdameliae..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nutty Lovetopia
  09 octobre 2017
Nutty Lovetopia de Gaëlle Dupille
Nutty Lovetopia est un recueil de romances dans l'univers SFFF (Science-fiction, fantasy, fantastique). Il est composé de 13 nouvelles, toutes plus étonnantes les unes que les autres. Une fois n'est pas coutume, je vais dire quelques mots sur chaque nouvelle de ce recueil avant de faire un bilan d'ensemble.



Une autre façon de faire, Nicolas Sick : On y suit un homme dans un monde qui prône l'égocentrisme. Tout n'y est que rage. Les humains se baladent en armure et doivent détester les autres. Leur seule façon de trouver l'amour et de partager un moment avec un autre est de se faire cloner. Mais pour ça, il faut être un parfait égocentrique, mauvais et haineux. J'ai adoré cette nouvelle pour sa créativité. J'ai adoré le vocabulaire créé et le monde inventé autour de toute cette haine. Mais j'ai surtout aimé la chute et tout ce qu'elle signifie.



Homme sweet Homme, Jean-Marc Sire : Cette fois, c'est une femme qui a à sa disposition un robot masculin pour la servir. On sent rapidement qu'il est un peu plus qu'une simple machine. Il fait penser à un majordome un peu râleur, un brin taquin. C'était amusant, quoique j'aie rapidement deviné la fin.



ADG, Gaëlle Dupille : Cette nouvelle m'a bouleversée. Elle raconte le malaise d'un androïde que sa femme essaie de sauver. Je ne peux pas en dire plus pour ne rien gâcher, mais les thèmes abordés m'ont touchée. J'ai été très sensible au message de cette nouvelle et au dilemme de cette femme. Quant à la fin, elle m'a bluffée, tout simplement.



Demain, Adel Omouri : Cette nouvelle propose un monde dans lequel l'amour est banni. Les pulsions sont réprimées par un contrôle hormonal. Ceux qui tombent amoureux se voient privés de contrôle hormonal efficace et sont privés de liberté pour ne devenir que des rouages dans ce système liberticide qui interdit jusqu'à la procréation. J'ai aimé cette histoire pour la romance pleine d'espoir qu'elle met en scène et pour cette idée qu'une petite graine, plantée à un moment, peut finir par devenir une véritable idée.



Un ardent buisson, Jean-Pascal Martin : C'est ma nouvelle préférée du recueil. Elle est d'une originalité rare. Mettre en scène l'amour entre un buisson et un courant d'air est vraiment brillant. C'est un coup de cœur, plein de poésie, d'imagination, et de réflexions intéressantes sur l'amour et tous les non-dits qui peuvent le mettre en péril. Magnifique.



Des bras pour la nuit, Brice Triquet : L'auteur nous emmène dans un monde proche du nôtre dans lequel des automates sont créés pour simuler des étreintes humaines. On y croise un célibataire insultant l'une de ses voisines, qui le lui rend bien. C'était une nouvelle intéressante, qui rappelle qu'il suffit parfois de prêter attention aux autres pour trouver un semblant de calme.



Un amour de Pléthégor, Xavier Watillon : Ici, nous faisons la connaissance d'une femme qui fait un tour de l'univers avant de se marier. Le vaisseau, mécanique pourvue d'une réelle personnalité, se montre très attentif au bien-être de sa passagère, au point de lui proposer un dernier arrêt par sa planète d'origine. C'est un amour d'un genre rare, platonique, naturel, bienveillant, dont on ne connaît pas la véritable nature. C'est une nouvelle poétique et touchante.



Le jour où tu pars, Floriane Derain : Cette nouvelle m'a également beaucoup touchée. Elle est assez mystérieuse, racontant l'histoire d'une femme voulant rompre un contrat la liant à son époux. Je ne veux pas en révéler plus pour ne pas gâcher les effets de Floriane Derain, mais sachez que la chute est surprenante. Je ne m'attendais pas du tout à cela, et je me suis sentie triste et émue par cette fin.



Générer l'étincelle, Tonnya Crif : Nous sommes ici dans un monde dans lequel les interactions sont incitées par des systèmes informatiques, afin de former des couples compatibles. J'ai apprécié le monde créé par Tonnya Crif. Les réflexions sur la nourriture, et plus particulièrement le gaspillage alimentaire, sont un fond superbe pour le développement de cette histoire empreinte de douceur.



ChangeNow, Valentine Dewer : C'est l'histoire d'un homme amoureux d'une personne qu'il n'a jamais rencontrée. Il décide de se faire aider par la société ChangeNow, qui propose de changer sa vie. Les raisons qui poussent cet homme à se tourner vers cette solution radicale sont originales et questionnent. Quant aux "partenariats" qu'on trouve par la suite, je ne peux pas m'empêcher de m'interroger sur leur éthique.



Reproductrice, Rachel Kalon : Les femmes de la cité sont élevées dans l'espoir de devenir des reproductrices qui auront le droit de se reproduire avec un homme dont le génome sera compatible avec le leur. Mais l'héroïne tombe amoureuse d'une personne rencontrée au hasard, ce qui contrarie son devoir de femme. Cette histoire m'a rappelée le film "L'Agence". C'était une lecture agréable, dont j'ai beaucoup aimé la chute.



EROS, Sarah Verfaillie : Dans ce monde, filles et garçons sont séparés jusqu'à leur majorité. Ils sont alors mis en couple avec une âme sœur désignée par ordinateur. Le héros, amoureux de sa voisine, s'interroge sur le bien-fondé de cette stratégie. Je vous laisse aller découvrir cette nouvelle qui, si elle paraît assez classique, pose des questions passionnantes, et y répond d'une façon étonnante.



Deux ans, Fabien Rey : Dernière nouvelle du recueil, nouvelle triste. Là bas, les couples se forment sur contrat, pour une durée de deux ans. Pendant ce temps, les partenaires doivent concevoir un enfant qui leur sera enlevé à la naissance. Le concept est original, arbitraire, et affreux pour les couples qui s'attachent l'un à l'autre. C'est le déchirement qui suit le changement qui est ici observé. Il est intense et mène à une fin qui ne pourrait être autre. C'est une nouvelle parfaite pour conclure le recueil.



J'ai beaucoup aimé ce recueil. Bien qu'il regroupe des romances, il n'a rien de niais ou de mièvre. Chaque histoire possède son originalité et apporte une vision de l'amour du futur. C'était intéressant, riche en émotions. Il n'y a pas eu deux nouvelles qui se ressemblaient vraiment. Bref, c'était un régal.



Conclusion : ♥♥♥♥♥ 13 auteurs, 13 nouvelles différentes et innovantes, qui font réfléchir, chacune à leur façon, à l'avenir, mais aussi au présent. C'est un bon recueil qui propose des romances hors normes. Je vous le conseille très fortement !
Lien : http://sweetie-universe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Les Survivants d'Huttopia
  01 janvier 2017
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
Lu dans le cadre de la masse critique de Babelio que je remercie encore une fois pour leur confiance.



On va rencontrer Ben, un banquier qui s’ennuie dans sa vie. Jusqu’au jour qu’il croit plutôt ordinaire sauf qu’au fil de la journée, il ne va se rendre compte qu’il se passe de plus en plus de choses étranges.



Les choses se déroulent assez vite, car le livre est vraiment court donc pas trop le temps pour les lenteurs et les bla-bla inutiles.



On plonge très vite dans l’univers et essaye de comprendre comment les choses ont bien pu changer ainsi. Et on suit Ben dans son aventure, tout en essayant de comprendre comment les choses vont se terminer.



J’ai bien aimé ce roman qui est vraiment jeunesse. Il se lit très vite, on se lance dans une aventure pleine de rebondissements. Cela reste vraiment jeunesse, mais cela se lit très vite et l'on passe un très bon moment et, c’est tout ce qu’on lui demande.
Lien : http://toutelalecturedesev.b..
Commenter  J’apprécie          10
Les Survivants d'Huttopia
  21 décembre 2016
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
J'ai adoré ce roman. Le style est fluide et agréable. L'histoire est surprenante et entraine le lecteur dans une aventure pleine de rebondissements qu'il n'avait pas vue venir. La fin m'a scotchée puisque je ne m'attendais pas à une telle conclusion. Un roman que je recommande, pour les jeunes et les moins jeunes. Il peut se lire dès 13 ans.
Commenter  J’apprécie          10
Les Survivants d'Huttopia
  26 novembre 2016
Les Survivants d'Huttopia de Gaëlle Dupille
Tout d'abord merci à Babelio et les Editions Elenya pour ce roman.



Il se lit très vite, c'est le premier point. Si j'ai mis trois étoiles c'est grâce à la fin qui est inattendue. Le dernier chapitre est très émouvant et rempli de ressenti. Une épilogue que je n'ai pas vu venir.



C'est un peu dommage que tout le reste du livre n'est pas de cet acabit. J'ai trouvé l'écriture assez lourde, qui manquait de sincérité, je n'ai pas réussi à m'attacher à aucun des personnages, ils sont tellement vide qu'on n'arrive pas à avoir peur avec eux, ni dégouté de ce qu'ils voient. Rien n'y était réellement original, tout était prévisible sauf le dernier chapitre.



Ma plus grosse critique vient surtout de la mise en page du livre. 20 lignes par page avec une cinquantaine de caractère par ligne c'est peu, j'ai eu une véritable impression de gâchis de papier, de vouloir faire croire à un roman plus gros qu'il ne l'est réellement pourtant c'est annoncé à la fin du livre, la maison d'édition fait dans les romans courts.

Après j'ai été régulièrement tiré de ma lecture par des fautes de mise en page. Des tirets de dialogue manquant, des tirets de dialogue devant de la narration, des retours à la ligne inexistant.



Si je pouvais mettre deux étoiles et demi, je l'aurai fait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La première colonie
  13 février 2015
La première colonie de Gaëlle Dupille
J’ai été tout de suite embarquée par cette histoire de ces hommes et femmes, scientifiques de leur état, ayant découvert sur une planète éloignée la possibilité d’une preuve de vie. Alice fait parti des rares élus à pouvoir approcher les vestiges d’un temple construit par des non humains plusieurs siècles auparavant…



Et voilà que ce récit de SF se mêle à du fantasy. Alice se retrouve possédée par l’âme d’une prêtresse, Ayani, qui peut entrer dans les rêves et tuer la personne endormie d’un façon rappelant les succubes. Je ne dirais pas un mot de plus sur le récit car, s’agissant d’une nouvelle, il serait trop aisé de dévoiler l’intrigue. Quoiqu’il en soit, on va de découvertes en découvertes.



L’auteur privilégie les descriptions et les ressentis aux discussions. Le texte est écrit à la première personne. C’est Alice qui nous conte son histoire… Je trouve que ce récit ferait un excellent prologue à un roman.
Lien : http://revesetimagines.canal..
Commenter  J’apprécie          10




Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Méli-mélo historique ...

Quel grand artiste italien fut accueilli par François 1er et mourut en France ?

Michel-Ange
Léonard de Vinci
Titien

15 questions
115 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , histoire , rois , religion , angleterre , france , reinesCréer un quiz sur cet auteur