AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.91 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles
Biographie :

Né en 1975 à Bruxelles. Gaëtan Faucer est dramaturge, aphoriste, poète et nouvelliste. C'est surtout le théâtre qui l'inspire sous toutes ses formes. Plusieurs de ses pièces ont été jouées dans divers lieux théâtraux.

Publications :

"Le hasard arrive toujours à l’improviste", aphorismes, Ed. Cactus Inébranlable 2021

"La Nuit de transit", théâtre, Ed. L’Harmattan (2021)

"Des Maux de midi", aphorismes, Ed. Lamiroy (2021)

«L'an 2000 a 20 ans» nouvelles, (collectif) Ed. Lamiroy (2020)

"Mulching", nouvelles, (collectif) Ed. Lamiroy (2019)

"Crimes expresso", théâtre, Ed. l'Arlésienne (2019)

"Le bourreau d'accueil", nouvelles, (collectif), Ed. Lamiroy (2019)

"Le vin, c'est divin", nouvelle aux Ed. Lamiroy (2018)

"Résonances", nouvelle, (collectif) Ed. Jacques Flament (2018)

"Lettre à ma soeur", nouvelle, (collectif) Ed. Lamiroy (2018)

"La Triangulation", théâtre, Ed. Bernardiennes (2018)

"Le Sourire de Rodin", théâtre, Ed. Spinelle (2017)

"La Clepsydre et le sablier" (collectif), nouvelles, Ed. Novelas (2017)

"L'Héritage", théâtre, Ed. l'Arlésienne (2017)

"Faces et Cie", aphorismes, Ed. Edilivre (2017)

"Délices et Caprices poétiques" (collectif), poèmes, Ed. Novelas (2016)

"Palindrome", théâtre, Ed. de l'Harmattan (2016)

"Le Noir me va si bien", aphorismes, Ed. Novelas (2015)

"Notre Saint Valentin", théâtre, Ed. Brumerges (2014)

"Divines soirées", théâtre, Ed. Novelas (2013)

"Le Noctambule", nouvelles, Ed. Edilivre (2013)

"Poèmes pour nos lendemains" : (collectif) poèmes, Ed. Novelas (2012)

"Sous le pont", théâtre, Ed. Novelas (2012)

"OFF", théâtre, Ed. Chloé des Lys (2011)

"Pierre", théâtre, Ed. de l'Archipel (2003)
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Gaëtan Faucer   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"J'aime la peinture abstraite, car elle sort du cadre." Récitée par Nadine Genesse


Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Gaëtan Faucer
HuguetteM   19 janvier 2020
Gaëtan Faucer
La vie n'est pas un jeu de carte, pourtant on y cherche tous un coeur...
Commenter  J’apprécie          576
GaetanFaucer   09 février 2014
Off de Gaëtan Faucer
Souvent on éprouve cette envie: rebâtir un monde à son image, faire agir les personnages de nos vies comme s’ils étaient des personnages de papier, obéissant à nos désirs imaginatifs, devenir tout puissant.
Commenter  J’apprécie          200
GaetanFaucer   17 mars 2014
Off de Gaëtan Faucer
Lu avec plaisir la pièce "OFF" de Gaëtan Faucer, l’auteur a cédé ici à la tentation ô combien séduisante de devenir un dieu. Souvent on éprouve cette envie: rebâtir un monde à son image, faire agir les personnages de nos vies comme s’ils étaient des personnages de papier, obéissant à nos désirs imaginatifs, devenir tout puissant. Ici ce sont trois femmes qui endossent le rôle du créateur,car le théâtre nous offre cet immense pouvoir qui dans OFF transparaît avec bonheur. Les trois femmes sont capables de réinventer le monde derrière lequel se cache l’auteur qui tire habilement les ficelles de ces marionnettes de scène dont il a inventé avec malice les tribulations.

Anne-Michèle Hamesse. Septembre 2011.
Commenter  J’apprécie          140
GaetanFaucer   05 février 2014
Le Noctambule de Gaëtan Faucer
Le soir est le moment propice pour m'attabler avec les étoiles.
Commenter  J’apprécie          160
GaetanFaucer   12 mars 2014
Off de Gaëtan Faucer
J'adore les pièces de théâtre... et j'aime les couvertures remplies de mystère... OFF allie les deux ! Même la quatrième de couverture donne envie de se plonger dans cette pièce en un acte.

Allez, je vous la livre : " Quelque part dans les confins de l'univers, trois dames ont pour mission de créer un monde.

Quel monde vont-elles modeler ? Qui a demandé à Torat, Flamme et Euclidis de s'emparer d'une telle mission?

L'ampleur de la tâche est d'autant plus complexe que le laps de temps est très court.

Ces trois grâces (ou garces, c'est selon...) s'embarquent vers un voyage palpitant "

Tout un programme, n'est-ce pas ?

Un texte court, 57 pages, pour un regard à la fois acide et réaliste sur l'être humain et sa mécanique d'autodestruction.

La pièce démarre à deux voix et se poursuit à trois avec l'omniprésence d'un être suprême, celui-là même qui a demandé aux Grâces ce travail ardu.

Trois femmes au visage d'ange (on le subodore) mais à l'esprit fertile et quelque peu machiavélique.

Racisme, haine, religion, sexisme... de courtes dissections de l'Humain.

Aurions-nous affaire à une pièce triste voire noire ? Etrangement la satire apporte le sourire, certes froid mais complice. Quelques réflexions originales... Savez-vous d'où vient le TAROT ??? Et pourquoi Euclide a été afflublé de ce nom ?... Ah, ah ! Vous donnez votre langue au chat ? Lisez !

Et le titre alors ? OFF... Un titre bizarre pour un processus étrange. Une fois de plus, si vous voulez une réponse, je vous invite à parcourir les répliques des trois personnage!!!

Voilà un texte à découvrir : que j'aimerais assister à une représentation de cette pièce !

Une seule critique : voilà un livre qu'on aimerait plus long tant l'auteur touche juste.

Christine Brunet



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
GaetanFaucer   05 février 2014
Notre Saint Valentin de Gaëtan Faucer
On a longtemps interdit l'alcool aux femmes...maintenant on sait pourquoi.
Commenter  J’apprécie          150
Gaëtan Faucer
GaetanFaucer   10 octobre 2014
Gaëtan Faucer
http://lesbellesphrases.skynetblogs.be/archive/2014/10/04/trois-univers-pasolini-malmsten-faucer-8296947.html
Commenter  J’apprécie          140
GaetanFaucer   17 mars 2014
Off de Gaëtan Faucer
La pièce « OFF » mêle l’ironie à la réflexion. Un projet fou, noué de mal, de maléfices, saisit trois femmes. Le pouvoir, le mal résonnent dans leur propos. Il s’agit d’oser ce que l’humainement et le politiquement correct récusent, c’est-à-dire, renverser les valeurs, en proposer le juste contraire, qu’il s’appelle haine, ou vengeance, ou asservissement « des masses ».

Dans le droit fil de pièces célèbres (songera-t-on sans doute à « Huis-clos »), Faucer dénonce la condition infernale qui se loge au coeur de l’humain. L’enfer, ce n’est pas seulement l’approche de l’autre – ça a été dit mille fois -, c’est surtout la recherche méticuleuse du « mal pour le mal ». Le mot fléau, brandi par l’une des Grâces, résume le projet.

Les trois Grâces ont pour noms Euclidis, Torat et Flamme.

Sont-elles de simples femmes? Des monstrueuses délirantes? Des amazones tueuses?

Le dramaturge cisèle leurs dialogues et insinue son propos, entre humour noir et lumière philosophique voltairienne de haute lice!



Philippe Leuckx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
GaetanFaucer   13 mars 2014
Divines soirées de Gaëtan Faucer
Trente-sept ans au compteur, auteur abondant de pièces de théâtre dont cinq ont été publiées, dont cinq autres ont connu l'honneur de représentations, et dont toutes les autres restent inédites, Gaëtan Faucer semble aimer se souvenir de deux patrons de la scène : Sartre pour l'ironie noire et Guitry pour les bons mots, les répliques assassines.

Le voilà publié une troisième fois, après "Off" au Chloé des Lys, après "Sous le pont" dans un recueil collectif chez Novelas, et de nouveau chez le même éditeur, "Divines soirées", un recueil de trois pièces.

Minimaliste théâtre par son nombre peu élevé de personnages et par les actions retenues, théâtre des trios, classique par les rencontres hasardeuses ou souhaitées, assez noir par ses surprises, le théâtre de Faucer désosse les pauvres vérités.

Si "Off" rappelait "Huis-clos" par ses ambiances, on retrouve dans "Divines soirées" l'influence sartrienne dans la première pièce "Spectacle mortel" où des morts cyniques devisent à l'envi. Dans

"L'appartement", des homosexuels se trompent et l'ultime séquence du recueil met en scène de gais amoureux.

Tristounet théâtre? Sans doute.

On y parle plus de mort, de machination, de leurre, que de vie. On y parle beaucoup pour se détester ou se délester, peut-être. Le poids des mots semble plus prégnant que celui des sentiments. Er si des êtres peuvent s'embrasser à pleine bouche, ils peuvent l'instant suivant être prêts au crime.

L'amateur de beaux mots, d'aphorismes, de scènes tendues trouvera ici matière. Puisque les personnages, avec leurs faiblesses, leurs tics, sont assez interchangeables : les hommes sont-ils plus veules ou négligeables que les femmes?

C'est un théâtre sans enfant, comme chez Sartre. C'est un théâtre presque sans devenir, sauf si l'on peut croire à la bluette de la troisième pièce ("Un dîner aux chandelles").

Il y a de l'amertume et de l'ironie. A revendre. Et une quête insensée de sens ; pourquoi vit-on ?

Théâtre décidément huis-closien jusqu'à l'usure?

Philippe LEUCKX
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GaetanFaucer   14 mars 2014
Le Noctambule de Gaëtan Faucer
Le noctambule suivi de Bandeau noir, un petit livre soigné , propose deux récits, que l’on verrait bien aussi adaptés au théâtre, tant les décors ont cette frappe scénographique. La première nouvelle nous mène dans un cimetière d’étoiles ou de tombes. Le narrateur s’y débat comme un poisson dans l’eau. Sa solitude trouve là un véritable dérivatif à de mornes moments. Ici, au milieu des tombes, il se sent vivre, revivre.

L’autre texte explore lui aussi un milieu marginal, pour tout dire interlope. Un comédien d’ImageX se retourne vers un son passé, sans doute guère glorieux de comédien X, mais quelle métamorphose s’annoncerait-elle ? Change-t-on de peau ? De corps ? Le passé serait-il un tag éprouvant, dont on ne peut se délester. À l’occasion d’une embauche, nouveau point de départ, l’antihéros se répand en réflexions amères…quoique l’espoir pointe aussi une nouvelle voie…Sait-on jamais ?

Les deux nouvelles, en dépit de leur brièveté, consignent, une fois de plus, les mêmes préoccupations existentielles d’un auteur happé, entre beauté et noirceur, par les prestiges de la solitude et de la communauté espérée comme un baume.

Philippe Leuckx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des saisons dans les titres

Quel est le titre du film de Jean Becker (1983) avec Isabelle Adjani, film extrait du livre éponyme de Sébastien Japrisot ?

L'automne sanglant
Le printemps bougnasseur
L'hiver qui déchire
L'été meurtrier

20 questions
91 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..