AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.22 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Fière Commune de Ste Mère , le 09/04/1933
Biographie :

Geneviève Duboscq est un auteur français qui a écrit l'ouvrage Dans la nuit du Débarquement, Bye bye Geneviève ainsi que Et Dieu sauva mon fils!.

A l’âge de 11 ans elle aide avec ses parents au sauvetage de deux bataillons de parachutistes américains des marais autour de son endroit.

Pour son geste elle est décorée avec Guard of Honour en Amérique, la Médaille du Courage en Israël et la Légion d’Honneur Française.

Le 14 août 1945, lorsqu’elle se promenait avec son cadet dans la clairière de la forêt d’Irsa la Ste Mère, elle tombe sur une mine antitank et elle est sérieusement blessée et son frère tué.

En 1950, elle épouse Theodule Troszezynski et devient la mère de 6 enfants, son premier enfant mourant quelques mois après sa naissance.

Le 13 juillet 1965, elle commence son longue voyage à Jérusalem.

Elle habite la commune de Chémeré-le-Roi en Mayenne. Elle souffre, depuis 2002, de la maladie d'Alzheimer.
+ Voir plus
Source : edituraspandugino.ro
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les méconnus de l'histoire
Les méconnus de l'histoire qui donnent "le coup de pouce à l'histoire" Geneviève DUBOSCQ, présente son autobiographie "Bye bye Geneviève". Elle avait 12 ans en juin 44, et vivait près de Sainte Mère l'Eglise. Des parachutistes Américains détournés par le mauvais temps, tombèrent dans la zone inondée par les allemands, c'est ainsi que la famille Duboscq sauva environ 300 a 500...

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Dixie39   27 mars 2016
Bye bye Geneviève de Geneviève Duboscq
Petits soldats, mes amis, je saigne de toutes vos blessures, je souffre toutes vos agonies et si je me remets tout de même à chanter, c'est parce que vous m'avez appris la rude leçon du courage et de l'espérance.
Commenter  J’apprécie          220
misscece   21 juin 2008
Dans la nuit du Débarquement : Une histoire vraie de Geneviève Duboscq
« - S’il vous plaît, madame, je voudrais écrire un petit mot à ma famille. Auriez-vous une feuille de papier et une enveloppe ?

Son regard si triste devient suppliant.

- Je vais mourir aujourd’hui, madame. Je sais que je ne reverrai plus jamais les miens.

- Quelle idée ! Vous n’avez pas fini de dire des choses pareilles ? Vous êtes en bonne santé, pour vous la guerre est finie. Alors pourquoi voudriez-vous mourir ? Votre femme ne serait pas contente si elle vous entendait.

- Les Américains, tout à l’heure, vont m’emmener. Je sais ce que cela signifie pour moi.

- Vous dites n’importe quoi. Les Américains sont des hommes d’honneur. Ils ne tireront pas sur un adversaire désarmé.

Maman a parlé fermement. Douloureusement, l’Allemand précise :

- Vous n’avez pas compris, madame. Ce ne sont pas les Américains qui vont me tuer.

Alors maman comprend. Elle cache son visage dans ses mains et s’écrie :

- Oh non, ce n’est pas possible ! Vous ne voulez pas dire que …

- Hélas, oui, madame.

Il sait, lui, que les Allemands qui le verront dans la jeep aux côtés des Américains vont le prendre pour un traître et l’abattre en priorité. A moins qu’ils ne fassent pas de différence et tirent d’office sur tout ce qui bouge. De toute façon, l’officier se sent perdu. Irrémédiablement.

- Voilà pourquoi je tiens à écrire une dernière fois à ma famille.

Posant sa main sur l’épaule de l’officier, maman soupire :

- Mon pauvre garçon, mon pauvre garçon, comme c’est bête, la guerre.

Je crois bien qu’ils pleurent tous les deux. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Selindej   28 mars 2011
Dans la nuit du Débarquement : Une histoire vraie de Geneviève Duboscq
Kerry et l'officier s'observent. Puis, spontanément, l'Allemand tend la main à l'Américain. Kerry hésite une fraction de seconde. Son regard croise celui de maman qui lui fait un imperceptible signe de tête. Le doux géant, alors, accepte la main tendue.

Les deux hommes se regardent longuement, amicalement. Chez nous, il n'y a plus d'ennemis. Il n'y a que des hommes qui souffrent
Commenter  J’apprécie          170
Selindej   28 mars 2011
Dans la nuit du Débarquement : Une histoire vraie de Geneviève Duboscq
Fils d'Amérique, vos vies à mes yeux avaient un prix inestimable. Pourquoi vous a-t-il fallu payer un tel tribut pour nous rendre une liberté dont nous ne serons peut-être pas dignes ? Sans les menées de ce fou criminel qui a pour nom Adolph Hitler, quel aurait été votre destin, là-bas, près de vos familles, en ce beau pays d'Amérique ? Petits soldats, mes amis, je saigne de toutes vos blessures, je souffre toutes vos agonies et si je me remets tout de même à chanter, c'est parce-que vous m'avez appris la rude leçon, du courage et de l'espérance. Cette leçon, je ne l'oublierai pas.
Commenter  J’apprécie          150
Dixie39   10 janvier 2015
Bye bye Geneviève de Geneviève Duboscq
Les blessures de mon cœur sont comme celles de mon corps, elles ne guériront jamais complètement, elles non plus. L'homme que je n'ai jamais cessé d'aimer est heureux et c'est pour moi la seule chose qui compte. Nous n'avons vécu ensemble qu'une petite parcelle de notre temps. Heureusement, il nous reste l'éternité.
Commenter  J’apprécie          140
Sachenka   19 janvier 2013
Dans la nuit du Débarquement : Une histoire vraie de Geneviève Duboscq
L'enfer est ici, sur la terre, et ce jour qui se lève va, un instant, entrebâiller sa porter.
Commenter  J’apprécie          80
Dixie39   10 janvier 2015
Bye bye Geneviève de Geneviève Duboscq
Et je m'enfonce dans une nuit bienheureuse, une nuit où il n'y a plus de place pour les souvenirs qui déchirent le cœur. Une nuit d'où j'aurai voulu ne jamais sortir. Mais m'a-t-on jamais laissé le choix ?
Commenter  J’apprécie          60
collegegastonramon89   15 juin 2017
Dans la nuit du Débarquement : Une histoire vraie de Geneviève Duboscq
Tout à coup, je prends conscience de tout ce nous manque réellement. J'en ai le vertige. pas de pansements, pas le mondre désinfectant. Nous avons aucune notion médicale, pas la moindre idée de la façon dont il faut s'y prendre pour réduire une fracture. Nous ne savons même pas si une fracture de ce genre est guerissable. Je comprend tout à coup que la pauvreté n'est pas seulement matérielle. Il y a une autre pauvreté, beaucoup plus profonde, beaucoup plus injuste : la pauvreté intellectuelle. Et c'est chez nous, les plus pauvres parmi les pauvres que Dieu envoie ses enfants blessés. Décidement, ce bon Dieu-là, je ne le comprendrerai jamais.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

En Russie avec les écrivains

Sylvain Tesson est l'auteur de ...

Dans les forêts de Sibérie
Dans les geôles de Sibérie
des 2 livres

11 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyage en russie , témoignage , ecrivains voyageursCréer un quiz sur cet auteur