AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 277 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montpellier , le 16/07/1917
Mort(e) à : Barcelone , le 04/03/1987
Biographie :

Henri Girard, dit Georges Arnaud est un écrivain, journaliste d'investigation et militant politique.

Après l'obtention du baccalauréat, il étudie les lettres, puis le droit à Paris; il obtient sa licence en droit en 1938.
Au cours de la nuit du 24 au 25 octobre 1941, le père d'Henri, sa tante et une domestique sont assassinés à coups de serpe dans le château familial. Henri Girard, seul rescapé, donne l'alerte le matin aux gardiens du domaine. Face aux circonstances mystérieuses du drame, il est arrêté, inculpé et écroué. Il passe dix-neuf mois en prison. Son procès s'ouvre le 27 mai 1943; après une délibération, les jurés l'acquittent le 2 juin.
Par la suite, Georges Arnaud réside à Paris de 1943 à 1947, où il se marie avec une jeune chanteuse, Suzanne Graux, pour qui il écrit des chansons et avec qui il aura deux fils.
Écœuré par le pouvoir de fascination de l'argent, il dépense rapidement l'héritage familial, se montrant prodigue, certes, mais aussi d'une générosité exceptionnelle. Endetté, désireux de se faire oublier (en particulier de ses créanciers), il s'embarque pour l'Amérique du Sud le 2 mai 1947.
De retour en France en 1950, il publie son premier roman "Le Salaire de la peur", inspiré de son périple. Paraissent ensuite de nouveaux ouvrages tirés de ses expériences : "Le Voyage du mauvais larron" et "Schtibilem 41" (sur son séjour en prison). Georges Arnaud réalise parallèlement des reportages pour différents journaux. En 1952, le cinéaste Henri-Georges Clouzot tourne l'adaptation du "Salaire de la peur" avec Yves Montand et Charles Vanel.
En 1953, Henri Girard rencontre sa nouvelle compagne, Rolande, dont il aura deux filles et qu'il épouse en 1966. Toujours en 1953, sa pièce "Les Aveux les plus doux" fait scandale. En 1957, c'est encore pire : Georges Arnaud a pris part à l'écriture d'un livre, où il accuse l'armée française de pratiquer la torture, dans le cadre de la guerre d'Algérie !
En 1962, Georges Arnaud s'installe en Algérie avec sa famille. Il contribue à la création d'une école de journalisme et au lancement du journal Révolution africaine. Il quitte définitivement l'Algérie en 1974.
De 1975 à 1981, il réalise des reportages remarqués pour la télévision française. En 1984, Georges Arnaud s'établit avec sa femme à Barcelone où il terminera ses jours.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Patrick Raynal, conseiller littéraire du Festival du Livre vous présente Philippe Jaenada. Dans "La Serpe" (Julliard, 2017), ce dernier mène une enquête minutieuse autour d?un fait divers fascinant et se transforme en chercheur d'indices pugnace et malicieux. L?histoire d?Henri Girard accusé en 1941 d'avoir massacré son père, sa tante et la bonne à coups de serpe. Acquitté, il s'exile au Venezuela et l'affaire ne sera jamais élucidée. Neuf ans plus tard, ce dernier connaîtra la gloire sous le pseudonyme de Georges Arnaud, avec son roman le Salaire de la peur, adapté au cinéma.
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79   16 juillet 2015
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
Le destin sait ce qu ' il fait, il est même méticuleux .
Commenter  J’apprécie          280
dolly31   14 septembre 2018
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
Tous ceux qui avaient échoué à Las Piedras se trouvaient dans une situation analogue à celle de Gérard: chassés de tous les pays environnants, acculés par leur passé, coincés dans un trou sordide et malsain où il leur était impossible de vivre et qu'ils ne pouvaient quitter que pour aller très loin: le Mexique, le Chili.

Pas d'argent. Peu à peu, l'anémie pernicieuse rongeait, mangeait leurs globules rouges; la dysenterie, leurs tripes; les fièvres, l'ennui, son cortège de drogue et de coucheries, leur cerveau. Sans travail, sans le sou, ils attendaient, cherchant une improbable porte de sortie. Le choix était pour eux bien simple: partir ou crever. Ils ne pouvaient partir, ils refusaient absolument de crever. Les mains crispées, les dents serrées, ils arpentaient avec rage le piège à hommes où ils étaient tombés.
Commenter  J’apprécie          240
Spilett   24 février 2010
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
De quelle couleur est donc la peur ? Sûrement pas bleue, toujours. Blanche ? Grise ? Chinée rose et vert ?

La peur est un liquide incolore, inodore et insipide.
Commenter  J’apprécie          250
gill   19 octobre 2012
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
Les apaches démodés se font tatouer au front le mot "Fatalitas". Mais le fatum latin n'a rien à voir dans cette hideuse et aveugle malchance par quoi ils aiment à expliquer leurs déboires.

Le destin sait ce qu'il fait. Il est même méticuleux.

Un tropical tramp, un jour ou l'autre, perd une jambe dans la gueule d'un requin ; contracte la lèpre ; vêtu d'un scaphandre, cherche des diamants dans un rio par six mètres de fond, avec, aux postes de sécurité, un équipier douteux.

Ce n'est pas par hasard qu'on entre dans ces professions. Que de gens à qui une telle chose ne saurait arriver.

Le destin prend son homme au berceau. A chacun de ces hommes est souvent ménagé un tête à tête avec sa propre mort...

(extrait de l'avertissement signé Georges Arnaud, placé en début de l'édition de poche parue en 1963)
Commenter  J’apprécie          190
Ambages   15 janvier 2016
Les Oreilles sur le dos de Georges Arnaud
- En quels termes Votre Grâce s'adressa-t-elle à cet homme, demanda le policier.

- Je ne me les rappelle pas exactement, mais je pense qu'ils ont dû être assez violents. En avez-vous conservé le souvenir, Monica ?

- Pas exactement, mon ami.

- On m'a dit - je prie madame de m'excuser - que vous l'avez appelé "enculé de merde".

- Je ne pense pas avoir été aussi modéré
Commenter  J’apprécie          130
kielosa   16 novembre 2019
Le voyage du mauvais larron de Georges Arnaud
" Me reste acquise...une certitude paisible, solide, que le travail fait à lui seul plus de victimes que guerres, pestes, vérolés et clergés réunis..."



(page 26).
Commenter  J’apprécie          120
Ambages   17 janvier 2016
Les Oreilles sur le dos de Georges Arnaud
Ce qui est plus inquiétant, c'est Monica. Quand une femme aussi pleine de vie en est à se demander « si on s'en sortira, si c'est la peine de continuer, si... », ça sent la mort.

Il n'y a que les femmes pour les pressentiments. L'odeur du malheur frappe leurs narines avant de toucher celles des hommes. Cela ne s'explique pas.

(...)

Mais elle a peur. Pas spécialement pour elle, ni pour toi. Pour vous deux.
Commenter  J’apprécie          110
Bellisa55   15 mai 2016
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
De quelle couleur est donc la peur ? Sûrement pas bleue, toujours. Blanche ? Grise ? Chinée rose et vert ?

La peur est un liquide incolore, inodore et insipide.
Commenter  J’apprécie          110
Ambages   16 janvier 2016
Les Oreilles sur le dos de Georges Arnaud
En haut de l'escalier, un écriteau portait deux noms : « JACK DE SAINT-SIMON, JIMMY DUPONT, TROPICAL TRAMPS ».

Tropical Tramps. Vagabonds de la zone tropicale. Personnel de toutes les révolutions du continent. Hommes de main. Tous travaux lucratifs. Un sens de l'honneur exigeant, mais aux sinuosités déconcertantes. Brutes au coeur d'enfant. Colt 45 et blablabla. Une pensée à ma mère, ni Dieu ni maître, pas vu pas pris. Il faut tous ces mots français et encore bien d'autres pour commencer à traduire, même imparfaitement, ce titre américain qui, plus qu'une profession, désigne l'aptitude à les remplir toutes et la vocation du sublime étroitement mêlée à celle de l'ignoble.

Ainsi aurait sans aucun doute pensé Ramón si son vocabulaire le lui avait permis. Il se contenta de pousser la porte.
Commenter  J’apprécie          90
Allantvers   11 mai 2019
Le salaire de la peur de Georges Arnaud
La peur. Elle est là, massive, présente et stupide, il n'y a pas à se le cacher. Le feu au cul, et pas pouvoir courir. Seulement la peur, on peut tout de même quelque chose sur elle : la refuser. Une lettre recommandée du Diable, et on la refuse. Elle continue à attendre à la porte. Elle fait son lit derrière, dans le tank à nitroglycérine; de là, elle guette. Elle fait bon ménage avec cette soupe à mort subite. Comme une paire chats, un couple de tigres qui font semblant de dormir pour mieux choisir leur moment. Mais si c'est l'explosif qui bondit le premier, la peur sera dupée, bredouille, elle arrivera trop tard. Pourtant elle est là, tapie derrière votre dos, le train de derrière ramassé sous son ventre de grande bête bleue, apocalypse pour de vrai, elle est là, prête à sauter.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur