AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.63 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Reinbek (Allemagne) , le 2/05/1928
Biographie :

Georges-Arthur Goldschmidt, né le 2 mai 1928 à Reinbek près de Hambourg en Allemagne, est un écrivain français d'origine allemande.

Georges-Arthur Goldschmidt est issu d'une famille juive de magistrats convertie au protestantisme. Il doit fuir le nazisme en 1938. Il se réfugie en Italie puis en Suisse à Genève et enfin en France. Il obtient la nationalité française en 1949. Il est professeur agrégé d’allemand jusqu’en 1992.
Ecrivain, essayiste, il a choisi le français comme langage d'expression et d'écriture.
Il est traducteur entre autres de Nietzsche, Kafka, Peter Handke.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Georges-Arthur Goldschmidt   (45)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Georges-Arthur Goldschmidt : Entretiens avec Marc-Alain Ouaknin (France Culture / Talmudiques). Les 11 et 18 septembre 2016, Marc-Alain Ouaknin recevait l’écrivain et traducteur Georges-Arthur Goldschmidt au micro de France Culture pour l’émission “Talmudiques”. Photographie : Georges-Arthur Goldschmidt © Jean-Luc Bertini. Le site du photographe : http://www.jeanlucbertini.com/fr/. ll faut des œuvres pour nous rappeler et vivifier la pluralité de l’être juif. Des œuvres riches et subtiles qui par l’expérience originale qu’elles décrivent donnent à entendre le questionnement permanent de l’identité juive. L’œuvre de Georges-Arthur Goldschmidt en fait partie. Georges-Arthur Goldschmidt (1928) est un écrivain et ­traducteur français, né en Allemagne et vivant à Belleville. Il a traduit un grand nombre d’auteurs, dont Peter Handke ou Franz Kafka, “Le Procès” (1974), “Le Château” (1976). Kafka à qui il consacre aussi un essai : “Celui qu'on cherche habite juste à côté” (Verdier, 2007). Ses récits autobiographiques, comme “La Traversée des fleuves” (Seuil, 1999), évoquent son enfance allemande, la question de l'identité juive, et l'importance et la jubilation de vivre entre deux langues. Il a publié récemment “Les Collines de Belleville” (Jacqueline Chambon, 2015), “Heidegger et la langue allemande” (Éditions du CNRS, 2016), et tout récemment “Un destin” paru aux Éditions de l’éclat. 0:00 1er entretien : Éprouver l’altérité - Se découvrir juif 32:28 2ème entretien : Éprouver l’altérité - Se trouver en langue étrangère : Marc-Alain Ouaknin poursuit son entretien avec Georges-Arthur Goldschmidt autour de la question de la traduction et de la perversion de la langue allemande par les nazis. Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (12) Voir tous


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Georges-Arthur Goldschmidt
art-bsurde   21 mai 2015
Georges-Arthur Goldschmidt
Le français est une langue de la pudeur métaphysique, qui protège des horreurs, mais aussi dissimule beaucoup. En français, on parle d'une « bataille », un fort beau mot. En allemand, cela se dit « Schlacht », qui veut dire boucherie. […] On peut se demander si l'éloquence et la rhétorique du français ne le rendent pas un peu irréaliste et exempt de cette prise brutale sur le réel qui donne à l'allemand son efficacité.



Le magazine littéraire (Mai 2015)
Commenter  J’apprécie          80
ay_guadalquivir   15 septembre 2011
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
" Or, tout arriva en même temps, ce même jour d’octobre 1943 fut celui aussi d’un double accès à l’écriture. Au lieu de me donner, comme de coutume, à copier deux cents fois : « Je dois apprendre à ne pas bavarder en classe » ou « Je vais recevoir la fessée parce que je suis un paresseux », on se mit en tête de me faire copier « Le distrait » extrait des Caractères de La Bruyère. C’était la première fois que j’écrivais du français de cette façon-là. J’eus l’impression de planer au-dessus du texte, je n’avais jamais encore remarqué le bizarre et pittoresque agencement de toutes ces lettres qu’on n’entendait pas, pour la plupart, quand on lisait à haute voix et qui semblaient orner la page ; leur succession me surprenait, cela virevoltait élégamment. Dans la détresse quotidienne, cette langue que je recopiais ainsi faisait un surprenant et merveilleux refuge.

Tout y était différent de mon allemand maternel. Tout s’y passait autrement. Sous les phrases parfaites de La Bruyère se profilait, malgré moi, cette langue allemande. Elle était là, bloc d’effroi et de terreur, comme si on avait supplié jusqu’aux arbres de prendre votre place ; jusqu’aux clôtures de jardin qu’on enviait de ne pas être vous. Les uniformes brun-jaune avec le baudrier oblique du parti nazi, le NSDAP : l’épicier, le marchand de charbon, l’instituteur, tous ces gens qu’on connaissait et redoutait, raides, bottés, en rangs, qui défilaient dans les rues du village en brandissant le drapeau à croix gammée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
blanchenoir   03 octobre 2013
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
Interdit de vie et de séjour par origine, je m'étais tout de suite heurté à l'inexplicable : on avait voulu me mettre à mort parce que j'étais quelque chose que je ne savais pas que j'étais et dont je ne sentais et ne savais rien, dont la faute que je n'avais pas commise se confondait - à mon insu - avec moi.



J'étais coupable de mon existence, de ma Schuldhaftigkeit dit ici l'allemand, de cet état de faute sans culpabilité. Je n'avais rien commis envers quelqu'un d'autre et j'étais pourtant coupable. Telle était la suffocation initiale contre laquelle on ne pouvait que s'enfoncer le poing dans la bouche ou hurler son désespoir.
Commenter  J’apprécie          40
genieblanc   29 juillet 2012
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
L'allemand me semblait plus cru, une langue un peu verte, une langue de lève-tôt, sac au dos, une langue du matin, à la parole un peu embarrassée, à laquelle les mots viennent difficilement parcequ'il en a beaucoup fabriqués avec peu d'éléments. C'était une langue à la démarche un peu lente. Dès qu'on ouvrait un livre, on était frappé par le côté hérissé, dru, bardé, dressé que prenait la langue lorsqu'elle faisait dans le théorique ou dans l'essai. Si admirable et riche, si souple, en réalité, et si ample soit-elle, on l'avait raidie, déformée, et pour toujours blessée.
Commenter  J’apprécie          40
Georges-Arthur Goldschmidt
colimasson   14 octobre 2012
Georges-Arthur Goldschmidt
L'anticipation au cas où se réalise ce qu'elle anticipe est dès lors perdue en tant qu'anticipation et doit anticiper autre chose pour perdurer. Et c'est bien là le problème, il en faut des hasards pour que par hasard l'anticipation se "réalise" et ne soit pas démentie. Ce qui arrive n'est qu'occasionnellement ce qu'on attend. L'anticipation trace une seule voie dans l'illimité des possibles et ce qui a lieu, selon cette anticipation ou tout autrement, était de toute façon inéluctable (un hasard nécessaire) parmi l'infinité des hasards. Tout ce qui arrive était inéluctable puisque cela arrive, mais selon une chaîne qui ne fut pas forcément anticipée, comme l'écrit Kafka : "Les cachettes sont innombrables, le salut unique, mais les possibilités de salut en revanche aussi nombreuses que les cachettes."
Commenter  J’apprécie          30
ay_guadalquivir   30 mai 2014
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
Kafka atteint ce que la philosophie manque, comme s'il en avait inversé le propos et l'avait prise à contresens. Kafka a trouvé hors d'elle ce qui était propre à la philosophie.
Commenter  J’apprécie          40
alzaia   11 novembre 2015
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
Un livre qui ne s'inscrit pas dans le corps, qui ne change pas la respiration, ne vaut pas la peine d'être lu. Dans une lettre à son ami Oskar Pollak, Kafka écrit le 24 janvier 1904 " D'ailleurs, je crois qu'on ne devrait lire que les livres qui vous mordent et vous piquent. Quand le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur la tête, alors pourquoi lire?"
Commenter  J’apprécie          30
alzaia   11 novembre 2015
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
A la même époque ce fut la découverte du roman de Josef von Eichendorff "Pressentiment et présent" (...) "Tous les hommes ne se démènent-ils, ne se torturent et ne s'échinent-ils pas pour donner forme extérieure à la mélodie singulière donnée à chacun au profond de son âme et que l'un peut exprimer mieux et l'autre moins bien telle qu'il l'a présente à l'esprit"
Commenter  J’apprécie          30
mustango   17 mai 2011
Traversée des fleuves : Autobiographie de Georges-Arthur Goldschmidt
la déportation, à laquelle j'avais échappé par miracle, me revenait tout le temps et j'avais le sentiment d'exister en fraude.
Commenter  J’apprécie          40
alzaia   11 novembre 2015
Le poing dans la bouche de Georges-Arthur Goldschmidt
Certains textes, ainsi, recelaient cette pesée qu'on porte en soi, certains textes, comme celui-ci, font apparaître avec une force presque aveuglante ce qu'ils ne peuvent pas dire. Je m'aperçus que je lisais pour voir apparaître dans ce que je lisais ce qui à la fois se heurtait aux mots et ne pouvait pas les franchir. Je découvris ainsi, peu à peu, pris d'une fièvre sèche, que ce que les écrivains disaient "abordait" les mots mais sans jamais les franchir, que l'essentiel, eux-mêmes, restait en suspens, toujours à portée de main et à jamais saisi.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur